Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 17:58

Au Népal, du Teraï

 

 à Lumbini,

 

terre natale du Bouddha,


 

« Le minibus cahote sur la piste défoncée. Derrière nous, la jungle du Teraï s'éloigne, avec ses rhinocéros apparemment placides mais aux charges brusques et dangereuses, ses daims élancés et peureux, ses singes agiles se jouant de la pesanteur dans les branches d'arbres inaccessibles, ses tigres invisibles dont les griffes laissent dans la boue des empreintes inquiétantes, ses éléphants sauvages dont les barrissements affolent cornacs et montures.



 

 


 

Tout un peuple d'oiseaux, hérons bihoreaux, canards, poules d'eau, aigrettes, martins-pêcheurs hantent les marécages et les cours d'eau ; les aigles perchés au faîte des arbres stratégiques guettent leurs proies ; les passereaux bruissent dans les feuillages... Les garials menaçants, ces crocodiles particuliers à l'Asie, fréquentent rivières et marais.

Tout cela dans une végétation luxuriante qu'on ne pénètre qu'à dos d'éléphant. C'est là encore le monde inquiétant d'une faune grouillante et dangereuse, un monde naturel, un lambeau de terre primitive, survivance des âges anciens.

 

   

Ce chaos témoigne du milieu dans lequel la pensée humaine a jailli il y a quelques siècles pour que la vocation de l'homme prenne une nouvelle densité !

 

Du Teraï sauvage, il faut des heures de patience à travers de mauvaises routes pour arriver sur la terre natale du Bouddha ; cela est une bonne façon de s'imprégner des paysages qui modèlent depuis toujours l'âme du peuple népalais.




        A Lumbini, la reine Mâya donna naissance
à celui qui bouleversa le monde par un enseignement nouveau,
fruit d'une vie de recherche jusqu'à l'ultime illumination
.

 

 


La Reine Mâya donnant naissance au Bouddha.

 



       Le peuple népalais actuel lui ressemble sans doute. Comment l'imaginer autrement qu'à la ressemblance de ces hommes rudes, burinés, simples, souriants et accueillants ? Des marcheurs infatigables ! Il fut l'un d'eux ! Le Bouddha n'était ni aryen, ni védantiste mais comptait plutôt parmi ses ancêtres des « dâsyn, indigènes à peau noire[
1] », cette classe servile selon les lois des conquérants aryens. Gautama deviendra d'ailleurs le rédempteur de ces parias en les recevant dans l'ordre monastique. Rompant avec l'ancienne religion, il parle à tous, mendiants et princes, petites gens et brahmanes, sans caste et riches marchands. Sa royauté véritable est celle du cœur !

A Lumbini, les ruines de l'ancien palais situé dans les jardins de Kapilavastu
 sont émouvantes et insignifiantes à la fois.



       Le pilier dressé jadis par l'empereur Asoka porte témoignage, sans plus.


A l'entrée des lieux saints, péage et droits photographiques en  dollars !
L'endroit est, comme partout, une vaste poubelle à ciel ouvert
et nul ne se soucie de ce signe révélateur d'un monde en décomposition !

 

Dans le temple élevé sur le lieu de sa naissance, qu'elle est belle et naïve cette statue de Siddhârta debout, montrant le ciel de l'index de sa main droite et la terre de celui de sa main gauche ! Unir le Ciel et la Terre, qu'y a-t-il d'autre à faire ? C'est un homme simple, pas encore divinisé !

 


Statue primitive de Siddhârta, Lumbini (Népal).

 

Il n'a jamais été bouddhiste, le Bouddha, comme Christ n'a jamais été chrétien ! Comme lui, il n'a laissé aucun écrit, n'a rien dicté de son vivant. Il parlait simplement, au cas par cas, à qui l'interrogeait, adaptant sa réponse à la capacité de compréhension de son auditeur. Qu'il était loin du délire de merveilleux qui submergea toute l'Asie dans les siècles qui suivirent sa mort! Lui qui récusait toute croyance en un dieu, lui qui croyait tout homme apte à tirer les leçons de la souffrance humaine n'avait aucun goût pour les fabulations. Toutes les légendes qui font de lui un être d'exception, à la destinée sans cesse auréolée de merveilleux, aux vies antérieures édifiantes, détournent les humains de la compréhension des Quatre Nobles Vérités sous leurs Trois Aspects, dans leurs Douze Modalités[2]. Et pourtant, beaucoup en Orient sont encore marqués par sa compassion qu'ils ont faite leur! La compassion du Bouddha, la charité du Christ, les deux facettes indissociables d'une même pièce de monnaie !




       En ce lieu, à Lumbini, les moines bouddhistes du monde entier viennent construire des temples selon les normes de leurs traditions particulières,
thaïlandaise, japonaise, srilankaise, etc.
Il est à la fois extraordinaire de constater la fécondité de cet enseignement millénaire, et de voir l’abîme qui sépare tous ces cultes de l’essentiel,
des paroles simples qui sont attribuées au Bouddha.
Ainsi chacun trouve la nourriture que nécessite son état… »

 

L’article entier, « Impressions d’un voyage au Népal » est sur : http://regorm.free.fr/articles/nepal.html

 

  [1] - MIGOT, André – Le Bouddha – Le Club Français du Livre, 1957, p. 39.

[2]  - Sur l'importance du nombre 12, voir MONIN, Emmanuel-Yves L'Univers en code-barres : Dodécalogie et Transdisciplinarité – Y. Monin, 1999

et la dodécalogie appliquée à l’Enseignement du Bouddha : http://mathematiques.energie-manifestee.net/wakka.php?wiki=DodecalogieEtTraditions


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens