Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 11:46

 

Après "La Caverne des Sept Dormeurs" de Chenini (Tunisie),

La légende "Les Sept Dormants"de Chenini, la sourate "La Caverne" du Coran et les "Sept Dormants" chrétiens d'Ephèse

"la Caverne des Sept Dormants" du Coran,

Texte de la sourate XVIII, Al-Kahf "La Caverne", du Coran

"La Caverne des Sept Saints d'Ephèse" et celle du Vieux-Marché des Côtes-d'Armor,

De la légende des "Sept Dormeurs" de Chenini au pèlerinage des "Sept Dormants" au Vieux-Marché (Côtes-d'Armor) initié par Louis Massignon pendant la guerre d'Algérie.

voici : 

 

Les Berbères se sont réfugiés

dans le sud inhospitalier

de la Tunisie 

après la conquête arabe du XIIe s.

 

 

SAM_5077.JPG

 

 Ils aménagèrent dans le désert

des habitations troglodytes encore habitées actuellement.

 

SAM_5089.JPG

 

Comme à Chenini :

 SAM_5090.JPG

 

SAM_5100.JPG

 

SAM_5098-copie-1.JPG

 

 

Les nomades berbères construisirent

des ksours pour entreposer leurs provisions.

Ils sont actuellement en ruines 

et deviennent des curiosités touristiques :

 

SAM_5114.JPG

 

 

SAM_5118.JPG

 

 

La langue berbère tunisienne,

le chelha, parlée dans la région du Dahar,

risque de disparaître, n’étant pas enseignée à l’école

et la Tunisie étant à 99 % arabophone.

 

   

Le berbère ou tamazight possède son propre système d'écriture.

« Le berbère est noté, depuis le milieu du premier millénaire avant l'ère chrétienne, au moyen de l'alphabet tifinagh ou libyco-berbère. Il comporte des voyelles et des consonnes, dont il existe plusieurs variantes. » (Wikipédia)

 

SAM 5134

 

Dans les villages semi-berbérophones du sud de la Tunisie : Chenini, Douarit, Matmata, Tamazrett, etc, dans certains villages de l’île de Djerba, la langue berbère est encore parlée. Quant à l’alphabétisation, elle se fait uniquement dans la famille semble-t-il.

La situation peut-elle changer ?

 

SAM_5032.JPG

 

 

femme-potiere.jpg

 

Potier berbère  et son épouse à Guellala

(Iqellaien en berbère), dans l'île de Djerba.

 

La révolution en cours en Libye a permis l’ouverture de la première école où les enfants peuvent être scolarisés en berbère.

 

Le berbère est une langue officielle au Maroc depuis le référendum constitutionnel de juillet 2011... Depuis 2002, il est langue nationale en Algérie, au  Mali, au Niger.

 

Kabylia-3lingual_sign.jpg

 

Entrée de la commune des Issers en Kabylie, Algérie 

 

Tous les peuples démocratiques se grandissent en respectant les minorités et toute culture, toute langue préservée enrichit l’ensemble de l’humanité..

  glycon.jpg

 

Repost 0
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 08:04

 

 Mariage1-copie-1.jpg

Mariage2-copie-1

 

  Contact : aurelie@enlumineurs.com tél. 33 620 76 3399

 

  http://www.lesdernierstrouveres.com/

   

LES DERNIERS TROUVERES CHANTENT LA VOUIVRE

 

Le légendaire combat du Dragon et de la Lézarde de Provins chanté dans le nouveau CD des Derniers Trouvères

 

 

Un Blog très intéressant : celui de  

"philippe subrini" <troubadour13@gmail.com>
 La lettre du Colporteur N°13

http://le-colporteur.blogspot.com/

 

logo.jpg

Repost 0
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 10:03

Le secrétaire du Groupe Île-de-France de Mythologie en Parisis et en France Jean-Pierre Martin fait remarquer :

 

"2012 Année Catastrophe selon la rumeur hoax... plutôt la fin d'un cycle traditionnel avant un autre cycle, balancement... mais aussi de façon plus anecdotique:

3 vendredi 13 tous les 28 ans

"Le nombre de vendredis 13 dans une année calendaire donnée varie de un à trois. L'année 2012 sera une année particulière, car cette année est bissextile et possède trois vendredis 13 répartis avec un intervalle de deux fois trois mois (91 jours) consécutifs : le 13 janvier, le 13 avril et le 13 juillet.

Ce phénomène est rare, car il ne se produit que lorsque l'année est bissextile et qu'elle commence un dimanche. Ce phénomène se produit tous les 28 ans (sur la période 1928 à 2096). Le cycle est rompu en 2100, car cette année n'est pas bissextile dans le calendrier grégorien.

La première année bissextile du XXIIe siècle ayant trois vendredis 13 sera l'an 2108, le cycle de 28 ans reprendra jusqu'en 2172, l'année 2200 n'étant pas bissextile. Le cycle de 28 ans implique que le phénomène ne se produise que trois ou quatre fois par siècle."

(source IMCCE) 

Année de 13 pleines lunes et 12 nouvelles lunes, 

"considérées très négatives en matière de finances, ne prendre aucun risque en ce domaine" selon un forum du net, mais pas particulièrement exceptionnel.

 

Année bissextile (encore moins rare!), qui a généré entre autres une bête mythologique poitevine la bissextre..."

 

(http://www.mythologie-idf.fr/image )

 

 

logo.jpg

 

Repost 0
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 08:17

  Après "La Caverne des Sept Dormeurs" de Chenini (Tunisie),

La légende "Les Sept Dormants"de Chenini, la sourate "La Caverne" du Coran et les "Sept Dormants" chrétiens d'Ephèse

"la Caverne des Sept Dormants" du Coran,

Texte de la sourate XVIII, Al-Kahf "La Caverne", du Coran

"La Caverne des Sept Saints d'Ephèse" et celle du Vieux-Marché des Côtes-d'Armor,

De la légende des "Sept Dormeurs" de Chenini au pèlerinage des "Sept Dormants" au Vieux-Marché (Côtes-d'Armor) initié par Louis Massignon pendant la guerre d'Algérie.

voici : 

 

« DE LA CAVERNE  À LA LUMIÈRE »

 

La Licorne fait l'Unité entre les Énergies Telluriques

 

par le sabot  à l'intérieur de la Caverne que forme sa queue,

 

et sa Corne verticale qui rejoint la Lumière céleste,

 

les Énergies Cosmiques.

 

Le Feu du Ciel est sa nourriture 

 

 qui prend la forme de la Fleur de Lotus.

 

 La queue de la Licorne évoque la queue de serpent de Mélusine.

 

 

LicorneSylvie.jpg

 

© Peinture de Syvie Forcioli.

 

"Dame Nature", l'une des images de la Mère Universelle, peinte par Syvie Forcioli

 

&&&

 

Les vérités essentielles

sont souvent maintenues par les images !




Ainsi ce carreau de cuisine en faïence 
  au musée de l'Hospice Comtesse à Lille, XVIIe siècle.

&&&

La Licorne, c'est l'Esprit, les Énergies Cosmiques donc,

et la queue du dragon, les Énergies Telluriques.


LA DIANE A LA LICORNE DE LA PORTE ROUGE DU CHATEAU DE RARAY

http://fontaine-jouvence.over-blog.com/article-20915146.html 

http://e.y.monin.free.fr/pages%20livres/damelicorne/damelicorne.html

Grand danger y a-t-il à se laisser dévorer par l'énergie alors qu'il faut la dompter...

La Licorne aux cheveux de Feu et la Dame



 

Repost 0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 15:01

 

 Suite de :

Dans le sud tunisien près de Tataouine, ancien bagne colonial, fut tourné l’opus IV de « La Guerre des Etoiles », et Tataouine fut retranscrit Tatooine par George Lucas !  

et de  

 

"Les Sept Dormeurs" de Chenini,

la sourate de la Caverne qui parle d'eux ont été évoqués.

 

Ainsi que "Les Sept Dormants" d'Ephèse

 

 dont le culte est célébré depuis des siècles

 

au Vieux-Marché,

 

dans les Côtes-d'Armor.

  

 

SAM_5101.JPG

   

La mosquée de Chenini  

près de laquelle se trouvent les tombes des "Sept Dormeurs"

 

220px-PSM V53 D688 Church of the seven saints 

« Le [hameau] des Sept-Saints est situé à 4 km environ au nord-est du bourg de Plouaret, sur un plateau qui domine le cours de la pittoresque rivière le Léguer et dans le voisinage de l'ancien pont de Coat-Urvoy, qui relie la commune de Vieux-Marché à celle de Pluzunet, sur la rive droite de la rivière. » (Wikipédia)

 Le dolmen"du Stivel (mot qui signifie source ou lavoir en langue bretonne) est formé de quatre pierres verticales formant piliers, recouvertes de deux pierres horizontales formant tables de couverture. L'ensemble est long de 4,40 mètres et large de 2 mètres environ. Depuis la construction de la chapelle, pour partie au-dessus du dolmen, celui-ci se trouve dans une crypte" ( Wikipédia) où se trouvent les statues des Sept Saints, ceux emmurés à Ephèse, d'après la légende.

 

220px-Les_Sept-Saints_dans_le_choeur.jpg

 

 "La gwerz ar seiz sant" ou "gwerz des Sept-Saints de la paroisse de Plouaret" (la commune du Vieux-Marché ne s'est détachée de celle de Plouaret qu'en 1860) est un chant en "breton massacré" (médiocre langue bretonne mêlée de français) long de 54 versets dont certains remonteraient au VIIe siècle. La manière de compter par exemple, où la gwerz dit que la dormition des Sept Dormants d'Éphèse a duré « 18 ans, plus 8 fois 20 ans » (donc 177 ans) est  typique de la manière dont comptaient les bretonnants au haut Moyen Âge." (Wikipédia).

 

220px-Les_Sept-Saints_La_fontaine.jpg  Fontaine des Sept-Saints.

 

Le pèlerinage des Sept Saints initié

 

par le professeur Massignon

 

"Louis Massignon, professeur au Collège de France et spécialiste des questions orientales, visite la crypte des Sept Dormants d'Éphèse aux Sept-Saints le 19 septembre 1951 et assiste au pardon de 1953 ; il est frappé par la similitude entre les paroles de la vieille gwerz chantée en breton, et les versets de la sourate XVIII du Coran, dite de la Caverne. « C'est d'ailleurs l'intuition d'une solidarité généalogique et topographique, dans le cadre de la méditation du thème de la résurrection des morts de l'époque mégalithique que j'ai vécue, en venant, après avoir visité la crypte d'Éphèse, prier avec les paroissiens bretons, avec qui j'ai fait trois fois déjà la procession traditionnelle et le feu de joie, tantad, au pardon des Sept Saints ». Il évoque à propos de la dévotion des Sept Dormants d'Éphèse aux "Sept-Saints" « un mythe hors-classe » et relance en 1954 « un pardon greffé d'islam », c'est-à-dire un pèlerinage commun réunissant chrétiens et musulmans". (Wikipédia)

 

 Sans-titre-True-Color-01.jpgHomme de paix et non-violent, Le professeur Massignon cherche ainsi, en pleine guerre d'Algérie, à réconcilier chrétiens et musulmans pour que cesse la guerre.

 « Le pardon a lieu le quatrième dimanche de juillet suivant la Sainte-Madeleine. Le pèlerinage commence le samedi matin, et continue l’après-midi par un colloque, auquel prennent part des représentants des trois religions monothéistes et un représentant agnostique. Le thème varie tous les ans. Le soir à la chapelle, grand-messe à 21h00 suivie d’une procession et d’un « tantad » (feu de joie). Le dimanche à 11h, grand-messe du Pardon suivie d’une procession qui va à la fontaine où a lieu une cérémonie musulmane, là la sourate XVIII du Coran est psalmodiée par un imam et traduite en français. Ainsi se terminent les cérémonies » (Wikipédia).

 

Un appelé du contingent ayant passé deux ans en Algérie durant la guerre écrit dans ses Mémoires (inédites) ces impressions et souvenirs à son retour  :

 

« En France, personne ne voulut entendre ce que nous essayâmes de dire à notre retour d’Algérie, moi et quelques-uns. On ne réveille pas facilement les consciences de ceux qui n’en ont pas. Beaucoup d’appelés et de rappelés qui participèrent à cette guerre sans nom ne purent exprimer leur drame et furent marqués à vie. Nous n’avions pas eu notre mot à dire avant, nous ne l’eûmes pas non plus après. Heureusement, il y eut, parmi les chrétiens dont j'étais, Témoignage Chrétien, Mauriac, La Bollardière, l'évêque d'Alger Mgr Duval et quelques individualités, comme le Père B. que je rencontrai quelques années plus tard en Haute-Volta, curé de Dori, et qui avait pris une part active du côté de la justice.

Il y eut les manifestations pour la paix en Algérie, puis pour la paix en Indochine. Je flirtai avec le mouvement non-violent animé à l’époque par Jo Pyronnet. (…) 220px-Joseph_Pyronnet_pretre_Noel2009.jpg

 

Place Bellecour à Lyon en 1961, six volontaires de l'ACNV se sont enchaînés, et déclarent vouloir être traités chacun comme «Michel Hanniet», condamné pour son opposition à la guerre.

 Et

Jo Pyronnet, Compagnon de l'Arche, prêtre en 2009220px-Bellecour-1961_Les_six_Michel_Hanniet.jpg                                                                 

 

(Wikipédia)

  

(...) Ma première nuit de cellule fut extraordinaire. Nous faisions du sitting sur la place publique, avec à nos côtés, le professeur Massignon du Collège de France.

  250px-Gandhi_smiling_1942.jpgCe vieillard digne et rayonnant, aux cheveux argentés, fut ramassé et jeté brutalement comme les autres dans un car de flics. Nous nous retrouvâmes une cinquantaine enfermés dans une grande cellule d’un hôtel de police, après les contrôles d’usage. Sur proposition d’un Petit Frère de Foucault, chacun se présenta et dit pourquoi il était là. Il y avait un pasteur protestant connu à l’époque, des militants ouvriers, communistes, socialistes ou autres, un prêtre, des religieux, des enseignants de tous bords… Il n’y avait alors que la police pour pouvoir rassembler ces gens que beaucoup de convictions opposaient. Le professeur Massignon nous parla de Gandhi, du Père de Foucault, de l’Islam, de Hallâj. Ce fut une révélation. Même le flic de faction devant la cellule, fut intégré au dialogue, écouta, parla et participa !

Ce ne fut que bien des années après que je lus les livres de cet homme, que j’étudiai l’Islam, la Charles_de_Foucauld.jpglittérature soufie, que je découvris cette autre tradition dont j’ignorais tout. Que ne dois-je pas à cette nuit providentielle ! Lorsque, au petit matin, nous fûmes relâchés au fond du Bois de Vincennes, nous étions tristes d’être déjà séparés. Massignon mourut après avoir été ordonné prêtre chez les Petits Frères de Foucault. Il avait failli, comme d’autres l’ont fait, René Guénon par exemple, se convertir à l’Islam. J’approchai alors sans en avoir conscience, de ce que pouvait être un « pur croyant ».  Ce fut en moi comme une petite graine de sénevé. »

La Paix des braves apporta l'amnistie : « Nul ne pourra faire l'objet de mesures de police ou de justice, de sanctions disciplinaires ou d'une discrimination quelconque en raison :

- d'opinions émises à l'occasion des événements survenus en Algérie avant le jour du scrutin d'autodétermination ;

- d'actes commis à l'occasion des mêmes événements avant le jour de la proclamation du cessez-le-feu.

- Aucun Algérien ne pourra être contraint de quitter le territoire algérien ni empêché d'en sortir. » (Accords d'Évian, cités par Wikipédia)

Ainsi furent amnistiés en même temps héros non-violents et tortionnaires !

 

"Des violations de cette amnistie générale ont débouché, d'une part, sur des incidents isolés tel le massacre d'Oran (communauté européenne) consécutif à la proclamation d'indépendance le 5 juillet 1962 et, d'autre part, au début des représailles et règlements de compte contre des Harkis ainsi que ces derniers entre eux (communauté musulmane). Mais globalement, aucun criminel de guerre appartenant à l'un ou l'autre des belligérants n'a été poursuivi après la guerre." (Wikipédia)

"Des historiens et des démographes se sont penchés sur la question : selon Guy Pervillé « Contrairement au mythe accrédité en Algérie [...] la guerre n'a pas causé 1 million ni 1 million et demi de morts algériens [...] même si la comparaison des recensements d'avant et d'après 1962 ne permet pas d'établir en toute certitude un bilan inférieur à 300 000, voire à 250 000 morts ». Xavier Yacono, dans un article paru en 1983, estime toujours à partir des recensements les pertes algériennes à 250 000 morts environ." (Wikipédia).

 

La Turquie, pays des Sept Dormants d'Ephèse, parle de génocide ! A tort ou à raison ?

 

Tous, nous sortirons de la Caverne qu'est la Terre

pour ressusciter à l'exemple des Sept Dormants ou Dormeurs !

 

glycon.jpg

 

 

 

Repost 0
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 21:52
Repost 0
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 18:12

Suite de l'article : 

Dans le sud tunisien près de Tataouine, ancien bagne colonial, fut tourné l’opus IV de « La Guerre des Etoiles », et Tataouine fut retranscrit Tatooine par George Lucas !

 

 

&&& 

 

A Chenini,

  

village berbère des environs de Tataouine,

 

se trouvent les vestiges

 

de la kaala édifiée au XIIe s. 

  

et le cimetière où reposeraient

 

les Sept Dormeurs,

  

auxquels fait allusion

 

l'une des sourates du Coran !

 

chenini

 

Kaala du XIIe s., village berbère troglodyte

inscrit au patrimoine mondial par l'UNESCO 

 

SAM_5091.JPG

 

SAM_5092.JPG

 

"Derrière la mosquée blanche de Chenini, un sentier conduit en une vingtaine de minutes de marche à une autre mosquée et à de curieuses tombes  de 5 m de longueur appelées les tombes des Sept Dormeurs. Selon la légende, sept chrétiens (et un chien) se cachèrent dans une grotte des environs pour échapper aux persécutions des Romains. Après avoir dormi pendant 400 ans ils se réveillèrent dans un monde islamisé depuis longtemps. Leurs corps avaient continué à grandir pendant leur sommeil et ils mesuraient maintenant 4 m. A peine réveillés, ils moururent. L'histoire dit que malgré tout, ils eurent juste le temps de se convertir à l'islam et purent ainsi gagner leur place au paradis !" (Tunisie, Lonely Planet, 2004, p. 213)

 

290px-FirstSurahKoran.jpg

 

                                                "Dans la caverne, nous avions assourdi

                                   leurs oreilles, durant bon nombre d'années.

                                  

                                   Puis nous les avons ressuscités..."

(Coran, sourate XVIII, v. 11-12)

 

220px-Les_Sept-Saints_Tableau_offert_par_des_Musulmans.jpg

 

 Chapelle des Sept-Saints : tableau offert par des musulmans.

 

Étonnant de trouver là une légende des Sept Dormants rapportée dans la sourate XVIII  du Coran, "La Caverne", sans précision de lieu, qui évoque le récit de Jeunes Dormants qui restèrent emmurés 309 années lunaires pour échapper à la corruption d'une société oppressive qui refuse la loi de Dieu.

Il existe aussi un culte des Sept Saints à Regraga, au Maroc.

 

Mais il existe aussi une légende chrétienne des "Sept Dormants" d'Ephèse, en Turquie, vers 250, sous l’empereur Dèce. Un groupe de jeunes gens poursuivis pour leur foi chrétienne se réfugie dans une grotte où ils s’endorment et sont emmurés par leurs persécuteurs. Ils se réveillent deux siècles plus tard, sous le règne de Théodose II, vers 430.

   

 300px-7sleepersmedievalmanuscript.jpg

 

L'empereur Dèce ordonnant l'emmurement des Sept Dormants.

D'après un manuscrit du XIVe s.

 

Saint Augustin (Aɣiles Agustnes ou Ugwistan), enterré à Hippone, en Algérie actuellement, était berbère. Il estime que Kenini, qui tire son origine de kanaan et, dans la langue berbère chelha parlée à Tataouine et dans le Dahar, le verbe « chenna » signifie « mélanger ». Ainsi se mélangent "Les Sept Saints" chrétiens d'Ephèse, les "Sept Dormants" du Coran, les "Sept Dormeurs" de Chenini comme de Regraga... et le pèlerinage aux Sept Saints de...

 

A suivre...

 

Saint-Augustin_Botticelli_050.jpg

 

Saint Augustin,

Fresque de Botticelli.

 

 Toutes les traditions font appel aux  mêmes images issues de la Source commune !

Voir le chapitre "L'épreuve de la Caverne", dans le livre de saint Roch :

 http://saint-roch-guerisseur-pestes.wifeo.com/les-dits-de-saint-roch.php

  

 Les lieux les plus anciens peuvent convenir aussi aux légendes les plus modernes ! 

Chenini est également le nom de l'une des lunes de la planète de Luke Skywalker dans le film "Star Wars" dont de nombreuses scènes ont été tournées dans les ksour du sud tunisien...

 

280px-Galaxymap_p1.jpg

  

DANS LE DESERT MAURITANIEN, LA CARAVANE CHAMELIERE SUIT... LA VOUIVRE

Fatna Benaïssa, poétesse et peintre du désert et de la terre algérienne

Lever et coucher de soleil au solstice d'hiver à Djerba, Tunisie... et le culte du Soleil !

 

 

logo.jpg

Repost 0
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 17:05

Les Rois Mages et la galette des Rois

Article de Patricia Martin


      La galette des Rois est un gâteau vendu dans toutes les pâtisseries de France, après le Nouvel An.   Une couronne dorée  lui est toujours adjointe. Les chrétiens mangent la galette le six janvier, célébrant ainsi la naissance du Christ. Grâce à cette galette de tradition ancienne, les Français commémorent aussi les trois envoyés du Grand Roi qui partirent de l’Orient à la rencontre du Messie et de sa Mère, Marie, d’où l’appellation de la galette des Rois. Les Rois Mages étaient de confession zoroastrienne et les représentants de l’empereur de Perse, le Christ étant né à l’époque du roi Farhad V (Achk XVI), de la dynastie parthe (Achkanian).



Les Mages apportent leurs présents au Christ nouveau-né.
 Mosaïque byzantine de San Apollinare Nuovo è Ravenne,
donnant une description fidèle des vêtements parthes.
Les mages étaient célèbres en Occident depuis l’époque de Platon,
moins comme prêtres du feu que comme sages.
(Veronica Ions,
Le grand livre des mythologies, Bordas, 1981)
 


La ville de Chiz.
Takhte Sulaiman, Sanctuaire du Feu.
(Dossier Archéologie, 227, Oct. 1997)
 
     Divers voyageurs nous ont laissé des témoignages en relation avec les Rois Mages. Nous en rapportons ici quelques-uns parmi d’autres. Dans son encyclopédie géographique au nom de Maajam ol baldan, Hamawi écrit : « Chiz, une ville située en Azerbaïdjan, est le lieu de naissance de Zarathoustra. » Un autre voyageur arabe nous raconte : « Chiz est une ville située entre les deux villes de Maragheh et Zanjan. La ville de Chiz possède une enceinte et à son centre il y a un lac. A cet endroit se situe selon la croyance des Zoroastriens, le plus grand Temple du Feu, lequel un jour a donné son Feu à tous les autres temples zoroastriens du monde, de l’Orient à l’Occident. La coupole de ce temple est surmontée d’un croissant de lune. L’une des caractéristiques de ce temple est son feu éternel qui brûle depuis des siècles sans jamais laisser de trace de cendre ! » Mais la renommée de la ville de Chiz ne s’arrête pas uniquement à son Temple du Feu, ni à ce qu’elle est le lieu de naissance de Zarathoustra. Ce qui le distingue des autres temples est son rapport avec la légende des Rois Mages.
 

 
      Lorsque le Grand Roi apprit la naissance à Bethléem du bienheureux enfant, il décida sur-le-champ de lui faire porter des huiles parfumées et d’autres offrandes. Il désigna donc trois de ses vassaux les plus représentatifs et les dépêcha à Jérusalem pour rencontrer le nouveau-né, apporter les offrandes à sa mère et lui apprendre que la dignité et la suprématie de son enfant dirigeraient le monde vers la force du bien. Les envoyés du Grand Roi trouvèrent Marie et lui présentèrent les offrandes.
 

 
     Dans l'Evangile selon Matthieu, chapitre deux verset douze, on apprend que Jésus est né à Bethléem au temps du règne d’Hérode. A cette époque, trois Mages vinrent de l’Orient à Jérusalem et demandèrent : « Où se trouve le Roi des Juifs qui vient de naître ? Car nous avons vu son étoile en Orient et nous sommes venus le rencontrer. » Ils avaient suivi l’étoile et avaient finalement trouvé Marie et son fils. Ils leur présentèrent les offrandes du Grand Roi, puis rentrèrent dans leur pays !
 
     Dans le chapitre sur la « grand province de Perse », Marco Polo précise que c’est dans la ville de Saba (Saveh en Iran, au sud-ouest de Téhéran) que les trois Mages partirent pour aller à Bethléem adorer le Christ nouveau-né. C’est en cette même cité de Saba que se trouvent, dit-on, les sépultures de Balthazar, Gaspard et Melchior, puisque tels sont les noms que leur donne la légende. 

 

Reliques des Rois Mages à Janailhac (Haute-Loire).
 
     Ils n'ont pour tout bagage que les présents qu’ils portent dans des vases précieux ressemblant à des ciboires. Le plus âgé désigne l’étoile qui va les guider jusqu’à la Crèche. La forme incurvée de la route, soulignée par le talus qui la borde, et sa perspective qui s’étrangle entre les montagnes suggèrent, dans un espace restreint, le mouvement et la longueur du voyage que les trois Rois Mages entreprennent. (Marco Polo, Le Livre des Merveilles, Paris Bibliothèque nationale de France, Manuscrit français 2810, folio 11v, Ed. M.T Gousset)
 



      Marco Polo, qui traversa l’Iran au temps du règne du Kublai Khan, petit-fils de Gengis Khan, écrit : « L’Iran était un grand et honorable pays avant qu’il ne tombe entre les mains des Tatars et soit ruiné.
En Iran il y a une ville nommée Saba (Saveh), c’est d’ici que les trois Mages sont partis à Jérusalem,
voir le Messie. Leurs tombes se trouvent dans les hauteurs de cette jolie ville et l’on rapporte
que les cheveux et les barbes de ces derniers ont résisté aux années. »

 



     Les noms de ces trois Mages étaient Balthasar, Gaspar, Melchior. Marco Polo tenta de retrouver leurs tombes. Sans avoir l’aide de la population et après trois jours de marche, il arriva enfin à une citadelle qu’on appelait la « forteresse des Adorateurs du Feu ». Ses habitants prétendaient que les trois Mages, envoyés du Grand Roi à Jérusalem, étaient partis de cette même forteresse. L’un d’eux serait le roi de Sabah, le deuxième celui de Diaveh et le dernier celui d’une ville (Chiz) dont la population a préservé jusqu’à aujourd’hui sa religion zoroastrienne.

 



     Une légende qui circule en Perse raconte qu’en échange de l’or,
de la myrrhe et de l’encens qu’ils lui offrirent,
l’Enfant-Dieu remit aux mages une cassette close en leur recommandant de ne pas l’ouvrir.
Sur le chemin du retour, au bout de quelques jours de voyage,
la curiosité l’emporta sur l’obéissance et ils ouvrirent le coffret.
A leur grande surprise, ils n’y trouvèrent qu’une pierre.
Dépités et convaincus que l’Enfant s’était moqué d’eux,
ils jetèrent la pierre dans un puits très profond.
Quel ne fut pas leur ébahissement de voir jaillir aussitôt un feu miraculeux,
dont ils recueillirent une partie et la déposèrent dans un sanctuaire à « Cala Ataperistan »,
lieu fabuleux dont le nom signifie « le château des adorateurs du feu ».
Un sanctuaire s’ouvre sur un jardin intérieur dans lequel les trois Rois Mages sont agenouillés,
en prière devant un autel. Sur cet autel brûle le Feu légendaire.
(Marco Polo, Le Livre des Merveilles, Paris Bibliothèque nationale de France,
Manuscrit français 2810, folio 12, Ed. M.T Gousset)

 



     Dans son récit de voyage en Iran, un autre voyageur italien du nom d’Oderic de Pordenon
nous parle également des trois Mages.


     Qu’ils soient de l’Orient ou de l’Occident, ces voyageurs ont tous entendu des récits populaires qu’ils ont relatés plus ou moins fidèlement. Il paraît qu’après avoir reçu les offrandes des émissaires du Grand Roi, Marie leurs offrit elle aussi un sac, ou une boîte fermée. De par son aspect, les Mages pensèrent qu’il s’agissait d’un cadeau sans grande valeur. Sur le chemin du retour, ils l’ouvrirent et selon différents récits, y trouvèrent du sable ou selon Marco Polo, du cumin ! Ainsi, estimant ce cadeau trop modeste pour être rapporté au Grand Roi, ils vidèrent le contenu du sac dans un puits asséché. Soudain, une énorme flamme en surgit. Les Mages stupéfaits et en même temps émerveillés par cette vision, décidèrent de rapporter ce Feu en Iran et de le préserver dans cette forteresse près de Saveh (ou Chiz).
 



     Ces récits nous démontrent que les profils des trois Mages
avec leurs couronnes décorées d’étoiles filantes figurant sur nos galettes d’aujourd’hui
sont eux-mêmes d’anciens rois iraniens qui furent les premiers à reconnaître le Messie
 et ainsi forcèrent à tout jamais le respect de toutes les communautés chrétiennes du monde.
  



    La légende est belle et n'est probablement pas authentique......

                                        Article de Patricia Martin


&&&


glycon.jpg

Repost 0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 18:00

Les Berbères furent repoussés

dans le sud désertique de la Tunisie

lors de l’invasion arabe du XIe siècle. 

 SAM_5076.JPG

 

La ville de Tatatouine fut construite pendant la colonisation française.

   tataouine-A.jpg

 

Le souk de Tataouine

 

SAM_5073.JPG

                                                             SAM_5066.JPG

 

SAM_5045.JPG 

 

Tataouine reste célèbre par le bagne

où les fortes têtes étaient condamnées

à casser des cailloux ;

elle avait la réputation de bout du monde.

 

SAM_5105.JPG

                                                                                        SAM_5106.JPG

SAM_5107.JPG     

Dans le sud tunisien se trouve le village berbère de Ksar Haddada  

 

SAM_5127.JPG

 

 

SAM_5135.JPG

 

où fut tourné l’opus IV de « La Guerre des Etoiles », et Tataouine fut retranscrit Tatooine par George Lucas !  

  Ce ksar est devenu le lieu de pèlerinage des fans de « Star Wars » !

 

SAM_5120-copie-1.JPG

  Tatooinecity.jpg

 

  Dans ce ksar se trouvent des symboles et des inscriptions en langue berbère.  

        SAM_5131.JPG

               SAM_5130.JPG 

     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les environs, Chenini a donné son nom à l'une des lunes de la planète de Luke Skywalker.

 

chenini.jpg

 

 La langue berbère tunisienne,

le chelha, parlée dans la région du Dahar,

risque de disparaître, n’étant pas enseignée à l’école

et la Tunisie étant à 99 % arabophone ! 

 

SAM_5134.JPG

 

La situation peut-elle évoluer favorablement maintenant ?  

 

SAM_5133.JPG

 

                                                                                                        A suivre...

 

"La terre vous parle-t-elle?", texte de Raoul Ben Yaghlane

LA VOUIVRE EN TUNISIE : GORGES DE MIDES ET DE SELJA METLAOUI  

Lever et coucher de soleil au solstice d'hiver à Djerba, Tunisie... et le culte du Soleil !

 

logo.jpg

 

Repost 0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 20:11

Sentiers de Nature

Merilla Lavenant


  Attention : modification des dates pour cause d'élections


  MerillaPlantes.jpg


Aquarelle K.A.

 

Elles nous ont accompagnés tout au long de notre histoire... Elles nous ont parés, nourris, soignés, parfois servi à des fins occultes... Elles ont escorté les mages et les sourcières, composé les remèdes de simples, « de bonne fame » (du latin fama, réputation) et des herboristes, inspiré les poètes et les artistes qui leur prêtent forme féerique... Filles de Mère Nature, ce sont les :

 

Plantes sauvages

 

Que savons-nous d'elles ? Discrètes ou éclatantes, nous les piétinons, les cueillons ou les ignorons... Pour les découvrir, apprendre à les reconnaître et leur rendre hommage, allons à leur rencontre dans leur habitat originel au rythme des saisons et des fêtes naturelles traditionnelles.

Chemin faisant et au fil de l'inspiration, quelque figure de land art * pourra être une manière d'honorer la Nature, à travers les tracés géométriques qui structurent toute oeuvre traditionnelle (mandalas, jardin zen...).

* Le Land art est un mouvement artistique américain (années 70) qui crée dans la nature des décors à partir de matériaux naturels, destinés à se déliter au fil du temps. Un des artistes les plus représentatifs de cette mouvance (appelée aussi « art éphémère ») est Andy Goldsworthy, dont les oeuvres ont été immortalisées par la photographie.

 

LORS DE CES RENCONTRES :

   

- Découverte des plantes sauvages selon leur " biotope " au fil des saisons : marche dans la nature, prélèvement d’échantillons et récolte possible d’herbes, fruits et/ou baies.

- Land art : création de petits décors en pleine nature avec des éléments ramassés (cailloux, écorces, feuillages, branches, plumes...), qu'on peut photographier en souvenir de nos oeuvres...

- Veillée festive : musique, contes, poésie, chants... ;  instruments bienvenus ! ...

- En fonction du temps, promenade botanique, documentation, constitution d’un herbier personnel.

 

DATES PREVUES :

 

" Sentiers d'hiver " : 4 et/ou 5 février 2012

" Sentiers de printemps " : 17 et / ou 18 mars 2012 - 28 et / ou 29 avril 2012

" Sentiers d'été " : 20 et / ou 21 juin 2012 - 4 et / ou 5 août 2012

" Sentiers d'automne " : 22 et / ou 23 septembre 2012 - 3 et / ou 4 novembre 2012

" Sentiers d'hiver " : 15 et / ou 16 décembre 2012 

(modifications et/ou dates intermédiaires possibles, selon demande).

 

Du samedi midi au dimanche après le goûter suivant la formule choisie (1 ou 2 jours)

(apporter quelques mets pour les repas en commun ; petit déjeuner et goûter offerts).

 

PARTICIPATION :

 

30 € la journée, 50 € le week-end

 

RENSEIGNEMENTS ET INSCRIPTIONS :

 

merilla.lavenant@yahoo.fr / Tél. 01 69 01 68 80 avant 20 heures (rép.).

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

 

- Lieu d’accueil et d'hébergement :

A Auxy-Buthiers, petit village de Seine-et-Marne au coeur de la forêt gâtinaise.

(autres lieux possibles  hors hébergement)

- Accès :

En voiture par l'autoroute A6 Lyon (sortie 14 Malesherbes, péage 1,50 €) ou en RER ligne D (terminus Malesherbes, à 4 km d'Auxy).

- A prévoir :

Vêtement chaud, de pluie, chaussures de marche, duvet ou housse de couette en cas de nuitée.

Panier, canif ou ciseaux, appareil photo.

(carnets, stylos et cahiers d'herbiers à disposition)

 

 

Merilla LAVENANT est professeur documentaliste à la retraite, musicienne et botaniste, elle vit depuis toujours le lien profond qui nous unit à la Nature. Dans le cadre de son activité professionnelle, elle a animé avec ses élèves un Atelier Nature (mise en scène thématique et saisonnière du patio du collège).

 

 

 

************

 

"Mes Sages de la Forêt", poèmes de Merilla, autour de photographies évoquant les esprits de la Nature

 

 

La découverte des plantes sauvages en hiver

 

glycon.jpg

 

Repost 0
Merilla lavenant - dans Paganisme
commenter cet article

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens