Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 10:05

Colloque panafricain sur la spiruline

à Koudougou du 27 février au 6 mars 2010

Spiruline2.jpg

Connaissez-vous la spiruline?
Elle existe sur terre depuis plus de 3 milliards d'années,
et serait à l'origine de l'oxygène. Elle a été découverte au Tchad en 1965.
Tout d'abord exploitée comme complément alimentaire dans le Nord,
un certain Dr Fox Ripley a pensé dans les années 80
qu'on pourrait l'utiliser pour lutter contre la malnutrition
.

LA SPIRULINE, UNE ALGUE BLEUE, ALIMENT TRADITIONNEL DES ANCIENS PEUPLES


Avec l’association “Uni vers La Vie”


A Koudougou, la spiruline est cultivée depuis 1999.
Au Burkina, la première culture s'est développée à Nanoro en 1996
et, depuis, des fermes la cultivent à Loumbila, Ouahigouya, Sapouy, Sabou...
Sa culture devrait s'étendre largement pour résoudre
les problèmes nutritionnel de ce pays,
surtout pour les enfants, les malades, les femmes enceintes...
et tous ceux qui souffrent de carences alimentaires.
Sa culture est un enjeu vital pour tous les pays de l'ouest africain,
et de toute l'Afrique d'ailleurs.

Encore faut-il qu'elle profite d'abord aux populations locales
avant d'être exportée vers les pays développés,
même si c'est avec la mention "commerce équitable" !

Spiruline.jpg

L'association

 oeuvre au développement de la culture de la spiruline et a organisé une

Caravane éco-solidaire et artistique

pour l’Afrique
partie avec quinze de ses membres depuis Montpellier
pour Koudougou en passant par le Maroc,
la Mauritanie et le Mali.
Elle utilise le théâtre pour sensibiliser
aux enjeux de cette culture et à ses techniques,
simples et efficaces puisqu'il est possible de cultiver la spiruline en quantité familiale à peu de frais.
 


Main Ok


http://spirumanne.com/accueil-spirumanne.php

Conte

LA PETITE ARAIGNÉE ANANSÉ 

ET LA PETITE ALGUE BLEUE

d’après le mythe fondateur des Ashanti du Bénin

 

 

!


       Je tisse depuis la nuit des temps les mythes, les contes et les légendes qui tissent le devenir des humains.

Il était une fois…

En ces temps reculés, c’était le tout début du monde. La Terre était encore un chaos de roches informes, de déserts pierreux et stériles. La vie n’était pas encore sortie des vastes fleuves qui parcouraient les rives de ses déserts, des torrents qui dévalaient les pentes de ses montagnes arides. Le Ciel était plongé dans une obscurité totale, dans une opacité de poussières…

Seule sur cette Terre de détresse la petite araignée Anansé tissait vainement sa toile… 

Ah ! Elle avait au fond de son Cœur, cette petite araignée mâle, malgré la noirceur du Ciel, un Soleil qui brillait et la certitude qu’au-delà de cette noirceur qui envahissait tout, ce Soleil existait et brillait…

Alors elle décida de monter, monter jusqu’au sommet de la plus haute montagne qu’elle devinait dans cette brume noirâtre, pour découvrir peut-être le Bien-Aimé qui habitait son Cœur…

Elle gravit alors une colline, tissant le Fil d’Ariane de son destin. Jamais elle n’avait osé s’aventurer ainsi… ! Elle n’hésita pas un instant, tant son cœur la portait vers Celui qu’elle aimait. Elle marcha longtemps, gravissant des roches, traversant des déserts de pierre. Loin du pays qu’elle connaissait, une rivière lui barra la route, infranchissable ! Non, elle ne retournerait pas en arrière ! L’amour fut plus fort que l’angoisse ; sans savoir nager, en parfaite Fidèle d’Amour, elle se jeta dans le courant qui la porta sur la rive opposée. A peine séchée,  elle reprit son chemin. Elle marcha, marcha, montant, montant sans trêve…, escalada des collines, des montagnes…Longtemps, longtemps, longtemps après, elle atteignit, exténuée, le plus haut sommet de la plus haute montagne de cette Terre...

Elle avait tissé un fil d’une longueur incommensurable… elle eut comme un vertige. A cet instant, elle vit que son ambition était démesurée, son amour impossible ! Elle était toujours plongée au sein de la même obscurité terrible ! Elle ne vit pas le Bien-Aimé mais la même obscurité que tout en bas dans la plaine…

Jamais, jamais, au grand jamais, elle ne verrait le Soleil de son Cœur ; jamais, jamais, au grand jamais elle ne pourrait entrevoir de ses yeux Celui qu’elle savait être. Mais là, elle en avait la certitude, elle était plus près de lui ; elle décida d’y demeurer, tremblant et pleurant de ne pouvoir entrevoir Ses rayons... 

Elle passait son temps à pleurer le chagrin de son absence. Existait-il vraiment ailleurs que dans son rêve ? Le temps était arrêté suspendu... Elle décida de rester là, accrochée au rocher, le reste de sa vie. Elle tremblait et pleurait… Elle ne ferait rien d’autre éternellement.

 

Les jours, les mois, les années passèrent…

Vint le moment où une brise se mit à souffler tout en bas dans la plaine, soulevant les grains de sable du désert. Le souffle du vent grandit et se transforma en tempête, agitant de noirs tourbillons. Il enflait au fur et à mesure qu’il montait. Il escalada les collines, les pentes des montagnes, il arriva jusqu’au sommet de la plus haute montagne... La petite araignée Anansé  s’accrocha à son rocher, résista de toutes ses forces. Elle ne voulait pas être emportée, quitter l’endroit où elle se sentait malgré tout plus près de son Amour. 

Elle s’arc-bouta, plaqua son abdomen au sol, mais elle était très faible. Elle eut beau faire, le vent fut le plus fort ; il la souleva, la projeta et elle se mit à monter. Elle ne tenait plus à la terre de sa naissance que par le long fil tissé durant son ascension. Il se rompit et elle fut projetée dans les airs. Elle entama une ascension extraordinaire ; elle montait, montait… et plus elle montait, plus l’obscurité se dissipait… Une lumière fugitive tout d’abord, puis douce, tendre et chaude réchauffait son Cœur… Ah ! se dit-elle, que n’ai-je lâché plus tôt !

Elle avait la certitude de se rapprocher de Lui ! Ah ! Que n’avait-elle lâché prise plus tôt ! Elle montait ! Elle planait, continuant à dévider son fil, envahie par la chaleur de son amour qui grandissait encore et soudain, elle le vit, le Soleil de son Cœur… Les noires ténèbres étaient dissipées… La chaleur intense des rayons solaires l’emplissait d’une joie extrême ! Mais au même instant, elle sentit un froid glacial lui vriller les entrailles, roidir ses membres et glacer son sang…

Elle sut qu’elle allait mourir…

Elle montait, montait en se consumant. Que lui importait !

Au moment où son amour fut à son paroxysme, le fil qu’elle avait tissé devint comme un éclair incandescent. Elle hurla de bonheur et mourut dans l’extase.

Les débris carbonisés de son corps retombèrent dans la plaine désertique, tout en bas. Le vent dispersa ses cendres… 

 

Les jours, les mois, les années passèrent… C’était au tout début du monde… Des cendres de la petite araignée Anansé tombées dans le grand Fleuve de la Vie naquit une petite spire minuscule… un « Fil Amant » né de l’Amour. Il se multiplia dans l’eau d’abord, et plus il se multipliait, plus l’obscurité du Ciel se dissipait ! De noirâtre, le Ciel devint plus gris, une légère blancheur se fit jour… Cette spire minuscule envahit tous les fleuves…, cela dura des siècles et des siècles… Elle gagna les marécages des rives…, devint mousses et lichens, envahit petit à petit les sols arides et un jour, un jour, les ténèbres enfin dissipées laissèrent les rayons du soleil arriver jusqu’au sol et l’astre solaire se mit à briller dans le Ciel de cette Terre…

 

L’étoile solaire se leva et se coucha bien des fois, réchauffant de la chaleur de son Amour les pousses, que l’on peut dire maintenant vertes, nées des cendres de la petite araignée Anansé…

Elles grandirent.

Il leur donna tant de force qu’elles envahirent la terre.

Ces pousses devinrent des végétaux, puis des arbres.

Ces arbres devinrent des forêts.

Dans ces forêts apparurent des animaux, puis des humains.

Et toi et moi et chacun d’entre nous, et tous les humains de cette Terre, nous descendons de la petite araignée Anansé.

Le monde est notre vaste toile. Où que nous allions sur la toile de ce monde, que l’Amour nous y mène !

Et toujours il existera des fils qu’il faudra savoir saisir et d’autres qu’il faudra savoir lâcher… 

 

Cette petite algue, bleue, verte… est à l’origine de l’atmosphère de la Terre que sa respiration créa…

En ces sombres temps, le Ciel de notre Terre est obscurci par le mental des humains qui s’entretuent, créant les famines et les épidémies qui ravagent l’humanité. Ils ont oublié la Source Originelle de l’Amour qui crée toutes choses…

Alors, cette petite algue verte que l’on appelle spiruline, une nouvelle fois vient à notre secours… pour ensemencer les Cœurs… C’est avec Amour qu’il faut l’accueillir, la cultiver, la partager autour de soi…

 

 

Régor et les « Spiruchons d'univertlavie»,

Rainbow Gathering de Die, le 11 septembre 2009  "


 

glycon.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Margaux 24/06/2014 18:18

La spiruline est un complément alimentaire super pour la santé.

Régor 25/06/2014 07:01

Oui, et ceux qui déploient leur activité au service des pays où sévit la malnutrition ont un vaste chantier devant eux...

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens