Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 10:23

FACE A LA MAISON DU BAGNARD,


LE DIAMANT DE LA MARTINIQUE


ET LE MONUMENT AUX ESCLAVES DISPARUS EN MER



 

 

 

Du haut du Morne Larcher, le rocher du Diamant émerge de la mer et pointe vers le ciel.

 

 

 


 

 

L’ancien bagnard Médard Haribot a construit cette petite maison à son retour du bagne, dans les années 1960. Une maison en bois ornementé, peinte de couleurs vives, jouissant d’un panorama magnifique sur la mer Caraïbe, dans un endroit qui devait être encore à l’époque très sauvage.

Vivant au début du siècle dernier dans une caverne isolée, il l’avait transformée en caverne d’Ali Baba par ses « vols », mais pour lui, prendre aux riches pour donner aux pauvres n’est pas voler, et la misère était grande chez les journaliers des riches exploitations.

 



L’entrée de la grotte de Médard Haribot,

 dans un endroit sauvage. 1996.

 

Il était sculpteur dans un art naïf simple.

 



« Photo », sculpture en bois du colonel par Médard, vers 1924.

Dans le cartouche, le colonel Maurice de Coppens, vers 1924.

D’après Richard Price, Le bagnard et le colonel, Ethnologie, PUF, 2000.

 

Lors des émeutes électorales qui éclatent en 1925 à l’occasion des élections municipales, c’est un buste sculpté par Médard que brandit la foule, selon la légende. Le buste du colonel de Coppens, officier à la retraite, propriétaire de la distillerie de Dizac, et candidat à la mairie.

 


La mairie du Diamant :

les partisans du colonel candidat empêchent les habitants de voter.

 

   A l’époque, en Martinique, les joutes politiques étaient violentes entre les candidats des Békés, les riches propriétaires terriens, et les candidats des partis populaires de gauche. La mémoire d’un esclavage n’était pas si lointain encore avec ses tortures, ses châtiments corporels, remplacé par un autre système d’exploitation qui n’était guère plus humain.

Le 25 mai 1925, les choses vont sérieusement déraper lorsque des tentatives de bourrer les urnes furent faites. Dans les échauffourées qui se produisent, un homme est tué. La colère monte et les Diamantinois massacrent le colonel et son escorte de gendarmes.

 

 


Philibert Larcher,

blessé lors des affrontements dans la mairie.

  

Médard Haribot fut condamné au bagne à perpétuité en 1925 pour son passé de petit voleur et sa participation supposée aux événements politiques de la « Guerre du Diamant » ;

« Colonel de Coppens - C'est lui qui a envoyé Médard au bagne. Juste pour une “photo” ! Il avait fait l’image du colonel. On a montré ça aux gens et on a demandé qui l’avait fait. Et puis on l’a arrêté, on l’a condamné aux travaux forcés ! Parce qu’un type comme ça, quelqu’un qui n’était pas au niveau, savait pas lire… Un nègre comme ça… Alors ils lui ont mis la main dessus et il l’on envoyé au bagne. Il n’avait pas volé, n’avait rien fait. C’est seulement parce qu’il a fait cette “photo”-là. »

(Ernest Larcher, pêcheur, 1983 ; idem, p. VIII)

 


Au bagne :
Halage des grumes, tableau de Francis Lagrange.

 

Libéré en 1945 à la fermeture du bagne, il vivra en Guyane pendant quelques années avant d’être rapatrié en Martinique en 1953. C’est alors qu’il construit sa maison.

   

 

 



Non loin de là :

 

 Monument sur la côte de l’Anse du Diamant,

de Laurent Valère, artiste martiniquais,

en hommage aux disparus de la traite des Noirs.

 

Le 8 Avril 1830, un bateau effectue des manœuvres très risquées au large du Diamant, et vers 5 heures de l'après-midi, il jette l'ancre dans les parages dangereux de l'Anse Caffard.

Un habitant du quartier, François Dizac, Géreur de l'Habitation Plage du Diamant, se rend compte du danger et court vers le navire, mais il ne pourra prévenir le capitaine du péril imminent ; la houle est trop forte pour mettre un canot à la mer.

A 23 heures, des cris et des craquements sinistres déchirent la nuit. François de Dizac et un groupe d'esclaves de l'habitation se rendent immédiatement sur les lieux pour découvrir une vision d'horreur : le bateau s'était disloqué sur les rochers, pris dans la furie d'une mer déchaînée. Il fut entièrement détruit. Le lendemain, 46 cadavres furent repêchés. Les corps des marins négriers furent inhumés au cimetière du Diamant et les noyés africains, à quelque distance du rivage.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens