Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 17:53

« Le Papotin,

 

un journal qui change

 

le regard sur l’autisme »,

 

thumb-le-papotin---un-journal-pas-comme-les-autres-2938.JPG

 sur :

 http://www.psychologies.com/Moi/Problemes-psy/Troubles-Maladies-psy/Articles-et-Dossiers/Le-Papotin-un-journal-qui-change-le-regard-sur-l-autisme

 

« Le Papotin est une initiative de Driss El-Kesri, rédacteur en chef du journal, et de Gilles Roland-Manuel, médecin-chef de l’hôpital d’Antony.

Il ne s’agit pas d’une thérapie mais d’une démarche culturelle et d’intégration destinée à offrir à ces "journalistes atypiques" une ouverture sur le monde. »

(http://www.gralon.net/articles/enseignement-et-formation/association-et-organisme/article-le-papotin---un-journal-pas-comme-les-autres-2938.htm)

 

 

Un certain nombre d’interviews faites par les journalistes du « Papotin[1] » viennent d’être publiées dans :

 

Papotin2.JPG

 

« Nous, on a - ou on nous a mis - des verres correcteurs pour appréhender la vie, l’amour, la mort. Pas eux. Si bien qu’on se demande parfois si ce ne sont pas eux qui voient mieux », écrit Marc Lavoine en page 18 du chapitre « Entendre les arbres pousser ».

 

Savourez, entre autres, les bons mots de Nathalie :

« - délit : action de mauvais coucheurs

- Polissage : Action d’embarquer quelqu’un au commissariat de police

- Illettré : Ecrivain qui n’a jamais su écrire

… » (p. 58)

 

Il y a, dans ce livre, de la poésie, de la naïveté, de la sincérité, et un humour extraordinaire. Ainsi ce jeune autiste qui « ouvre son texte, “Je suis né un jour bleu” » ! C’est en effet bouleversant ! En 1968, au collège Olivier-de-Serres à Viry-Châtillon (91), l’intendante avait fait repeindre le préau en bleu. Une inscription lapidaire vint proclamer : « Le bleu restera gris tant qu’il n’aura pas été réinventé » ! Lui, il l’a réinventé !

 



[1] Les enfants autistiques de l'hôpital de jour d'Antony (92) publient depuis plus de 20 ans, avec l'aide de soignants et d'éducateurs, un journal trimestriel : Le Papotin- Fenêtre sur la ville- 37, avenue Léon Jouhaux - 92167 Antony cedex. Tél. 01 48 28 43 33.

 

 

Pour avoir conté lors d’un colloque à la Sorbonne des contes sur Leïla et Majnun, un conteur « fut amené à conter cette fois dans un internat d’enfants autistes. Après quelques hésitations, il leur conta les mêmes histoires. Eh bien ! il certifie à qui veut l’entendre que les plus autistes ne sont pas toujours ceux que l’on croit ! Ces enfants sont d’une réceptivité si aiguë qu’il est bien plus facile de les toucher au cœur que beaucoup d’intellectuels caparaçonnés dans leur spécialité ! Il en est ainsi…[1] »

 

Papotin3.JPG

 

Dans La Vouivre, un symbole universel[2], nous avons écrit, dans le chapitre « L’état naturel de l’homme » :

« Sont fous tous ceux qui ne sont pas conformes à la norme établie par la société, tous ceux qui refusent la réalité.

Il est intéressant d'envisager le cas des enfants autistiques qui sont atteints de « démence précoce » du fait de leur « incapacité à acquérir un contenu mental[3] ». Leur ouïe est très sensible : ils peuvent entendre des sons très légers (les chuchotements, le frottement d'épluchures de marrons l'une contre l'autre) ou s'inhiber complètement devant des sons très forts en prenant l'attitude de l'enfant immobile devant le danger. Ils ont une vue sensible à la lumière et au moindre reflet mais peuvent être complètement insensibles si la lumière est trop forte.

« Ils reniflent tout, se sentent parfois attirés par une odeur fétide... ou s'affolent en sentant l'odeur dégagée par un produit de beauté.[4] »

En général, ils refusent les caresses ou se mettent à rire aux éclats.

Ils ont un sens étonnant de l'équilibre et peuvent tourner autour de leur axe pendant longtemps sans avoir le moindre vertige.

Au niveau du langage, dans le cas « d'autisme infantile précoce », ils n'arrivent pas à développer un langage articulé et s'expriment par des cris (cas des mutiques) ou bien leur langage est réduit, peu propice à la communication (cas des verbeux)[5]. Ils ont alors du mal à comprendre les métaphores et tout ce qui est abstrait. Incapables de s'adapter à notre façon de penser, ils sont hermétiques au raisonnement logique mais sont sensibles à toute expérience d'ordre émotionnel.

Leur mode de fonctionnement est essentiellement apparenté à celui de l'animal, sans carapace mentale. Ils n'ont pas de notion, n'ont pas de culpabilité, pas de honte, pas de pudeur. Ils sont donc très fragiles, mais plus réceptifs que les gens normaux aux forces cosmiques et telluriques. Ils sont reliés à des rythmes universels ainsi qu'à un langage universel dont ils sont émetteurs et récepteurs. Les mouvements giratoires à la manière des derviches tourneurs ainsi que les balancements leur produisent un « enivrement » leur faisant oublier le malaise qui en est la cause. Leur trop grande réceptivité et leur vulnérabilité les amènent à avoir des réactions imprévisibles et souvent brusques.

Leur malaise ne provient-il pas du fait de vivre dans une société qui a perdu le sens de l'Universel ? Leur maladie ne nous renvoie-t-elle pas en reflet cette décadence dont ils se protègent ? Ce qui leur manque, c'est la conscience car ils sont, telle une girouette, à la merci des énergies qui les traversent et les font passer d'un extrême à l'autre, incapables d'assurer leur survie ou leur autonomie. Mais ce processus même de conscience implique une structure mentale qui les mettrait dans un mode de fonctionnement plus rationnel par lequel ils ne se sentent pas concernés.

Ils fonctionnent à l'inverse des gens « normaux » dont la référence est leur monde mental et tout ce qui lui est attenant sans être pour cela plus justifié. En refusant en quelque sorte la « chute », ils refusent par là même le moyen d'acquérir la Conscience.

Le point d'équilibre pourrait se situer entre ces deux modes, et là est justement la difficulté. Nous pourrions parler de réceptivité consciente pour réconcilier ces opposés.

Simplement, nous avons autant à apprendre des autistes qu'eux ont à apprendre de nous. Là où une communication est possible entre les deux extrêmes, c'est par le point de Jonction, le Cœur.

Seul le langage du Cœur, nous le savons, est universel[6] »



[1] Contes qui coulent de Source, prologue : « L’inspiration du conteur », EDIRU, 2006.

[2] En collaboration avec Kinthia Appavou, (1993), 3ème édition EDIRU 2006.

[3] Alfred et Françoise Brauner, Vivre avec un enfant autistique, PUF, 1980, p. 22.

[4] Idem, p. 27.

[5] Id., p. 29.

[6] « Le cœur a ses raisons, que la raison ne connaît point. (...) Je dis que le cœur aime l'être universel naturellement, et soi-même naturellement... ». Blaise Pascal, Pensées.

 

logo.jpg

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens