Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 16:20

   La Chandeleur est la fête de la Lumière

  

1er février, Imbolc, fête irlandaise de la purification, fête de Brigit, la Lumineuse, et de la Chandeleur

  

chandelle.jpget les cierges sont allumés à cette occasion où l'on fait des crêpes rappelant le Soleil au coeur de l'hiver.

 

 

"La Chandeleur, autrefois "Chandeleuse", se fête le 2 février, soit 40 jours après Noël. Son nom vient du mot "chandelle". A l’origine, à l’époque des Romains, il s’agissait d’une fête en l’honneur du dieu Pan."

 http://www.momes.net/dictionnaire/c/chandeleur.html

 

 

 

GenStMicel-en-Greve.jpg

  

Ste Geneviève montrant la voie de la Lumière juste entre le bien et le mal.

 

 

saintblaiseChandelle.jpg

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

"La " Bénédiction des Gorges "est un rituel encore en usage dans quelques églises. Elle se pratique le 3 février, jour de la Saint-Blaise. Le prêtre donne cette bénédiction en touchant la gorge du fidèle avec deux chandelles de cire et en prononçant la formule suivante : " Par l'intercession de saint Blaise, évêque et martyr, puisse Dieu vous délivrer de tous maux à la gorge et de tout autre mal, au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit." "

http://www.bldt.net/Go/Alpha/Blaise/blaise01.html

 

 Mais depuis les temps dits préhistoriques, au coeur de l'hiver avaient lieu les Fêtes de l'Ours qui hiberne et dont la sortie de sa caverne annonce le retour du printemps.   

  securedownload.jpg

 

Pendant des millénaires, l'ours brun a suscité l'admiration et la fascination des hommes, au point que ceux-ci vouent à l'animal un véritable culte. Dans bien des rituels, le chaman n'est autre que la personnification de l'ours sacré qui, pour de nombreux peuples sibériens, passe pour être à la fois créateur du cosmos et de la société, ancêtre primordial et héros culturel…

  

 

    Il est important ici d'évoquer les divers aspects de sa vie. Sa place dans l'échelle des prédateurs, des mammifères, sa reproduction, son écologie. C’est un animal difficile à surprendre. Lorsque, poussé par la faim, il effectue des dégâts sur des troupeaux, les demandes de battues réalisées par les bergers font état de "l'apparition" miraculeuse de l'ours. Hibernant, il réapparaît brusquement au printemps lorsque la nature se réveille. L’ourse qui est entrée seule dans sa bauge, en ressort avec un petit. Sa force émane de la terre et illustre le retour à la vie.

     De plus, il est le seul animal en Occident à se dresser sur ses pattes arrière comme les humains. Une légende veut qu'un jour, Dieu effrayé par un homme l'ait transformé en ours. La mythique de l'ours prend sa place dans la nature même de la bête. Sa démarche impressionne ; il va à l'amble, il avance en même temps les pattes avant et arrière d'un même côté. De là, à lui prêter un cerveau capable de s'adapter à beaucoup de situations.

     Rattaché à la fécondité, l'ours animal sacré du renouveau chasse les terreurs hivernales, la faim, le froid, la nuit.

     Les chrétiens n’ont eu de cesse, dans toute l’Europe, d’éradiquer les anciens cultes païens et pour ce faire, d’exterminer les ours représentant la force et la puissance vitales pour lui substituer le lion, emblème de tant de rois.

     Si l'ours a commencé à être victime de la chasse au Moyen Âge, il a rarement été exécuté pour sa viande qui n'était pas considérée comme étant vraiment comestible. On utilisait sa peau, bien sûr, mais on croyait également aux vertus médicinales de sa graisse ou de sa bile, qu'on utilisait pour la pharmacopée.

     En effet, jusqu'au XVIII ème siècle, la bile d'ours fut considérée comme le remède à tous les maux, des blessures graves à la calvitie. Certaines parties du corps de l'ours étaient également utilisées comme des talismans : canines, griffes, poils... Porter sur soi une partie de l'animal procurait un peu de sa force.

     Partout en Europe, le 2 février était un jour de fête païenne, "le Chant de l'Ours". Cette date correspondait à la sortie de tanière du plantigrade, et les Européens fêtaient la reprise de ses activités.

     Pour contrer l'événement, l'Eglise, qui ne tolérait aucune manifestation païenne, prit la décision d'organiser, à cette même date, la "Fête des Chandelles", plus connue aujourd'hui sous le nom de "Chandeleur", date de la fin de l’hibernation de l’ours. S’il fait beau ce jour-là, un dicton dit que l’ours se rendort pour 40 jours. Il s’agit d’un quarante symbolique qui marque le déploiement du quatre terrestre.

     Cependant, les Fêtes de l'Ours n'ont pas été complètement oubliées. Elles sont devenues surtout des manifestations touristiques, mais il est facile encore de discerner qu’elles sont nées de traditions vivantes depuis plusieurs siècles. Près de Perpignan, c’est le carnaval de Saint-Laurent-de-Cerdans[1] ; à Prats-de-Mollo-la-Preste la diada de l’os, la journée de l’ours, se célèbre à la Chandeleur ; à Arles-sur-Tech, la fête est décalée.

     Une légende catalane raconte que, jadis, un ours solitaire rôdait dans les parages, cherchant une compagne. Désespéré, il enleva dans le village une jeune bergère qu’il garda prisonnière dans sa grotte. La bête en rut s’empressa de voler la virginité de la « gentille bergère ». Une grande chasse à l’ours fut alors organisée par les villageois pour tirer la jeune fille des griffes du plantigrade. La traque à travers les massifs élevés du Canigou dura des jours et des nuits. Après de longs affrontements, l’animal fut capturé par les villageois avides de vengeance. Ils enchaînèrent l’ours et le conduisirent sur la place du village. Là, le maire organisa une grande fête pour la victoire de ces braves. Pour humilier l’ours, il ordonna qu’on le rase à l’aide d’une hache. On raconte alors que la bête prit forme humaine. Quant à savoir ce qu’est devenue la pauvre bergère… la légende ne le dit pas !

 

 

     « L'ours, dans sa dimension d'initiateur, marque l'accession à la sexualité (en tant qu'activité procréatrice) des jeunes filles menstruées. Du rituel de la Fête de l'Ours à la séquestration dans la tanière, l'héroïne sort femme et parfois mère. L'ours imprime un passage qui oriente la jeune fille vers un à-venir.[2] »

    Chaque année, une célébration carnavalesque commémore l’événement. Plus qu’une simple tradition, cette fête symbolise, en pays catalan, la victoire de l’homme sur la bête et les puissances du Mal.   

  

  

Dans les rues de Prats.



Il y a eu, en effet comme nous le verrons en remontant le temps, une diabolisation de l’ours par la prédication chrétienne. Le jour de la diada de l’os, tout le village se rassemble pour danser la “ sardane ”. Puis les jeunes hommes commencent ensuite leur métamorphose sur une colline au-dessus du village, dans les douves du Fort Lagarde. Trois jeunes hommes du village revêtent une peau d’ours et s’enduisent de suie et d’huile, symbole des trois derniers ours du Costabonne. Les autres se déguisent en chasseurs vêtus de blanc : un vrai jeu de rôle des temps anciens… Ce qui est fêté aussi, c’est l’extermination de l’ours qui causait beaucoup de dégâts dans les troupeaux de moutons.

      Les « ours » menaçants, armés de gourdins, dévalent alors la colline et s’élancent à l’assaut de la ville. Sans pitié, ils barbouillent de suie les visages des passants qui tombent sous leurs griffes, avec une préférence pour les jeunes filles. Pour freiner la fureur des bêtes, les chasseurs, gourde de bon vin en bandoulière, tirent (à blanc encore) sur les ours, qui s’écroulent. Les chasseurs font ensuite leur apparition dans le village, acclamés comme de véritables héros. Ils enchaînent les « animaux » et les rasent, comme le veut la coutume, sur la place publique, devant la foule en furie. La peau de bête et la suie une fois enlevées, tous les « ours » prennent peu à peu forme humaine. L’homme a vaincu la bête pour devenir humain.

 

 

 Fête de l’ours à Cerdan.

 

     Dans la légende de "Jean de l'Ours", celui-ci est le fils d'un ours et d'une femme. Il est l'équivalent dans le folklore pyrénéen du demi-dieu de l'Antiquité grecque. C'est le Héros par excellence.

    Au siècle dernier, en Ariège, la réalité a dépassé la légende. On dit que la femme nue du Vicdessus passait l'hiver en compagnie des ours dans la montagne. "Ils étaient mes amis, ils me réchauffaient", ont été ses seules paroles intelligibles, avant de mourir à la prison de Foix, quelques jours après sa capture par des chasseurs".

    Dans son livre de chasse, Gaston Phoebus décrit la chasse à l'ours et consacre un passage aux mœurs de cet animal qui, croyait-on alors, "s'accouple comme l'homme".

    Le carnaval des Ours à Andenne (Belgique), où Charles Martel obtint son surnom pour avoir, à neuf ans, tué un ours d’un coup de marteau, est aussi connu. Issoire fête Noël sous le signe de l’Ours Blanc.

      Les dompteurs et montreurs d’ours furent de tout temps nombreux en Europe.

 

 

 Dresseur d’ours.

Porche de la cathédrale de Metz.

 

     Les Tsiganes montreurs d’ours ont parcouru l’Europe depuis des siècles. Ils ont fait des émules. L’un des facteurs de disparition de l’ours en France tient aux conditions de vie très difficiles qui ont contraint les Pyrénéens à inventer des petits métiers regroupés sous le nom de colportage. Ils étaient vendeurs de boutons, de mouchoirs, d’almanachs, fabricants de sabots ou de bijoux. Ils pouvaient être également montreurs d’ours et la tradition des montreurs d’ours perdure encore.

 

 

     Le film de Francis Fourcou, La vallée des montreurs d’ours (1997), montre comment, pour des raisons économiques, la vallée du Garbet, comme sa voisine celle d'Alet dans le Haut Salat pyrénéen, a vu nombre d’Oussaillés, des montreurs d'ours, partir jusqu’en 1914 sur les chemins qui les menèrent en Angleterre et jusqu’aux Amériques.

 

securedownload2.jpg

    

      Aux alentours de 1880, près de 200 familles élevaient des ours dans la vallée d'Aulus, et si les ours venaient à manquer, on en faisait venir du Caucase ! L'orsalher utilisait largement la croyance populaire, le toca l'ours, le fait de toucher l'ours sur la bosse adipeuse ou, pour les enfants malingres ou épileptiques, de faire neuf pas sur le dos de l'ours, qui guérissait de tous les maux. L'orsalher commençait alors son tour. Il simulait un combat avec l'ours, ou montrait comment la bête s'attaquait aux troupeaux. Et la "comédie" s'achevait par la quête aux cris de : « Allons Martin gagne ton pain sinon tu n'auras rien. »

    Il en fut ainsi dans toute l’Europe et ce métier perdure depuis des siècles ; il existe encore actuellement et l’on peut voir des montreurs d’ours dans les fêtes médiévales très nombreuses actuellement.

   Dimitri, fondateur d’Urs Karpatz, a été dresseur et montreur d’ours. Il propose une musique personnelle sans frontière, tout en s’affichant fidèle au grand creuset tsigane qui s’étend d’Europe centrale au nord de l’Inde via les Balkans. (http://www.urskarpatz.com/)

 

 

 

 Dimitri et son ourse, dans le Berry en 1991.

© Photographie Merilla Macha

 

 

     De nombreux saints ont eu l’ours comme animal totémique !
     http://vivrevouivre.over-blog.com/article-20859518.html

 

      Et les ours en peluche ont envahi les berceaux de nos enfants…

 

 [1] http://www.ville-saint-laurent-de-cerdans.fr/grandes_manifestations.php
[2] Nicole Belmont, thèse de doctorat en anthropologie, École des hautes Etudes en sciences sociales, Paris, 486 f°, 28 janvier 1998.

 

L'OURS A LA FOIS CHRISTIANISE ET DIABOLISE

 

LE CULTE DE L'OURS DANS LA PREHISTOIRE

 

LE PAPE ET L'OURS 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 08:28
"En ce 1er février, joyeux  IMBOLC ou Chandeleur  avec cette croix  solaire
porte-bonheur dite croix de la Déesse Brigit ou Brigantia,
sans oublier les crêpes rondes et dorées  comme le soleil.
 Croix-de-la-Deesse-Brigitt--1-.JPG

 

  

Pour faire une telle croix : "Rassemblez :

 - 3 douzaines de paille de blé, d'herbes, de roseaux ou de joncs de même longueur

- de la ficelle pour attacher les bouts

- une pince à linge pour tenir le milieu des pailles entrelacées

 tandis qu'on travaille.

Mode d'emploi : ..." sur "Vivre la tradition celtique" de Mara Freema.

 

 BRIGIT, BRIGANTIA (la Lumineuse).
Elle est la déesse-mère,
elle règne sur les arts, la guerre, la magie et la médecine.
Elle est la patronne des druides, des bardes (poètes, musiciens),
des vates (divination et médecine) et des forgerons."

Pierre A.


Brigit, ou en abrégé Brigh, la « Très Haute » est l’unique divinité féminine celtique et fut assimilée à sainte Brigitte d'Irlande ou Brigitte de Kildare (451-525), née à Faughart près de Dundalk, dans le comté de Louth, en Irlande. (Wikipédia)
 
« Brigite la poétesse, c’est la fille du Dagda. C’est cette Brigite qui est la femme poète, ou la femme de sagesse que les poètes adoraient, parce que sa protection était grande et célèbre. C’est la raison pour laquelle on appelle de ce nom la déesse des poètes dont les sœurs étaient Brigite la femme de médecine et Brigite la femme du travail de la forge. »
Une trinité donc, comme il se doit !
Les trois druides de Tuatha Dé Danann sont en même temps des dieux, fils de la prêtresse-druidesse-déesse Brigite. Mais au-delà desdites triades, « Unique Vérité il y a, et il ne saurait y en avoir plus », nous rappelle avec force Le Manuscrit des Paroles du Druide sans nom et sans visage. (Emmanuel-Yves Monin, p. 442)
 
Berth, Brigh, Brigit, sainte Brigitte…, ce sont là parmi les multiples noms de la Mère Universelle.
Berth, ou Brigh, assume un certain nombre de fonctions symboliques qui peuvent être rattachées au domaine féminin, par exemple le filage, le tissage, la production d’une nourriture abondante, la sauvegarde de la fertilité végétale, animale, humaine.  
 
LE MENHIR DE LA PRESQU’ÎLE DU PLEC  
 
 
La Quenouille de sainte Brigitte.  
  ©  Photo Mnémosyne.

      Ce menhir christianisé se dresse à l'entrée de la presqu'île du Plec, sur la rivière d’Ethel.
 
Connue sous le nom de Queguil Brehet, soit Quenouille de sainte Brigitte, cette colonne de granit mesure 3 mètres. Elle est couronnée d'une stèle appelée Gourhet Brehet (Fuseau de sainte Brigitte) ; sa face est sculptée d'un Christ en croix. La christianisation de ce symbole païen est sans doute associée à la construction de la chapelle Sainte-Brigitte au début du XVIIe siècle.
 
Cette "quenouille" est à l'évidence phallique!
Dans les fondements de l'église des Dames de la Congrégation, fut trouvée une pierre taillée en polygone, où se voient trois femmes nues jusqu'aux reins. L'une tient une quenouille de la main gauche, l'autre tient deux fuseaux, la troisième un vase. Ce sont les Parques, symboles de la naissance, de l'existence et de la mort. Elles tissent inlassablement le destin des êtres humains. Le vase, c'est l'urne fatale où se trouvent les noms de ceux qui doivent mourir. C'est aussi le passé, le présent et l'avenir.
(voir Du Tissage des Formes aux Entrelacs de la Vie : http://sens-des-entrelacs.wifeo.com/)
 
"Un roi païen écossais fut le père de sainte Brigitte d’Irlande et sa mère était une esclave chrétienne, baptisée par saint Patrick. Elle fut nommée ainsi d'après le principe divin féminin (Brigit) chez les Celtes. Elle se construisit sous un gros chêne une cellule autour de laquelle plusieurs femmes se rassemblèrent et la prirent pour mère. Elle fonda ainsi un couvent, autour duquel se forma la ville de Kildare. Elle adopta pour ce couvent la règle de saint Césaire (vers 513), règle qui fut reprise par plusieurs couvents d'Irlande. Ce couvent est le premier monastère double d’Europe : il regroupait des moines et des moniales.
Elle mourut à Kil Dara et elle a été enterrée à Downpatrick avec saint Patrick et saint Columcille (saint Colomba d'Iona) qui sont les deux autres saints patrons de l'Irlande."  (Wikipédia)
 
 
  
 ©  Photo Mnémosyne.
 
         La fête irlandaise d’Imbolc, le 1er février, dans la mythologie celtique, est celle sur laquelle les sources médiévales sont les plus faibles. Le sens du nom est « lustration » :
« La Lustration n’est pas une purification comme ils disent ! Il y a Rétablissement de la Lumière sur une surface donnée, par expulsion d’un état empêchant l’accès de cette Lumière.
Crois-tu que lustrer ton Bâton aux serpents, lustrer ton écuelle, sera les “purifier” ? Mention de rêveur de prendre sa boue, sa poussière, sa noirceur pour la Chose elle-même ! Il ne purifie pas le soleil en enlevant les nuages, le Druide qui les souffle au lointain ! (…)
Le Rituel de Lustration est un Devoir de Connaissant : c’est honorer la Lumière en Lui proposant des Surfaces pour le Plaisir Divin de l’Officiant ; et par lui et pour lui : de son Entourage.
Le Connaissant lustre ; les Dieux Il-lustrent la Lumière, en manifestances : toute image est donc porteuse, donc Message de Lumière, Véridique ILLUSTRATION. »
(Le Manuscrit des Paroles du Druide sans nom et sans visage, Emmanuel-Yves Monin, p. 394)
Cette Lustration prend place à la fin de l’hiver, à l’équinoxe.
 
Remarque : Maître Eckhart dit dans l'un de ses Sermons : "Polir le miroir de son coeur jusqu'à ce qu'il soit désincrusté de tout."
 
Cette Fête pouvait aussi avoir pour fondement un culte lié à la fécondité. Il est évident que ce menhir est essentiellement phallique et qu’il a pu être lié à de tels cultes, très courants alors.
En Irlande, la célébration de sainte Brigitte à cette date conduit à penser qu’Imbolc se déroulait sous le patronage de la déesse pré-chrétienne Brigit.  
   BrigitsCross.jpg
Croix de sainte Brigitte.
Photo Patricia M.

 
 

[1] Book of Leinster, IV, folio 187c, p.825 (Bibliothèque du Trinity Collegeà Dublin).
Repost 0
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 17:17

Chapiteau de l'église de Saint-Benoît-sur-Loire

 

Vouivre-20celtiqueA.jpg 

© Photographie Eléonore S.

 

    « A Saint-Benoît-sur-Loire, ce chapiteau du narthex représente deux hommes

debout tenant chacun un serpent dans une de leurs mains levées.

L 'un de ces serpents possède une tête de cheval et l'autre une tête de bélier.

Le premier représente deux symboles de lumière associés, mais de lumière spirituelle et céleste indiquées par les ailes qu'il porte sur son dos.

Le second est le serpent criocéphale bien connu avec son sens de lumière créatrice de vie animale. Cet ensemble vient encore confirmer la puissance de la lumière créatrice de Dieu transmise par le Verbe. Pour mieux prouver cette liaison, les deux serpents sont enlacés et entourent de leurs queues le cou des personnages qui les ont en main, les rendant inséparables. On s'aperçoit par ces quelques exemples (et il y en a de nombreux autres à rechercher) que le serpent parfois mêlé aux vieux symboles de vie du druidisme joue encore son rôle essentiel qui était attribué au Nwywre primitif. »

 

Nwywre est un des multiples noms de la Vouivre, Vivre, Wywre, Guivre, Givre, Wivre... selon les régions.

http://www.google.fr/imgres?q=vouivre+celtes&start=282&hl=fr&client=firefox-a&sa=X&rls=org.mozilla:fr:official&biw=1016&bih=446&tbm=isch&prmd=imvns&tbnid=g5kS2vQYqRrNQM:&imgrefurl=http://time.canandanann.nl/timeinhoud/vouivre.htm&docid=n-bimkLIkxqtrM&imgurl=http://time.canandanann.nl/images/zuilen/hastinguesarthous.jpg&w=368&h=560&ei=x_8bT5fqKIvY8gPDpPmjCw&zoom=1&chk=sbg&iact=hc&vpx=718&vpy=4&dur=947&hovh=277&hovw=182&tx=99&ty=139&sig=116432448799943941413&page=17&tbnh=133&tbnw=92&ndsp=18&ved=1t:429,r:4,s:282

 

Ces hommes celtes ne sont-ils pas à rapprocher

ci-dessous de femmes nues allaitant deux serpents ?

 

Dessin à gauche : Façade de l'église de Saint-Jouin -de-Marnes

(vallée du Thouet). 

  

Photo à droite : Isis de Montmorillon,

 statue située à l’entrée de l’Hexagone  construit par le Chevalier de Persac,

dans la cour de l’ancien Hôtel-Dieu (XIe s., Vienne)

 

Adossée à elle se trouve la même femme nue

allaitant deux crapauds.   

 

 

 

 

                                 Ou encore cette sculpture du musée de Metz.

 

     

 

 Cette femme image la Mère Universelle,
qui allaite deux serpents ; elle nourrit la création

dans les deux facettes de son dualisme,

  comme le confirme le Rouleau d'Exultet (fin du XIe siècle),

dessin d'une femme symbolisant la Terre

et offrant ses deux mamelles à un bœuf et un serpent qu'elle allaite.

 

     

    
    

« Je suis la nature, mère des choses, maîtresse de tous les éléments, origine et principe des siècles, divinité suprême, reine des Mânes, première entre les habitants du ciel, type uniforme des dieux et des déesses. C'est moi dont la volonté gouverne les voûtes lumineuses du ciel, les souffles salubres de l'océan, le silence lugubre des enfers.
 

Puissance unique, je suis par l'Univers entier adorée sous plusieurs formes, avec des cérémonies diverses, avec mille noms différents ».  

 

(Apulée, Métamorphoses, XI, 4)

 

 

     Les dieux et les déesses partout agissants sont les Forces vivantes de la Création, ils sont les multiples facettes de la Déesse-Mère qui préside à la Vie. 

     La Mère Universelle, les hommes l'ont adorée sous les noms d'Atoum, Astarté, Nammu, Maat, Isthar, Tanit, Cybèle, Dana, Koridwen, Brigitt, Belisama, Marie... et tant d'autres noms chez tous les peuples de la Terre, lui donnant le plus souvent l'apparence féminine, mais la Féminité manifestée est la vraie Masculinité et donc cette activité par la vraie réceptivité est l’androgynie. 

 

    « Cette Identité suprême peut être désignée par les noms de l'un ou l'autre de ses principes conjoints (...), on peut la concevoir comme féminine ou masculine, ou les deux à la fois », d'où la représentation masculine du premier chapiteau et la représentation féminine des autres sculptures.

 

  (A. K. Coomaraswamy, La Doctrine du Sacrifice, Dervy-Livres, 1978, p. 60, note 54).

 

Citations tirées de La Vouivre, un symbole universel.



Ces images peuvent être  rapprochées de celle du caducée. 

( Les vouivres du caducée

      

Liens :

 

LE SERPENT KUNDALINI

LA GUERISON ET LE SERPENT

L'ANDROGYNIE DE LA MERE UNIVERSELLE, SERPENT PREMIER !


logo.jpg

 

 

Repost 0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 18:38

  A Budapest,

 

en face de l'entrée des Bains Gellért,

une grille s'ouvre sur une grotte

 divisée en plusieurs chapelles

creusées dans la roche elle-même.

L'une d'entre elles abrite l'aigle polonaise

 et une réplique de la célèbre Vierge Noire

du monastère de Jasna Góra (Czestochowa, Pologne).

 

 

VNBudapest.jpg

 

 L'aigle polonaise royalement couronnée, aux serres puissantes, aux ailes déployées dont les rémiges sont de véritables épées repliées à leurs extrémités en spirales est imposante et l'énergie de la Vierge Noire semble mise au service de causes bien terrestres !

  ViergeNoireBud

 

 

La Vierge Noire de Jasna Góra  

à Czestochowa, en Pologne :

 

220px-BlackmadonnaPologne.jpg

Que sont les Vierges Noires ?

Liens

 Clip sur les Vierges Noires : http://fr.youtube.com/watch?v=Cs6E7zQo35s

L'ENERGIE DES VIERGES NOIRES, DES ANCIENNES DEESSES CHRISTIANISEES


La Vierge de Split (Croatie), avec ses mains démesurées, image la Mère universelle

 

 

glycon.jpg

Repost 0
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 10:53

 

  Exposition virtuelle

  

de la Bibliothèque Nationale de France

     

  Vouivre%20celtique

 

 

  La Vouivre qui tue l'homme habillé et a peur de l'homme nu :
"Histoire merveilleuse du bestiaire" 
exposition virtuelle de la Bibliothèque Nationale de France
http://expositions.bnf.fr/bestiaire/is/images/b2/B2_28.jpg 

 

 

 

 

VOUIVR-3.JPG

 

 

  La vouivre qui tue son père et sa mère avant de naître :
"Histoire merveilleuse du bestiaire"
exposition virtuelle de la Bibliothèque Nationale de France http://expositions.bnf.fr/bestiaire/is/histoires/29.htm

 

En haut, l'illustration veut sans doute signifier que l'Etat de Virginité est la nudité, la "Nue-Déité" comme le décrypte la Langue des Oiseaux, mais aussi les Enseignements de Maître Eckhart. Le vêtement revêt l'homme chassé du paradis, celui qui cesse de se relier à la Source, à l'Arbre de la Connaissance, qui a peur de la nudité.

 

La seconde illustration fait sans doute allusion à la seconde naissance qui nécessite de "renier ses père et mère" terrestres, selon l'Enseignement du Christ. Mais bien sûr, que veut dire "renier son père et sa mère", sinon renier leurs attachements trop terrestres qui peuvent s'opposer aux volontés du Père ?

 

Ce ne sont que des hypothèses...

 

Mais La Table d'Emeraude  d'Hermès Trimégiste ne dit-elle pas : "L'opérateur des miracles est le seul Dieu unique, de qui provient toute opération miraculeuse. C'est ainsi que toutes choses sont engendrées à partir d'une seule substance, dans une seule disposition..." (Version latine du Secret des secrets du pseudo-Aristote)

 

Mais que signifie "être dévoré par le Dragon" ?  ETRE DEVORE PAR L'ENERGIE ! 

 

Liens :

VIDEO CONFERENCE SUR LA VOUIVRE

Clips Youtube  sur la Vouivre et sur les Vierges Noires : CLIPS SUR LA VOUIVRE

 

Aux Editions du Cosmogone, à Lyon, 4e édition de "La Vouivre, un symbole universel"

 

La condition humaine illustrée par l'homme dans une fosse, suspendu entre le dragon et l'unicorne

 

Sainte Marguerite et la maîtrise du dragon

 

Le dragon chinois et la perle de l'immortalité

 

 

 

glycon.jpg

 



Repost 0
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 11:58

 

 

220px-Nassogne_050525_-6-.jpg

 

Un ostensoir

 

de la Collégiale de Nassogne,

 

(Ardennes belges)

 

 

Nassogne1.JPG

 

 

montre saint Jean l’Evangéliste tenant en main un calice

 

Nassogne3.JPG

 

 

où se trouve un énorme dragon qui tourne son regard vers lui.

 

Mais saint Jean ouvre la bouche en tirant deux langues !

 

Nassogne4.JPG

 

 

Photographies :  Copyright = S. Darding

 

Comment interpréter les intentions du statuaire ?

 

C’est une représentation unique à notre connaissance.

 

Un appel est lancé :

merci de nous signaler

toute représentation de saint Jean

l’Evangéliste avec deux langues,

et tout renseignement possible

sur l’origine du commanditaire

et de l’atelier  de fabrication.

  

Liens :

Que signifie le petit dragon ou le serpent dans le calice de saint Jean ?

 

Saint jean et le serpent-dragon

 

http://vivrevouivre.over-blog.com/article-vers-l-an-60-saint-Paul-fit-naufrage-sur-l-ile-de-Malte-ou-il-est-encore-tres-honore-64284097.html

 

glycon.jpg

 

 

 

Repost 0
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 08:06

 

Tchedlia a succédé à son père Romdhane Ben Mahmoud

 

dans cet atelier de poteries berbères très connu,

 

à Guellala, dans l'île de Djerba, en Tunisie.

 

SAM_5032-copie-1.JPG 

 SAM 5028

 

 Un artisanat millénaire, très beau,

 

et un accueil vraiment simple,

 

sympathique et désintéressé.

 

SAM_5030.JPG

SAM_5031.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

    SAM 5033

SAM_5027.JPG 

Le temps ne compte pas,

le potier explique son art,

montre ses oeuvres, offre le thé ;

sa femme guide et parle simplement,

met fièrement le vêtement traditionnel...

 

 

  "La satisfaction du travail bien fait est tout ce qui compte..."

(Chanson des Derniers Trouvères, http://www.lesdernierstrouveres.com/,

paroles de Florian Lacour 

  http://florianlacour.free.fr/)

 

L'Alchimie de la Terre et du Feu, les oeuvres en terre cuite de Lauriane, potière

 

La légende "Les Sept Dormants"de Chenini, la sourate "La Caverne" du Coran et les "Sept Dormants" chrétiens d'Ephèse

 

A l'exposition internationale des émaux d'art de Plessis-Pâté, Essonne, du 9 au 13 novembre 2011, quelques oeuvres remarquables

 

 Abbès Boukhobza, peintre tunisien, "L'HOMME LIBRE", expose dans son atelier de Houmt-Souk

 

   

glycon.jpg 

   

Repost 0
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 07:53

  A Djerba, à Houmt-Souk,

 

le peintre Abbès Boukhobza expose

 

dans son atelier, très accueillant

 

et fier de pouvoir maintenant se considérer

 

comme un "Homme Libre" ! 

 

SAM_4930.JPG

 

 

Fils du peintre Rzouga Boukhobza, il développe un style très personnel et "comme nous l’apprend Mahmoud Chelbi, l’artiste-animateur de l’espace d’arts d’El Mechtel, ne peut que surprendre, d’abord par l’uniformisation ou l’homogénéité du thème (à croire que c’est l’œuvre d’un seul peintre), ensuite par ce jeu de l’abstrait enveloppant le figuré, et l’infiltration ou l’illusion du figuratif dans les dédales de l’abstrait. Des figures comme évanescentes, évasives, mais bien présentes et même quelque part lascives et voluptueuses planant sur la multitude insaisissable, indéchiffrable, insondable car indissociable, mais ô combien chamarrée, fort bigarrée et vive." 

 Mohamed Bouamoud (http://culture.webmanagercenter.com/article.php?aid=1790)

AbbesBoukhobza1.jpg

 

   SAM_4931.JPG

 

 

AbbesBoukhobza2-copie-1.jpg

 

http://ebizmagazine.com/abbes-boukhobza-cultural-painting/

 

 

  AbbèsBoukhobza3

 

 

AbbesExpo.jpg

 

 

"De la Caverne à la Lumière", une peinture de la Licorne par Sylvie Forcioli

 

De la légende des "Sept Dormeurs" de Chenini au pèlerinage des "Sept Dormants" au Vieux-Marché (Côtes-d'Armor) initié par Louis Massignon pendant la guerre d'Algérie.

 

Dans le sud tunisien près de Tataouine, ancien bagne colonial, fut tourné l’opus IV de « La Guerre des Etoiles », et Tataouine fut retranscrit Tatooine par George Lucas !

 

Lever et coucher de soleil au solstice d'hiver à Djerba, Tunisie... et le culte du Soleil !

 

logo.jpg

Repost 0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 12:12

 Une initiative généreuse

 

pour retrouver un Lien plus fort et plus vivant

 

avec la Terre Mère :

 

 

land-art-hiver-mail.JPG

 

 Voir ou revoir: "De la Caverne à la Lumière", une peinture de la Licorne par Sylvie Forcioli en remarquant que " le pied du sabot pointe également la constellation de la Licorne qui apparaît comme une sorte de peinture rupestre."

 

Pour le Land Art, voir les liens :

 

 

"LA FEMME DE BLE " DE KAROM THOMASSON IMAGE LA MERE UNIVERSELLE

 

 

LES ENFANTS DE "LA FEMME DE BLE", LA SCULPTURE VEGETALE DE KAROM THOMASSON

 

Le Land Art dans les rizières du Japon !

 

Land Art : le dragon de pierres à Ibiza

 

 

 

logo.jpg

 

 

 

 

Repost 0
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 09:48

Qui prête encore attention

à ces serpents-vouivres

nombreux dans nos églises et cathédrales ?

 

Ils sont rappels pourtant des énergies telluriques ! 

 

VouivreStsGervaisProtaisGisors-1-.JPG

 

© Eléonore

 

Vouivre à l'intérieur de l'église St-Gervais-St-Protais de Gisors.

 

" C’est dans l’errance que tu peux suivre les filières du hasard qui est la manifestation extérieure des filières de l’Energie Tellurique[1] et des Forces Cosmiques[2] qui dirigent l’être humain dans le plan de l’Ordination Divine[3]."

 

[1] Courants circulant dans la Terre Mère et qui induisent les civilisations, les colorations particulières à chaque région, les langues et les patois, les produits du terroir… : « La conscience de la Terre par la Terre. » Voir La Vouivre : un symbole universel, notre livre en collaboration avec Kinthia Appavou, (La Table d'Emeraude, 1992 - 1993 ; EDIRU 2006), 4èmeédition : Les Éditions du Cosmogone, 2011.

[2]- Celles de la Nature Naturante qui fécondent les Énergies telluriques, tout particulièrement dans les Hauts Lieux de la Terre.

[3]- La Source de la création, autrement dit, la Nature Naturante qui produit la Nature Naturée.  

 

  180px-Gisors_tour_chateau.jpg

 

Le château fort de Gisors se dresse sur une éminence dominant la ville. Il est  au centre de diverses légendes ayant trait au trésor de l'Ordre du Temple qui y serait caché.

 

La Commanderie templière de Coulommiers, en Seine-et-Marne, et la Chevalerie...  

 LES RUINES DE LA CHAPELLE DES TEMPLIERS AU VAUDOUE

 

  Le musée des Templiers à la Commanderie templière d'Arville, dans le Perche

 

 

glycon.jpg

 

 

Repost 0

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens