Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 09:15

LA VOUIVRE DES BADLANDS

  

  

  

La Vouivre, l’Energie tellurique d’un lieu

induit les minéraux, les végétaux, les animaux
et les humains
 
 qui y correspondent.
D’où les langues, les coutumes, les religions des ab-origènes, premiers à l’origine.

 

 

 

 

 

 

Situés au sud-ouest de l'Etat du Dakota du sud, au nord des Grandes Plaines (États-Unis), les Badlands (Badlands National Park) offrent des paysages érodés  splendides, des buttes, des pinacles et des aiguilles qui dominent les prairies en contrebas. Ce relief raviné rappelle les « roubines » provençales. Les Sioux de la tribu Oglala nomment cet endroit Mako Sitcha, mauvaises terres aux pentes ternes et raides, difficiles à traverser où l’eau est rare et les étrangers s’y perdent aisément. Le mur gris d’une falaise s’élève à soixante mètres de hauteur et ses pointes atteignent cent trente mètres.

 

 

 

 

Dans les Bad Lands, pas de bois de construction, pas de pierre, pas d’arbres, pas d’herbe, pas de terres arables.

Ces barres, ces plateaux, représentent onze millions d'années de sédiments accumulés. Rivières et intempéries en creusent les formes depuis 500 000 ans, et l'on calcule qu'au rythme actuel, il en faudra autant pour les faire disparaître. La White River au sud, la Cheyenne au nord, la Bad River à l'est drainent ces «Hautes Plaines» dont il ne reste que quelques tables et, longue d'une centaine de kilomètres, une arête au sommet étroit, dressée comme un mur au milieu de la Prairie. C'est d'ailleurs le nom qu'on lui donne : The Wall.

 

 D’après

 http://www.america-dreamz.com/sud_dakota/paysages/badlands_national_park.php

 

 

 

Remarquer le Gardien du Seuil au profil de pharaon gravé dans la montagne, habitée par l’Energie du Sphinx.

 


                       
LA TRADITION OGLALA


      Le parc est géré conjointement avec une tribu Sioux (
Oglala) et seule Sheep Mountain est accessible sans autorisation.  Stronghold et Palmer, dans la réserve des Oglalas, cogérées par la tribu et l'administration du parc, sont propriété privée des Indiens. Stronghold Table (la Forteresse) est pour les Sioux un lieu sacré : en 1890, peu de temps avant le massacre de Wounded Knee, trois mille Lakotas s'y assemblèrent pour la Danse de l'Esprit. Ils espéraient qu'elle les débarrasserait des Blancs, et ferait revenir le bison et la vie d'abondance d'antan.

Cette zone recèle de nombreux fossiles, pillés par les trafiquants, souvent des Lakotas devenus experts en paléontologie, poussés par la nécessité.

 

 

 

Une grotte, lieu idéal pour la Quête de Vision de quelque Milarepa Oglala !

 

Dans un méandre de la White River, un petit centre d'information accueille les visiteurs venus du sud. On n'y trouve guère qu'un plan du parc et quelque littérature.

 

 

 

 

 

 

 

 

White River.

 


 
    

Voici ce qu’une amie rapporte :

 

     « Je suis allée au Sud Dakota parce que j'ai une amie qui est mariée avec un Indien Lakota, ils ont vécu 7 ans en France et sont allés vivre là-bas sur ses terres en janvier 2007 ; je suis marraine de leur 2ème fille et je leur avais dit que j'irais les voir.

      J'ai donc été reçue chez eux, son mari est Indien Lakota, son beau-frère est un leader spirituel, parrain de la même petite fille, (je l'avais déjà rencontré en France pour le baptême), il fait vivre la tradition au travers d'enseignements...., de cérémonies... ; beaucoup d'Indiens y participent activement de manière régulière et des Américains viennent aussi, même de très loin (30 heures de voiture pour venir !) donc, oui les traditions sont maintenues et vivantes, j'ai pu observer combien leurs valeurs sont intégrées au quotidien. » (Marie-Claire de B.)

 

 

   

Le Cercle de la danse lors d’un Pow Wow.

 

     « J’ai eu la chance de voir un Pow Wow. J'ai rencontré toute leur famille, leurs amis, ...voilà ! 

Un Pow Wow est une fête que l'on peut penser festive uniquement, c'est effectivement la fête mais au-delà des apparences c'est un rituel très précis, avec un déroulement très précis dans un cadre précis.

     C'est l'occasion de se retrouver entre tribus et de ne pas oublier les danses traditionnelles.

 

 

 

     Certains danseurs ne dansent que pour soigner et certains viennent de très loin.
    C'était le premier de la saison et je n'en ai vu qu'un, cependant j'ai été interpellée par l'organisation, le lieu...

     La fête se déroule en général sur un week-end de 3 ou 4 jours avec "la grande entrée" pour commencer, c'est-à-dire un défilé qui ressemble à nos processions avec les vétérans qui portent les drapeaux suivis des différents participants, et puis une cérémonie avec les drapeaux, puis des danses qui se succèdent avec pour accompagner, la "musique" des tambours et les chants.

     Cette cérémonie se déroule à l'intérieur "d'un cercle" matérialisé (voir la photo que je vous ai envoyée) il a la forme et les couleurs de la Roue Médecine. Les spectateurs sont dessous, on y va en famille, chacun emporte son fauteuil pliant.

     Parfois l'on y pratique  une cérémonie où l'on donne un prénom indien Lakota à une personne, en général un enfant, et les parents font un give away, c'est à dire qu'ils offrent aux participants : celui qui donne le nom, les joueurs de tambours, la famille, et, si possible, les gens tout autour,  des tas de cadeaux, cela commence par la couverture étoile patchwork traditionnelle jusqu'à  la barrette à cheveux.

 

 

 

     Les costumes traditionnels sont absolument fantastiques, c'est splendide, j'ai pu prendre les photos que j'ai voulues grâce à mes amis, dans cette fête il y a quelque chose qui tient du sacré.

Et puis les danseurs reçoivent des prix, et à la fin de la journée il y a une cérémonie de clôture avec la descente des drapeaux, leur pliage très précis,  une autre cérémonie, voilà un aperçu.  Amitiés. » (Marie-Claire de B.)

D’où ces magnifiques photographies…

 

La vie naturelle n’a pas cessé dans ce territoire, chez les descendants d’Hehaka Sapa !

 

     « L’homme naturel communique avec tout ce qui vit, avec les pierres, les arbres, les animaux, comme en témoigne le Sioux Elan Noir qui, dans des circonstances où sa vie est en jeu, entend la voix de l’Esprit par l’intermédiaire du Coyote : “Tandis que j’étais là, étendu dans une tunique de bison, un coyote se mit à hurler à proximité, et tout à coup j’ai su qu’il disait quelque chose. Ce n’étaient pas des mots, Et voilà ce qu’il disait : Toi bipède, sur la grande crête à l’ouest de toi, il y a du bison. Mais tu verras d’abord deux autres bipèdes là-bas*” »

 

Extrait de La Vouivre un symbole universel, chap. « L’homme naturel », Edition EDIRU, 2006, p. 225.

 

* John G. Neihardt, Elan Noir [Hehaka Sapa] parle, la vie d’un saint homme des Sioux Oglalas, Edition le Mail, p. 158.




 

 

 

©Photographies Marie-Claire de B.


Voir aussi le site : http://www.ironwoodlog.net/

 

  

 

 

 


***

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens