Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 09:41

Le Jeu de l’Oie

 

-cid_852FFF11B66D4B3A844D24BFB7482C7D-pcbdd06bd89707.jpg 

  En Europe, l'ancien Jeu de l'Oie des petits enfants déroule, en une spirale involutive, le parcours de tout humain vers le paradis en imageant les rencontres, aides et obstacles à éviter pour ne pas faire retour en arrière, voire à la case départ, ou bien pour faire des bonds en avant.

 

 Au Moyen Age, ce jeu , avec ses embûches sur le parcours, imageant le pèlerinage humain sur cette terre, était appelé Jeu de Dédale. Sur le plan symbolique, l’Oie renvoie à un animal qui annonce le danger. Ce mot aurait les mêmes racines que « oreille » et « entendre ».  

  JeuOIE2.jpg

 

Jeu de l'Oie.

 

La règle de base est intangible. Le jeu se joue avec 2 dés. Un premier coup décide de celui qui va commencer. L'Oie signale les cases fastes disposées de 9 en 9. Nul ne peut s'arrêter sur ces cases bénéfiques et on double alors le jet.

Qui tombe à 6, où il y a un pont, ira à 12.

Qui tombe à 19, où il y a un hôtel, se repose quand chacun joue 2 fois.

Qui tombe à 31, où il y a un puits attend qu'on le relève.

Qui tombe à 42, où il y a un labyrinthe retourne à 30.

Qui tombe à 52, où il y a une prison attend qu'on le relève.

Qui tombe à 58, où il y a la mort recommence.

Le premier arrivé à 63, dans le Jardin de l'Oie, gagne la partie, à condition de tomber juste sinon il retourne en arrière.

 

  La Langue des Oiseaux utilise beaucoup les homophonies qui parlent à nos oreilles. Ainsi, comme dans le titre du recueil de Perrault "Contes de ma Mère l'Oie" (1697) : « mer », « mère » et, pourquoi pas, « maire » ? Ce qui donnera, dans cette Langue dite aussi Diplomatique : « La loi est ta Mère » qu’on entendra également : « La Loi est amère » en jouant sur la liaison. Difficile en effet de découvrir la Loi de la Terre et d’en accepter les contraintes essentielles pourtant…

Dans la mythologie grecque, la déesse Némésis, pour échapper à l’étreinte de Zeus, se transforme en oie. « Mais, en considérant la signification de Némésis, et en parlant la langue des oiseaux, on conviendra que Ma Mère l’Oie est aussi “Ma Mère Loi”, c’est-à-dire l’ordre cosmique, et plus exactement l’image de la structure sacrée de l’univers dans sa création originelle. Certaines confréries initiatiques médiévales qui parlaient cette langue y virent aussi pour toutes ces raisons “Ma Mère Loge”. Et la Reine Pédauque[1] (Pied d’Oie) vint alors marquer de sa patte fourchue les habits des cagots[2], certains carrefours des routes de pèlerinage, et certaines poutres de charpente.[3] » Les Contes de ma Mère l’Oie[4] sont considérés comme des contes hermétiques.

   

Qu’y a-t-il d’autre à faire sur terre, sinon « garder les Traces de la Loi » ?

Némésis est la déesse dont la puissance abat toute démesure humaine, pour que l’univers demeure ce qu’il est, la Loi divine étant pour la toute protection de l’homme et non pour contraindre ou sévir.

Jadis, dans l’ancienne Egypte, lorsque les Pharaons furent identifiés au soleil, leur âme fut représentée par une oie, car « l’oie est le soleil sorti de l’œuf primordial.[5] »

Le Jeu de l’Oie est aussi un labyrinthe dont les images traditionnelles sont les principaux hiéroglyphes du Grand Œuvre ; elles « exposent les étapes éternelles et universelles de toute existence humaine, pour protéger des faux pas, des conduites erronées, de l’incompréhension des épreuves rectificatives et dynamisantes : pour nous apprendre à écouter les Fées, les Dieux, les signes du Destin ![6] » Ce jeu déroule une spirale involutive qui mène, malgré les obstacles, au paradis de la dernière case, notée 63, pour laquelle il convient d’être par sept fois neuf[7]. Pont, puits, prison, mort sont autant de figures du parcours qui ont leur correspondance ésotérique dans les images du Tarot.

Au Moyen Âge, les Chevaliers jouaient également au Jeu du Cygne[8]. A cette époque, on parlait de Damoiseau et de Damoiselles. Entendez ! Dame-Oiseaux, Dame-Oiselles ou mieux encore d’Âmes-Oiseau et d’Âmes-Oiselles !

 

Chaque joueur refait ainsi, en se déplaçant case après case, et d'âge en âge, le chemin que parcoururent les héros antiques, de Thésée à Perceval. On ne sort victorieux des ténèbres qu'avec la lumière de la Connaissance.



 


     [1] Reine Pédauque : « reine mythique qui trouverait son origine dans la ville de Toulouse à l'époque où elle était capitale du royaume wisigoth (de 413 à 508). Elle se caractérise par un pied d'oie, d'où son nom : « pè d'auca » en occitan signifie « pied d'oie »; l'étymologie attribuée par d'autres sources au bas-latin, est tout aussi probable, « pes aucæ. (…) La patte d'oie et la lèpre sont en effet étroitement liées : cette maladie entraînant des affections cutanées pouvant faire penser à la peau des pattes de palmipèdes. » (Wikipédia) Autres Reine Pédauque : sainte Néomaye (Deux-Sèvres), sainte Enimie (Gorges du Tarn). Les cagots, cagotes ou cagous sont au Moyen Âge des groupes de personnes repoussées car soupçonnées de propager la peste.

[2] Ceux qui montrent de la dévotion de manière ostentatoire.

[3] Gérard de Sorval, La Marelle, op. cit., p. 16.

      [4] Le Petit Chaperon rouge, Peau d’Ane, Cendrillon

[5] Albert Champdor, Le Livre des Morts, 1963, p. 118.

[6] Emmanuel-Yves Monin, « Les derniers Trouvères et la mythologie française », article paru dans La Lettre de l’Ile-de-France. Mythologie en Parisis et en France, décembre 2005, n° 56, p. 4.

[7] Pour la symbolique des chiffres, voir notre livre, La Métaphysique des Chiffres, auto-édition, 1998.

[8] Voir les tableaux de la peintre Myrrha.

 

 

La hiéroglyphie nous donne des clefs intéressantes :

 

 

oieA.jpgLe compas du A, tournant autour de son axe engendre le cercle, O, la manifestation fermée sur elle-même, le temps cyclique que symbolise aussi bien l’Ouroboros qui se mord la queue dans la mythologie grecque que l’Anaconda Rodin qui enserre le monde chez les Amérindiens d’Amazonie, la totalité du monde manifestée dans sa plénitude.

Le O peut être vu comme l’axe I qui s’incurve en C et se referme ensuite ; tout fermé, il devient alors le tout d’une manifestation se coupant du Principe. Ou bien, il peut être vu comme la coupe de réceptivité du U qui se referme sur une totalité coupée du Ciel.

Dans le binaire, on tourne en rond !

   

I de oieLe I est la lettre essentielle du décryptage ; qu’enseigne sa graphie ?

Pourquoi dit-on couramment qu’il faut « mettre les points sur les I » ? Pour rappeler les principes, même si ceux-ci sont très relatifs et terrestres. « Mettre les choses au point » également, comme le veut le bon sens populaire. Tout bateau sur sa route, et tout cheminant sur le chemin, se doit de « faire le point »… sur les étoiles[1] ! Dans l’exotérisme l’autorité s’exerce de façon péremptoire par l’expression « un point c’est tout ! ».

Le cabaliste l’entend d’une autre manière et dira de même «  un Point, c’est Tout » ; comme partie de l’hologramme du Tout, ce Point, qui est vide, contient le Tout ! Ou encore, « un Point sait Tout » ! Le Point Source et non plus le point relatif. De ce Point naît[2] l’axe de la manifestation, I.

 

« I. Ce caractère est le symbole de la toute puissance manifestée.[3] 

  

IO et OI

 

Depuis le Principe se fait le déploiement du tout (O). Ainsi la vie est-elle passion (« passer le I dans le O » pour déployer) alors que l’existence (ex-I-se déployant sur terre en ce) est faite de devoirs (d’E-voir : voir depuis le E et non depuis la Source).

Par symétrie dans le miroir, IO donne OI, faire du O un I c’est se fourvoyer.

OIE, comme LOI, imagent ce sens puisque inconnaissable par le mental humain est la Loi cosmique. Le Tao n’affirme-t-il pas que « la loi suprême est l’absence de loi » !

Dans l’inversion OI, c’est la manifestation fermée qui est prise pour axe, comme dans « soi », « moi », « toi » . Le O est alors le Ciel qui se referme dans le binaire de descente, alors qu’il s’ouvre au Principe dans l’ascension, la phase involutive. Le « SOI » par excellence fait son axe depuis la totalité de la manifestation, O n’étant plus le C de la chute se refermant sur lui-même, mais le Tout comportant le manifesté et le non-manifesté.

- soi : ego de l’individu.

- Soi : « Ego-Centre de l’Unique » (Karuna).

L’inversion donne des principes humains relatifs : loi, foi, roi, soi, soif, voir…, mais là encore, comme pour « Soi », d’autres décryptages sont possibles, tout étant une question de contexte. Ce n’est pas pour rien que l’impératif du verbe être, SOIS, est ce qu’Il Est. Au lecteur d’y réfléchir…

 

 E-Oie.jpgQuelles sont les structures du E ?

Cette lettre est trine par ses trois barres ; elle est terrestre également puisque dessinée par quatre traits. Mais c’est la cinquième lettre de l’alphabet. L’axe du I déploie les trois plans humains qui conjuguent les graphies du F et du L. La barre du bas marque le plan physique, celle du haut celui du mental. Quant à celle du milieu, plus courte, marque le plan émotionnel-relationnel, domaine encore « senti-mental » comme il est dit dans Hiéroglyphes Français et Langue des Oiseaux. Ce sont les trois plans de déploiement de l’être humain sur terre.

  

  

OIE

 

Oie2

 

  Oie, en vieux français, Oue. Il y avait jadis une rue aux Oues à Paris, qui fut altérée en rue aux Ours !

 

securedownload3.jpg

 

En latin avica, de avis, oiseau. Avica : A-V-I c’est A ; avis : manifestation réceptive au Principe pour déployer l’énergie.

Au contraire des oies cendrées ou des bernaches du Canada, l’oie des neiges est blanche. Les oies sauvages viennent des régions galactiques pour hiverner en terres plus tempérées. Elles criaillent, sifflent, cacardent dans un tumulte abrutissant. Les oies sacrées du Capitole, celles du temple de Junon, sauvèrent ainsi Rome de l’attaque nocturne des Gaulois en 390 av. J.-C. ! Les oiseaux sauvages sont toujours magnifiés par rapport aux oiseaux domestiques.

Dans la mythologie grecque, la déesse Némésis, pour échapper à l’étreinte de Zeus, se transforme en oie, mais celui-ci la séduit en prenant forme de cygne*.

En Grande-Bretagne, pour les Celtes, elle était la messagère des dieux et de l’autre monde tout comme le cygne*.

Pour la « Mère l’Oie » et le « Jeu de l’Oie », se reporter au chapitre Les règles de décryptage.

En Egypte, « l’oie est le soleil sorti de l’œuf primordial » dit le Livre des Morts égyptien. Comme en Chine, elle était messagère entre le ciel et la terre ; l’avènement d’un roi s’accompagnait d’un lâcher de quatre oies dans les quatre directions de l’espace. L’oie est aussi un animal solaire en Afrique du Nord.

 

O-I-E : Le Tout coupé du Ciel (U se fermant en O), pris comme axe (I)de déploiement des trois plans de l’être humain.

Ou bien l’Eau, le monde émotionnel, pris pour l’axe du déploiement.

 

L’oie n’est guère valorisée dans l’opinion populaire : une oie blanche est une personne candide et un peu sotte et une oie, une personne niaise. Certaines armées marchent au pas de l’oie !

    


[1] Le pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle suit le « Compost-stellaire », le champ (et le chant) des étoiles. ETOILE : anciennement « Estoile, Es-Toi-El, tu es le divin manifesté ». D’où le mantra donné par le Serviteur de Lumière : « Le propre de l’Estoile à suivre est d’être anodine ». A-nod-in’ : dénoue les nœuds, les nodules intérieurs.

[2] « Ce qui NAIT n’EST pas », au regard du Principe. NAIT : énergie se manifestant selon l’axe juste sur terre.

      [3] Fabre-d’Olivet, La Langue hébraïque restituée, l’Age d’Homme/Delphica, 1991, p. 57.

 

http://langue.des.oiseaux.free.fr/

 

http://e.y.monin.free.fr/pages%20livres/hieroglyphes/hieroglyphes.html

 

http://www.soleil-levant.org/presse/article.php3?id_article=10

 

 

 

 

 

glycon.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Terrevive 13/02/2012 13:07


Au temps des pharaons l'oie sauvage était consacrée au dieu Amon. Ce sont des plumes d'oie que l'on trouve sur sa coiffe.


Voici un extrait du livre des morts :


"Je connais cette porte médiane du ciel par laquelle Ré sort, porte de l'horizon oriental du ciel dont le Sud est le lac des oies-khar et le Nord le bassin des oies-ro, lieu où Ré navigue dans un
vent de tempête."


On sacrifiait aussi une oie à chaque angle du temple lors de sa fondation.

Régor 14/02/2012 10:24



Merci pour ce complément très intéressant. Cordialement



Terrevive 07/02/2012 11:37


Que de choses avec l'oie !


Oiseau un peu étrange, bruyant, inabordable, dont j'ai quelques souvenirs d'enfance. On m'avait appris à m'en méfier. Mais on peut très bien la domestiquer, je pense.

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens