Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 18:08

Jesús León Santos,

paysan de la région de Oaxaca, Mexique,

 

obtient l’équivalent du Prix Nobel de l’Ecologie,

en 2008 avec cinq autres lauréats


LeonSantos.jpg

 

Peu le savent, mais il existe un prix de type « Nobel » pour l’écologie.

Cette année il a été gagné par Jesús León Santos, de 42 ans, un paysan mexicain indigène, qui a réalisé au long de ces 25 dernières années un travail extraordinaire de reforestation dans sa région de Oaxaca (sud du Mexique).

 La récompense se nomme « Prix Goldman pour l’environnement »
                                       (
http://www.goldmanprize.org/theprize/about_francais).

Il a été créé en 1990 par deux généreux philanthropes et citoyens engagés des Etats-Unis, Richard N. Goldman et son épouse Rhoda H. Goldman.

Il consiste en une dotation de 150 000 Dollars US et s’attribue chaque année, au mois d’avril, à San Francisco.

Jusqu’à présent il a été décerné à des défenseurs de l’environnement de 72 pays. En 1991 c’est l’Africaine Wangari Maathai qui l’a gagné, elle qui a obtenu ensuite le prix Nobel de la Paix en 2004.

 

Jesús León Santos l’a obtenu parce que, lorsqu’il avait 18 ans, il a décidé de changer le paysage où il vivait, dans la Mixtèque haute, la « terre du soleil ». Cela avait l’allure d’un panorama lunaire : étendues incultes et poudreuses, sans arbres, sans eau et sans fruits. Il fallait parcourir de grandes distances pour aller chercher de l’eau et du bois. Presque tous les jeunes émigraient pour ne jamais revenir, fuyant de tels plateaux et une vie si dure.

Avec d’autres habitants du lieu, Jesús León se fixa l’objectif de reverdir les champs. Et il décida de recourir à des techniques agricoles précolombiennes, que lui avaient enseignées des Indiens guatémaltèques, pour convertir des terres arides en zones de cultures et boisées.

 

Comment mener à terme le projet ? En faisant revivre un outil indigène oublié lui aussi : le « Tequio », le travail communautaire non rémunéré.

Il réunit quelque 400 familles de 12 municipalités, créa le Centre de Développement Paysan Intégral de la Mixtèque (Cedicam en espagnol), et ensemble, avec des moyens extrêmement limités, ils se lancèrent dans la grande bataille contre la principale responsable de la détérioration : l’érosion.

Dans cette région mixtèque, plus de 50 000 hectares ont perdu à peu près 5 mètres de hauteur de sol depuis le XVIe siècle. L’élevage intensif de chèvres, l’excès de troupeaux et l’industrie de production de chaux qu’établit la colonie détériorèrent la zone. L’usage de la charrue de fer et la coupe intensive d’arbres pour la construction des imposants temples dominicaux contribuèrent assurément à la désertification.

 

Jesús León et ses amis impulsèrent un programme de reforestation. Au pic et à la pelle ils creusèrent des fossés-tranchées pour retenir les eaux des quelques pluies, il semèrent des arbres en petites pépinières, travaillèrent l’abonnement et plantèrent des haies vives pour empêcher la fuite de la terre fertile.

Tout cela favorisa un regain aquifère. Puis, dans un effort titanesque, ils plantèrent environ quatre millions d’arbres d’espèces natives, acclimatés à la chaleur et sobres en absorption d’eau.

Puis ils se fixèrent le but d’obtenir la souveraineté alimentaire pour les communautés indigènes et paysannes.

Ils développèrent un système d’agriculture durable et organique, sans pesticides, grâce au sauvetage et à la conservation des semences natives du maïs, céréale originaire de cette région.

Ils ont surtout planté une variété très particulière au lieu, le « cajete », une des plus résistantes à la sécheresse. Elle se plante en février et mars, époque la plus sèche de l’année là-bas, avec très peu d’humidité dans le sol, mais quand arrivent les pluies elle croît rapidement.

 

Au bout d’un quart de siècle, le miracle s’est produit.

Aujourd’hui, la Mixtèque haute est restaurée. Elle a reverdi. Des sources ont surgi, avec davantage d’eau. Il y a des arbres et de la nourriture. Et les gens n’émigrent plus.

Maintenant, Jesús León et ses amis luttent contre les transgéniques, et plantent quelque 200 000 arbres chaque année...

Chaque jour ils font reculer la ligne de la désertification.

Avec le bois des arbres on a pu récupérer une activité artisanale qui avait disparu : la confection, en ateliers familiaux, de jougs de bois et ustensiles d’usage courant.

De plus, en des points stratégiques ont été enterrées des citernes en ciment armé, de plus de 10 000 litres de capacité, qui recueillent aussi l’eau de pluie en vue de l’arrosage de serres organiques familiales.

 

L’exemple de Jesús León se voit imité à présent par plusieurs groupes voisins, qui ont créé également des pépinières communautaires, et organisent ponctuellement des plantations massives. 

 

 

 

 LeonSantos2.jpg

Présentation des prix Goldman 2009 sur:
http://www.goldmanprize.org/pressroom/2009_prize_release_french



Les Ouroboros :
En plus d’une récompense monétaire, chacun des six récipiendaires annuels du Prix Goldman reçoit une sculpture en bronze qui est une version stylisée de l’Ouroboros, un serpent se mordant la queue. Commun à de nombreuses cultures autour du monde, l’Ouroboros est un symbole des pouvoirs de la nature et de son renouveau.




Representation copte de l’univers ;
l’ouroboros entoure le soleil, la lune et les quatre points cardinaux.

Symboles, Signes et marques, Georges Nataf, Berg International.


L'OUROBOROS, SYMBOLE UNIVERSEL DU TEMPS CYCLIQUE

L’OUROBOROS ET NOTRE PERCEPTION DU TEMPS

L'OUROBOROS, SA SIGNIFICATION ALCHIMIQUE 



glycon.jpg



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens