Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 07:44

Le Mandala des Serpents-Vouivres



 

 

Régor. Gouache sur papier.

 

La Fleur centrale à cinq pétales

représente  l'Univers enserré par un serpent,

l'Anaconda Rodin des Amérindiens d'Amazonie,

semblable en cela à l'Ouroboros des Grecs.

Il naît au Point central de la Fleur,

Source de la manifestation.

 

Dans les quatre directions se déploient,

 en quatre couleurs différentes,

le Serpent sur le Tau,

symbole du Christ Guérisseur

depuis que ce serpent brûlant

fut élevé sur la croix par Moïse

 pour guérir le peuple hébreu adorateur du Veau d'or,

et le ramener à la foi en Yahvé.

 

Entre les Serpents déployés sur fond d'argent,

quatre Roses aux couleurs indiennes

s'intercalent, entourées par

les amphisbènes celtes entrelacés ;

ils naissent des barres horizontales des taux.

La Rose est symboliquement offerte

par la Dame

au Héros qui ose l'Eros*,

par l'Esprit (le H) - c'est-à-dire l'Amour véritable -,

enseigne la Langue des Oiseaux.

 

Sur le pourtour, sur fond de cuivre,

se trouvent quatre caducées doubles,

or et rouge,

aux entrelacs celtes.

 

Ce mandala est un support de méditation.


*Voir Le Bréviaire du Chevalier, tome II, Emmanuel-Yves Monin,
1989 - 2e éd. 1991, Le Point d'eau.

 &&&

 

Le Christ représenté

sous la forme du Serpent crucifié

 

 

 

   
 
 
  Dans la Bible, il est dit que, lorsque Yahvé fait sortir le peuple hébreu de sa captivité en Egypte, il commande à Moïse d'user de Sa Puissance. Celui-ci dit à son frère Aaron :
     «Prends ton bâton, jette-le devant Pharaon et qu'il devienne serpent...» (Exode, VII, 8).
     Les magiciens du Pharaon ayant fait de même, le bâton d'Aaron «engloutit» les autres serpents.
     Un hymne dit du Christ : «Il est ce serpent qui dévore les serpents de Pharaon» (Année liturgique de Dom Guéranger).
     Lorsque Yahvé ordonne le départ des Hébreux vers la Terre Promise, il dit à Moïse : «Tu prendras en main le bâton qui s'est mué en serpent» (Exode, VII, 15).
     Lorsque le peuple hébreu, dans le désert, se révolte contre Moïse, le châtiment est brutal :
     «Dieu envoya alors contre le peuple les serpents brûlants, dont la morsure fit périr beaucoup de monde en Israël. Le peuple vint dire à Moïse : «Nous avons péché en parlant contre Yahvé et contre toi. Intercède auprès de Yahvé pour qu'il éloigne de nous ces serpents ».
     Moïse intercéda pour le peuple et Yahvé lui répondit :
     «Façonne-toi un Brûlant que tu placeras sur un étendard. Quiconque aura été mordu et le regardera restera en vie.»
     Moïse façonna donc un serpent d'airain qu'il plaça sur l'étendard, et si un homme était mordu par quelque serpent, il regardait le serpent d'airain et restait en vie (Les Nombres, XXI, 6-9) (1). 
     Ce Serpent d'airain fut ensuite placé dans le Temple et y resta jusqu'à l'époque d'Ezéchias (Deuxième Livre des Rois, XVIII, 4).
     Dans ce Serpent élevé sur l'Etendard, les Pères de l'Eglise virent le Christ guérisseur des péchés du monde élevé sur la croix. Ils suivaient en cela saint Jean qui compare audacieusement le Christ au serpent :
     «Comme Moïse éleva le serpent au désert, ainsi faut-il que soit élevé le Fils de l'Homme» (Jean, III, 14).
     Et l'hymne de Laudes pour l'exaltation de la Croix chante :
     «Les saintes plaies du Christ sont les sources du salut universel : ceux qui ont été blessés, elles les guérissent, à l'instar du serpent d'airain».  
 
T     

  
 
Serpent d'airain sur une croix en forme de tau.
Biblia Pauperum, XIIIe s., Bibliothèque de Munich,
dessin de Flamia C. d'après Le Bestiaire du Christ de L. Charbonneau.
  
T  

Les alchimistes représentent  le Serpent Mercuriel crucifié

suspendu au bois, ou bien enroulé sur la croix en té.

 


 

 

Serpent mercuriel crucifié,

dessin de Flamia C. d'après un détail du  livre d'Abraham,

Figures Hiéroglyphiques, manuscrit du XVIe s., 25, XXXIX

(dans Psychologie et Alchimie de C. G. Young ).

 

 

« La crucifixion réelle enseignée par Maître Jésus n’est pas un écartèlement. Elle est un Retour à la Source, au Point Central, au Corps Glorieux et au Cœur Rayonnant alors que l’écartèlement que nous proposent l’humanité, les relations, les compagnons, est un écartèlement loin du Point Central, et par conséquent loin de la véritable crucifixion. »

 

Emmanuel (Yves Monin) - Conférence inédite, 1983.

 

 

 

CLIPS SUR LA VOUIVRE 


LE PROPHETE JONAS ET LE GRAND OEUVRE ALCHIMIQUE




Partager cet article

Repost 0

commentaires

Maous d'Autriche 20/06/2012 16:22


Les symboles sur ce mandala forment un tout. On a l'impression d'assister à un récit, puis lorsque l'on descend vers l'article toutes les explications nous apportent éclaircissement et
compréhension.
Bel article.
Bien amicalement, maous

Régor 22/06/2012 09:08



Sympa. Merci.



Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens