Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 14:14

LE SERPENT DE LA GENESE

 

REPRESENTE SYMBOLIQUEMENT

 

LE SYSTEME CEREBRO-SPINAL

 

par Kinthia Appavou

 

 

 

 

Portail de la cathédrale Notre-Dame, Paris.

  

 

Une explication formulée par Srî Yukteswar[1] (1885-1936) concernant la Genèse suscite l’étonnement et la réflexion, car de toute évidence, elle évoque de manière non fortuite les écrits des gnostiques [1A] qui ont été retrouvés à Nag Hammadi (Egypte) en 1945 ainsi que certains paragraphes de L'Evangile de Philippe :

 

« La Genèse est profondément symbolique ; une interprétation littérale ne permet pas de la comprendre, expliqua-t-il. L’arbre de vie, c’est le corps humain. (…).

Le serpent représente l’énergie du système cérébro-spinal[2], lovée sur elle-même, qui stimule les nerfs sacrés. Adam, c’est la raison, Eve, le sentiment. Lorsque l’affectivité, ou conscience d’Eve, inhérente à chaque être humain, est dominée par l’impulsion sexuelle, la raison, ou Adam, succombe.[3]

 

SysCerebroSpinal.jpg

 

Ensemble du système cérébro-spinal,

vu de profil par le côté gauche.

 

Dieu a créé le genre humain en matérialisant les corps de l’homme et de la femme par sa puissance de volonté ; il leur conféra le pouvoir de se reproduire de la même manière divine, immaculée.[4] Comme il avait jusqu’ici limité sa Puissance créatrice au règne animal, régi par l’instinct et privé de la plénitude de l’intelligence, Dieu a créé les premiers corps humains, symboliquement nommés Adam et Eve. Pour accélérer leur évolution ultérieure, il leur transféra l’âme, ou essence divine, de deux animaux.[5] La raison prédomine chez l’homme ou Adam, chez Eve, la femme, le sentiment. Telle fut l’expression de la dualité ou polarisation sous-jacente au monde des phénomènes. La raison et le sentiment communient dans la joie aussi longtemps que l’esprit humain n’est pas dupé par l’énergie serpentine des inclinations animales.  » [6]

 

Depuis Darwin, on sait à partir de quels animaux l’évolution des corps humains s’est faite. Les paroles de Srî Yukteswar nous mènent loin dans la réflexion sur ce que nous sommes en tant qu’êtres humains et aussi sur le Pouvoir Créateur de l’homme lorsque celui-ci n’est pas coupé de son Père. Il s’agit bien de la Conception Immaculée[7] pour celui qui unifie les deux parts de lui-même, symboliquement Adam et Eve.

Ce mariage, cette hiérogamie, sur laquelle L'Evangile de Philippe revient constamment, rejoint tout ce que les traditions disent lorsqu’il est question de ces deux énergies que sont l’homme et la femme, la force spinale (raison) et la force astrale (sentiment). Mais il ne faut pas oublier que ce qui est perverti, c’est « l’esprit contrefait», c’est-à-dire l’esprit contre-nature, qui fait du sexe l’objet de sa perversion.

 

Nicole Daumard a parfaitement commenté L'Evangile de Philippe et notamment ce passage :

« La chambre nuptiale n’est pas pour les animaux, ni pour les esclaves ni pour les femmes impures, mais pour des hommes libres (éleuthéros) et des vierges (parthénos). » (Evangile de Philippe, 61a).

« L’homme animal n’a pas accès à la chambre nuptiale céleste ; ni l’homme esclave du prince de ce monde : les forces de la nature ou “archontes” ; ni les impurs, c’est-à-dire ceux qui cherchent encore et toujours le vrai bonheur dans le plaisir charnel ou matériel, et n’ont pas connaissance de la transmutation de la pulsion sexuelle en un désir spirituel et une force spirituelle. Mais la vie terrestre est là pour nous en montrer la voie à travers toutes les souffrances et désillusions qu’elle nous réserve, et c’est peut-être le secret de la vieillesse qui, ayant plus ou moins reconnu les limites du désir sexuel, peut nous faire entrevoir son autre dimension, ou tout au moins nous y préparer comme dans une “solitude intérieure” acceptée.

 

 La-20femme-serpent-20ou-20M-C3-A9lusine-20--20Ch-C3-A2teau-.JPG 


La Vouivre du château de Pierrefonds (Oise).

 

La chambre des amours divines est réservée aux âmes libérées de ce monde et redevenues vierges par la renaissance dans la vérité : la connaissance de l’unique réalité, de l’unique nécessaire, l’astral pur de la Fraternité où règne Christ. “Beaucoup se tiennent devant la porte, mais seuls les solitaires entreront dans la chambre des noces” (Evangile de Thomas, 75). Les “solitaires”, ceux que la Gnose, la connaissance du monde de l’Esprit, a fait redevenir “libres et vierges”. Ces solitaires ne sont pas des ascètes retirés au  désert, mais des êtres humains vivant au sein de la vie de ce monde, qui ne refusent pas la relation sexuelle avec leurs conjoints, mais qui, au tréfonds d’eux-mêmes, ont rencontré une dimension qui n’est pas de ce monde et vivent dans cette dimension une vie qui n’est plus du tout de ce monde. Là ils sont “solitaires”, c’est-à-dire sans liaison avec le monde ordinaire, ils sont “vierges” c’est-à-dire en train de se délivrer des croyances erronées et des illusions maléfiques concernant ce monde et surtout eux-mêmes, et de ce fait ils deviennent donc “libres”. Ici il n’y a pas opposition entre femme et homme comme on pourrait le croire. La féminité était associée – et elle l’est peut-être toujours dans un certain sens – à l’impossibilité de se libérer des pulsions naturelles de ce monde. (…). Ainsi le “solitaire”, au comble du désespoir terrestre, est bientôt au comble de la félicité la plus profonde des profondeurs de son être, car il n’a plus rien en lui que cette attirance irrésistible vers la source de sa félicité lumineuse, comme si une étoile avait soudain surgi dans sa misérable chair terrestre et illuminait l’obscurité de son cœur, coupant tous ses liens avec le monde. Etoile scintillante, la pierre philosophale, pierre précieuse et cristalline qui étincelle de tous ses feux, trésor du Graal, la coupe sacrée qui reçoit l’Eau vive. »[8]

 

  Ch-C3-A2teau-20de-20Pierrefonds-20-28Oise-29-1-.JPG

  Château de Pierrefonds (Oise)

 

Mais pour dégager la voie de l’énergie serpentine afin qu’elle s’écoule librement de bas en haut et de haut en bas, on comprend qu’il est nécessaire de désincruster son mental de tout ce qui l’encombre, à savoir les obsessions, les phantasmes divers et variés, les peurs, les désirs, qui la plupart du temps tournent ou ont pour objet le sexe dont nous serions encore esclave.

 

 

La société moderne ne fait rien pour libérer l’homme de cet esclavage, bien au contraire : elle tend à le maintenir encore plus prisonnier de cet aspect éphémère de lui-même en donnant aux hommes le sentiment d’êtres impuissants alors même que leur énergie sexuelle suit la loi naturelle du corps humain.

Car le corps est soumis à des cycles qui nous permettent de faire des passages vers une plus grande maturité : de même que la puberté a constitué un passage de l’adolescence à l’âge adulte, de même la ménopause ou l’andropause constituent des passages vers la sagesse que nous devons acquérir en fin de parcours, le détachement vis-à-vis du corps que nous quitterons durant la vieillesse.

Ce qui est certain, c’est que si nous n’atteignons pas ce détachement et que nous ne réussissons pas à transmuter l’énergie sexuelle, nous ne serons jamais libres.

Or les maturités du corps nous offrent la possibilité de véritablement « grandir ». Et plutôt que de lutter contre, comme le fait la société contre-nature, qui maintient la peur de la vieillesse et la peur de la mort, nous pouvons décider d’accompagner ces transformations, de les vivre totalement, entièrement, pleinement, sans en faire un problème, et accepter sereinement l’étape de la mort  quand elle viendra, car elle viendra inévitablement.

 

 

Shri-Yukteswar.JPG

Srî Yukteswar

 

LE SERPENT PREMIER A L'ORIGINE DE LA CREATION

 

LE SERPENT KUNDALINI

  


 

[1] Sri Yukteswar Giri (aussi orthographié Sriyukteswar Giri et Sriyukteshvar Giri) (10 mai 1855 - 9 mars 1936) est le nom monastique de Priyanath Karar (aussi orthographié Preonath Karar), le guru de  Paramahahansa Yogaananda.

Sri Yukteswar fut Jyotisha (astrologue védique), yogin et un commentateur éclairé de la Bhagavad Gita et de la Bible. Ce fut un disciple de Lahiri Mahasaya de Varanasi et un membre de la branche Giri de l'ordre des Swamis . Yogananda le nommait Sri Yukteswar Jnanavatar, ou "Incarnation de la Sagesse" (Wikipedia)

[1A] Pour les textes gnostiques, se référer aux textes traduits par la Bibliothèque Copte de Nag Hammadi (BCNH).

[2] Cérébro-spinal (du latin cerebrum = cerveau, et spina = épine) : qui appartient au cerveau et à la  moelle épinière. - L'axe cérébro-spinal ou encéphale-médullaire constitue, chez les vertébrés, le système nerveux central, logé dans le canal rachidien et le crâne, par opposition au grand sympathique. (http://www.cosmovisions.com/cerebrospinal.htm)

[3] Voir Genèse, III, 12-13 :

 « Le glébeux dit : “La femme qu’avec moi tu as donnée

m’a donné de l’arbre, elle, et j’ai mangé.”

IHVH Elohim dit à la femme :  “Qu’est-ce que tu as fait ?”

La femme dit : “Le serpent m’a abusée et j’ai mangé.”  (Traduction  A . Chouraqui)

[4] Voir Genèse, I, 27-28 :

« Elohim crée le glébeux à sa réplique,

à la réplique d’Elohim, il le crée.

Elohim les bénit. Elohim leur dit :

“Fructifiez, multipliez, emplissez la terre, conquérez-la.

Assujettissez le poisson de la mer, le volatile des ciels,

Tout vivant qui rampe sur la terre.” (Traduction  A . Chouraqui)

[5] Voir Genèse, II, 7 :

« IHVH Elohim  forme le glébeux –Adam, poussière de la glèbe – Adama.

Il insuffle dans ses narines haleine de vie :

Et c’est le glébeux, un être vivant. » (Traduction  A . Chouraqui)

[6] PARAMAHANSA YOGANANDA, Autobiographie d’un Yogi, Editions Adyar, p. 179-180.

[7] Lire le chapitre « La Conception Immaculée » dans Le Miroir symbole des symboles : http://miroirsymboledessymboles.wifeo.com/-la-conception-immaculee.php

[8] In http://www.histoire-christ-gnose.org/Evangile%20de%20Ph.pdf, p. 19.

Nicole Daumard a publié L’Evangile de Philippe librement commenté et restitué, Editions Alethia, Paris.

 

 

logo.jpg

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Kinthia 16/09/2010 16:30



Merci Ced pour cette très intéressante vidéo qui résume le "symbolisme du serpent" en rejoignant ce que nous disons dans cet article plus précisément.



Ced 13/09/2010 19:29



J'ignore qui est cette personne,mais on reste sur les memes themes : 


http://www.youtube.com/watch?v=ueVjXu3zhV4



Régor 16/09/2010 11:15



Oui, le symbolisme du Serpent-Vouivre est universel, d'où le titre de notre livre : "La Vouivre, un symbole universel" (3e éd. EDIRU) ; de Kinthia Appavou et Robert Régor Mougeot.



Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens