Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 09:01
Le néo-chamanisme occidental

 et son nécessaire dépassement

 


 

     Quel est le but actuel du chaman occidental, c’est-à-dire du néo-chaman puisque toute tradition ancienne a été interrompue depuis des siècles ? Il propose une harmonisation des forces de la nature, et une voie pour retrouver équilibre et santé, à des personnes qui vivent majoritairement dans des villes. Pour cela sont utilisées des techniques remises au goût du jour : hutte de sudation, usage de plantes dites sacrées, pratiques de méditations médecines, invocations aux esprits, quêtes de vision, diverses techniques de soin. A cela se joignent recherche de ses animaux totémiques, voyages chamaniques dans les mondes dits inférieurs et supérieurs ainsi que dans le monde des morts.




     Les chamans occidentaux ont été souvent les élèves de chamans amazoniens, mongols, indiens, africains… chez qui ils ont fait des stages plus ou moins longs. Certains chamans, qui se disent celtes, prennent au sérieux leur manifestation : ils disent être la Folie du Grand Merlin, la Folie du Grand Mani-Tout, la Folie Divine de la Vie, cette Lila, cette Illusion, qui est certes « lumière sur lumière », mais qui, en même temps, voile sa Source, la Source de la Tradition primordiale, celle d’avant toute déviation du mental humain. Savoir jouer le Jeu de la vie, sans se prendre au jeu et sans se faire jouer par les autres, c’est l’ultime thérapie, la guérison de l’âme qui se fond dans l’âme cosmique, dans l’Unité du Tout. Toutes les autres ne sont que des aides plus ou moins efficaces sur la voie plus ou moins longue ou courte de chacun. Il faut certes en jouer… sans se laisser jouer !

     A multiplier les imageries et les techniques, le but est perdu de vue et chacun peut alors se fourvoyer dans un jeu indéfini qui reste sur le plan humain actuel. L’utilisation de vocabulaires et de techniques empruntés aux Amérindiens le sont  de manière parfois abusive que les meilleurs d’entre eux dénoncent. Et l’usage des plantes amérindiennes, de l’ayahuesca en particulier, ne sont pas sans danger, surtout lorsqu’elles sont utilisées par des personnes qui n’en ont qu’une connaissance et une expérience bien limitée. Il est mieux d’en venir, dans la mesure du possible, à un néo-chamanisme occidental qui ait sa spécificité, sans emprunter à des traditions lointaines correspondant à des peuples vivant dans des conditions fort différentes des nôtres.



Indien Kogi.
Les Kogis font retour sur les terres de leurs ancêtres Tayronas,
sur les terres de "LA LUNA" que l'association Tchendukua les aide à racheter :
http://www.tchendukua.com/




     Quelle est la source de l’inspiration qui traverse le néo-chaman ? Est-ce son ego ?
Son Etre essentiel, la Source créatrice ?
Mais de toute façon, cette inspiration passe par le prisme déformant qu’il est à un plus ou moins grand degré. Des vérités relatives en découlent qui, prises pour la Vérité, nourrissent querelles, rivalités, guerres, intolérances, fanatismes et intégrismes.
Guérir en vérité, c’est le « gai rire », comme l’énonçait Rabelais en son temps !
Rire de soi avec humour qui est une des meilleures expressions de l’amour.
Ne pas se prendre au sérieux… et sourire à la Vie,
qui est l’aide véritable sans cesse octroyée par le retour à son Unité. 

 

Le chamanisme, c’est la voie du cœur

 

        Quel que soit le chamanisme que l’on pratique, ou le néo-chamanisme comme il serait plus juste de dire, le savoir du cœur est bien plus essentiel que le savoir des mots !

        La cause première des maladies, c’est "la trahison de l’âme individuelle vis-à-vis de l’Ame Universelle1" et le corps physique proteste contre cette trahison. En ce sens, toute maladie est un symptôme de rectification à opérer et la guérison véritable ne s’opère que si le soigné en a conscience. L’homme est comme écartelé par la partie animale de lui qui veut maintenir la lourdeur qui est la sienne, et la partie angélique qui proteste contre cette lourdeur et veut la quitter. Ainsi y a-t-il deux sources de souffrance comme il y a deux serpents au caducée que l’axe tente de réconcilier.

L’écoute du cœur est bien loin d’être celle du mental ratiocinant de l’homme dénaturé. Ochwian Biano, chef indien Pueblo, déclarait que « les Blancs étaient fous parce qu’ils prétendaient penser avec la tête » ! Lui, « il pensait avec le cœur » !

Don Juan Maltus, le nagual toltèque, disait à Castaneda qu’entre deux voies, il fallait toujours choisir «  la voie qui a du cœur2 », celle qui ne laisse pas l’homme dans les désirs troubles de l’ego. L’ouverture du cœur est le passage obligé vers lequel avance tout être humain sur la voie, quelle que soit la Tradition à laquelle il se réfère. Alors, le véritable Ego de l’homme est l’essence du monde et le mental illuminé devient le Haut Intellect qui exprime l’Intelligence divine.

 

Comme toute voie authentique, celle suivie par le chaman mène à une mort à soi-même pour retrouver l’Unité du Tout. Pan, le joueur de flûte, personnifie le Grand Tout, la Vie Universelle, et notre ego mineur nous isole de cette totalité. « Oui à Pan », dit la Langue des Oiseaux, c’est le meilleur moyen d’être « E-Pan-Oui3 » !

Le chaman se doit de rendre aux énergies leur nature première, aux choses leur juste valeur pour, dépassant la dualité, accéder à la liberté. L’ouverture du cœur est inconditionnelle et la sincérité en est le fruit.

Qui peut dire connaître l’essence des choses ? La vie enseigne, même et souvent à son insu, celui qui sait reconnaître qu’il « ne sait pas ». Ce vide crée comme un appel d’air et, à cette demande du cœur correspond une réponse souvent inattendue, surprenante, qui n’a rien à voir très souvent avec ce qui nous est connu, familier. C’est « déroutant » ! Combien de fois ne faut-il pas accepter de changer de route, de mourir à soi-même ? « Là où tu trouves ton cœur, dépose ta tente », énonce un proverbe arabe. Ce vide est silence et, de lui seul, peut jaillir l’inspiration authentique et la force calme, sereine qui permet d’assumer sa vocation d’homme. L’Indien Ohiyesa affirme : « Le silence est équilibre absolu du corps, de l’esprit et de l’âme. L’homme qui préserve l’unité de son être reste à jamais calme et inébranlable devant les tempêtes de l’existence.4 »

Dans le cœur réside l’ultime aboutissement de toute recherche, au Cœur du cœur de son cœur, là où les dieux ont caché à l’homme son immortalité, comme il est dit dans un conte indien traditionnel. C’est dans le cœur que se trouve le point d’intersection entre la captivité et la libération, la captivité des désirs, la libération de toute souffrance. Il ne sert de rien de ruminer le passé, il ne sert à rien de se faire du souci pour les difficultés à venir. Quant au présent, il s’agit de le vivre, loin des vaines spéculations, interprétations et justifications stériles. C’est pourquoi le chaman assume la matière, sa matière, et ne se paye pas de mots.

Les états modifiés de conscience, obtenus de toutes sortes de façons par les respirations séquentielles ou holotropiques, par le yoga, la danse, la musique, la transe, etc., ouvrent des perspectives d’épanouissement, de santé, au-delà de toutes les répressions et de tous les conditionnements.

Les Intentions de la vie vont au-delà de toutes nos intentions. Nous sommes embarqués dans une voie, croyons-nous ! Mais qu’en est-il réellement ? Lorsqu’on investit sa volonté dans une action, le voir permet de lâcher prise. Il convient de ne pas se juger, de voir ses limites mais, comme le dit le Yi-King, sans mettre de limite à ses limites » ! Vouloir guérir est le plus souvent une manifestation de l’ego mineur. La difficulté d’être un  humain est à accepter, sans se condamner, tout en ayant une grande lucidité sur soi-même. S’interdire d’être ce que l’on est pratiquement, c’est se fabriquer de nouvelles maladies. Depuis deux mille ans et plus, les êtres humains sont dans des notions de culpabilité qu’il est grand temps de dépasser !

Souvent il y a une illusion à croire que l’on a de progresser, alors qu’on ne fait que tourner en rond. Lorsqu’on abandonne toute idée de vouloir progresser, l’on est alors dans une fluidité qui permet d’expérimenter tous les plans, de se libérer du connu pour être disponible à ce qui se vit dans l’instant. Il y a ce qu’il y a et Cela coule de Source sûre…

Accepter d’atteindre cette réalisation, ce bonheur, cette joie sur le plan vibratoire où l’on est, ici et maintenant, est la clef. Tout ce qui est perçu au cours des voyages chamaniques, les  images, les vies antérieures, les couleurs, les formes géométriques, etc., ne sont qu’illusions fabriquées par l’ego. Un professeur de yoga disait avec humour : « C’est de la confiture ! Vous voulez reprendre de la confiture ? »

 

Le paradoxe de l’illusion

 

Pourquoi pas ? En le sachant. Mais ne pas quitter cette illusion, car c’est une autre illusion identique que de croire que l’on peut atteindre la réalisation ! Ce n’est pas de l’ordre de la compréhension ordinaire ! Le total lâcher prise, le total abandon du jugement de soi-même, du jugement de l’ego, est le fruit le plus avancé de la méditation. Le mental est la chose la plus intéressante qui soit pour progresser, et méditer sur lui permet d’atteindre le non mental, le plan de l’Intelligence.

Les soins, les rituels, les cérémonies très compliquées ne sont faits que par des personnes compliquées. Se voir dans un processus d’ego sans se l’interdire, sans se censurer, c’est, paradoxalement entrer dans la simplicité.

        Expérimenter le paradoxe, expérimenter une chose et puis juste après, son contraire pour réconcilier les deux, les unifier, permet au mental de lâcher prise. Il s’agit de fondre en quelque sorte l’ego inférieur dans l’océan de la vie. Dans le monde humain ordinaire, tout ce que nous percevons par les sens est partiel et limité. Les sensations sont, de plus, interprétées par le mental conditionné et deviennent des représentations, des projections qui ont fort peu à voir avec la réalité. Notre mémoire sélectionne et organise la vie quotidienne sans que nous nous rendions compte que nos pensées, nos sentiments, nos comportements sont manipulés par l’histoire de notre famille, de notre culture, de notre civilisation. Notre monde n’est que notre réalité individuelle façonnée par les conventions familiales, sociales, culturelles, religieuses, et nous reproduisons inlassablement les mêmes schémas mentaux. Nous sommes largement conditionnés à voir toutes choses en terme non pas d’unité, mais de dualité. Ainsi l’homme occidentalisé s’oppose-t-il, pour soi-disant se défendre, pour s’affirmer, pour exister, aux autres et à la nature et le différent est vu comme un ennemi. Il voit la nature comme extérieure à lui, comme une chose à exploiter. Cette division est illusoire. Il n’y a aucune liberté dans la relativité ; l’accès à la Vérité se fait par le dépassement de la dualité.

La manifestation est aussi une illusion, l’Illusion divine. La réalité matérielle est impermanente pour qui sait voir. Toutes les formes sont en incessantes transformations. La conscience aiguë de cette vérité est libératrice. L’homme naturel vit constamment avec la conscience de l’unité du tout. Il est partie intégrante de la nature et il reconnaît la vie et la conscience comme inhérente à tous les règnes de la création.

Que dire de plus ? Vivre la Vie en l’existence humaine qui est la sienne, il n’y a rien d’autre à faire.


1 Voir Régor, Du Cheminement Initiatique imagé par saint Roch et sa Vie Exemplaire d'après les Enseignements d'Emmanuel, Les Amis du Désert, 1988. http://saintroch.energie-manifestee.net/index.html 
2  Le Don de l’Aigle, Gallimard, 1995.

Article de E.-Y. Monin : « Du paganisme au néo-paganisme contemporain », paru dans L’originel, avril 1996.

Cité dans « Ici et Ailleurs », Lettre d’information, Tchenduka, n° 8, Mars 2003 (Association au service des Indiens Koguis de Colombie). http://www.worldwisdom.com/public/authors/details.aspx?ID=6


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sylvain Parent 07/05/2011 22:41



Merci d'avoir publier ce liens sur le plus vieux chaman nord américain, encore vivant, de plus il y d'autre lien sur l'oeuvre de Willam Commanda, sa rencontre avec le Lama...etc



Sylvain Parent 04/05/2011 14:37



Recherchez, Willam Commanda!



Régor 07/05/2011 17:26



Sur http://lappeldelanature.kazeo.com/Cercle-de-toute-les-nations/William-commanda,a407720.html et
http://amerindien.e-monsite.com/rubrique,william-commanda,1016358.html


Merci



Régor 04/05/2011 10:14



A chacun sa loi d'action... Pour trouver des chamans occidentaux, il faut sans doute aller chez les Bouriates ou autres... là où la tradition n'a pas été interrompue. Qui peut se dire chaman ? Ne
pas trop se prendre au sérieux est signe de bonne santé... Que chacun vive ce qui lui convient le mieux et l'on s'enrichit toujours de toutes les rencontres et de tous les commentaires. Merci et
Bon Vent.



Sylvain Parent 03/05/2011 04:05



Je tiens à vous préciser que les Chaman occidentaux on tout autant de valeur! Depuis plus de 10000 ans et non eu besoin d'aucun stage de néo-chaman fumeur d'opium et buveur de Ayahuasca. À chacun
ses pouvoirs, dans son pays et ce n'est pas en rabaissant les autres que l'on augmente ceux-ci mais bien en partageant le respect, les forces, en harmonisant les énergies unifiée au bien fait de
ceux qui vienne ce faire guérir et guider leur esprit. Paix et Harmonie à travers les nation. Sorter des compétition enfantine,"Mon chaman est Meilleur que le tien" c'est d'un patétisme profond
si vous avez tant besoin de vous valoriser c'est qu'il vous reste encore du travail à faire...Pourquoi ne pas travailler ensemble!


Cordialement votre,


Nidé Makwa: Ours Sérieux



Régor 23/03/2009 11:13


un commentaire vient d'être posté par printemps sur l'article DEPASSER LES TECHNIQUES DU NEO-CHAMANISME OCCIDENTAL, sur votre blog vivrevouivre
Extrait du commentaire:bravo, quel travail!j'aime votre goût pour la simplicité, je crois en effet que la réponse à nos questions est fondamentalement simple. Et on peut dire tellement en si peu de mots...Puis-je m'autoriser cependant une remarque : Bien que je sois tout à fait d'accord avec le fond de votre propos, je me suis sentie montrée du doigt plusieurs fois dans vos articles (oui, je travaille avec les plantes sacrées, selon un rituel que je qualifierais plus de riche que de compliqué et non je ne crois pas que l'on puisse résumer les images mentales à des illusions)... que de jugements sur ce qui est bon et ce qui ne l'est pas!!N'oubliez pas que tout est juste, et que les dysfonctionnements que chacun voit dans le monde ne sont que le reflet de ceux du monde intérieur...Et puis, vous avez bien raison, la guérison passera de toutes façons par le rire! Amitiés,Printemps
voir le commentaire

Merci pour ce commentaire très intéressant. Certes, j’ai dû m’exprimer avec quelques maladresses parfois… Il s’agit moins pour moi moins de « jugement » que de « constat des choses ».  A mon sens tout n’est pas « juste », à preuve les dysfonctionnements, mais tout ce qui est manifesté a lieu d’être (c’est-à-dire a un lieu pour être) et donc son utilité.
Chacun apprend les leçons de chose de l’existence, l’important étant de ne pas s’enfermer à vie dans une technique, aussi belle qu’elle soit. J’ai œuvré quelque temps dans le milieu néo-chamanique (http://regorm.free.fr/ouvrages/livres/chamanisme.html ) L’ensemble est extrêmement positif, vu l’état d’une population urbanisée qui a perdu ses racines, son lien naturel avec la Terre-Mère, mais… faut-il en rester là ?
Des moyens sont possibles d’atteindre aux mêmes états modifiés de conscience sans passer par l’usage de plantes dites « sacrées » : les différents yogas ne présentent pas les mêmes risques) : yoga du souffle, raja yoga, etc. D’ailleurs, à mon sens, toutes les plantes sont « sacrées », comme est sacrée toute la Création manifestée.
            Les images mentales sont des illusions et ne le sont pas ! C’est une question de point de vue : elles proviennent des formes-pensées, des égrégores qui sont du domaine de l’astral, qu’elles proviennent du bas ou haut astral, et celui-ci, à un certain moment est à dépasser… Il y a un au-delà des images.
D’autre part, cette manifestation est vue par les mystiques soufis comme le reflet dans le miroir. Comme le conte Soravardhî, en substance, « la création entière est le miroir de Dieu ; comme le miroir est vide et ne garde aucune trace de ce qu’il reflète, ainsi en est-il de la création. Et l’homme ainsi est-il le miroir de Celui qui est et, hors de son regard, est-il vide ! » (« Le miroir de la création », dans « Contes qui coulent de Source, éd. EDIRU, 2006, d’après Henry Corbin, L’Archange Empourpré).  La Manifestation est vue alors comme une Illusion (Il-Lus-ion : déploiement de la Lumière de Dieu, dit la « Langue des Oiseaux »). Voire aussi Le Chant des Trois Certitudes de Milarepa (http://fontaine-jouvence.over-blog.com/  )
            Mais toujours « mieux vaut sa propre loi d’action… que celle d’autrui » enseigne la Bhagavat Gita… Et ce qui est juste pour l’un ne l’est pas forcément pour un autre !
Cordialement.

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens