Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 09:40

 

HONGRIE

Budapest, capitale de la Hongrie, réunit "Buda", la ville haute, ancienne capitale sur la rive droite du Danube, à "Pest", ville basse sur la rive gauche.




La peste a-t-elle sévi à Budapest comme dans toute l'Europe ?

 

Le guérisseur y est présent.

 

http://saint-roch-guerisseur-pestes.wifeo.com/

 







Photos Jacques Rouxel


La Vierge noire de Budapest, copie de celle de Czestochowa en Pologne


glycon.jpg

Repost 0
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 09:21

 

Saurez-vous apprivoiser le Dragon ?

 

 

Voir le site : http://auberge-des-voyajoueurs.com/apprivoisez_le_dragon.php

 

 

img_dragon_01.jpg

 

 

img_large_02_false.jpg

img large 03 false 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           « J'ai été voir le site, c'est sur le principe du "jeu", ils proposent des séjours de 3 nuits pour "apprivoiser le dragon" mais relativement cher tout de même....

           Mais c'est très bien pour les visiteurs, les enfants...  Cela a l'air d'être un beau lieu de séjour... », écrit une correspondante. Surtout pour ceux qui ne connaissent pas la forêt de Brocéliande et les sites mégalithiques des environs. 

   

SAINTE MARGUERITE ET LA MAITRISE DU DRAGON

 

Saint jerome et la maitrise de son animalite

 

logo.jpg

 

Repost 0
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 10:58

Un événement attendu

 

depuis plus de quinze ans !

  

Venus des Bahamas, de l'île d'Andros,

 

trois frères et l'épouse de l'un d'eux

 

sont peut-être les derniers

 

à maintenir la tradition

 

des chants des anciens esclaves...

  BahamasX

 

 BahamasY

 

festivaldelimaginaire.com

 

   L’histoire du peuplement des Bahamas commence par l’exode des Sudistes américains à la fin de la guerre de Sécession. 


 
   Les Rhyming Spirituals  chantés dans les plantations du Sud, dans le contexte où ils prirent naissance, se transportèrent dans les îles bahaméennes.
Ces chants fascinants permirent aux esclaves de surmonter un deuxième exil.
Perdus, ils seraient un chaînon manquant dans l’évolution des sensibilités musicales
entre les Gospels afro-américains  et les chants africains originels, traditionnels.

 
Sunrise.

 

Les textes des chants permettent de mettre en valeur leurs sources naturelles d’inspiration, la vie quotidienne des esclaves noirs à l’époque, et leur Source surnaturelle, religieuse, à la fois païenne et chrétienne.

Ces esclaves et leurs descendants chantent avec la terre, avec la mer, en évoquant les ancêtres, pour transcender les difficultés quotidiennes et donner un sens aux épreuves qu’ils traversent.

DE MEMPHIS L'EGYPTIENNE A MEMPHIS USA, LE MISSISSIPI ET ELVIS PRESLEY

MARTINIQUE: DIAMANT, MAISON DU BAGNARD, MONUMENT AUX ESCLAVES

Ces anciens cotonniers dont les chants étaient collectifs sont devenus pêcheurs d’éponge, solitaires sur leurs barques durant de longs jours.
Chanter ensemble au retour les réconcilie entre eux par le partage de leur inspiration,
les soude dans une même énergie de vie et les réconcilie aussi profondément avec eux-mêmes. 

 
Suth Andros.


     Leurs chants sont prières, louanges,
demandes et rêves
tout à la fois.
Ils évoquent beaucoup la mort

qu’ils se préparent à traverser inéluctablement,
comme tout humain.

      Ces chants, devenus traditionnels, sont l’âme de tout un peuple de pauvres, paysans, artisans, marins, pêcheurs… Alors que le Work Song se déploie sur un plan très terrestre, que le Negro Spiritual est beaucoup plus émotionnel, le Rhyming provient essentiellement du Haut Intellect et non de la ratiocination. 
     Les paroles, les rythmes, les danses qui les accompagnent, délivrent un message lumineux qui s’avère être de portée universelle  tout comme les chants initiatiques peuls traduits par Hamadou Hampaté Bâ, tout comme les textes du Bardo Thödol tibétain qui donnent lieu à des mises en scène théâtrales impressionnantes, tout comme les textes du Livre des morts égyptien ou les contes canaques.

     Il s’agit de révéler et de maintenir vivante une tradition qui rejoint toutes les autres pour enrichir le patrimoine de l’humanité.

 

     Les Rhyming sont indissociables de l'Obeah qui est l'équivalent aux Bahamas du vaudou en Haïti, tenant tout à la fois du fétichisme et de la médecine à travers des signes et des directions spéciales, à travers la transe, pour résoudre les difficultés de l’existence.

 

(LES PRATIQUES DE SORCELLERIE DANS LE VAUDOU ET L'OCCIDENT CHRETIEN )

 

      Diana Hamilton à l’origine, les chante depuis son enfance, pour renouer les liens familiaux, les liens tribaux, pour retrouver ce qui subsiste de l'ancienne tradition et pour la perpétuer, la restituer à son peuple qui souffre tant aujourd'hui de la proximité des Etats-Unis d'Amérique.

      Les Bahaméens ont plus que jamais le besoin de retrouver leur culture, de la faire connaître non seulement en France, mais dans le monde entier pour mieux la préserver
et assurer la pérennité de ses chants.



The Island.

LA BAHAMEENNE DIANA HAMILTON DE RETOUR AU "PETIT JOURNAL"

Festival Vibrations Caraïbes "Amazones" : Diana Hamilton, à la soirée Calypso, le 7 novembre  

Diana Hamilton chante aussi, en d'autres occasions,

les Rhyming Spirituals des îles Bahamas :

 

On peut écouter des extraits de son CD “A Bahamaian in Paris” 
sur
http://www.myspace.com/missdianahamilton

 

glycon.jpg

Repost 0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 12:04

  ExilsA.jpg                                                       

 Un spectacle fort et vrai, poignant

 

Exils6.jpg« Une zone d’attente. 10 demandeurs d’asile. La pièce est un ensemble de textes, de chorégraphies et de chants (12 chants polyphoniques essentiellement d’Europe de l’Est) témoignant de leurs angoisses, de leurs espoirs et de leurs émotions.

L’association textes/chants/danses permet l’alternance entre moments poignants et d’autres plus légers voire carrément festifs. »

 

Spectacle mis en scène en collaboration avec Bruno Coffineau, directeur artistique du Cri du Chœur. Photos de cette page : Stéphane Redon (couleur) - Camille Chalain (noir et blanc).
 Une vidéo de la pièce (teaser de 6') est visible sur :
http://www.youtube.com/watch?v=ShgZYxzTK3g

 

http://www.compagnie-du-petit-matin.fr/spectacle-3.html

 

Exils4.jpg

Exils5.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ExilsB.jpg

 

 Exils2.jpg

Exils7.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Photos de cette page : Stéphane Redon (couleur) - Camille Chalain (noir et blanc)

 

 

Dates des prochaines représentations :

le 24-03-2012

20h

Art'scène Festival - Vaugneray (69)

le 04-05-2012

 

Gymnase Collège Cazères (31)

le 04-05-2012

21h

Gymnase Collège Cazères (31)

le 14-05-2012

 

MJC Roguet - Toulouse

le 05-07-2012

17h30

Laurette Théâtre - Festival d'Avignon

 

 

 Que d'exils dans le monde !

    Que d'exilés !



         Mais tous ces exodes, ces exils dus aux guerres, aux cataclysmes, aux famines, ne sont-t-ils pas la conséquence d'un Exil plus fondamental ?



Au-delà de ces drames séculaires qui fondent le monde d’aujourd’hui, partout sur tous les continents, se découvre l’esclavage par excellence ; celui qui nous enferme dans la roue des renaissances sur cette terre, lieu d’exil et d’épreuves pour l’âme humaine, coupée de l’Âme Universelle. C’est « l’exil » de la lumière dans les ténèbres :

« Eprouver ce monde-ci comme le monde de l’exil, c’est savoir qu’on vient d’ailleurs, d’un autre monde, vers lequel il s’agit de retrouver le chemin. Pour se frayer cette voie, il faut aller à l’encontre des normes établies en ce monde, à l’usage de ceux qui s’y sont installés…[1] »

A l’exemple du Bouddha, chacun se doit d’arrêter la Roue du Destin à laquelle il s’est enchaîné, la Roue des Renaissances qui l’implique dans toutes les facettes de destinées humaines : bourreau, victime, sage, fou, imbécile, génie…

A l’exemple du Christ, chacun se doit de vaincre la mort et de ressusciter en lui la Vie, de construire son Corps Conscient, de rompre avec la conscience séparative pour vivre la Conscience toute Consciente.

 

Aussi les Derniers Trouvères chantent-t-ils : "J'aimerais redevenir un Ange, comme je sais déjà l'avoir été..." [2]



[1] - Sohravardî. L’Archange Empourpré, traduit du persan et de l’arabe par Henry Corbin, éd. Fayard, 1976, p. 255. Voir également : Abdelwahab Meddeb, L’exil occidental, Albin Michel, 2005.

[2]  Redevenir un Ange : http://florianlacour.free.fr/trouveres/redevenirange.html ; http://www.lesdernierstrouveres.com/.



 

 

 

 

 

 

 

glycon.jpg

Repost 0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 17:06

Dans l’esprit de la non-violence de Gandhi,

 

l’Indien Bunker Roy lance

 

« le collège aux pieds nus »

 

dans le Rajasthan

 

 

« Le tournant de sa vie se produit en 1966, lorsque par curiosité, il va visiter un village du Bihâr. Cette année-là, ce petit Etat rural, frontalier du Népal, connaît une des pires famines de son histoire. Faute de mousson, les greniers à céréales sont entièrement vides et l’aide internationale permet difficilement à chaque personne de disposer d’une chapati par jour, une mince galette de farine de blé, base de l’alimentation indienne.

 

Le choc est terrible pour ce jeune privilégié. Rien dans son parcours personnel ne l’avait préparé à voir cette réalité poignante : des dizaines de milliers de personnes périssent faute de nourriture et ceux qui restent sont condamnés à errer chaque jour à la recherche d’une maigre pitance. C’est décidé, du haut de ses 19 ans, Bunker prend une décision qui va changer sa vie : il veut vivre dans l’Inde rurale et se mettre au service des paysans les plus pauvres.

Sans avoir aucune notion concrète de ce qu’il veut entreprendre et de la manière dont il doit opérer, il décide d’aller vivre dans un des villages du district d’Ajmer, dans le Rajasthan. C’est là, qu’humblement, il passe 5 ans de sa vie. Travaillant comme un forcené, il creuse, nettoie et fait exploser des charges afin de construire des puits. Au contact des villageois de souche, il acquiert la certitude que les connaissances et les compétences pratiques des villageois sont suffisantes pour assurer leur développement. » (http://refairelemonde.over-blog.com/article-14548141.html)

 

751px-Sanjit_Bunker_Roy_at_Time_2010.jpg

 

Il faut visionner la courte vidéo-conférence de Sanjit Bunker Roy qui fait des merveilles.... Si vous aimez les belles histoires, de celles qui rendent confiants en l'homme et en ses possibilités infinies, voici son magnifique témoignage :

http://www.ted.com/talks/lang/pt/bunker_roy.html#.Tty9NE-cDhE.facebook

Pour avoir les sous-titres en français, sous le bouton de lecture, vous avez un menu libellé "Subtitles available in :", choisissez "French (France)".

(Jerry Stabford)

 

           Cette vidéo reprend un article de Bunker Roy paru dans Le Monde Diplomatique de décembre 2000 : « L’Inde invente le " collège aux pieds nus" <SPAN&NBSP;CLASS="FINE"> »

(http://www.monde-diplomatique.fr/2000/12/ROY/14612 )

 

            Ce qui est dit est enthousiasmant, et l’on peut ressentir profondément la sagesse qui est mise en œuvre dans les actions décrites.

 

            Bunker-Roy.jpgBunker Roy a ses détracteurs qui l’accusent d’être «maoïste», de mépriser la science, et prétendent que  cette conférence est un mensonge, un hoax…Voir pour cela les commentaires figurant à la suite de la vidéo.

Lire  par exemple : "19 hours ago: I would believe in this history for babies. But, unfortunately only the blind people do not see that Mr. Bunker Roy is a snake oil salesman. We can not deny the wisdom, but to deny the science is a sham. The university that he had founded and that he claimed to be illiterate project is a hoax..."

 

            L’article du Monde n’est pas un hoax ! A chacun de se faire son opinion : « Ne crois pas, petit, vérifie », chantait en son temps Boris Vian.

 

Sur le site de l’UNESCO, on parle du collège de Tilonia en Inde de manière très positive :

 http://www.unesco.org/education/highlights/pied_nus.html

 

            Une autre vidéo est aussi très convaincante :

http://www.rts.ch/video/emissions/court-du-jour/2996540-inde-le-college-des-pieds-nus.html

 

            Voir également :

            http://www.collectifargos.com/Le-College-aux-Pieds-Nus,1,181,1

            http://www.peripleenlademeure.be/spip.php?article109



  Roger Lazay

                                                            

 

 logo.jpg

 

Repost 0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 16:40

Jérémie Regard, mort en déportation à Buchenwald,

 

dont témoigne l’écrivain aveugle Jacques Lusseyran,

 

(Jacques Lusseyran, aveugle, déporté à Buchenwald, témoigne de sa rencontre avec Jérémie Regard, homme simple, vivant là dans la Joie... )

 

appartenait à la Christian Science.

 

 

 

            Mary Baker Eddy, fondatrice de la Christian Science, née en 1821 aux USA, grièvement blessée lors d’une chute se rétablit en 3 jours.

            « Très jeune, elle était déjà convaincue du pouvoir guérisseur de Dieu : “Dès mon enfance même, j’étais poussée, par une faim et une soif des choses divines – par un désir de quelque chose de meilleur, de plus élevé que la matière, et en dehors d’elle – à rechercher diligemment la connaissance de Dieu comme étant le seul grand soulagement toujours présent au moment des malheurs humains.[1]” » (Wikipédia)

 

 

Mary_bakker_eddy.jpg

 

Mary Baker Eddy.

 

            Ce fut une grande guérisseuse. Elle redécouvre en 1866 les lois que, d’après elle, Jésus appliquait pour guérir les malades, lois démontrables, et elle fonda la Christian Science, la « Science chrétienne », l'Eglise du Christ qui rassemble 1800 églises dans 82 pays. Une église sans credo, affirmant l’omniprésence et l’amour absolus de Dieu qui n’a créé ni le péché, ni le mal, ni la maladie, ni la mort. Ceux-ci n’ont donc aucune réalité dans le monde créé par un Dieu androgyne, Père et Mère à la fois ; ce sont des mensonges et des erreurs humaines pouvant être dissipés grâce à la compréhension spirituelle.

            Dans Science et santé avec la clef des écritures, elle affirme ses convictions. La maladie n’est pas imaginaire, mais elle n’a pas de réalité dans le monde créé par Dieu, et pour l’homme dont la conscience se situe sur ce plan-là. Elle peut donc être vaincue par la foi et la prière.

Mais la souffrance existe du point de vue de la conscience humaine habituelle. Ainsi, la maladie n’étant pas créée par Dieu peut être vaincue : « la prière qui réforme les pêcheurs et guérit les malades est une foi absolue dans le fait que tout est possible à Dieu – une compréhension spirituelle de Dieu, un amour détaché de soi-même ». Mary Baker Eddy considérait que Jésus voyait l’Homme Parfait là où l’homme mortel pécheur apparaît aux mortels. Il le voyait à « la ressemblance même de Dieu, et cette vue correcte de l’homme guérissait les malades ». Selon la Science chrétienne, la prière permet la « spiritualisation de la pensée », faisant en sorte que « la matière ait de moins en moins d’importance », permettant « d’abandonner la manière de pensée mortelle, y compris le désir d’une intervention matérielle. »

« La Science chrétienne, qui a recueilli des milliers de témoignages de guérisons, affirme de son côté que “pour certains, la guérison (morale ou physique) par la prière n’est pas chose possible et certains s’emploient à la contester et à la railler”. Parmi les témoignages publiés se trouvent de nombreux cas de personnes affirmant avoir été guéries après s’être tournées vers la Science chrétienne parce que la médecine conventionnelle ne pouvait plus rien pour eux. Ainsi, Régis Dericquebourg note que la guérison est la première cause d’adhésion au mouvement (25%). Anne-Cécile Bégot affirme avoir fait le même constat lors de son enquête sur le terrain.

Emmanuel Philipon, ancien externe des Hôpitaux de Paris, déclare dans sa thèse publiée pour le doctorat en médecine, de 1913 : “je ne nie pas, loin de là, les succès obtenus par "Christian Science" dans le traitement de certaines maladies organiques. Sans doute, il y a un choix à faire dans les guérisons nombreuses qui sont publiées tous les jours ; bien des "cures" en effet, peuvent s'expliquer par des coïncidences ; d'autres reposent sur des erreurs de diagnostics ; d'autres ont été amplifiées, déformées par l'imagination du malade ; certaines même (ce que je ne crois pas cependant) ont pu être inventées de toutes pièces. Il n'en reste pas moins un grand nombre pour lesquelles on ne peut invoquer aucune des clauses d'erreur indiquées ci-dessus ; et l'on doit admettre que beaucoup de malades ont été véritablement guéris "en Christian Science". Dans tous les cas cités, les malades n'ont eu recours à "Christian Science" qu'après l'échec de tous les moyens médicaux et chirurgicaux possibles ». Il cite des cas de guérisons d’empoisonnement du sang, d’affection de la moelle épinière, d’affection aiguë du poumon, de bronchite, de tumeur et varices, d’eczéma et de crises épileptiques”. » (D’après Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Christian_Science)

  150px-Cross_crown_window.jpg

           

             Il existe trois Églises de la Christian Science à Paris et quelques-unes dans l’Est de la France.

           

            Voici un témoignage intéressant relevé sur le site : http://www.leherautsc.com/heraut/articles/priere-simple-qui-guerit-french.jhtml;jsessionid=PEUDTZSQTFXRXKGL4LYCFEQ

« Lorsque j’étais moniteur de l’école du dimanche, j’ai demandé à ma classe (des enfants de six ans): “Que feriez-vous si une personne vous demandait de prier pour elle ?” Une petite fille, nouvelle dans la classe, a répondu avec une parfaite assurance: “Je lui dirais qu’elle est en sécurité dans la poche de Dieu.” J’ai beaucoup aimé sa réponse. Quand je suis rentré chez moi, après le service d’église, le téléphone a sonné. C’était un homme qui souhaitait un traitement par la prière. Il connaissait peu la Science Chrétienne, mais il avait entendu dire qu’elle guérissait. Il souffrait physiquement. À ma grande surprise, les premiers mots qui me sont venus aux lèvres étaient : “Vous êtes en sécurité dans la poche de Dieu.” Il s’est mis à pleurer et a raccroché sans donner son nom. Une semaine plus tard, il m’a rappelé pour me dire qu’il avait été guéri du problème physique pour lequel il m’avait téléphoné, à l’instant même où il avait raccroché. » (Keith Wommack)

 

            The_First_Church_of_Christ-_Scientist-_Boston_2.jpgEst-ce à cette Eglise, et à son voyage à la Christian Science de Boston (Massachusetts) que Jérémie Regard dut la conduite incroyable qu’il eut à Buchenwald selon le témoignage de Jacques Lusseyran ?

           Actuellement, la réalité est la même, mais présentée dans un langage différent : c’est à la contre-nature créée par le mental humain que sont attribuées la souffrance et la mort. La matière est détournée par l’ego humain à des fins qui ne sont pas celles du Créateur, et non respectée et aimée pour ce qu’elle est.     

           A quelqu’un qui demande si : « C’est l’évolution normale de l’Esprit incarné dans la Matière ? », il est répondu par l’Instructeur du Verseur d’Eau :

           « Cela devient tentation si vous avez créé en même temps l’ego, si vous n’allez pas à Dieu à part entière, si vous y allez partiel. Donc, du moment où vous avez créé le moi, cela s’appelle tentation. Si vous n’avez pas le moi, cela s’appelle le processus normal de l’Énergie.[2] »

           Le moi induit un divorce entre l’intérieur et l’extérieur qui forme une Unité-Duelle.

            « Affirmer que la réalité est extérieure, c’est vider l’univers de sa substance. Sans la lumière que nous portons en nous, jamais nos yeux ne pourraient s’ouvrir sur les objets lumineux, sur les lumières du monde. Si la vibration fondamentale n’était pas en nous, jamais nous ne pourrions percevoir un son. (…) Si Dieu n’était pas en nous, jamais nous ne pourrions espérer devenir des hommes.[3] » 

 

  Jacques Tourny

                                                                                              



  


[1] - Rétrospection et introspection, p. 31.

[2] - Platon le Karuna, Le Secret de la Roche aux 9 Marches, Les Editions de la Promesse, 2008, p. 147.

[3] - Jacques Lusseyran, Le monde commence aujourd’hui, La Table Ronde, 1959, p. 11.

 

 

 glycon.jpg

 

Repost 0
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 18:18

Jacques Lusseyran, résistant aveugle,

 

déporté à Buchenwald,

   

Jacques Lusseyran 

http://www.omalpha.com/jardin/lusseyran-imp.html

 

témoigne de sa rencontre avec un homme extraordinaire,

 

Jérémie, qu’aucune condition ne détournait

 

de sa Joie intérieure.

 

 

Dans son livre Le Monde commence aujourd’hui, Jacques Lusseyran[1], aveugle, résistant déporté à Buchenwald, témoigne d’un héros modeste, Jérémie Regard, mort dans le camp, qui l’a marqué par son témoignage simple :

 

            « Jérémie avait une histoire de forgeron dans un lieu particulier du monde, dans un village de France, et cette histoire, il aimait à la raconter avec de longs sourires. Il la racontait d’une façon très ordinaire, comme tout homme de métier parle de son métier. [il était forgeron] Et c’est à peine si l’on pouvait voir, ça et là, se dresser une seconde forge spirituelle (…) je croyais que, pour être sage, il fallait penser, penser ferme.

            Je restais bouche bée devant Jérémie, parce que, lui, il ne pensait pas… » (p. 29)

 

            « Je vois Jérémie marchant à travers notre baraque. Il y avait un espace qui se formait entre lui et nous, matériellement… » (p. 29) « Il n’était pas effrayant, il n’était pas austère, il n’était pas même éloquent. Mais il était là et ça se voyait. Ce n’était pas un miracle, mais c’était du moins une bien grande action et dont il était seul capable. » (p. 30).

 

            « Il avait une histoire à laquelle il revenait souvent : il appartenait, disait-il au mouvement de la Christian Science…. » (p. 31)

 

            « Le bonhomme Jérémie voyait. Il avait un spectacle devant les yeux, mais ce n’était pas celui que nous avions, nous. Ce n’était pas notre Buchenwald, celui des victimes. Ce n’était pas un bagne, c’est-à-dire un lieu de faim, de coups, de mort, de protestation, où d’autres hommes, les méchants, avaient commis le crime de nous mettre. Pour lui, il n’y avait pas nous, les innocents, et l’Autre, le grand autre anonyme à la voix de tenaille et de fouet, le “salaud”.

            Comment le savais-je ? Vous êtes en droit de vous le demander : après tout, Jérémie ne disait presque rien. Eh bien, c’est sans doute qu’il existe chez certains êtres, qu’il existait chez lui, une rectitude et plénitude si parfaite de la vue que cette vue, la leur, se communique, vous est donnée, pour un instant au moins. Et le silence est alors plus juste, plus exact que toutes les paroles. » (p. 32)

 

            Il faudrait citer tout le livre !

 

            « Jérémie parlait dur, voyait dur. Mais il le faisait doucement.

            Pas trace d’onction chez lui. Il avait la voix ronde, les gestes méticuleux et progressifs, mais c’était habitude de métier, naturel tranquille. » (p. 32-33)

            « Un homme aussi qui ne rêvait pas…Nous, nous rêvions…Nous n’étions pas à Buchenwald… Il n’avait pas peur, et cela aussi naturellement que, nous, nous avions peur.

            “Pour qui sait voir, c’est comme d’habitude”, disait-il. »

            « Il avait toujours vu les hommes dans la peur et dans la plus invincible de toutes : celle qui n’a pas d’objet. Il les avait vus désirer secrètement et par-dessus tout une chose ; se faire mal à eux-mêmes. C’était toujours ici le même spectacle. Simplement les conditions étaient enfin toutes remplies…Il disait que dans la vie ordinaire, avec de bons yeux, nous aurions vu les mêmes horreurs »

            « Jérémie donnait l’exemple : il trouvait la joie en plein bloc 57…Quelle joie ?… La joie d’être en vie… Que sais-je ? La joie. Cela ne vous suffit pas ?

            Cela faisait mieux que de nous suffire : c’était le pardon, là, tout soudain, à quelques pas de l’enfer… La joie de découvrir que la joie existe, qu’elle est en nous, exactement comme la vie, sans conditions et, donc, qu’aucune condition, même la pire, ne saurait la tuer. » (p. 34-37)

 

            Est-ce ce que François d’Assise appelait « la Joie Parfaite » ?

 

Le récit entier de sa rencontre avec Jérémie est sur http ://www.vivre-et-ecrire.com/index.php ?publier=jacques-luzzeyran

 

                                                                                       Jacques Tourny

 

  800px-Christian_Science_Mother_Church-_Boston-_Massachusett.jpg

 

L’Eglise de la Christian Science à Boston, USA,

où Jérémie s’était rendu une fois dans sa vie.

 

  



[1] - Jacques Lusseyran, devenu aveugle à l’âge de 8 ans à la suite d’un accident, témoigne de manière bouleversante dans ses livres : Ce que je vois sans les yeux, et Et la lumière fut, ainsi que dans ses autres livres, de ce qu’un aveugle voit ! Une révélation pour les voyants…


Repost 0
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 09:30

  

  solstice-Carnac-2012-BD.JPG

  

  

2012 Myth or reality ? Summer Solstice

 

  Jeudi 21 juin 2012

06:00 Observation du soleil au quadrilatère de Crucuno avec commentaires

07:30 petit déjeuner à la salle socioculturelle et inscriptions

08:30

10:00 pause

10:30 reprise

12:00 déjeuner

14:00

18:00

21:30 Coucher de soleil à Crucuno accompagné de harpe.

 

Vendredi 22 juin 2012

09:00 Conférence: Les solstices et l'architecture par l'ACEM

10:30 pause

11:00

12:00 déjeuner

14:00 Découverte des alignements de Carnac – rendez-vous au parking du Menec

18:00

20:30

 

Samedi 23 juin 2012

06:00 Observation du lever du soleil dans les alignements de Kermario

07:30 Petit déjeuner à la salle socioculturelle, inscriptions week-end

08:30

10:00 pause

10:30

12:00 déjeuner

14:00

Découverte des alignements d'Erdeven. Rendez-vous au parking de Kerzérho.

18:00

20:30

 

Dimanche 24 juin 2012

09:00

10:30 pause

11:00

14:30

18:00

20:30

22:00 Clôture de l'événement.

 

Ce programme peut connaître des modifications.

 

Tarifs Normal Prems* Tickets à la carte, vendu sur place selon disponibilité

1 jour 50 € 40 €

2 jours 90 € 70 €

3 jours 135 € 110 €

4 jours 170 € 135 €

2012, Mythe ou Réalité ? Chaque conférencier présentera sa réponse à cette question avec ensuite un temps de questions.

Découverte : Les mégalithes oubliés de la Trinité-sur-Mer

Conférence: La grotte de Lascaux et le solstice par CHANTAL JEGUES-WOLKIEWIEZ

Conférence: Les alignements de Carnac par HOWARD CROWHURST

Conférence: Crop Circles

Conférence: Le Nombre d'Or par SCOTT OLSEN

Conférence: les cycles et l'astrologie

Conférence:Les Mégalithes du Monde par ANDY BURNHAM

Conférence: La beauté de Vénus par JOHN MARTINEAU

Conférence: Le cycle de Sirius B et les Dogons par ROBERT TEMPLE

Conférence: Les gravures rupestres de la Vallée des Merveilles de CHANTAL JEGUES-WOLKIEWIEZ

Conférence: Le cycle Maya et 2012 par GEOFF STRAY

film en avant-première : La Révélation des Pyramides avec le réalisateur PATRICE POOYARD et son informateur

Conférence: La division des cycles, message des mégalithes par HOWARD CROWHURST

Table ronde avec tous les conférenciers

Conférence du matin, après-midi découverte : 10 €

Conférence du soir, film : 15 €

Matinée de jeudi : 20 €

* Tickets Prems disponible jusqu'au 8 mai 2012 sur www.megalithes.info

 

   Solstice d'été à Plouharnel et activités de l'Association pour la Connaissance et l'Etude des Mégalithes

   Le culte millénaire de la fécondité au grand menhir du Paly (Essonne) a perduré jusqu'en 1970 sous le couvert du culte de saint Greluchon à Buno-Bonnevaux

 

Les temples mégalithiques de l'île de Malte

 

 

glycon.jpg

Repost 0
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 18:13
La Vouivre à Bénévent-l'Abbaye
(Creuse)
 
  450PX--1.JPG
 
        L'actuelle abbaye a été construite au XIe siècle, pour accueillir la grande quantité de pèlerins venant là prier les reliques de saint Barthélémy ramenées d'Italie en 1028, et tous ceux qui allaient de Vézelay à Saint-Jacques-de-Compostelle. L'Energie y est si forte qu'elle est encore un lieu où se déroulent de véritables initiations.
 
 
 
L'abbatiale celto-chrétienne (XIe et XIIe siècles).
   
Les courants énergétiques de la Vouivre sont signalés extérieurement
par des modillons à tête de serpent.
 
      "Un courant d'eau souterrain traverse la première travée de la nef du sud vers le nord en obliquant légèrement vers l'ouest. Ses directions sud et nord sont marquées par deux modillons à tête de serpent, positionnés différemment par rapport aux contreforts, côtés sud et côtés nord de l'église, afin d'indiquer avec précision l'orientation du courant d'eau.
      Ce courant sous la terre est la "Vouivre" des Celtes dûment localisée ici par des radiesthésistes ; il explique, à la fois, la position inhabituelle des fonts baptismaux placés à droite sur le courant dans la première travée de la nef, au lieu d'être à gauche en entrant, dans le narthex, ainsi que l'humidité qui montait des quatre piliers de cette travée avant traitement." (p. 6)
 
 
Extrait de : Dr Jean Conquet, A propos de l'église de Bénévent : Des Druides aux Compagnons, 1997.
  
 b_n_vent3.jpg
Texte en haut de l'image :
 "Le carré, inscrit dans les absidioles,
est 'le module de construction'
de 9 pieds druidiques de côté soit 9  fois 0,31415
ce qui donne 2,8276 mètres de côté."
 
Chef-d'oeuvre de géométrie sacrée,
l'abbatiale fut construite à la fois sur les Rectangles d'Or
et sur le tracé de la Croix Druidique.
 
(Plan extrait de L'abbatiale celto-chrétienne de Bénévent-l'Abbaye,
Dr Jean Conquet, 2001, p.11)
 
 
« Le serpent apparaît sur quatre des six chapiteaux de la chapelle absidiale. C'est le grand symbole de la Lumière créatrice de Vie. C'est le lien qui relie la Terre au Ciel et le Monde Humain au Monde Divin. Il affirme ainsi l'Unité de la Création toute entière et que tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas. »  (Dr Jean Conquet, Ibid., p. 37)  Ce chapiteau a été dessiné par Sergine Couty (p. 39 et 37). 
Les brochures citées sont disponibles chez le Dr J. Conquet, 34 avenue de la Marche, 23210 Bénévent-l'Abbaye, tél. 05 55 62 61 69.

 

 

 

800PX--1.JPG
@@@@@@@
 

Dans les premiers siècles, le christianisme celtique est d’abord circonscrit aux terres peu ou pas du tout romanisées, et vierges d'invasions germaniques (Bretagne insulaire, ouest de la Bretagne, Irlande). Il s’étend ensuite jusqu’en Lombardie. Mais le centralisme romain finit par interdire les constructions d’abbaye sur le modèle de la croix celtique. Avant d'être chrétiennes, les racines de l'Occident sont païennes, gauloises, celtes.

 

CELTES ET SCANDINAVES, DES IMAGES FORTES

Saint Patrick, le trèfle symbole de l'Irlande et l'entrelacs des serpents-vouivres

glycon.jpg 

Repost 0
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 09:06
Sur les chemins de la Vouivre,
dans l’Aube :
Un saint céphalophore,
saint Lupien


    Nous venions de quitter la Commanderie templière de Montaphilant et nous circulions au hasard des chemins, nous laissant guider au gré de l’esprit. La conversation vint, on ne sait trop pourquoi, sur la célèbre réponse d’Ibn’Arabi à Abûl’I-Wâlid Ibn Roshd (Averroës). Ibn’Arabi la raconte ainsi :
« J’étais encore à cette époque un adolescent imberbe. A mon entrée, le philosophe se leva de sa place, vint à ma rencontre en me prodiguant les marques démonstratives d’amitié et de considération, et finalement m’embrassa. Puis il me dit “Oui”. Et moi à mon tour, je lui dis : “Oui”. Alors sa joie s’accrut de constater que je l’avais compris. Mais ensuite, prenant moi-même conscience de ce qui avait provoqué sa joie, j’ajoutai : “Non”. Aussitôt, Averroës se contracta, la couleur de ses traits s’altéra, il sembla douter de ce qu’il pensait. Il me posa cette question : “Quelle sorte de solution as-tu trouvée par l’illumination et l’inspiration ? Est-ce identique à ce que nous dispense à nous la réflexion spéculative ?” Je lui répondis : “Oui et non. Entre le oui et le non, les esprits prennent leur vol hors de la matière, et les nuques se détachent de leur corps”. Averroës pâlit, je le vis trembler ; il murmura la phrase rituelle : il n’y a de force qu’en Dieu, - car il avait compris ce à quoi je faisais allusion.[1] »

    Le rapprochement se faisait avec les saints céphalophores du christianisme qui, ayant eu la tête coupée, l’avaient ramassée et avaient marché avec celle-ci en la tenant bien en main, la portant au niveau du cœur. Plus de mental ! La Voie du Cœur seulement ! Il en est ainsi de sainte Valérie représentée sur un vitrail de la cathédrale de Limoges, tenant dans un linge sa tête tranchée sur sa poitrine alors qu’un soleil rouge la remplace. De même saint Denis est représenté sur un vitrail de l’église Saint-François-Xavier à Paris (sacristie), tenant sa tête coupée dans ses mains, à l’endroit du cœur, tandis que les anges mettent à la place de sa tête un Soleil radiant. Il en  est beaucoup d’autres, comme saint Génitour (Le Blanc – Berry), sainte Nolwenn (Bretagne), etc.[2].


Sainte Valérie.
Vitrail de la cathédrale de Limoges.



Saint Denis.
Vitrail de l’église Saint-François-Xavier à Paris (sacristie).


   Soudain, nous remarquâmes un champ où se cultivait une plante fourragère, le lupin. Cela est très rare ! Quelques centaines de mètres plus loin, nous arrivions dans le village de Saint-Lupien ! L’église, chose rare actuellement en semaine, était ouverte. Et là, quelle surprise ! Une première statue de saint Lupien avec, à ses pieds, le dragon apprivoisé. Dans le cheminement initiatique imagé en Occident par la maîtrise du dragon, c’est l’étape qui précède celle de la tête tranchée.







   Sur l’autel du saint, un très grand tableau le représentant avec la tête tranchée, celle-ci prenant son envol dans le ciel, emportée par un aigle !

Saint Lupien
avec la tête coupée et l’aigle qui l’emporte dans les airs.




     Sur le côté, une statue du saint, avec la tête tranchée et légèrement décollée ! La parfaite illustration de la réponse d’Ibn’Arabi à Averroès !

Saint Lupien,
avec la tête décollée.
Statue de l’église de Saint-Lupien – Aube.



______________________________

[1]- Cité par Henry Corbin dans "L’Imagination créatrice dans le soufisme d’Ibn’Arabi" – Flammarion, 1958, p.35.

[2] - Voir sur ce sujet le chapitre « La tête tranchée » dans notre livre "La Vouivre, un symbole universel", écrit en collaboration avec Kinthia Appavou.

Voir :
SAINTE NOLWENN ET LA VOUIVRE

1 : La Vouivre un symbole universel :

 

http://fr.youtube.com/watch?v=AloKRUYIRI8

 

2 : CLIPS SUR LA VOUIVRE : les vierges noires.

 

http://fr.youtube.com/watch?v=Cs6E7zQo35s




 
Repost 0

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens