Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 15:48

 

 

 

ANNONCE-3EME-MIL

 

Tous les renseignements sur : 

http://www.sadhanart.com/ 

 

 

Elle fait suite à l'exposition de 2010 :

 

 

"Il s’agit d’une rencontre unique avec des œuvres d’exception soigneusement sélectionnées pour leurs qualités esthétiques, leur finesse et leur force de rayonnement.

Cette exposition met en résonance des antiquités bouddhiques et hindoues - statuaires et objets rituels en provenance d’Inde, du Tibet, du Népal, de Birmanie…, avec des peintures contemporaines, reflets authentiques d’une tradition spirituelle vivante - art aborigène d’Australie, calligraphies du Japon, thangkas du Népal…"

http://www.indiablognote.com/article-expo-a-paris-art-sacre-tresors-d-hier-et-d-aujourd-hui-56388420.html

 

Flyer-Sadhanart.jpg

 

 

 

logo.jpg

Repost 0
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 10:24

 

Mani, ou Manès, prophète de la paix,

 

de la non-violence et de l'Unité

 

 né en Perse au IIIème siècle, mort martyr,

 

et dont l'Enseignement a été défiguré

 

par les calomnies des religions établies : 

 

 

Mani4.JPG

 

   L'offrande du livre (scène du Béma),

miniature manichéenne.

© Illustration communiquée par François Favre.

 

 

Les Jardins de lumière conte la vie de Mani : « Lorsqu'on emploie les mots "manichéen" ou "manichéisme", on songe rarement à Mani, peintre, médecin et philosophe oriental du IIIe siècle, que les Chinois nommaient "le Bouddha de lumière" et les Égyptiens "l'apôtre de Jésus". Bien loin des jugements tranchés et sans appel auxquels on l'associe, sa philosophie tolérante et humaniste visa à concilier les religions de son temps. Elle lui valut les persécutions, le supplice, la haine. Mille ans après, l'accusation de manichéisme conduisait encore les Albigeois au bûcher... Nul mieux que l'auteur de Léon l'Africain, de Samarcande et du Rocher de Tanios, né dans un Liban déchiré par les fanatismes, ne pouvait raconter l'aventure de cette existence. »

(Amin Maalouf, Les Jardins de Lumière, éditions J.-C. Lattès, 1991.)

 

Mani1.JPG

  Portrait supposé de Mani suivi de ses disciples,

miniature manichéenne.

© Illustration communiquée par François Favre.

 

***

 

François Favre est l'auteur de

 

"Mani, Christ d'Orient,

 

Bouddha d'Occident"

 

 

Couverture Mani 640x480 copie 3 

 aux éditions du Septenaire.

 MainiFF1

  ManèsFF2

 

http://mani.blogspirit.com/

 

mani-3.jpg

 Mani enseignant un prince perse,  

miniature persane.

© Illustration communiquée par François Favre.

    

***

 

Amin Maalouf conte dans son roman

 

Les jardins de lumière

 

la vie de Mani : 

 

 

 

MaaloufCouv.JPG

  

Il conclut :

    

« De ses livres, objets d’art et de ferveur, de sa foi généreuse, de sa quête passionnée, de son message d’harmonie entre les hommes, la nature et la divinité, il ne reste rien. De sa religion de beauté, de sa subtile religion du clair-obscur, nous n’avons gardé que ces mots, “manichéen”, “manichéisme”, devenus dans nos bouches des insultes. Car tous les inquisiteurs de Rome et de Perse se sont ligués pour défigurer Mani, pour l’éteindre. En quoi était-il si dangereux qu’il ait fallu le pourchasser jusque dans notre mémoire ?

 

“Je suis venu du pays de Babel, disait-il, pour faire retentir un cri à travers le monde.”

 

Mani2.JPG

 Martyre de Mani,

miniature persane.

© Illustration communiquée par François Favre.

 

 

 

Pendant mille ans, son cri fut entendu. En Egypte, on l’appelait “l’apôtre de Jésus” ; en Chine, on le surnommait “le Bouddha de Lumière” ; son espoir fleurissait au bord des trois océans. Mais bientôt ce fut la haine, ce fut l’acharnement. Les princes de ce monde le maudirent, pour eux il devint “le démon menteur”, “le récipient gorgé de mal” et, dans leur humour rageur, “le maniaque” ; sa voix, “un perfide enchantement” ; son message, “l’ignoble superstition”, “la pestilentielle hérésie”. Puis les bûchers firent leur œuvre, consumant dans un même feu ténébreux ses écrits, ses icônes, les plus parfaits de ses disciples, et ces femmes altières qui refusaient de cracher sur son nom. »

 

Amin Maalouf, Les Jardins de Lumière, éditions J.-C. Lattès, 1991, p.338.

 

 

 

Les bogomiles de Bulgarie, de Serbie et de Bosnie qui influencèrent les Balkans au Xème siècle furent aussi éradiqués par l’Inquisition de l’Eglise catholique romaine au point que l’on ne connaît presque rien de leur enseignement en dehors des dénonciations pour hérésie. Les cathares en France virent leurs 800 églises disparaître sous le coup des croisades et de l’Inquisition au XIIème siècle par cette même Eglise.

 glycon.jpg

Repost 0
Article de François Favre présenté par Régor - dans Energies terrestres et célestes
commenter cet article
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 10:14

    Festival France-India

 

le samedi 11 juin 2011 au parc Eli Lotar (Aubervilliers),

 

gratuit et ouvert à tous

 

IndiaFrance.jpg

 

Le festival culturel France-India se déroulera toute la journée du samedi 11 Juin 2011, au bord du canal de Saint-Denis, dans le parc Eli Lotar d’Aubervilliers pour sa sixième édition. Cet événement annuel toujours aussi attendu souhaite, en ce début d’été, nouer des liens encore plus forts que les précédentes années avec ces festivaliers.

Lors de cette journée culturelle FRANCE-INDIA 2011, vous pourrez découvrir une grande variété d’artistes. Performances, innovations, créations enchanteront à la fois petits et grands, les amateurs éclairés comme les néophytes… Cette édition 2011 sera encore plus belle et riche en surprises.

Cet événement consiste à montrer toutes les facettes de la culture indienne à l’ensemble des Français. Une très belle amitié entre ces deux nations s’est développée et une véritable envie de la part des Français s’est fait ressentir, de connaître les merveilles d’une civilisation riche de plusieurs millénaires. Chaque année plus de 7500 visiteurs d’origines différentes étaient au rendez-vous.

Notre institution est non communautariste, elle prône la tolérance et la non-violence à l’image de Gandhi. Votre soutien et l’adhésion de la population française seront l’occasion de développer une véritable relation binationale. Nous sommes à la recherche de partenaires et bénévoles pour promouvoir et diffuser notre sixième édition de la journée franco-indienne.

 

 

Programme

 

 

Marché indien (à partir de 10h)

Plus de 50 stands seront prêts à vous accueillir. La diversité, les couleurs éclatantes des vêtements, des teintures, des foulards, des sacs brodés… Côté restauration, savourez également toute la richesse de la nourriture indienne : riz biryani, curry, samossas, lassy etc.

 

Animations dans les stands traditionnels

 

Venez participer aux nombreux jeux : Concours de carrom board (billard indien), cricket…

Festival de cerfs-volants pour les petits comme les grands !

 

Spectacles en scène (13h00 à 19h00)

Danse bollywoodienne, bhangra, chansons traditionnelles de l’Inde du nord et du sud.

 

Conférences thématiques

 

Des professionnels font part de leurs expériences et échangent leurs connaissances sur la culture indienne.

En chiffres, France-India c’est … plus de 7500 visiteurs attendus, … 115 artistes sur scène, … en 2011, la 6ème édition, … environ 50 activités différentes autour de l’Inde.

 

Contact : M. Farouk : 06 68 80 50 50 team@franceindia.net www.franceindia.net

 

http://newparis2006.free.fr/2011%20/press/2011%20suna%20CP_FranceIndia2011.pdf 

 

Parmi les nombreuses festivités programmées,

 

à signaler :  

  FestIndes1

   

 

 

 

(sous le chapiteau - Entrée libre)

 

« Contes de la sagesse orientale »

 

par Régor,

 

ContesBaton.JPG

   

accompagné au violoncelle par Isline Dhun.

 

  islineDhun4

 

En intermède : danses par Kinthia Appavou .

 

 

 

 

glycon.jpg

 

 

 

 

Repost 0
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 17:53

« Le Papotin,

 

un journal qui change

 

le regard sur l’autisme »,

 

thumb-le-papotin---un-journal-pas-comme-les-autres-2938.JPG

 sur :

 http://www.psychologies.com/Moi/Problemes-psy/Troubles-Maladies-psy/Articles-et-Dossiers/Le-Papotin-un-journal-qui-change-le-regard-sur-l-autisme

 

« Le Papotin est une initiative de Driss El-Kesri, rédacteur en chef du journal, et de Gilles Roland-Manuel, médecin-chef de l’hôpital d’Antony.

Il ne s’agit pas d’une thérapie mais d’une démarche culturelle et d’intégration destinée à offrir à ces "journalistes atypiques" une ouverture sur le monde. »

(http://www.gralon.net/articles/enseignement-et-formation/association-et-organisme/article-le-papotin---un-journal-pas-comme-les-autres-2938.htm)

 

 

Un certain nombre d’interviews faites par les journalistes du « Papotin[1] » viennent d’être publiées dans :

 

Papotin2.JPG

 

« Nous, on a - ou on nous a mis - des verres correcteurs pour appréhender la vie, l’amour, la mort. Pas eux. Si bien qu’on se demande parfois si ce ne sont pas eux qui voient mieux », écrit Marc Lavoine en page 18 du chapitre « Entendre les arbres pousser ».

 

Savourez, entre autres, les bons mots de Nathalie :

« - délit : action de mauvais coucheurs

- Polissage : Action d’embarquer quelqu’un au commissariat de police

- Illettré : Ecrivain qui n’a jamais su écrire

… » (p. 58)

 

Il y a, dans ce livre, de la poésie, de la naïveté, de la sincérité, et un humour extraordinaire. Ainsi ce jeune autiste qui « ouvre son texte, “Je suis né un jour bleu” » ! C’est en effet bouleversant ! En 1968, au collège Olivier-de-Serres à Viry-Châtillon (91), l’intendante avait fait repeindre le préau en bleu. Une inscription lapidaire vint proclamer : « Le bleu restera gris tant qu’il n’aura pas été réinventé » ! Lui, il l’a réinventé !

 



[1] Les enfants autistiques de l'hôpital de jour d'Antony (92) publient depuis plus de 20 ans, avec l'aide de soignants et d'éducateurs, un journal trimestriel : Le Papotin- Fenêtre sur la ville- 37, avenue Léon Jouhaux - 92167 Antony cedex. Tél. 01 48 28 43 33.

 

 

Pour avoir conté lors d’un colloque à la Sorbonne des contes sur Leïla et Majnun, un conteur « fut amené à conter cette fois dans un internat d’enfants autistes. Après quelques hésitations, il leur conta les mêmes histoires. Eh bien ! il certifie à qui veut l’entendre que les plus autistes ne sont pas toujours ceux que l’on croit ! Ces enfants sont d’une réceptivité si aiguë qu’il est bien plus facile de les toucher au cœur que beaucoup d’intellectuels caparaçonnés dans leur spécialité ! Il en est ainsi…[1] »

 

Papotin3.JPG

 

Dans La Vouivre, un symbole universel[2], nous avons écrit, dans le chapitre « L’état naturel de l’homme » :

« Sont fous tous ceux qui ne sont pas conformes à la norme établie par la société, tous ceux qui refusent la réalité.

Il est intéressant d'envisager le cas des enfants autistiques qui sont atteints de « démence précoce » du fait de leur « incapacité à acquérir un contenu mental[3] ». Leur ouïe est très sensible : ils peuvent entendre des sons très légers (les chuchotements, le frottement d'épluchures de marrons l'une contre l'autre) ou s'inhiber complètement devant des sons très forts en prenant l'attitude de l'enfant immobile devant le danger. Ils ont une vue sensible à la lumière et au moindre reflet mais peuvent être complètement insensibles si la lumière est trop forte.

« Ils reniflent tout, se sentent parfois attirés par une odeur fétide... ou s'affolent en sentant l'odeur dégagée par un produit de beauté.[4] »

En général, ils refusent les caresses ou se mettent à rire aux éclats.

Ils ont un sens étonnant de l'équilibre et peuvent tourner autour de leur axe pendant longtemps sans avoir le moindre vertige.

Au niveau du langage, dans le cas « d'autisme infantile précoce », ils n'arrivent pas à développer un langage articulé et s'expriment par des cris (cas des mutiques) ou bien leur langage est réduit, peu propice à la communication (cas des verbeux)[5]. Ils ont alors du mal à comprendre les métaphores et tout ce qui est abstrait. Incapables de s'adapter à notre façon de penser, ils sont hermétiques au raisonnement logique mais sont sensibles à toute expérience d'ordre émotionnel.

Leur mode de fonctionnement est essentiellement apparenté à celui de l'animal, sans carapace mentale. Ils n'ont pas de notion, n'ont pas de culpabilité, pas de honte, pas de pudeur. Ils sont donc très fragiles, mais plus réceptifs que les gens normaux aux forces cosmiques et telluriques. Ils sont reliés à des rythmes universels ainsi qu'à un langage universel dont ils sont émetteurs et récepteurs. Les mouvements giratoires à la manière des derviches tourneurs ainsi que les balancements leur produisent un « enivrement » leur faisant oublier le malaise qui en est la cause. Leur trop grande réceptivité et leur vulnérabilité les amènent à avoir des réactions imprévisibles et souvent brusques.

Leur malaise ne provient-il pas du fait de vivre dans une société qui a perdu le sens de l'Universel ? Leur maladie ne nous renvoie-t-elle pas en reflet cette décadence dont ils se protègent ? Ce qui leur manque, c'est la conscience car ils sont, telle une girouette, à la merci des énergies qui les traversent et les font passer d'un extrême à l'autre, incapables d'assurer leur survie ou leur autonomie. Mais ce processus même de conscience implique une structure mentale qui les mettrait dans un mode de fonctionnement plus rationnel par lequel ils ne se sentent pas concernés.

Ils fonctionnent à l'inverse des gens « normaux » dont la référence est leur monde mental et tout ce qui lui est attenant sans être pour cela plus justifié. En refusant en quelque sorte la « chute », ils refusent par là même le moyen d'acquérir la Conscience.

Le point d'équilibre pourrait se situer entre ces deux modes, et là est justement la difficulté. Nous pourrions parler de réceptivité consciente pour réconcilier ces opposés.

Simplement, nous avons autant à apprendre des autistes qu'eux ont à apprendre de nous. Là où une communication est possible entre les deux extrêmes, c'est par le point de Jonction, le Cœur.

Seul le langage du Cœur, nous le savons, est universel[6] »



[1] Contes qui coulent de Source, prologue : « L’inspiration du conteur », EDIRU, 2006.

[2] En collaboration avec Kinthia Appavou, (1993), 3ème édition EDIRU 2006.

[3] Alfred et Françoise Brauner, Vivre avec un enfant autistique, PUF, 1980, p. 22.

[4] Idem, p. 27.

[5] Id., p. 29.

[6] « Le cœur a ses raisons, que la raison ne connaît point. (...) Je dis que le cœur aime l'être universel naturellement, et soi-même naturellement... ». Blaise Pascal, Pensées.

 

logo.jpg

 

Repost 0
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 17:51

La crypte de l'église de Boigneville,

 

dédiée à Notre-Dame-du-Bon-Secours,

 

date du XIème siècle.

 

 

De belles fresques naïves datant du XVIIème siècle

 

ornent ses murs

 

 

 Crypte7 

 

  

Crypte8.jpg

  

Crypte4       

Les anges sont des personnifications

 

des Énergies Célestes,



tout comme le Dragon-Vouivre est la personnification

 

des Énergies Terrestres. 

 

Crypte3.jpg

 

Crypte2 

Crypte1

 

La présentation de la Vierge au Temple.

 

« Si le corps physique appartient au monde inférieur, il est habité par l'esprit qui est d'un autre ordre. « L'esprit humain, qui procède de la substance des anges célestes, appartient au monde supérieur ; il est envoyé au monde inférieur en quête de perfection.[1] »

Cette perfection, c'est l'état de Virginité à retrouver, mais au sens premier, fondamental, initial : « Vierge, c'est-à-dire un être humain qui soit dégagé de toutes images étrangères, aussi dégagé qu'il l'était alors qu'il n'était pas[2] ».

Il est alors le juste reflet du Principe, et en ce sens, la Vierge est « Miroir de Justice », comme l'énoncent les litanies promulguées par le Concile d'Ephèse, en 431. (…)

La Virginité n'a de valeur que par la fécondité dont elle est source :

« Que l'être humain accueille Dieu en soi, c'est bien, et dans cet accueil, il est vierge. Mais que Dieu devienne en lui fécond, c'est mieux, car la fécondité du don est la seule reconnaissance pour le don...[3] »

 

R. R. Mougeot, Le Miroir, symbole des symboles, Dervy, 1995, chap. « La Conception Immaculée ».

 



[1] - Nasafi, Le Livre de l'Homme Parfait, op. cit., Fayard, 1984, p 53.

[2] - Maître Eckhart, Sermons, Paris : Seuil, 1974, tome I, p. 52.

[3] - Id., note 59.

    

Crypte5.jpg

  L'Annonciation : l'ange présente à Marie le lys de la pureté, attribut de saint Joseph.

   Crypte6-copie-1.jpg   Assomption de la Vierge portée par les anges.

  

« La perfection ne peut s'acquérir maintenant, pour l'homme dénaturé,

qu'à travers la mort.

C'est pourquoi « Kabir dit : (...) tu t'es séparé du Créateur de Qui tu es né ;

tu as perdu la raison, tu as mérité la mort.[1] » 

C'est principalement de la mort à soi-même dont il est question,

selon le Hadîth du Prophète, « Mourez avant que de mourir »,

qui énonce une vérité que l'on retrouve dans toutes les traditions.

Pour celui qui vainc la mort et qui atteint l'Eveil

« l'univers devient son “corps”, tandis que son corps physique

devient une manifestation de l'esprit universel,

sa vision intérieure une expression de la réalité suprême,

et sa parole une expression de la vérité éternelle... [2] »

Il a fait retour à l'Unique sans second, à l'Unité sans souillure,

à l'Immaculée Conception, et c'est là que tout commence en vérité... »

         (Idem)



[1] - Kabir , Poèmes , LXXVIII, traduit par H.Mirabaud-Thorens,

in TAGORE, Rabindranath, La Fugitive, Gallimard, 1948.

[2] - GOVINDA, Anagarika, Foundations of Tibetan Mysticism

(Les Fondements de la mystique tibétaine), p. 225.

Crypte9.jpg

   Les énergies telluriques sont malheureusement diabolisées

alors qu'elles sont indispensables à la vie

et que saint Michel, personnification des énergies célestes,

 se contente de les maintenir à leur juste place,

c'est-à-dire en bas, mais sans notion de mal,

tout comme les énergies cosmiques sont en haut, sans notion de bien,

"le haut étant comme le bas et le bas comme le haut

pour faire l'unité d'une seule chose",

selon l'adage d'Hermès Trismégiste (La Table d'Emeraude). 

  

 

 

logo.jpg

  

 

Repost 0
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 10:09

 Dans le Loiret, le château d'Augerville-la-Rivière

 

 Augerville-la-riviere.jpg

 http://www.chateau-augerville.com/fr/index.php

 

 illustre dans la statuaire

 

la racine de la prospérité !

 

 

 

CouchesEm.JPG

 

 

 le Dragon-Vouivre !

 

 

CouchesEm3.JPG

 

 

CouchesEm2.JPG

 

 

 symbole des énergies telluriques,

 

qui ne devrait jamais être diabolisé !

 

"La Vouivre, un symbole universel"

de K. Appavou et R. R. Mougeot 

 

 Etre dévoré par l'énergie !

 

 

 

glycon.jpg 

Repost 0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 17:05

A la découverte des orchidées sauvages

 

En ce lundi 9 mai 2011, nous fûmes une trentaine à rejoindre Puiselet-le-Marais, petite commune du Gâtinais. Là, David et Julien, deux animateurs des Espaces Naturels Sensibles du Conseil Général de l’Essonne, nous ont fait découvrir treize espèces différentes d’orchidées sauvages dans une prairie calcaire étendue sur plus de trois hectares.

 

  Voici l’orchis brûlé,

aux fleurs de couleur mauve 

L’orchis pourpre,

avec plusieurs grosses feuilles

  

  

orchis pourpreOrchisBrûlée 

 

 

                       

 

 


 

 

 

 

 

 

 

                      

  

 

  La listère, longue tige de fleurs vertes,

posée sur deux larges feuilles ovales :

La limodore à feuilles avortées,

de couleur mauve, ressemblant à une asperge…

 

limodore.jpg

 

listere.jpg

 

 

 

L’ophrys mouche, dans le sous-bois,    

ressemble à l’insecte qu’il souhaite attirer : 

 

La platenthère verdâtre

cherche à attirer les papillons ;

on la trouve en grand nombre :



platenthère

  

 

ophrys-mouche.jpg

 

     

L’ophrys araignée 

L’orchis singe 

 orchis-singe.jpg 

 

 

                

 

 

ophrys-araignee.jpg

  

  

L’épipactis 

a des feuilles tout le long de sa tige

pas encore fleuri    

L’orchis moucheron,

rouge sombre 

 orchis moucheron

epipactis.jpg

 

 

 

La néottie nid d’oiseau,

toute marron, sans aucune feuille verte 

 La céphalantère pâle

a aussi des feuilles sur sa tige : 

 cephalantere-pale.jpg 

 

 

neottie-nid-d-oiseau.jpg

  

  

L’orchis bouc, de couleur violacée lorsqu’il est fleuri, peut atteindre un mètre de haut :

 

  orchys-bouc.jpg

 

 

Les premières orchidées fleurissent au printemps et les dernières fleurs sortent à la fin août, en fonction des espèces. La plupart des fleurs sortent de la rosette, trois feuilles en triangle, proches du sol :

 

rosette.jpg 

 

Sur la prairie que nous avons arpentée, nous avons vu de nombreux chênes pubescents, des pins et des genévriers. Nous avons entendu le pouillot de Bonelli, oiseau migrateur assez rare présent dans cette région et nous avons pu admirer l’anémone pulsatille.

 

 anemone.jpg

  

 

 

  glycon.jpg

 

 

 

 

 

 



                     

Repost 0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 15:06

 Evi'Danse, c'est chaque année

 

un spectacle unique époustouflant   

 

où tous les élèves du studio, de tous âges,

 

donnent le meilleur d'eux-mêmes...

 

 

 

Dix-20de-20Coeur-1-.jpg

 

sous la conduite de Thierry de Fontenay

  

et de Jocelyne Giani

 

 

http://jazz-danse-comedie-musicale-spectacle-auxerre-sens.studio-evidanse89.com/

 

STUDIO EVI'DANSE Work2 RUE MARCELLIN BERTHELOT - 89000 AUXERRE France WorkTél : 03 86 51 69 19 Siret : 33111268000060
Création de sites - Web Agencycreation de site internet Powered by Linkeo

 

 

glycon.jpg

 

 

Repost 0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 07:44

Saint-Cado,

 

hameau de la commune de Belz (Morbihan),

 

bâti sur une île de la rivière Etel

  StCado2--2011.jpg

 

 

Saint Cado ou Cadou, Catoc, est originaire du Pays de Galles, au VIème siècle.

 

 Saint Cado

 

Kat est une racine celtique signifiant « combat » ; Cadou refusa les armes préférant combattre pour Jésus-Christ. Il évangélisa la région de Vannes avant de partir pour la Palestine et de devenir évêque de Bénévent, dans la Campanie italienne. Cette ville doit être en lien avec l'abbaye de Bénévent dans la Creuse, au lieu celte christianisé : 

  

LA VOUIVRE A L'ABBAYE DE BENEVENT (CREUSE)

.

 

D'après une légende que l'on retrouve en nombre d'autres lieux : "Saint Cado, désirant un pont, mais manquant de moyens pour le réaliser, reçut un jour la visite de Satan. Celui-ci lui proposa d'en faire lui-même la construction, et en guise de récompense, d'avoir le premier être vivant qui traverserait ce pont. Saint Cado accepta, et le Démon créa l’œuvre en une nuit. Au matin suivant, saint Cado lâcha un chat, qui passa sur le pont."

(http://www.auray.org/villes/st-cado.html )

 

  StCado3--2011.jpg

 

« Dans la chapelle sud, un bloc de plusieurs pierres assemblées portant à sa partie supérieure de petites croix de consécration passe, suivant la tradition, pour être l'autel ou le lit de saint Cado.

Dans le côté de ce bloc, une excavation rectangulaire sert aux pèlerins à y introduire la tête et à appliquer l'oreille sur la dalle inférieure. Devant cette excavation, un emplacement dallé, ménagé en creux dans le dallage principal, permet de s'allonger plus commodément. Les sourds viennent y demander le recouvrement de l'ouïe. La femme de Jérôme d'Arradon se rendit en 1593 en pèlerinage à Saint-Cado dans cette intention.  

Était-ce en ce lieu que, dans les anciens temps païens, le Serpent rendait ses oracles, ce Serpent que saint Cado chassa de l'île? »

   J'y ai vu un homme accroupi qui, sans doute pour ne pas paraître superstitieux, dit : "on entend le bruit de la mer" !

 

StCado4--2011.jpg

 

« Le calvaire a été construit en 1822 ou 1832 (le troisième chiffre se lit difficilement sur la pierre du socle où il est gravé) aux frais de l'abbé Joseph Marec. »

 

« Saint-Cado est situé sur la commune de Belz bornée au nord et à l'ouest par la rivière d'Etel, au sud par Erdeven et à l'est par Mendon. Belz est un toponyme qui n'a cessé d'intriguer les étymologistes. Des chercheurs se sont efforcés de lui donner une explication.

Un archéologue anglais, le docteur John Bathurot Deane, voit dans les mégalithes qui couvrent le sud du Morbihan les vestiges d'un immense "Dracontium" ou temple du Dragon, dont les deux pôles ont été Locmariaquer et Belz. Ce Britannique fait de Locmariaquer le chef-lieu du pays, mais réserve à Belz de rôle de métropole religieuse. Il s'appuie sur le nom même de Belz pour admettre que nos lointains ancêtres vouaient un culte à Boal ou Bel. Il en trouve une preuve dans le fait qu'un prêtre se dit en breton Beleg, c'est peut-être, souligne-t-il le Balack des Écritures, c'est-à-dire Bel le Dragon.

 

Le docteur John Bathurot Deane en est venu à situer à Belz le principal oracle du dieu Bel, les deux mots lui semblant bien près l'un de l'autre, Bel ayant donné en latin Belus, lequel se serait contracté en Beels puis Bels, s'écrivant maintenant Belz.

D'une part, il voit dans une pratique des pèlerins de Saint-Cadou une survivance du temps où, selon lui, nos ancêtres païens allaient consulter l'oracle de Bel le Dragon : ceux qui passent la tête dans la cavité pratiquée dans ce que l'on appelle le lit (en pierre) de saint Cado ne faisant que répéter une tradition très ancienne, qui consistait à appliquer l'oreille au coin sacré d'une pierre pour entendre la réponse de l'oracle.

D'autre part, il souligne cette autre coïncidence qui lui paraît révélatrice, les pèlerins de Saint-Cado l'invoquaient spécialement à Belz pour obtenir la guérison de la surdité, en appliquant pieusement l'oreille sur la pierre.

 

La légende  elle-même est révélatrice, notait-il, puisqu'elle nous montre saint Cado supputant le Dragon, c'est-à-dire le culte du serpent.

Y eut-il des sectateurs de Baal ou Bel outre-Manche avant l'ère chrétienne ? La chose n'est pas impossible et il est même probable que Baal ou Bel ait été honoré dans cette région. Il est certain qu'il y eut des relations suivies entre les peuples du Levant et les Vénètes ou ceux qui ont précédé ces derniers sur la terre d'Armorique. On a pu rencontrer ici ou là la pierre dite taurobolique qui évoque le culte de Mithra. Quant à Baal, dieu de Babylone et d'une bonne partie de l'Asie occidentale, il a été connu sous des noms à peine différents les uns des autres.

Les Romains et les Grecs l'ont nommé Belus, Bolos, Bolanus, Belis. Les Gaulois honoraient Belen qui était en quelque sorte leur Apollon, le dieu du Soleil. Il est à noter que le mot "Bel" ou "Belen" en breton moderne veut dire "boule".

 

Si l'on consulte le savant Meven Modiern, une légende irlandaise attribue le peuplement et la mise en culture de la verte Érin à un certain Partholon, venu du sud après avoir tué son père Bel.

Une tradition mythologique fait de Belios le premier père des Irlandais.

Le radical "bel" se trouve constamment associé à l'idée de Lumière, de Combustion et de Mort.

 Dans la mythologie celtique, Belios paraît symboliser le Temps et la Mort, Belaros est un dieu de la foudre, Belisama est une déesse semblable à la flamme. L'on a encore Belios qui symbolise le Ciel et dont l'attribut était la hache, peut-être cette même hache que l'on trouve plus ou moins bien gravée sur les monuments mégalithiques.

Rappelons qu'en Irlande, la fête de Beltaines, feu de Bel était la plus grande fête annuelle et correspondait à notre 1er Mai, commencement de l'été. 

Sans évoquer spécialement le Baal ou le Bel des Phéniciens ou des Assyriens, on trouve dans la légende celtique le reflet des traditions antérieures avec le culte du Soleil et des puissances du Ciel, celui de la Mort et des puissances d'En Bas symbolisées par le Serpent.

 

Le docteur John Bathurot Deane pourrait bien avoir vu juste en définissant Belz comme le centre d'un culte très ancien qui pourrait fort bien se rapporter à l'un des dieux celtiques ou pré-celtiques précédemment cités. »

http://saint.cado.free.fr/belz.htm

 

 La fontaine, sans doute jadis guérisseuse,

 

est surmontée d'une croix celtique christianisée :

 

StCado6--2011.jpg

 

 

StCado7--2011.jpg

 

 

StCado8--2011.jpg

 

 

  Saint Roch est présent dans la chapelle.

  

56StCado1.jpg

 

  http://saint-roch-guerisseur-pestes.wifeo.com/bretagne-pays-de-la-loire.php

 

 

 La fontaine ancienne est, comme tout le village,

 

un bel exemple de l'authenticité bretonne. 

 

 

StCado9--2011.jpg 

 

logo.jpg

Repost 0
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 14:15

  A Boigneville, l’église Notre-Dame-de-l’Assomption

 

date de la fin du XIIe siècle.

 

Elle est constituée d’une nef à deux vaisseaux

 

donnant sur un chœur percé de fenêtres en arc brisé.

 

BoignevilleEglise.jpg

 

 

  Quelle belle image que celle de ce Frère feuillu

  

placé au-dessus de l'autel !

  FrèreFeuillu

 

 

De sa bouche sortent les végétaux trilobés,

  

qui sont en quelque sorte sa parole,

  

et son front est aussi couronné de même.

 

  

Le Végétal est le "symbole de l'unité fondamentale de la Vie" !

  

(Dictionnaire des symboles, Robert Laffont, 1982)

 

 QUE SONT LES "FRERES FEUILLUS" TANT REPRESENTES DANS NOS EGLISES ET CATHEDRALES ?

 

  LE FRERE FEUILLU DE L'EGLISE SAINT-GERMAIN A PARIS

 

L'Homme Vert est d'ailleurs toujours en honneur en Ecosse :

 

L'HOMME VERT, LORS DE LA FETE DE SAMAIN, A EDIMBOURG, ECOSSE

 

 

 glycon.jpg

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens