Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 17:18

De Memphis l’Egyptienne à Memphis USA,

 

  le Mississipi, Luther King,

  John Lee Hooker et Elvis !

 

 

 

Memphis est décadente, Memphis plongée dans une chaleur moite... Le général Jackson en la baptisant de ce nom savait-il que Memphis est le Bon Port des coptes anciens, capitale du premier nome de Basse-Egypte, en amont de la tête du delta du Nil ?

 


Sphinx de Memphis, Basse-Egypte.

 

Ménès, son fondateur, l'appela la cité du Mur Blanc du nom de la digue qui protégeait la ville des crues célèbres. On y adorait Phtah, le dieu maçon.

 


Le dieu maçon Ptah.

 

     Dans le temple de Ptah furent retrouvées des statues de Ramsès II, et M. Boubarak, président de l'Egypte a fait don à Memphis d'une copie de l'une d'elles actuellement dressées devant la pyramide aux parois de verre qui illustre un rattachement symbolique.

 


Ramsès II.

 

 

De l'ancienne Egypte, l'Isis noire a vu ses fils déportés sur les rives de cet autre Nil  d'Occident pour cueillir le coton. Isis, qu'as-tu fait de tes enfants? Mais d'eux sont nées les plus belles plaintes et complaintes qui soient jamais montées vers le ciel.

 


Isis la Noire.

 

 

Seul le vent sur le Mississippi geint et râle encore, pour qui sait entendre, comme les esclaves qui embarquaient sur ses quais les balles de coton.  Les rives du Mississippi sont encore chargées des cris et des chants des esclaves. Ah ! cette plainte qui sourd encore du sol et que les eaux charrient. De cette misère atroce, des cris et des souffrances de ces malheureux reste la nostalgie du blues né des negro spirituals qu'ils chantaient alors pour endormir ce lancinant désir d'une libération, pour abattre le mur blanc de la haine et de la peur que leur vouaient leurs maîtres. 
    Oh ! la libération vers laquelle ont tendu tant et tant et tant de cris, de pleurs, pour laquelle tant et tant et tant de larmes ont coulé que le fleuve en est encore gros. Oh Isis! ramène tes fils dans la Maison du Père !

Un bateau remonte le Mississippi ; la pyramide blanche éclate sous le soleil, la réverbération est extraordinaire. On peut entendre des sanglots dans le vent, sanglots des esclaves...

Tant d'anonymes ainsi sombrèrent dans le grand fleuve de la vie, sublimant leur misère. 


Esclaves dans les plantations.

 

 

Le Mississipi, fleuve puissant, coule lentement avec ses eaux chargées de pleurs vers la New Orleans pour se perdre dans les marécages des bayous ; il roule ses eaux dormantes entre les rives bordées d'arbres splendides. Forêt tropicale, chaleur humide, vie, transpiration divine d'où naissent les choses et les êtres.



 


Bayou, Louisiane.



 

   


Le « Natchez » sur le Mississipi.

 

Dans Memphis, Beale Street est endormie maintenant, l'âme du blues y sommeille-t-elle encore ?


Beale Street.

 

La gorge se noue pourtant lorsque brusquement se fait entendre le son déchirant d'une trompette ou le vacarme de l'orchestre noir de l'une de ces multiples églises qui viennent prêcher sur la place publique un autre salut, une autre libération...  Ces  Noirs, remâchant leur détresse et leur espérance : le spiritual, puis le gospel song… Le delta blues est encore plus brut, plus primitif, plus rural, la musique du diable... Ah ! La passion africaine du rythme obsédant, des swings fascinants aux accents décalés…

Ici, à Memphis, John Lee Hooker, l'inventeur du  boogie, a été portier. Ses chansons, qu'il improvisait toujours, même en studio, le plongaient dans une telle tristesse ou dans une telle joie que, derrière ses lunettes noires, il pleurait sur scène sans que personne ne puisse le voir. Pudeur intense de ceux qui trop souffrirent…

 

 


John Lee Hooker.



 

 Il a mis dans le blues toute l'émotion des esclaves du Sud. "Le blues guérit le monde entier, il me soutient, quand je n'en peux plus je prends ma guitare..." dit-il, il le joue dans sa forme la plus pure, trois accords, douze mesures, marque le tempo avec le pied. la sonorité de sa voix a un effet thérapeutique par le répétitif même. Il est chaman, medecine-man... Ses chansons sonnent, tristes, merveilleuses, pleines d'amour :

"C'est bien fait si je souffre,

c'est bien fait si je suis seul..."

Vérité à comprendre avec le cœur...

 

 


Esclaves égrenant le coton.

 

  

Elvis, ici, a osé chanter comme un Noir, lui, le Blanc pauvre né à Tupolo, dans le « trou du cul » de l’Amérique, dans un quartier où la misère se moque bien de la couleur de la peau. Les pauvres n'ont pas de peau ! Il aurait aimé naître Noir, a-t-il confié un jour.

 


Elvis Aaron Presley.

 

  Oh, que de haine encore parfois dans les regards des Blancs qui côtoient sans plus ces Noirs incompréhensibles ! Ici, à Memphis, Martin Luther King a été assassiné...




 


Le
Lorraine Motel, à Memphis, sur le balcon duquel Martin Luther King

fut assassiné le 4 avril 1968.

 

Au Sun Studio, Elvis a enregistré pour trente dollars son premier vinyle en 1954, le Sun n° 209. Cette année-là, il a fallu le faire venir à la radio et expliquer aux auditeurs de ce Sud au racisme à fleur de peau qu'il était bien Blanc! Et ensuite...

  

Sun Studio.

(à suivre...)

MARTINIQUE: DIAMANT, MAISON DU BAGNARD, MONUMENT AUX ESCLAVES






 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens