Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 10:28

Non loin de Montségur,

le château de Puyvert



      Ce château cathare subit les conséquences des croisades.
      Il est reconstruit au début du XIV
e siècle à l'est du Castèl Vièlh (Vieux Château) dont les vestiges sont toujours visibles.

     Ce fut alors un des lieux où se tinrent les « Cours d’Amour ».
Il est situé non loin du Val d’Amour

 et les Fidèles d’Amour y viennent encore chanter dans sa chapelle…

 56. tour de Puyvert

   © Photos Aurore Gauer

 

TAPISSERIE MEDIEVALE ILLUSTRANT

 

LA QUETE DU GRAAL

 

Article de Kinthia APPAVOU (1)

07/09/2009



                                                    © Photo Magdala

         Copie de la tapisserie exposée dans la chapelle du château de Puivert en pays cathare.

 

     « Le château de Puyvert (Ariège) abrita les cours d’amour qui se développèrent en Occitanie au Moyen Age, et l’une des pièces recèle aujourd’hui une magnifique tapisserie illustrant le cheminement initiatique que tout être humain est amené à accomplir.

Inspirée par la légende du Saint Graal, elle met en image notre quête de l’Absolu, et la lecture doit s’en faire de droite à gauche.

 

      L’Occitanie vit se développer l’art des troubadours qui honora la Dame, et l’Amour fut au cœur de leurs préoccupations.

 

     Tout commence dans le Jardin d’Amour, près de la Fontaine où le couple se délecte de l’harmonie et de la beauté qui règnent en ce lieu, sous l’œil avisé de Merlin. Kamelot, le château du Roi Arthur où la Table Ronde fut instaurée, est le point de départ de la Quête du Chevalier, et le Jardin d’Amour est un enclos sacré où une subtile alchimie va naître et la Dame sera sa constante et se révélera être son Etoile, son Guide. L’Amour va mettre à l’épreuve le futur Chevalier, qui déjà arbore son épée, et se retrouve couronné.

 

 

  © Photo Magdala

 

     Pourquoi cette couronne lorsqu’il s’en retourne ? Cette première Dame est sa douce amie (âme-I), sa confidente, celle qu’il aime de tout son cœur, et par l’amour qu’il lui porte, il accède à une voie plus intérieure qui l’appelle vers de plus hauts degrés de connaissance de l’amour. L’amour terrestre, charnel n’est que le début d’une grande aventure : de héros (RO), il devient ROI (1) : il atteint une stabilité émotionnelle, n’est plus coupé en deux, il a trouvé en l’autre son alter ego, et n’a plus à chercher ailleurs, son énergie est maintenant concentrée, centrée sur l’Essentiel. Le couple représente la bipolarité de toute manifestation sur la terre, de toute la nature environnante, qui est foisonnante à souhait dans la tapisserie : les cygnes vont par deux et la végétation est abondante, la terre est fertile.

 

     Le Chevalier  tient son épée par la Garde au niveau de son bas-ventre, bien fichée en terre : « Tu plantes dans le sol ton épée tenue à deux mains, assurant la pénétration du binaire en Unitaire sur la Terre, assurant ainsi la collaboration de l’unifiant tellurique avec ton corps de terrien sur la terre.

     Ainsi fut-il déjà révélé que le paysan qui s’appuie sur son bâton s’appuie en fait sur la Vouivre de la terre qui lui communique son énergie et à laquelle il rend hommage ainsi.

Car tout se passe pour le terrien au niveau de la terre. Sachez vous en apercevoir. Il est médiateur entre Ciel et Terre et chaque activité nécessaire de lui sur la Terre, nécessaire puisqu’il ne peut faire autrement que de manifester cette Energie, chaque activité sur la Terre est Glorification du Ciel et Chant d’Alleluia. Glorification de la Terre par glorification du Ciel et glorification du Ciel dans la glorification de la Terre. »(2)

 

     Dans la deuxième partie du tableau de cette tapisserie, nous apercevons une gente dame-oiselle tenant probablement une colombe dans sa main, et les couleurs de sa tenue (rouge et bleue) renvoient à celles du fanion représentant la Licorne unifiant ces deux couleurs : cette dame à la Licorne (3), n’est-elle pas l’âme intermédiaire, qui, unifiée, nous souffle son message et nous guide en chaque instant de notre existence ?

 

  © Photo Magdala

 

      Car nous devons assumer cette existence qui s’offre à nous comme un champ de bataille, où ce même chevalier est représenté orné de ses attributs royaux (sceptre et couronne) avec son destrier dignement paré.
     Un écusson orne le cou du destrier : le dragon ailé, symbole des forces vitales qui nous dynamisent, est maîtrisé par le Chevalier.  Son existence de Chevalier doit être assumée en vertu des règles attenantes à l’Ordre de Chevalerie. 
 

      Au cours de cette existence, il ne doit pas perdre de vue le but à atteindre : le Graal. Mais qu’est-ce que le Graal et que signifie cette quête en vérité ? Robert de Boron nous a transmis à travers sa Quête du Graal (5) une image liée à la Passion du Christ et à sa rédemption. Dans son œuvre se réalise la synthèse entre la matière de Bretagne, le récit de Perceval le Gallois ou le Conte du Graal (5) de Chrétien de Troyes, et la foi évangélique.

 

      Le Graal est symbolisé par une coupe : dans le rituel de l’Eucharistie, la coupe contient l’hostie symbole du corps du Christ. Manger le corps du Christ ou ce qui le symbolise, c’est revêtir l’Homme Parfait qu’Il représente. « On le nomme ainsi, enseigne Robert, parce qu’il "agrée" à ceux qui le voient. » (6)

 

       Recevoir l’agrément du Seigneur, être en accord avec son Soi Divin, réaliser le Tout-Un, c’est l’ultime quête.

 

       La dernière partie de la tapisserie est située au-delà du fleuve, frontière naturelle qui oblige les chevaliers à s’arrêter, se poser. Les chevaliers qui arrivent à cette étape du parcours initiatique perdent leur destrier et cessent d’être « à leur cheval lié ». C’est la Chevalerie « célestielle ». Les Chevaliers doivent entrer dans la nef qui les attend et se laisser guider. Le cheval symbolise aussi le mental duquel on doit se dessaisir afin de se laisser porter par une autre énergie, qui n’est déjà plus « de ce monde ». Toutes les carapaces sont délestées, on cesse d’être FORT, donc de se heurter à la matière pour entrer dans son FOR intérieur. (7)

 

61.-tapisserie--detail-4.JPG© Photo Magdala

     La Dame Blanche, couronnée, est cette fois l’âme cosmique qui nous guide vers notre destination finale : l’ile d’AVALON où repose également, dit la légende, le Roi Arthur. Le château de l’île arbore le fanion du Graal, et le Roi a retrouvé sa Reine, sa Dame de haut lignage, pour son élévation suprême.

 

   © Photo Magdala

 

1 En Langue des Oiseaux, le Héros (air et eau) doit retrouver son Principe (I – Feu) et l’incarner dans la matière (Terre), alors il est véritablement F-O-R-T. Cf MONIN, Yves (Emmanuel), Hiéroglyphes Français et Langue des Oiseaux, éditions Le Point d’Eau, 1982.

2 EMMANUEL, le Bréviaire du Chevalier, éditions Le Point d’Eau, 1984, p. 162-164.

3 Cf. EMMANUEL Yves-Monin, le Message des Tapisseries de la Dame à la Licorne, éditions le Point d’Eau,  1979.

4 Cf. LULLE, Raymond, Livre de l’ordre de chevalerie, éditions La Différence, 1991 et EMMANUEL, Le Bréviaire du Chevalier, op. cit. tomes 1 et 2.

5 La Quête du Graal, édition présentée et établie par Albert BEGUIN et Yves BONNEFOY, éditions du Seuil, collection Sagesses, 1965.

6 La Légende Arthurienne, éditions Robert Laffont, collection Bouquins, 1989.

7 La Quête du Graal, op. cit. p. 18.

8 EMMANUEL Yves-Monin, L’Univers en code-barres, autoédition, 1998, cf. grille dodécalogique du Tarot, p. 68 et 69.

 

1 Kinthia Appavou est co-auteure de La Vouivre, un symbole universel, EDIRU, 2006, de Jean, Nicolas et les quatre éléments, un conte illustré par ses aquarelles, Edition L'escarboucle de la Vouivre, 2003 et de La Spirale évolutive du Tarot Essentiel, Editions M. C. O. R., 2007.



64.-araignee-au-plafond.JPG © Photo Magdala

Le plafond de la salle de musique.



EN PAYS CATHARE, LA ROCHE "FOUGASSE", NON LOIN DE LA CROIX DE MORENCI

EN PAYS CATHARE, A LAVELANET, LA CROIX DE MORENCI ET SON MYSTERE

LAVELANET ET LES CHEMINS DE LA VOUIVRE QUI SENTENT BON LA NOISETTE...


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Roger 29/08/2014 09:57

Il n'est pas sûr que les Cours d'Amour se soient véritablement tenues ; il est possible que leur "invention" ait été l'œuvre des romantiques. La tapisserie remonte très certainement au XIXe siècle ou au début du XXe, époque où le celtisme était très à la mode.

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens