Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 15:20

Pourquoi trancher les multiples têtes de l’Hydre,

 

et que représentent-t-elles ?

 

 

           Le Dragon-Vouivre est celui qui doit être maîtrisé et non tué. C'est indûment que le christianisme assimile ce Dragon-Vouivre au Diable : « le vrai Dragon - l'Obscur, le Diable, l'Obstacle, l'Ennuagement, les Ténèbres, le Monstre des travaux d'Hercule ou des autres Héros... »1 doit être par contre, lui, justement tué.

            Lorsque l'Energie du Dragon-Vouivre dévore l'homme, elle ne peut le faire que parce que le mental humain interfère en méconnaissant la Source de la Vie et en se fermant à l'Esprit. Il utilise cette Energie pour son propre compte, la satisfaction de ses désirs d'ego.

            Le Dragon dévorant prend alors la forme de l'Hydre tentaculaire aux multiples têtes représentant les pensées du mental dévié. Elle est décrite comme un serpent d'eau à corps de chien possédant plusieurs têtes, dont une immortelle. Ses têtes se régénéraient doublement lorsqu'elles étaient tranchées, et l'haleine soufflée par les multiples gueules exhalait un poison radical, même durant le sommeil de l'animal.

 

            L'Hydre la plus célèbre est celle qu'Héraclès (Hercule) tua dans les marais de Lerne, en Argolide. Elle figure tous les à-côtés de l'humain. On ne pouvait abattre l'une de ses neuf têtes sans qu'elle repoussât aussitôt. Il fallait donc les trancher d'un seul coup et cautériser par le feu chaque moignon pour que la tête ne repousse pas.

 


Amphore attique, 540-530 avant J.-C., musée du Louvre.


 


Héraclès, recouvert de sa peau de lion pour se protéger des morsures,

attira la bête hors de son repère en lui décochant quelques flèches enflammées
avant de couper les têtes.



              Avec des branches incandescentes, Héraclès cautérisait le moignon de chaque tête coupée.
             La dernière tête, immortelle, fut alors coupée et lancée dans une fosse où elle fut enterrée et, aidé encore de Iolao, ils juchèrent par-dessus une pierre énorme : la tête continuait à vivre mais ne pouvait sortir de sa prison. Héraclès sépara alors le corps de l'hydre en deux morceaux et trempa ses flèches dans son sang empoisonné.



Gustave Moreau, 1876.



 Musée du Louvre, Paris.

  

           Une autre image représente le Dragon sous sa forme Hydre, c'est celle du Dragon de l'Apocalypse qui a « sept têtes et dix cornes » (voir Apocalypse de saint Jean, III, 1-3) et que saint Michel précipite sur terre. Il représente l'ange déchu, et l'ambiguïté est maintenue car, dans l'imagerie, saint Michel ne terrasse pas un Dragon à sept têtes.

            Dans l'Apocalypse, le Dragon remet l'empire à la Bête, qui elle aussi a « sept têtes et dix cornes ». La Bête ? La « Bêtise » ! Si omniprésente partout !

 


La Bête de la Mer.
Tapisserie de l’Apocalypse, château d’Angers.



Gravure de Dürer,
Apocalypsis cum figuris, 1498.

Dieu le Père bénit la Vierge qui, les pieds sur le croissant de lune,
est vêtue de soleil et couronnée d'étoiles.
Elle fait face au dragon à sept têtes qui ne peut rien contre elle.
Elle peut donc enfanter :

 

 

L'être Vierge, sans notion, qui n'est plus concerné alors par l'hydre tentaculaire
des formes pensées erronées, par un astral dénaturé,
peut accoucher de lui-même ;
c'est la seconde naissance.

 

           

           Cette hydre, la Bête de l'Apocalypse, est bien tout ce qui est "déchu" en nous. Lucifer tire son pouvoir de l'Energie Primordiale 2 :
  

            "... Il faut que tu comprennes de la façon juste que le Monde Luciférien est "une Part d'Originel" détachée de l'Origine, de la même Transcendance...3 ".

            Les têtes de l'hydre sont donc les obsessions du mental, les notions, les émotions, tout ce monde tentaculaire.

            "Moine errant sur les filières de la Vouivre, médite sur la double signification du Dragon.          

            Tu comprendras que l'Hydre prend tête et corps par toi, étant issue du Serpent Souterrain.

            Certes alors faut-il supprimer cette tête capitale, mais sa suppression ne peut se faire par la violence. Il faut et suffit de réintégrer le tronc unique qui la fit naître par toi Hydre.4"
          
L'Hydre, c'est donc l'Energie détournée. Les têtes sont toutes les excroissances nées du mental dévié qui nous tire à hue et à dia et nous projette hors de notre axe.

            Réintégrer celui-ci, ce tronc commun, est une première nécessité qui permettra à l'Esprit, en son juste temps, de « couper toutes les têtes de l'Hydre d'un seul coup et [de] cautériser avec le vrai Feu5 », d'une manière définitive.

            N'est-ce pas en effet dans ce tronc commun que réside le Cœur Rayonnant, Cœur céleste d'où irradie l'Amour ? Ce Cœur ne doit pas, bien sûr, être confondu avec le cœur sentimental qui est l'une des têtes de l'hydre.

                        (Voir  La Voie du Cœur : http://fontaine-jouvence.over-blog.com/article-21916895.html)

 

 

            Le Feu qui cautérise peut être vu comme celui de la Pentecôte où « les Energies (...) déversent le Ciel sur la Terre en Langues de Feu6. »

 


Dragon fertilisé par la Colombe du Saint-Esprit.

Hermès Bird, 10,11, p. 213

 

1 - Emmanuel-Yves Monin, La Chasse Sacrée, Noble science de Vénerie, Point d’eau, 1988, p. 131.

2 - Voir chap. «La Mère Universelle, Serpent Premier» in La Vouivre, un symbole universel, Editions EDIRU, 2006. 

3 Platon  Karuna, L'Instruction du Verseur d'Eau, Courrier du Livre, 1973, p. 313 (2e éd. Le Point d'eau, 3e éd. Les Editions de la Promesse, 2000).

4 - Emmanuel-Yves Monin, Le Bréviaire du Chevalier, vol. I, Le Point d’eau, 198, p. 175 (6e éd. 1997).

5 -  Texte inédit, communiqué par Emmanuel-Yves Monin et cité dans La Vouivre, un symbole universel.

6 - Emmanuel-Yves Monin, Le Bréviaire du Chevalier, vol. II, Le Point d’eau, p. 148, p. 175 (2e éd. 1991).


 

 Chez les Toltèques du Mexique, le nagual Julian parle du « sentiment de sa propre importance » comme de l'obstacle, ou encore de la « suffisance humaine » qu'il compare à l'Hydre :

   « Le nagual Julian considérait la suffisance comme un monstre à trois mille têtes. Et l'on pouvait l'affronter et le détruire par trois moyens. Le premier consistait à couper ces têtes une à une ; le deuxième était de parvenir à cet état mystérieux qu'on appelait le lieu sans pitié qui détruisait la suffisance en l'affamant lentement ; le troisième consistait à payer l'anéantissement instantané du monstre à trois mille têtes en mourant symboliquement.

    Le nagual Julian recommandait la troisième solution. Mais il dit à don Juan qu'il pouvait se considérer comme heureux s'il avait la chance de choisir. Car c'était généralement l'esprit qui décidait de l'orientation que devait prendre le sorcier, et il était du devoir du sorcier d'obéir.7 »


                 
Si l'ego inférieur doit effectivement mourir, l'homme ne peut, par contre, se passer de la Force de Vie, de la Vouivre.

     Le Dragon-Vouivre figure alors « l'union des quatre éléments : le feu craché, l'air des ailes, la queue aquatique, les griffes terrestres. Il est le Roi qui détient la foudre et le gardien des trésors cachés, l'initiateur qui passe le néophyte au feu de la purification et lui communique la langue des oiseaux.8 »

     Sur l'un des chapiteaux de la petite église romane de Colombiers (Poitou) un homme est représenté ; ses deux jambes s'écartent et remontent de chaque côté de son buste en se transformant apparemment en serpents. Mais ces deux serpents se muent en oiseaux qu'il enlace de ses deux bras et qui lui parlent à l'oreille, lui enseignant la Langue des Dieux.

 

 


Chapiteau de l’église de Colombiers, Poitou.
 

Dessin de Flamia Chaptal, extrait de La Vouivre, un symbole universel.

 

Voir: http://langue.des.oiseaux.free.fr/

 

7 - Carlos Castaneda, La Force du Silence, Gallimard, 1988, pp. 250-251.
8 - C. Jacq et P. Delapierre, De Sable et d'Or, Ed. des Trois Mondes, 1976, p. 216.




Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens