Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 15:19

LA GNOSE ET L’ARBRE DE LA CONNAISSANCE

 

DU BIEN ET DU MAL

 

 

par Kinthia Appavou

  L-arbre.jpg

 

Le Dragon, gardien de l'Arbre de la Connaissance ?

 Jardin de Bagatelle, Boulogne.

 

 

 

L’illusion de la séparation avec le Divin de nous, en nous, a été maintenue par la notion de « péché » liée à la chute du fait qu’Adam et Eve avaient goûté au fruit de l’Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal selon la Genèse. Or qu’en est-il exactement ?

 

Pour André Deghaye, auteur de Le Nombre du Fils qui utilise la science des nombres associés aux lettres hébraïques pour nous donner des clés de compréhension de passages restés obscurs dans l’Ancien Testament et le Nouveau Testament, la question se pose : « Mais y a-t-il vraiment deux arbres ou Un seul arbre unissant les qualités et fonctions de l’un et l’autre ?[1] » car numériquement, « c’est toute la science de Dieu qui se trouve dans ces deux arbres et l’on comprend qu’il soit interdit de les approcher, d’y toucher.[2] »

 

Et pourquoi ces deux arbres ne pourraient en former qu’un ? Tout simplement parce que c’est une question de point de vue.

Si l’on s’en réfère à la Genèse, il est dit qu’après avoir mangé du fruit de l’arbre de la Connaissance du Bien et du Mal, Adam et Eve eurent les yeux « dessillés » et prirent conscience de leur nudité[3].

Dès lors, Adam et Eve ont une conscience séparative, une « conscience de » qui leur permet de se voir extérieurement, alors qu’ils étaient « Un » dans deux corps. Ils se voient dans leur différenciation sexuelle et ils se couvrent. Mais dans le même temps qu’ils prennent conscience l’un de l’autre et savent qu’ils sont différents dans leur apparence physique, ils perdent leur conscience intérieure qui les reliait à Tout et donc à Dieu, et c’est à partir de ce moment -là que leur point de vue change, et leur positionnement ayant changé au regard de Dieu, celui-ci leur pose la question : « Où es-tu ?[4] »

Cette question à elle seule indique la perte du Lien qui s’est effectuée par l’intermédiaire du Serpent tentateur. Mais ce serpent en tant que Lucifer « donnait à l’homme la possibilité de devenir conscient intérieurement et extérieurement, donc dans la totalité de son pouvoir extérieur et d’assumer cette Force Divine[5] ». (SER, 143).

 

La conscience séparative nous projette hors du Tout à travers l’individualisation. Dans le monde manifesté, l’homme se voit et se pense séparé de la Création lorsqu’il devient conscient de sa nudité comme il est dit dans la Genèse, et de ce fait, cette « conscience de » le place dans un point extérieur à la Création. Il se voit séparé de son double féminin « Eve », et dans cette individualisation de l’âme incarnée dans la matière la plus dense, l’Adam primordial « chute » en oubliant son Origine, et se prend au jeu de la dualité qu’il a engendrée. C’est cet oubli de sa Transcendance qui a engendré « l’ombre », dont les manifestations constituent un monde anti-créationnel. Et dans cette « conscience de », la conscience individualisée se sépare de la conscience universelle, et chacun d’eux (Adam et Eve) se trouve enfermé dans son « moi » en s’identifiant à cette conscience qui est limitée du fait même de l’état de densité de la matière qui les véhicule.

Leur « moi » s’est substitué au Soi Divin Unique et inconditionnel et l’homme se trouve enfermé dans son « ego », « ennuagé », « enténébré », ayant créé sa limite.

 

Chez les gnostiques apparaît la notion d’un démiurge qui apparaît comme le faux créateur, c’est-à-dire le créateur d’un monde illusoire, et c’est cette illusion qui enchaîne l’homme dans l’état de la dualité et de la séparativité. De fait, le démiurge n’est autre que la représentation imagée du mental humain faisant obstacle au Divin et qui a engendré le monde de la contre-nature. Le langage emprunté à l’époque est rempli d’images que nous devons transposer dans la mentalité actuelle. L’homme ayant créé la contre-nature en subit les conséquences fâcheuses, notamment toutes les formes-pensées émanant de « l’esprit contrefait » : le monde illusoire est la contrefaçon du monde réel. Pour les gnostiques, l’homme doit retrouver son esprit « virginal » afin d’être parfait.

 

Mais l’histoire de la « chute » d’Adam et Eve, c’est la nôtre à chaque instant de notre existence, car la « chute » ne se situe pas dans un temps donné de l’histoire humaine. Il n’y a pas de fatalité et cet état de fait n’est pas irrémédiable.

 

L’homme a engendré la Mort par sa limite et il doit s’en libérer afin de réintégrer son état originel. Et seule la connaissance de son Origine peut le libérer de sa dualité, ici et maintenant. Ce qui est aussi affirmé dans L’Evangile de Philippe : « L’ignorance est la mère du mal, l’ignorance entraîne la mort ; ce que produit l’ignorance n’a jamais existé, n’existe pas et n’existera pas. Tandis que ceux qui sont dans la vérité seront parfaits quand toute la vérité se révélera.[6] ». Et cette connaissance ne peut procéder que par révélation intérieure, celle-ci étant un dévoilement de la lumière originelle contenue dans la matière elle-même. C’est une auto-conscience, lorsque toutes les fibres et toutes les cellules du corps humain sont totalement conscientes parce que la part de vie originelle dont elles sont issues les habite entièrement, de sorte qu’aucune partie n’est laissée dans l’ombre. La véritable connaissance n’est pas que spéculative, elle doit être totalement incarnée dans l’homme pour que l’homme devienne l’habitacle du Connaissant Suprême. Si cette connaissance n’est pas incarnée, nous serons tôt ou tard repris par la lourdeur de la matière. Cela implique un processus de transformation de la matière elle-même, une alchimie qui lui est propre, qui permet l’illumination au sens de fusion de toutes les cellules du corps humain avec celles du cosmos, et cette fusion totale qui ne sépare pas l’individu du Tout est l’unité à réaliser en soi.

 

L’incarnation donne à chaque être humain la possibilité d’atteindre à cette toute Connaissance contenue en son noyau d’être.

 

L-oeil.JPG

 


[1] André Deghaye, Le Nombre du Fils, Dervy, 2007, p. 143.

[2] Ibidem, p. 144.

[3] Bible, Genèse, 3, 6. Traduction André Chouraqui, Desclée de Brouwer, 1989.

[4] Ibidem, 3, 9.

[5] Platon, Le Karuna, Le Secret de la Roche aux 9 marches, Les éditions de la Promesse, 2008, p. 143.

 

[6] L’Evangile de Philippe, p.113, site : www.infologisme.com/art/EvangilePhilippe.html.

 

 

 

"Il n'y a ni Bien ni Mal si l'Energie Première suit son cours Naturel.

Déviée de ce cours, le Mal se crée de cette déviation,

et à lui (au Mal), s'oppose son contraire, l'Energie dite "de Bien",

comme une grâce Divine."

Platon le Karuna, Le Mal, l'Innocence, la Connaissance, Editions de la Promesse, p. 77.

 

 

  Le serpent de la Genèse représente symboliquement le système cérébro-spinal, d'après le Yogi Srî Yukteswar

"L'Oiseau du Haut et l'Oiseau du Bas", conte traditionnel 

LE SERPENT PREMIER A L'ORIGINE DE LA CREATION 

A l'église de Gallardon (28), deux chapiteaux représentent Adam et Eve : des serpents enseignent à Adam la "Langue des Oiseaux", alors que d'autres viennent tout contre le ventre rebondi d'Eve !

 

23449_1574.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

(Clovis Simard,phD) 28/02/2012 16:00


Mon Blog(fermaton.over-blog.com),No-3, THÉORÈME de L'ARBRE. - LA CROIX ET LE NOMBRE Pi.

axel 14/01/2011 04:49



Je partage complètement ce point de vue de Kinthia Appavou sur la Gnose de l'arbre de la connaissance du bien et du mal qui nous change de l'exégèse chrétienne qui voit satan partout. L'homme est
sorti de l'animalité et il va vers encore plus d'Esprit, pour le moment il n'est qu'un adolescent Naar. Il doit aller vers l'Homme complet Enosh. Merci...


 



Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens