Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 09:52

 

Abraham Manane,

 

le conteur mélanésien de l'île de Maré, 

 

a rejoint "ceux qui sont passés de l'autre côté"

 

 il y a deux ans.

 

 

PaManane1.JPG

 

Voici quelques souvenirs

  

d'une belle rencontre lors d'un séjour

  

dans cette île des Loyauté.

 

 

MareConteur12.jpg

 

 MareTexteT.jpg

 

 MareConteur11.jpg

 

 MareTexteU.jpg

 MareConteur10.jpg

 

 

MareTexteV.jpg

MareTexteW.jpg

 

MareTexteX.jpg EscAfricain.jpg

    250px-Bernardl-hermitedenis.jpgMareTexteY.jpg

 MareConteu6.jpg

 

MareTexteZ.jpg

 


 

 

  PIERRE DUMAI, GRAND CHEF DE L'ILE DE MOULI, EN NOUVELLE-CALEDONIE ET LA DEMOCRATIE

Le Festival des Arts mélanésiens en Nouvelle-Calédonie

L'ARRIVEE DES BLANCS A OUVEA, L'UNE DES ILES LOYAUTE DE NOUVELLE-CALEDONIE, VUE PAR LES CANAQUES  

LA NOUVELLE-CALEDONIE, LES RACINES DE LA CRISE ACTUELLE  

Pour ceux qui connaissent l'histoire récente

 

de la Nouvelle-Calédonie :

 

- Vient de paraître : "Ouvéa, la République et la morale",

de Philippe Legorjus et Jacques Follorou, ED. Plon, 3 novembre 2011.

 

- "L'Ordre et la Morale", film de Mathieu Kassouvitz relatant l'assaut de la grotte d'Ouvéa, sortie le 16 novembre 2011.

  


 

Repost 0
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 14:15

L'Etoile,

 

Mère des mondes en gestation,

 

 

Neuf rayons d'or immanent du vide central,

 

et la radiance du feu entoure l'Etoile.

 

Les énergies de Diane, d'Apollon et de Mars

 

s'entrelacent pour protéger et faire mûrir

 

les Germes de Vie

 

du monde neuf à venir...

 

 

"Je ne dois pas cacher que la Terre n'a pas encore connu ses heures les plus profondément noires, mais je dois dire aussi que lorsqu'elles s'accompliront dans leur toute intensité, ce sera le signe que la 'toute Nouvelle Vie du prochain départ' sera là pour éclore et que l'ancien placenta se dissoudra avec la dissolution de ces heures noires marquées au Cadran de l'Horloge des Terriens... et qu'en définitive, cette noirceur n'aura plus de compte à rendre à la Nouvelle Vie qui commencera."

(Karuna Platon, L'Instruction du Verseur d'Eau, 1973, 3e éd. 2000, Les Editions de la Promesse, p.390) 

 

  http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/-mandalas-representation-dun-univers.php

 

Régor.

Novembre 2011

 

&&&

 

 La nuit du 8 octobre : pluie d'étoiles filantes dans la constellation du Dragon ! Quelles légendes et quelles traditions entourent les étoiles filantes ?  

Beaucoup redécouvrent que "Le Ciel est sur la Terre", selon le titre du livre de Jacques Bourlanges

 

"Tu auras ta place au Ciel parmi les étoiles du Ciel, car tu es une étoile." 

Textes des pyramides de l'Egypte antique. 

 

 

logo.jpg

 

 



 

Repost 0
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 10:48

Tous les peuples connaissent

 

"la pierre noire" qui aspire le venin

 

 lors d'une morsure ou d'une piqûre venimeuse. 

  250px-Vipere cornes 24

 

Vipère cornue.

 

Elle est vendue en Europe par les Pères Blancs de Belgique,

 

mais on la trouve aussi sur les marchés africains.

 

PierreNoire1

 

PierreNoire2.jpg

 

Pierre noire achetée à Bamako.

 

Au gré des pérégrinations, on peut voir que les  Touaregs qui parcourent l'Aïr et le Ténéré en sont munis, que, dans toute l'Afrique de l'Ouest, les Africains de la brousse la connaissent et déjà Alexandre Dumas dans son livre "Voyage au Caucase" en parle. Après avoir décrit la prolifération des serpents venimeux, il témoigne :

 

"Qu'on me permette maintenant de livrer un fait à l'incrédulité de mes lecteurs. Certaines familles, presque toutes princières ou alliées à des familles princières de la Géorgie ou de différents khanats de Bakou, de Kouba, de Kharabak, etc., possèdent une pierre qui jouit des vertus du bézoard* fabuleux de l'Inde. Cette pierre, que les pères transmettent à leurs enfants parmi les pierres les plus précieuses de leurs écrins, a la propriété de guérir de la blessure de tous les animaux venimeux, serpents, vipères, phalanges, scorpions : il suffit de l'appliquer sur la blessure pour qu'elle attire à elle le venin, comme l'aimant attire le fer (...) Elle est de la grosseur d'un oeuf de grive, spongieuse, bleuâtre, sans saveur, noircie à certains endroits comme une fève grillée sur la pelle. (...) On l'applique sur la plaie : la pierre change de couleur et prend une teinte d'un gris livide. Mais aussitôt l'opération terminée, opération analogue à celle des anciens psylles**, on met la pierre dans du lait ; elle dégorge son venin et recouvre sa couleur ordinaire.

(...) Quant à moi, je ne crois pas cette pierre de formation naturelle : je la crois plutôt un antidote préparé de main d'homme par les anciens médecins persans..." (p. 170)

 

* "Le bézoard(du persan pādzahr, « qui préserve du poison ») est un corps étranger que l'on trouve le plus souvent dans l'estomac des humains ou des animaux ruminants..." (Wikipedia)

 

** "Psylla, du grec psulla signifiant puce, est un genre d'insecte suceur appartenant à l'ordre des hémiptères. Il en existe une dizaine d'espèces ayant chacune son "hôte" privilégié... (Id.)

 

De fait les Pères Blancs qui la répandent dans toutes leurs Missions, la fabriquent d'après une recette qui leur a été communiquée par un yogi indien !

 

 

220px-Pandinus_imperator_2009_G1.jpg

  Voici le témoignage d'un coopérant qui enseigna dans un collège de brousse de la Haute-Volta, le Burkina-Faso actuel, de 1963 à 1966 :

"Si vous ne le savez pas, lorsque vous allez dans un pays infesté de serpents ou de scorpions, munissez-vous d’une « pierre noire ». C’est une pierre artificielle, fabriquée par les Pères Blancs, selon une recette tenue secrète, qui a été donnée par un yogi indien à l’un de leurs confrères. Elle a la vertu d’aspirer le poison. Inutile de savoir si la morsure provient d’un ikis, d’un bitis ou d’un naja. Les sérums sont spécifiques, doivent être tenus au frais, et il y a une date de péremption. Avec la « pierre noire » aucun de ces problèmes !

 

200px-Skorpion_fg01.jpg

 

Je me suis fait piquer au talon, un soir, sur le seuil de ma case par un scorpion jaune. La douleur fut atroce. Une brûlure terrible monte dans la jambe, très vite. Le cœur palpite, et si la piqûre n’est pas mortelle en principe, le cœur, lui,  peut lâcher. J’ai aussitôt incisé avec une lame de rasoir. La pierre s’est collée à la plaie comme une sangsue ; la brûlure de feu qui montait s’est arrêtée très vite de progresser dans la jambe, puis elle s’est mise à redescendre très lentement.

D. me conduisit aussitôt en voiture à Ouaga, direction l’hôpital, au cas où… Trois ou quatre heures de piste selon la saison et la chance. Mais je suis simplement allé dormir chez J., car il n’y avait plus de danger. Le lendemain matin, sous la bande, la pierre s’était détachée de la plaie. Il suffit alors de la faire dégorger dans du lait pour qu’elle puisse resservir.

Les médecins étaient les seuls à ne pas y croire. Tous les Africains en achetaient aux Pères Blancs pour un prix symbolique. Quelques années plus tard, je me rendis dans le Hoggar ; les Touaregs qui nous accompagnaient avaient tous cette « pierre noire » sur eux."

 

  Liens :

 

 Étude de l’action de la pierre noire sur l’envenimation expérimentale :

 

http://www.jle.com/fr/revues/sante_pub/san/e-docs/00/04/38/A8/article.phtml

 

  Comment détruire les moustiques de manière écologique dans les appartements et sur les lieux de…

 

 Remède de bonne "fame" contre les aoûtats, pour le prochain mois d'août ...

 

logo.jpg

Repost 0
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 10:53

  LYON

  

LES CONFÉRENCES DE L’ASSOCIATION ATLANTIS AURONT LIEU AU :

25, Rue CAVENNE - 69007 Lyon

Tél : 04.72.72.92.51 – 06.80.63.84.88 (Réservation obligatoire pour les visites)

  Ligne D arrêt la Guillotière ou Tramway T1  arrêt Université

Parking possible à l’angle de la Rue Salomon Reinach et Béchevelin (Vers le garage CITROEN )

2e édition de : "Le Miroir, symbole des symboles", aux éditions du Cosmogone à Lyon

 

MARDI 15 NOVEMBRE 2011 de 12 heures 30 à 14 heures — Entrée libre 6 € (en-cas offert par Atlantis)

Causerie - débat avec Monsieur Robert Régor MOUGEOT

Conférencier – Écrivain  

 

Le thème : Le Miroir, Symbole des Symboles.  L’au-delà du miroir a fasciné les imaginations. 

 

MARDI 13 MARS 2012 de 12 heures 30 à 14 heures — Entrée libre 6 € (en-cas offert par Atlantis)

Causerie - débat avec Monsieur Robert Régor MOUGEOT

Conférencier – Écrivain    

  Le thème : LA VOUIVRE : « La Mère universelle, Serpent premier ». 

Mais quel secret peut-il nous révéler encore aujourd’hui ? 

Aux Editions du Cosmogone, à Lyon, 4e édition de "La Vouivre, un symbole universel"     

 

&&&

  

« Contes de l’Or-Riant »

 

Le samedi 19 novembre 2011 à 19h30

 

Chez Patricia Martin

Cabinet de Groupe, 18 bis avenue Philippe Auguste,

 75011 Paris, tél. 01 46 71 35 73

 

par Régor (Robert Mougeot),

accompagné à la harpe par Merilla Lavenant.

 

SAM 2084

 

Ah ! Les Contes, quels merveilleux compagnons de voyage !


Entendre quelques histoires humoristiques de Mulla Nashrudin…

 Apprécier quelques contes sur le miroir, chinois, amérindien, européen…

 Ressusciter le Bagdad des Mille et une Nuits… : « Les trois conseils du petit oiseau », « Ahmed, le cordonnier de Bagdad »...

 Sourire à la sagesse d'un éleveur de chevaux mongol !

 Ou voir la licorne, contempler « la Vérité toute nue » sortant du fond de son puits…

Et… ce que l’inspiration proposera.

 

 

Par l’auteur de Contes qui coulent de Source. La quintessence du Conte,

Editions EDIRU, 2006.

 

Une collation sera servie.

Participation 10€

Si possible, venir avec un vêtement d’inspiration orientale.

Salle très petite :

merci de réserver votre place auprès de Patricia Martin,

06.15.83.50.18 ou patricia.martin32@sfr.fr

 

&&&

 

 

Sentiers de Nature


 

  MerillaPlantes.jpgAquarelle K.A.  

 

Elles nous ont accompagnés tout au long de notre histoire... Elles nous ont parés, nourris, soignés, parfois servi à des fins occultes... Elles ont escorté les mages et les sourcières, composé les remèdes de simples, « de bonne fame » (du latin fama, réputation) et des herboristes, inspiré les poètes et les artistes qui leur prêtent forme féerique... Filles de Mère Nature, ce sont les :

 

Plantes sauvages

 

Que savons-nous d'elles ? Discrètes ou éclatantes, nous les piétinons, les cueillons ou les ignorons... Pour les (re)découvrir et leur rendre hommage, allons à leur rencontre dans leur habitat naturel au rythme des saisons (temps d'équinoxes et de solstices).

Chemin faisant et au fil de l'inspiration, quelque figure de land art * pourra être une manière d'honorer la Nature, à travers les tracés géométriques qui structurent toute oeuvre traditionnelle (mandalas, jardin zen...).

* Le Land art est un mouvement artistique américain (années 70) qui crée dans la nature des décors à partir de matériaux naturels, destinés à se déliter au fil du temps. Un des artistes les plus représentatifs de cette mouvance (appelée aussi « art éphémère ») est Andy Goldsworthy, dont les oeuvres ont été immortalisées par la photographie.


LORS DE CES RENCONTRES :

 

- Découverte des plantes sauvages selon leur " biotope " au fil des saisons ; marche dans la nature, prélèvement d’échantillons et récolte possible d’herbes, fruits et/ou baies.

- Land art : création de petits décors en pleine nature avec des éléments ramassés (cailloux, écorces, feuillages, branches, plumes...), qu'on peut photographier en souvenir de nos oeuvres...

- Veillée festive : musique, contes, poésie, chants... ;  instruments bienvenus ! ...

- En fonction du temps, promenade botanique, documentation, constitution d’un herbier personnel.

 

PROCHAINES DATES :


 " Sentiers d'hiver " : 17 et/ou 18 décembre 2011

" Sentiers de printemps " : 18 et/ou 19 mars 2012

" Sentiers d'été " : 17 et/ou 18 juin 2012

" Sentiers d'automne " : 23 et/ou 24 septembre 2012

" Sentiers d'hiver " : 16 et/ou 17 décembre 2012 

(modifications et/ou dates intermédiaires possibles, selon demande).


  Du samedi midi au dimanche après le goûter suivant la formule choisie (1 ou 2 jours)

(apporter quelques mets pour les repas en commun ; petit déjeuner et goûter offerts).

 

PARTICIPATION   :

 

30 € la journée, 50 € le week-end

 

RENSEIGNEMENTS ET INSCRIPTIONS :


merilla.lavenant@yahoo.fr / Tél. 01 69 01 68 80 avant 20 heures (rép.).

 

INFORMATIONS PRATIQUES :


- Lieu d’accueil et d'hébergement :

A Auxy-Buthiers, petit village de Seine-et-Marne au coeur de la forêt gâtinaise.

(autres lieux possibles  hors hébergement)

- Accès :

En voiture par l'autoroute A6 Lyon (sortie 14 Malesherbes, péage 1€50) ou en RER ligne D (terminus Malesherbes, à 4 km d'Auxy).

- A prévoir :

Vêtement chaud, de pluie, chaussures de marche, duvet ou housse de couette en cas de nuitée.

Panier, canif ou ciseaux, appareil photo.

(carnets, stylos et cahiers d'herbiers à disposition)

 

 

Merilla LAVENANT est professeur documentaliste à la retraite, musicienne et botaniste, elle vit depuis toujours le lien profond qui nous unit à la Nature. Dans le cadre de son activité professionnelle, elle a animé avec ses élèves un Atelier Nature (décoration thématique et saisonnière du patio du collège).

 

  

************ 

  La découverte des plantes sauvages en hiver

 

"Mes Sages de la Forêt", poèmes de Merilla, autour de photographies évoquant les esprits de la Nature

 

 

 

glycon.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 17:44

  Les Argonautes vinrent en Colchide,

 

pays des Amazones,

 

 redemander la Toison d'Or au roi Aeétès

 

et à sa fille Médée

 

 

"Mille deux cent dix-neuf ans avant J.-C. - les dates commencent à avoir une valeur historique - trente-cinq ans avant la guerre de Troie, un vaisseau tel qu'on n'en avait point encore vu en Colchide entrait dans le Phase et venait s'arrêter sous les murs de la capitale du roi Eétès, père de Médée. C'était le vaisseau Argo, parti d'Iolchos en Thessalie et monté par Jason, venant redemander la Toison d'Or."

(Alexandre Dumas, Voyage au Caucase, Hermann Editeurs des sciences et des Arts,2002,  p. 13)

lArgonautes.jpg

 

  Statue1.jpg

Medee2.jpg

 

 

 

 Colonne de Médée

  

à Batouli.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Jason1

Jason et Médée joignant leurs mains droites,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sarcophage romain de la fin du Ier siècle ap. J.-C., Palais Altemps.

 

   

"Au terme d'un périlleux voyage, les Argonautes accostent enfin en Colchide. Le roi Aeétès accepte de lui laisser la Toison d'Or, s'il parvient à venir à bout d'épreuves surhumaines. En effet, la présence de la Toison d'Or dans son royaume garantissait sa prospérité. Ces épreuves sont : labourer une terre aride en ayant attelé des bœufs aux sabots d'airain et crachant du feu, y semer les dents du dragon de Cadmos desquelles germent des guerriers, les Spartes (les « semés »), qui l'attaquent. Heureusement, il est aidé par la fille du roi, la magicienne Médée, qui est tombée amoureuse de lui. Celle-ci lui fournit un baume protecteur contre les brûlures et le fer des taureaux, ainsi qu'une pierre faisant en sorte que les guerriers s'entretuent. Ensuite, elle endort le dragon qui gardait la Toison d'Or et fuit avec lui : rien ne l'arrête, elle va même jusqu'à tuer son propre frère, Apsyrtos, pour retarder les gens du roi à leur poursuite."

   (Wikipedia)

 

Qui saura voir le sens de cette Aventure ? Le roi Pélias demanda à Jason "de lui apporter la toison du bélier qui avait transporté Prixos dans les airs. C'était une toison d'or consacrée par Aeétès, le roi de Colchide, à Arès, et gardée par un dragon."

(Pierre Grimal, Dictionnaire de la Mythologie grecque et romaine, PUF, 1969, p. 243)

 

Ce n'est pas l'or des mines de Colchide, ni la richesse qu'apporte l'élevage des moutons qu'il s'agit de trouver !

 

Dirions-nous que cette Toison d'Or consacrée, gardée par un dragon, et permettant de s'élever dans les airs, est le Corps Glorieux, l'aboutissement ultime de toute Initiation ? A chacun sa Direction d'Intention...

  Jason2

 

Jason apportant à Pélias, roi de Thessali,  la Toison d'Or.

Face A d'un cratère en calice apulien à figures rouges, 340-330 av. J.-C.

 

 

Char.jpg

 

 

  Jason3

 

Jason régurgité par le serpent gardien de la Toison d'Or

(pendue sur l'arbre au centre) ; Athéna se tient à droite.

Coupe à figures rouges de Douris, v. 480-470 av. J.-C.

Provenance : Cerveteri (Étrurie).

 

  Jason, sur cette image, ayant été avalé par le Serpent-Dragon, est recraché par lui, tout comme Jonas recraché par le Grand Poisson sur les rives de Ninive, ou comme sainte Marguerite issue du Dragon et sainte Ursule issue de l'ours : symboliquement le héros, le prophète, le saint ou la sainte ayant maîtrisé les énergies telluriques ressort transformé, vivant ainsi la 2ème naissance, fruit de l'Initiation, par la grâce des énergies célestes, Athéna pour Jason qui est ici le Héros de l'Aventure.

 

Liens :

 

"Le Signe de Jonas - Si Jonas m'était conté" vient de paraître, en tirage limité. 

Aux Editions du Cosmogone, à Lyon, 4e édition de "La Vouivre, un symbole universel"

SAINTE URSULE ISSUE DE L'OURS COMME SAINTE MARGUERITE DU DRAGON

 

glycon.jpg

Repost 0
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 09:41

   La fête d'Halloween

 

a lieu la veille de celle de Samain

 

250px-Jack-o--Lantern_2003-10-31.jpg

 

Elle est d'origine récente et sans grand intérêt ! Sauf pour les enfants qui tirent les sonnettes pour demander des bonbons et souvent se déguisent... 

 

 HallowenA.jpg

HallowenB.jpg

 

  La fête celte de Samain

 

"Les moines irlandais qui ont mis par écrit les coutumes celtiques, à partir du VIIIe siècle, ont précisé que le jour de Samain est (selon notre calendrier moderne) le 1er novembre. La fête elle-même dure en fait une semaine pleine, trois jours avant, et trois jours après. Pour les Celtes, cette période est entre parenthèses dans l’année : elle n’appartient ni à celle qui s’achève ni à celle qui va commencer ; c’est une durée autonome, hors du temps, « un intervalle de non-temps »[1]. C’est le passage de la saison claire à la saison sombre, qui marque une rupture dans la vie quotidienne : la fin des conquêtes et des rafles pour les guerriers et la fin des travaux agraires pour les agriculteurs-éleveurs, par exemple." (Wikipedia)

 

"Son importance chez les Celtes est incontestable, puisqu’on la retrouve en Gaule sous la mention Tri nox Samoni (les trois nuits de Samain), durant le mois de Samonios (approximativement le mois de novembre), sur le Calendrier de Coligny." (Id.)

  

Croix celtique.

Elle marque le début et la fin de l' année celtique, et annonce le début du Temps Noir. En effet Samain n’appartient ni à l’année qui se termine ni à celle qui commence : c’est un jour en dehors du temps qui permet aux vivants de rencontrer les défunts. Et elle permet aussi aux défunts non réincarnés de passer dans le monde des vivants, pour y retrouver les lieux et les personnes qui leur étaient chers. On situe ce jour au premier novembre de notre calendrier. Mais comme toutes les principales fêtes celtiques, Samain compte trois jours de solennités : le premier est consacré à la mémoire des héros, le deuxième à celle de tous les défunts, et le troisième est livré aux réjouissances populaires et familiales marquées par des réunions, des banquets, des festins de toutes sortes qui pouvaient se prolonger pendant une semaine.

   (http://mythologica.fr/celte/samain.htm)

  

"Nous n'avons aucune raison de douter - qui plus est nous devons affirmer - que la seule doctrine druidique traditionnelle à l'usage du commun des hommes a été celle de l'immortalité de l'âme et de la vie continuée indéfiniment dans l'Autre monde. Ce que montrent les textes insulaires, c'est que l'immortalité de l'âme et la métempsychose  ont eu des sphères d'application distinctes : l'immortalité était le destin normal et général de l'âme humaine, tandis que la métempsychose était le sort d'un ou deux individus exceptionnels, mythiques ou 'missionnés'."

(F. Le Roux et C.-J. Guyonvarc'h, Les Druides, Ouest-France Université, 1986, p. 280)

 

 

 La Toussaint chrétienne
 
est venue remplacer la fête de Samain.
 
 
 
250px-All-Saints.jpg 
    
Fra Angelico,
Les précurseurs du Christ avec les saints et les martyrs, 1423-1424.
 
 
"Tous UN" nous dit l'euphonie,
 
mais aussi "tous sains", sans T, preuve de santé !
 
 
Elle est suivie du jour des morts.
 
 

"La Toussaint ne doit pas être confondue

 

avec la Commémoration des fidèles défunts,

 

 fêtée le lendemain.

 

Cette dernière est un héritage des lectures monastiques

 

du  « rouleau des défunts » : la mention des frères d’une abbaye,

 

ou d’un ordre religieux,

 

 au jour anniversaire de leur décès.

 

Elle a été inaugurée par Odilon,

 

abbé de Cluny au  XIème siècle.

 

 

Holbein-death.JPG

 

 

La Danse des morts de Hans Holbein.
 

 

Cependant, du fait qu’en France, le 1er novembre,

  

  

jour de la Toussaint, est un jour  férié, 

  

 l’usage est établi de commémorer les morts ce jour

  

au lieu du 2 novembre, comme le témoigne la tradition multi-séculaire

  

de chandelles et bougies allumées dans les cimetières,

  

depuis le XIXème siècle,  et le fleurissement avec des chrysanthèmes 

  

des  tombes à la Toussaint  (...) ;

    

ces deux gestes symbolisant la vie heureuse

  

après la  mort." (Wikipedia) 

 

&&&

 

 

Qu'en est-il de la Voie ancestrale

 

 

qui nous a conduit à la naissance matricielle ?

 

 

« La voie ancestrale nous relie par une chaîne ininterrompue aux premiers humains du

 

quatrième règne de la création et, à travers eux, aux règnes qui l'ont précédé.

 

« Accrochée au fil de la vie, la personne est raccordée à la Force originelle et à toutes

 

les créatures, en passant par tous ceux qui l'ont précédée, et en se projetant dans tous


ceux qui viendront, en accord avec la nature environnante et les entités spirituelles invisibles.  

 

  [1] »

 

Pour les Indiens Péruviens comme pour tous les hommes primitifs :

 

 « Les plantes, les animaux et même les pierres sont des êtres vivants.[2] »

 

Ils forment la chaîne continue de la vie.

 

Le Tout unique est tissé de tous les vivants et de tous les morts.

 

Cette réalité est perçue avec une grande acuité par les Africains comme le montre par

 

exemple cette Demande de protection aux ancêtres, traditionnelle au Zaïre :

  

« Ô ! Ancêtres, hommes innombrables !

  

Habitants des roches et des gouffres !

  

  Possesseurs du kaolin blanc,

  

Ô vous qui peuplez l'Au-delà !

  

Surgissez de toute part, réunissez-vous !

  

  Venez manger les noix de kola,

  

Du poivre et du sel que nous vous offrons !

  

Sortez et réunissez-vous,

  

  Ô vous qui peuplez l'Au-delà.[3] »

  

Il en est ainsi pour de nombreux peuples, sinon pour tous.

 

Que devient le mort pour les anciens aborigènes de l'île de Pâques ?

 

« L'au-delà vers lequel il retourne s'appelle le Po, le royaume de la nuit.

 

L'Océan Originel se situe au soleil couchant.

 

Les défunts sont déposés dans des pirogues funéraires, puis dirigés vers le Po, à la pointe

 

ouest de l'île.

 

Des chants accompagnent ce “voyage-retour” vers la Terre d'Autrefois.

 

Franchir l'invisible pour y découvrir un autre niveau d'existence,

 

telle  fut leur expérience façonnée par des siècles d'exploration de l'infini.

 

Le culte des Ancêtres est un véritable dialogue avec le souvenir.

 

Derrière l'horizon ne règne ni un

 

gouffre, ni une solitude : règnent les Ancêtres, les dieux, une Mémoire.[4] »

 

Cet autre monde n'est pas clos, tous les Chamans le savent. La machi, la chamane des

 

Indiens Mapuche du Chili, dans son vol céleste, déchiffre les mystères du Canelo, de

 

l'arbre magique, et chante :

 

« Je suis une jeune fraîche rosée,

  

je suis la femme de l'aube,

  

je suis la femme du jour,

  

je suis la femme de l'esprit...

  

Parce que, du royaume des morts,

  

je peux entrer et revenir.[5] »

 

Chez beaucoup de peuples anciens, la mort n'est pas vue comme un malheur, mais

 

comme un passage naturel, obligé. Dans les rêves des Aborigènes d'Australie, « les

 

squelettes sont heureux. Pourvu qu'ils peignent et qu'ils voyagent.[1] »

 

Les habitants de l'île de Malekula au Vanuatu, anciennement les Nouvelles-Hébrides,

 

traversent après leur mort un pays nommé Wies.

 

« A un certain point sur leur chemin, ils rencontrent un rocher (...)

 

Toujours assis à côté du rocher, se trouve un fantôme femelle Temes Savsap, et sur le sol

 

en face d'elle est dessinée la figure géométrique complète nommée nahal.

 

Le chemin que le spectre doit traverser se trouve entre les deux moitiés de la figure.

 

(...) Lorsque chaque spectre arrive sur la route, le fantôme gardien se presse d'effacer 

 

une moitié de la figure.[6] »

 

Ou bien le mort connaît la figure, complète la moitié manquante et suit l'axe et il atteint

 

le monde des morts, ou bien il ignore la figure et Temes le dévore.

 

Ces figures, les nahals, sont des sentiers, des entrelacs symétriques que les habitants

 

apprennent à tracer de leur vivant.

 

Ils représentent l'essence des choses familières, les êtres, les plantes et le cheminement 

 

de leur apparition dans l'existence.

 

La seconde mort aboutit à une seconde naissance.

 

La symétrie doit être restaurée pour découvrir une issue.

 

« Les femmes n'apprennent jamais ces figures géométriques, et on ne nous dit pas ce qui

 

se passe entre l'ogresse et elles.

 

Quoi qu'il en soit, tous les fantômes se retrouvent devant deux arbres, l'un pour les

 

hommes, l'autre pour les femmes.

 

De ces arbres, ils plongent dans la mer et nagent jusque dans l'autre monde.[7] »

 

  Chemin des ancêtre

 

Le chemin des morts vers Wies.

 

 

Chez les Maoris de Nouvelle-Zélande, la spirale tatouée est « la clé de l'immortalité. La

 

tradition maorie raconte comment l'âme, après la mort, rencontre un horrible esprit

 

femelle qui, en dévorant ses spirales tatouées, lui dit : “Passe de Maura, terre des 

 

vivants, à Bouto, la terre des morts. ” Ensuite, elle confère à l'âme “la vision des


 

esprits" en lui touchant les yeux. Si elle ne trouve pas de tatouages, elle mange les globes

oculaires, et l'âme aveugle ne peut plus trouver l'immortalité.[8] »

 

 

La maîtrise de cette Energie spiralée reste la clé de l'immortalité, mais à l'acte magique

 

qui peignait, qui tatouait, qui gravait cette image-symbole, se substitue la conscience de

 

ce qu'est la manifestation de la vie.

 

La voie de l'hérédité ancestrale est greffée sur la voie de l'hérédité divine, l'homme étant

 

pétri d'argile et du souffle divin. Au-delà de la roue du temps, au-delà des cycles de 

 

morts et de renaissances qu'entraîne la loi du karma, au-delà du monde astral, au-delà 

 

de l'illusion divine, de la Maya, la possibilité est donnée d'une Libération pour celui 

 

qui, à l'exemple du Bouddha, passe de la conscience empirique séparative à la claire

 

conscience, à la Toute Conscience. Il peut arrêter la Roue, et revenir ensuite sur terre en

 

toute justesse, si telle est sa vocation.

 

Celui-là n'est plus alors emporté par le destin, terrifié par ses propres formes-pensées,

 

écartelé entre les notions de bien et de mal, mais il vit l'instant, incarne la chose juste

 

hors de toutes notions, de toutes croyances. La fin de l'expérimentation de la matière

 

suppose non seulement l'extinction de tout désir, état appelé en Orient nirvana, mais

 

l'extinction de l'extinction, l'abolition de la dualité samsara-nirvana, de la dualité

 

matière-esprit ; état au-delà de tous les états d'être dont on ne peut rien dire.

 

Mais l’au-delà de la mort n’est-il pas résurrection depuis que le Christ est sorti vivant du

 

tombeau ? »

 

 

(Du Tissage des Formes aux Entrelacs de la Vie, p.41 sur http://sens-des-entrelacs.wifeo.com/ )



[1] - FAÏK-NZUJI, Clémentine M. - Symboles africains : lieu de recueillement et source de prière -        Op. cit., p. 18.

[2] - BARAHONA - Marcellino - La médecine des Indiens du Pérou - Thèse, Faculté de Médecine Paris-Nord, Bobigny, 1992, p. 10.

[3] - Bayaka, Zaïre, in FAÏK-NZUJI, Clémentine M. - Symboles africains : lieu de recueillement et source de prière - Op. cit., p. 10.

[4] - Ile de Pâques : à la rencontre du Mana - Op. cit., p. 40.

 

 

 

C'est là la croyance au "salut" : la résurrection des morts à la fin des temps, aussi bien

 

chez les chrétiens que chez les musulmans d'ailleurs :

 

"Ils disent : le Salut.

 

Nous disons la Libération ! (...)

 

 

La Libération est au-delà des Apparences et des Formes : mais l'au-delà des

 

Apparences et des Formes ex-iste par les Formes et les Apparences.

 

Ainsi n'assimilez point Libération et 'néant', ni Salut, Voyage de votre Âme et

 

Dépassement de l'Âme pour la toute Propulsion d'Expressions."

 

(Emmanuel-Yves Monin, Le Manuscrit des Paroles du Druide sans nom et sans visage,

 

p. 477-478)

 

Jesus_Resurrection_1778.jpg

 

 Résurrection du Christ : tableau de Johann Heinrich Tischbein

 

 

  "L'humain doit se délivrer de la Nature mortelle pour être livré totalement Conscient à

 

l'Immortalité et tout entier à ce qui est Eternel."

 

(Platon le Karuna, Le Livre Précieux de la Vie et de la Mort, Les Editions de la Promesse, 2006, p. 179)

 

 

384PX--1.JPG

 

 

  Jésus retourne des Enfers (par Kocheliov)

 

 

glycon.jpg

 

 

 

 

Repost 0
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 14:53

  Saint Thibault de Champagne,

 

chanté par les Derniers Trouvères

 

dans leur dernier CD "Provins... revisitâmes !"

 1178811861_st-thibaultAuxois.jpg

 

Le village de Saint-Thibault

 

"Saint Thibault de Provins (ou Thiébaut) appartient à la puissante famille des comtes de Champagne. Fils d'Arnoulphe et de Guille, il naît à Provins en 1039, selon la Vita Sancti Tetbaldi. Il meurt le 30 juin 1066 près de Vicence où il est enterré à la cathédrale, puis transféré en 1074  à l'abbaye Notre-Dame de la Vangadice de Badia Polesine, ville d'Italie où il est vénéré aujourd'hui et proclamé patron de la cité. Son tombeau en marbre de Carrare garde ses reliques dans l'église principale de la ville." 

(Wikipedia) 

   

St-Thibaut2.jpg

 

 

StThibaud.jpg

 

Vie de saint Thibault dans l'église du village.

 

 &&&

Mais ils chantent aussi Thibault IV de Champagne !

Theobald_IV__of_Champagne.gif

  CHANT À THIBAULT LE CHANSONNIER

Paroles : Florian Lacour (celles entre guillemets sont de Thibault IV de Champagne)
Musique : Isline Dhun

 

« Aussi comme unicorne sui
Qui s'esbahist en regardant,
Quant la pucelle va mirant.
Tant est liée de son ennui,
Pasmée chiet en son giron ;
Lors l'ocit on en traïson.
Et moi ont mort d'autel senblant
Amors et ma dame, por voir :
Mon cuer ont, n'en puis point ravoir. »

 

(http://florianlacour.free.fr/)  

 



Tapisserie du Moyen Âge.

La Diane à la Licorne de la Porte Rouge du château de Raray

  Provins1

   http://www.lesdernierstrouveres.com/ 

Le légendaire combat du Dragon et de la Lézarde de Provins chanté dans le nouveau CD des Derniers Trouvères

 

logo.jpg

Repost 0
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 20:29

Montrésor, petit village tranquille

 

de l'Indre-et-Loire

 

   220px-Vue_de_Montresor.jpgavec son église aux nombreuses images symboliques.

 

 

280px-Montresor01.jpg

           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Ce chapiteau montre un couple aux jambes couvertes d'écailles, terminées en feuillages venant s'entrelacer au-dessous de la gueule d'un monstre marin, dont la gueule est maintenue grande ouverte par  l'homme et la femme, couple alchimique vivant selon Nature, qui maîtrise l'animal...

 

Chapiteau.jpg

 

                                                                                       

Les ailes de l'envol vers les hauteurs de  soi-même ?   

 Ou simple humour ?     

  L'ANDROGYNIE DE LA MERE UNIVERSELLE, SERPENT PREMIER !

 

 

Stalle.jpg

  Stalle2-copie-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Gentil dragon bien apprivoisé qui chante avec les moines...

 

Dragon.jpg

 

LE PAGANISME DANS LES CATHEDRALES

 

Les stalles du choeur de l'église de Saint-Sulpice-de-Favières proposent de magnifiques images

 

Burlesques, obscènes, provocatrices, certaines sculptures des stalles du choeur de l'église de Flavigny (Côte-d'Or)

 

 

 

 Image plus connue de saint Roch omniprésent dans les églises de France :

 

StRochIMG_0272-1-.jpg

 

http://saint-roch-guerisseur-pestes.wifeo.com/

 

  Christ au Coeur rayonnant indiquant cette voie :

 

Coeur.jpg

 

 

LA VOIE DU COEUR DANS LES DIVERSES TRADITIONS : LE BOUDDHISME, LE CHRISTIANISME, LA CHEVALERIE MEDIEVALE, LE CHAMANISME

 

Repost 0
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 17:06

Dans toutes les églises et monastères de Géorgie,

 

le chevalier saint Georges est représenté.

 

Il fut vainqueur du Dragon de Lydda,

 

actuellement en Israêl.  

 

saint-Georges4.jpg

 

A Tbilissi.

 La même icône est représentée partout, et on la retrouve dans maints villages.

 StGeorges3.jpg

 

StGeorges2.jpg

  Au monastère d'Alaverdi, province de Kakhétie.

 

StGeorgesA.jpg

StGeorges2-copie-1.jpg

  Tbilissi, au-dessus d'un cinéma.

  Photos Mnémosyne.

 

 

Selon la légende, le Chevalier Georges de Lydda délivre la fille du roi et tranche la tête du dragon vaincu par le signe de la croix de son épée.

 
 
SaintGeorges1.JPG
Saint Georges.

Fresque murale de C. et N. Niccolao da Seregno,
milieu du XVe siècle, à Santa Maria del Castello, Mexique.
 
 
     Mais Georges, victorieux, contrairement à ses prédécesseurs, héros et chevaliers, n'épousera pas la fille du roi ; il continuera ses pérégrinations et sera christianisé sous le nom de saint Georges. 

     Son image est très répandue dans tout l'Occident chrétien, plus particulièrement dans les églises orthodoxes. 

     Le Héros ou le Chevalier, le Dragon et la Dame sont les facettes d’une même Unité. Avec saint Georges, il y a rupture de ce symbolisme, le futur saint devant, au contraire du héros antique et du Chevalier, se consacrer au célibat. 
 
      "Le héros, c'est celui qui reçoit du Ciel et qui met sur Terre en Amour : Eros.
On peut dire : c'est l'agapé et l'éros dans la Tradition ; l'Amour Divin qui l'amène sur un plan tout à fait terrestre de l'éros."
(Emmanuel-Yves Monin, Le Bréviaire du Chevalier, vol. II, p. 171)
       
undefined Les Très Riches Heures du Duc de Berry
.


 

&&&

 

Le 6 mai, les Tsiganes des Balkans, 

 les Rroms fêtent "Ederlezi", 

 la fête des vacances de printemps et de saint Georges.  

 

SaintGeorgesBulgare-copie-1.JPG

 Icône bulgare, 1684, 

Galerie nationale de Sofia. 

 

Lien : Ederlezi, la fête des Rroms pour la Saint-Georges, annonçant les vacances du printemps, le 6 mai

 

 

  undefined

 

Repost 0
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 07:41

 

 L'image du saint céphalophore

 

se retrouve dans nombre d'églises.

 

Ici, celle de Flavigny nous présente saint Pia.

 

Saint-Cephal.jpg

 

Mais à Chartres, saint Pia est représenté,

non pas avec la tête coupée, mais avec la tête décalottée

tout comme dans l'église de Besançon !

 

SaintPiaBesancon.jpg

 

Comme saint Eliphe ci-dessous : 

 

undefined

Saint Eliphe portant son crâne coupé.
 
Le mental bien en main au niveau du Coeur !
   
Rares sont les saints "décalottés" !
Il y aurait saint Pia à Chartres
et dans la région de Toul, Euchaire et Libaire, 
tous deux morts décapités, ont, comme Éliphe,
porté leur tête jusqu'au lieu qu'ils avaient choisi pour sépulture.
 
C'est encore plus parlant que la tête coupée,
puisque là, c'est seulement le cerveau mental qui est tenu bien en main.
Dans l'imagerie traditionnelle occidentale,
 c'est l'étape suivante après la maîtrise du Dragon-Vouivre
pour devenir un "Vivant pour la Vie". 
Liens :
 

 

En Bretagne, sainte Nolwenn marche au gré de la vouivre avec sa tête

 

 Les images de saint Lupien, saint céphalophore de l'Aube, illustrent l'une des célèbres réponses d'Ibn'Arabi à Avicennes !

 

  Kussam ibn abbas, un saint céphalophore musulman célébré à Boukhara, en Ouzbékistan

SAINT DENIS, LE MARTYR DU MONT MARTRE

  Sainte Tanche marche en tenant sa tête coupée

 
A signaler un lieu magnifique à découvrir :
 
l'ermitage caché de Collias, dans le Gard.
 
Tous renseignements et photos sur :
 
Repost 0

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens