Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 09:00

Un mythe réactualisé :

 

 « Livre de Jonas -

Si Jonas m’était conté[1] »

  

Article paru dans

La Lettre d'Ile-de-France. Mythologie en Parisis et en France.

N° 77, janvier, février, mars 2011.

LETTRE-77.jpg

 http://www.mythologie-idf.fr/la_lettre.htm

 

 

 

 

Ce livre commence par conter l’histoire du Jonas biblique résumé brièvement :

 « Comme chacun sait, il fut envoyé depuis la terre d’Israël par Yawhé pour demander aux habitants de Ninive, des païens, de se convertir, sous peine de voir la destruction s’abattre sur leur ville.

Au lieu  d’obéir, Jonas fuit vers Tharsis, sur la côte espagnole ; il monte dans un bateau qui quitte le port de Jaffa. Voilà que la tempête se lève. Les matelots prient leurs dieux sans succès, jettent d’abord la cargaison par-dessus bord, rament en direction d’un rivage, mais la tempête redouble. Ils tirent alors les sorts qui désignent Jonas comme coupable. Ils le jettent alors par-dessus bord et la tempête cesse.

Jonas est avalé par une baleine et passe trois jours et trois nuits dans ses entrailles avant qu’elle le vomisse sur le rivage de Ninive. Trois jours et trois nuits pendant lesquels Jonas fait le point et décide d’assumer sa vocation. Ce temps préfigure, pour les chrétiens, les trois jours et les trois nuits que le Christ, après sa mort sur la croix, passera dans la tombe avant de ressusciter et de monter vers le Père.

A la voix de Jonas, les Ninivites se convertissent, amendent leur conduite et Yawhé fait preuve de clémence. Ninive ne sera pas détruite.

Jonas ne comprend pas ; son peuple, infidèle à Yawhé, refuse de changer sa conduite ! Et voilà que des païens, eux, le font ! Yawhé n’est plus le Dieu des seuls Juifs, mais celui de tous les hommes ! »

 

Ce conte est commenté en profondeur à l’aide des interprétations de la kabbale et actualisé. En effet, les hommes empoisonnent l’air qu’ils respirent, la nourriture qu’ils mangent, la Terre qui se meurt à cause des engrais, des pesticides, de la surexploitation de ses ressources, et jusqu’à l’océan, ce réservoir de Vie ! Même le ciel de la terre n’est pas épargné qui devient une poubelle de débris de satellites artificiels.

Il fallut à Jonas, pour se convertir, pour mourir à lui-même, passer par l’épreuve de la Caverne, qui fut pour lui le ventre de la baleine.

De nombreux Jonas ne cessent de dire, aujourd’hui comme hier : « Réformez votre conduite ou vous allez périr ! Vous êtes à vous-mêmes la cause de vos maux ! » C’est déjà le simple bon sens qu’il importe de retrouver, par la raison qui montre la multiplication des comportements suicidaires. La Vie est donnée pour la joie, l’épanouissement, l’amour et non pour l’enfer de la déshumanisation qui ne cesse de croître. Les retournements individuels sont nécessaires et doivent entraîner un changement collectif profond. Alors qu’à Ninive, le roi et les grands de la cour amendèrent leur conduite, ce n’est pas le cas de très nombreux dirigeants de nos pays qui continuent imperturbablement les mêmes errements et ne donnent pas suite aux bonnes intentions déclarées.

Déjà de nombreux déluges eurent lieu dont les peuples ont longtemps gardé la mémoire. Pas seulement celui qui vit Noé construire son Arche ! Les Grecs content que Deucalion, fils de Prométhée, et sa femme Pyrrha, furent les deux seuls justes qui échappèrent au déluge lorsque Zeus décida de détruire les hommes de l’âge du bronze. Dans la Perse de Zoroastre, le déluge fut de glace. Yima (Jamshid) est le premier mortel à converser avec le dieu créateur Ahura Mazda. En Chine, Niu-koua tua le monstre-Dragon Gonggong qui avait ébranlé les colonnes du ciel et provoqué le jaillissement des eaux depuis les profondeurs de la terre, submergeant les terres. Niu-Koua répara la voûte céleste pour mettre fin aux calamités et sauver l’humanité.

 

Il est grand temps de suivre le sage précepte de Hans Jonas, le bien-nommé gnostique allemand, qui s’est fait le chantre d’une "responsabilité" qui interdirait à l'homme de n'entreprendre aucune action qui pourrait mettre en danger soit l'existence des générations futures, soit la qualité de l'existence future sur terre.

  

 

 

 


Repost 0
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 14:52

La représentation de saint Roch

 

dans l’église de l’île de Bréhat (Côtes-d’Armor)

    

Ah ! Cette statue de saint Roch est unique !

 

C’est la seule où l’on voit le chien lécher la plaie du saint !

 

StRochBreat.jpg

 

Rappelons qu’un saint, comme tout ange ou tout héros, est une filière de l’Energie.

Saint Roch est une filière de l’Energie de guérison véritable, qui est celle de l’âme magnétisée à la Terre, avant d’être celle du corps physique.

 

Dans la plupart des statues du saint, le chien tient une miche de pain dans sa gueule, miche qu’il dérobait à son maître, le sieur Gothard, pour venir l’apporter au saint atteint de la peste et recru dans sa caverne.

Ce seigneur fut  touché  par l’attitude de son chien : « Il fit sérieuse réflexion sur la conduite merveilleuse de Dieu qui, à défaut des hommes, se sert des bêtes pour secourir dans le besoin ceux qui ont recours à son assistance[1]. »

 

Là, l’artiste ne représente pas l’ange dans son rôle de guérisseur mais cet animal, magique en quelque sorte, léchant avec compassion la plaie de Roch.

 

Le chien est de tout temps symbole de fidélité. Il était aussi l’attribut d’Asclépios dont le culte se répandit à Rome lors d’une épidémie de peste.

Mais Roch n’est pas, comme tant d’humains, mené par son chien, que celui-ci le soigne, qu’il lui apporte le pain ou simplement l’accompagne :


« Non attaché à mon chien j’étais,

mais chien du seigneur m’apportant nourriture

quand point demandé n’était.

Car pas mon chien n’était,

Ainsi sur le chemin ai-je trouvé la Vérité

car sans chien à moi et par moi possédé,

point possédé n’étais du chien.

Et alors tout ouvert j’étais,

à l’Ange qui passe,

au chien qui m’apporte,

au Divin qui se révèle ainsi.

C’est le Dit de saint Roch entre tant d’autres Dits. »

 

 

 



[1] Vie des Saints et des Bienheureux, Baudot et Chaussin, Ed. Letouzey et Amé, 1950.

 

Cité dans Le Livre de saint Roch : http://saint-roch-guerisseur-pestes.wifeo.com/index.php

 

 Le 16 août, fête de saint Roch, guérisseur de toutes les pestes et des maladies de peau...

L'IMAGE DE SAINT ROCH EN CREUSE

 

 

glycon.jpg

 

 

Repost 0
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 07:07

A Port Douglas, Australie,

 

PortDouglasQueensLand-1-.JPG

 

 © Coucher de soleil sur Port Douglas, Queensland

 

 

PortDouglas2.JPG

 

 © Queensland, la plaine vers Port Douglas.

 

les extraordinaires dessins spontanés

 

produits à marée basse

 

sur l'immense plage :

 

 Art spontané.

 

Joiseau-1-.JPG

 

© Oiseau. 

 

En marchant sur les plages australiennes de Port Douglas au nord de Cains dans le Queensland. Les crabes en creusant leurs galeries dans le sable rejettent derrière eux des petites billes donnant naissance à des  motifs spontanés. Ces petites créatures modestes creusent leurs galeries agissant ainsi par instinct. À leur niveau, il ne s’agit que d’une banale tâche nécessaire à leur survie et  pourtant « d’un peu plus haut » sous l’œil d’un promeneur attentif, jaillissent  de merveilleuses représentations de la vie. 

 

 

Jpapillon-1-.JPG 

© Papillon. 

 

Nous qui déblayons chaque jour notre galerie, poussés à vivre, nous appliquant bravement  à notre tâche quotidienne, sommes-nous conscients d’être les artistes de notre vie ?

 

Jpalmier-1-.JPG

  

© Palmier 

 

 

En être conscient oui mais pas dupe :

Ces petites perles de sable qui se distinguent amalgamées par les particules d’eau qu’elles contiennent, une fois celle-ci évaporée, se disperseront pour retrouver l’immensité des grains de sable de l’unité de cette plage.

Cette trace ne serait-elle qu’une illusion qui ne tiendrait que grâce à quelques particules d’eau ?

 

                                                                                   Jacques Rouxel

 

 

Jgalaxie.jpg

   

© Galaxie. 

 

 

Le Grand Architecte de l'Univers

 

 n'est-il pas le plus Grand Artiste de l'Ephémère ?

 

De l'Effet Mère !

 

Tout passe... perdure seule

 

la Source éternelle de toute Beauté... 

 

 

glycon.jpg

Repost 0
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 08:04

 

 

Le Message caché de George Sand

 

ou

 

la réhabilitation

 

des valeurs initiatiques européennes.

 

 

 

George Sand 

 En ce temps où les images du Moyen Age se déploient partout d'une manière extraordinaire par les fêtes de village, le retour de la calligraphie, les jeux de rôle, les films etc., il est possible de relire les romans et la correspondance de George Sand et d'interroger sa vie avec un œil neuf. Partout, dans son oeuvre, ne transparaît-il pas des racines nourricières qui plongent dans le terreau des anciennes traditions celtiques, dans le christianisme naissant, dans l'immense époque baptisée Moyen Age ?

C'est ce que vient de faire un spécialiste de l'esprit médiéval[1], systématiquement, et son étude[2] nous montre de manière étonnante que George Sand rassemble, comme elle souhaitait le faire, "toutes les manifestations incomplètes de l'ETERNELLE VERITE"[3], et sait, d'instinct, trouver (comme tout Trouvère) les "perles dans le fumier du Moyen Age"[4], ces perles que l'on ne peut, nous dit l'Evangile, donner aux pourceaux.

Son oeuvre, ainsi lue, est donc, par excellence, "une Oeuvre d'Art authentique (qui) dissimule sous plusieurs niveaux de lecture les Structures universelles par des Images et des Thèmes archétypaux et (...) elle “touche” par conséquent l'être dans son essentiel, son tréfonds, son âme, sa vérité de base, et ce, même malgré lui, pour sa ré-animation, sa protection et celle de sa civilisation."[5]

Il faut relire La Petite Fadette, La Mare au Diable, François le Champi, Consuelo, Lélia, etc. en recherchant en eux le Beau, le Bien, le Bon, la Joie de Vivre, l'Impersonnel qui y sont présents à chaque page, ces valeurs admises universellement...

George Sand met en scène les trois types d'êtres humains, "les êtres d'imitation"[6] qui fonctionnent dans les croyances communes, "les êtres de déduction"[7] humanistes, artistes, religieux, et "les êtres d'induction"[8] qui atteignent à l'Union avec Dieu, marquant ainsi le but ultime du devenir humain.

Les héros de ces romans ne font-ils pas, en effet, véritablement un cheminement "initiatique", c'est-à-dire un cheminement en direction de la Source initiale, de l'Origine de toute manifestation humaine ? Nobles sentiments, dévouement, dignité, sincérité, fraternité, tolérance, charité, goût du travail bien fait, enthousiasme pour la vie, vertus, intelligence, valorisation de la conscience et de la raison, déploiement de toutes les facettes de l'existence, virilité..., mais aussi dénonciation des scélérats, des misérables, des hypocrites, des moutonniers ..., voilà ce qui les distingue.

Comment donc caractériser cet être que l'on qualifie de héros ou de chevalier ?

"Il est sobre, sain, jeune ; a charme et grâce. Fort, chasseur dans tous les sens du terme, il est toujours en activité, donc toujours de passage, et toujours solitaire...

Qu'il soit homme ou femme, déguisé comme ceci ou comme cela (il adore les déguisements !), c'est un être qui sait justement s'aimer : il est en effet intuitif et, harmonisant sa vie intérieure à sa manifestation, il vit ce qu'il a véritablement à vivre sur Terre, naturellement : sa vocation", résume, citations à l'appui, l'auteur de l'ouvrage évoqué[9]. Son éthique de l'honneur est celle de la chevalerie et force l'admiration.

En opposition, et pour montrer toutes les facettes de ce Héros, de l'Homme Parfait, George Sand nous expose un personnage dénaturé : à un ami qui lui reproche son découragement, Sténio crie : "ai-je brigué la ferveur d'être admis à la Table Ronde de vos chevaliers?"[10]. Et il va sombrer dans la vie dissolue, au contraire du Chevalier qu'on reconnaît à "sa santé robuste, sa taille droite, sa démarche ferme et l'absence d'infirmité ..."[11], quel que soit son métier dans les apparences...

George Sand connaît la valeur initiatique de la vie simple, du travail de la terre, du travail manuel, des vertus domestiques tout autant que des passions sublimes et des aventures hors du commun ! Elle espère une éducation "vraie pour ramener les masses égarées". Elle croit aux sciences naturelles. N'est-elle pas de connivence avec les paysans du Berry aussi bien qu'avec tout ce qui est Compagnonnage, Art Traditionnel, Alchimie ? Et ne fait-elle pas, cela est révélateur, illustrer ses Oeuvres par des images dont les thèmes sont archétypaux ?

Ces romans ne nous cantonnent donc pas dans le Berry, mais ouvrent sur une Europe où les idées, comme la musique, circulent librement. Quelle diversité de types, que de provinces visitées ! Et que de frontières franchies par Consuelo ! Dans l'Europe du Moyen Age, n'était-ce pas ainsi ? "Celtique d'origine, kis par infusion, ibère par place, grec par exception, romain par submersion, germain enfin, goth, visigoth, bourguignon, vandale, hérule, normand par alluvion successive, ce peuple composite représente l'Europe au complet."[12]

Et l'auteur enthousiaste des Lettres au "Troubadour de l'Eternelle Vérité" écrit : "On vous dirait aujourd'hui “EUROPEENNE”, d'avoir su sélectionner ainsi vos Héros fondamentaux, les Images de base, les Figures de proue non seulement de “l'esprit français”[13], mais de tous les peuples qui entourent la France."[14]

Si ses héros, de quelque époque et de quelque condition qu'ils soient, sont hors temps, c'est parce qu'ils se conduisent en Chevalier, tout comme elle d'ailleurs. "Et vos pantalons, vos courses à cheval, vos prises de position, votre activité : n'est-ce pas là l'évidence de votre état de Chevalier ?

Et vos amours avec quelques-uns des plus beaux esprits de votre siècle, votre correspondance tant intellectuelle qu'affective, ne sont-elles pas signes de votre appartenance aux Fidèles d'Amour ?"[15]

 

Le lecteur habile pourra donc retrouver, disséminées dans toute l'Oeuvre de George Sand, les traces des valeurs initiatiques qui ont été celles de toute l'Europe durant des siècles, valeurs qui ont forgé les hommes véritables, héros, saints, chevaliers, compagnons bâtisseurs des cathédrales et des demeures alchimiques.

Au-delà des particularismes notés par l'auteur ("bon sens suisse", "beauté antique de l'Italien", etc.), l'homme véritable, dira-t-elle, c'est "le Maître d'Oeuvre qui collabore à la pensée divine, la rend manifeste sur terre."[16]

N'est-ce pas ce qu'a fait cette Femme de Lettre qu'un amoureux de la Langue des Oiseaux ne se retiendra pas d'orthographier "Femme de l'Etre"!

 

         Régor Mougeot



[1] - Auteur du Bréviaire du Chevalier (tomes I et II), du Message des Tapisseries de la Dame à la Licorne, Point d'Eau.

[2] - George Sand, Troubadour de l'Eternelle Vérité.- Yves Monin (Emmanuel) .- La Table d'Emeraude, 1992.

[3] - Les Compagnons du Tour de France.- George Sand .- Oeuvres, Vol. I, p. 2.

[4] - Consuelo.- George Sand .- Edition La Sphère, 1979, p.372.

[5] - De la Chevalerie à la Libération.- Yves Monin (Emmanuel) .- Point d'Eau, 1990, p. 5.

[6] - Oeuvres Autobiographiques.- Ed. Georges Lubin, Gallimard, La Pléïade, 1971, Tome II, p. 1159.

[7] - Mademoiselle de la Quintinie.- Ed. d'Aujourd'hui, 1975, p. 114.

[8] - Les Amours de l'Age d'Or .- Ed. Lévy, 1846, p. 4.

[9] - Ibid. la note 2, p 64.

[10] - Lélia.- George Sand .- Editionde l'Aurore, 1987, tome II, p 62.

[11] - Mauprat .- George Sand .- Folio Gallimard, 1981, p. 37.

[12] - Pelletan, un ami de George Sand.

[13] - Ibid. la note 4, p.130.

[14] - Ibid. la note 2, p.58.

[15] - Ibid. la note 2, p.59.

[16] - Le Message des Constructeurs de Cathédrales.- Christian Jacq .- Edition du Rocher, 1980, p. 207.

 

 

-Sand-Nadar1864.png

 

 

Un livre magnifique à découvrir :

 

georgeSand

 

 

Chevalerie, Amour Courtois, Compagnonnage :

 

Voies Eternelles, codifiées au Moyen Age,

évoquées cycliquement

pour s'extraire de l'« encroûtement »

de la « civilisation corrompue »

et atteindre « l'absolu »,  « l'Eternelle Vérité ».

Vaines tentatives, vu les institutions

ou l'orgueil qui les dénaturent ?

 

Un dilemme très réaliste,

rappelé par George Sand et ce panégyrique....

 

 

Un site très bien élaboré à découvrir également :

 

http://g.sand.etlemoyenage.free.fr/

 

 

logo.jpg

Repost 0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 21:39

Peintures rupestres aborigènes

 

dans le parc national du Kakadu

 

par Jacques Rouxel

 

 

 

Le parc national de Kakadu est situé à 250 km de Darwin

 

sur la Arnhem Highway.

 

 

 

250px-Kakadu_2431.jpg

 

 

 

Le site de Nourlangie Rock dans le Kakadu au nord de l’Australie abrite des peintures rupestres somptueuses. Ces fresques à base d’ocres naturelles sont peintes en plein air, dans les cavités des parois rocheuses du lieu ainsi protégées du ruissellement des eaux. Les informations sur leur âge (10 000 ans à 20 000 ans) sont à prendre avec réserve, il se pourrait qu’elles soient beaucoup plus récentes. Cela n’enlève rien à leur beauté.

  

 

Esprits-20createur-20-1-.JPG

 

© Esprits créateurs, Nourlangie.

 

Nourlangie est un haut lieu spirituel pour les Aborigènes du Top End, la région des territoires du Nord dont fait partie la Terre d’Arnhem. Ces fresques dans un style appelé « rayon x » représentent les esprits créateurs du Temps du Rêve dont Namargon « l’Homme Tonnerre / the ligthtenning Man »  un des plus importants spirituellement est  ici représenté.

 

  

Ligthtenning--20man-20Nourlangie-1-.JPG

 

Lightning-man, Nourlangie. 

 

 

 

Esprits-20createurs-20Nourlangie-202-1-.JPG

  

© Esprits créateurs

 

Dans la région d’Alice Springs se trouve le site Ochre Pits dans le Mac Donell Range. Dans ce genre de carrière, les Aborigènes venaient prélever l’ocre qui, broyée et mélangée avec de l’eau,  était utilisée traditionnellement pour les peintures rituelles sur le corps ou sur les écorces.

  

Oche-20Pits-1-.JPG

 

© Ochre Pits.

 

L’ocre offre une grande richesse de couleurs : jaune, rouge, brun, noir, blanc. Aujourd’hui la peinture acrylique ou la gouache plus « pratique » a le plus souvent remplacé les peintures aux ocres naturelles. 

 Ochre-20Pits-202-1-.JPG

 

© Ochre Pits.

 

Photos Jacques Rouxel

 

LES SERPENTS MYTHIQUES DES ABORIGENES D'AUSTRALIE

 

 Les Songlines, le Grand Serpent d'Arc-en-Ciel des Aborigènes australiens et la Vouivre du terroir français

logo.jpg

 

 

 

Repost 0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 15:03

 La cathédrale d'Amiens,

  

terminale de la route des saints céphalophores

 

qui suit le méridien de Paris.   

  

  

     Pour se rendre à la cathédrale Saint-Denis, les rois jadis partaient de la rue Saint-Denis. C'est à saint Denis, ou à ses disciples saint Yon et saint Sulpice, que l'on attribue la conversion des Druides du sanctuaire de Longpont (Essonne), ancien lieu de culte à Isis[1] 

 

SAINT DENIS, LE MARTYR DU MONT MARTRE

 

     Cette route passe par Amiens, et les saints céphalophores y sont nombreux :

 

    - Saint Just, décapité, lave sa tête et la fait porter à sa mère : "La tradition raconte que Juste, âgé de 9 ans, a été dénoncé comme chrétien, alors qu'il se rendait à Amiens avec son père, pour tenter de sauver un membre de leur famille emprisonné lors des persécutions ordonnées par l'empereur Dioclétien. Il fut tué tandis qu'il confessait sa foi chrétienne. Quand il fut décapité, Juste prit sa tête détachée de son corps dans ses mains et continua à parler en proclamant sa foi." (Wikipedia)

 

200px-Het_Mirakel_van_Sanctus_JUSTUS-Sir_Peter_Paul_Rubens.jpg

 

Le miracle de saint Just peint par Rubens.

 

 

Beauvais4.jpg

  

Cathédrale d'Amiens 

avec, sur le portail, les saints céphalophores.

(Photo Merilla)

 

Beauvais1.jpg

  

Sans doute saint Just et saint Firmin.

(Photo Merilla) 


     - Saint Firmin : Un vitrail de la cathédrale d'Amiens montre « saint Firmin tenant entre ses mains sa tête mitrée et nimbée. » (Henri Dontenville, Histoire et Géographie Mythique de la France, Maisonneuve et Larose, 1973, p. 207)

 

    - Les saints Fuscien, Victorie et Gentien :

     A quelques kilomètres d'Amiens, dans l'église de Sains, se trouve le tombeau de trois saints décapités : saint Fuscien, saint Victorie et saint Gentien, ayant subi la décollation dans les environs de Sains, en 303, ont porté leur tête jusque-là pour indiquer le lieu de leur sépulture.

 

- Saint Jean-Baptiste à Amiens :

« Au milieu de l'octogone central figure une croix fleur de lys qui indique la direction des quatre points cardinaux et qui suit les diagonales de l'octogone avec une inclinaison de 22 à 23° sur cet axe » (HL 7). Cette inclinaison est presque équivalente à la mesure de l'angle que fait le plan de l'équateur avec celui de l'écliptique.

 

 

120px-AmienCathedralLabyrinth

  

Le labyrinthe d'Amiens

qui au contraire de celui de Chartres, n'est pas courbe. 

 

Quelques entrelacs et labyrinthes : leurs significations

 

Le labyrinthe est relié par toute la Cathédrale aux Forces Cosmiques de façon tangible :

« Fait extraordinaire qui se passe également au centre du labyrinthe de Chartres : le jour de la Saint-Jean-Baptiste, le soleil se lève et se couche dans l'axe de la Cathédrale vers l'Orient, vers Jérusalem. Ce phénomène est d'autant plus troublant que chacun sait que la Cathédrale a été construite pour abriter le chef de Saint-Jean-Baptiste ramené de la quatrième croisade. Tout cela pour nous montrer qu'à partir de la Saint-Jean, les jours vont sensiblement diminuer comme saint Jean a diminué au profit du Christ » (HL 7).

 

Saint Jean-Baptiste, l'Homme Sauvage au tempérament de Feu !



Voir l'article de Jean-Marc Bélot, "L'axe des céphalophores sur le méridien de Paris", La lettre de l'Île-de-France, bulletin trimestriel du Groupe Île-de-France de Mythologie française n° 70, 2009. L'auteur cite saint Blaise à Doullens.

 

Le site

http://www.mythofrancaise.asso.fr/mythes/themes/cephalop.htm 

signale encore saints Ache et Acheul à Amiens, saint Lucien à Beauvais, mais  rien ne dit qu'ils marchèrent avec la tête coupée.

 


[1] Dionysos et saint Denis ou Denys participent du même Principe : Annonciateur et successeur du Christ « Tous deux participent du même corps radiant et s'unifient dans la même pensée éternelle » . (Pierre Gordon, Les racines sacrées de Paris, p. 45).
 
 
    Mais quel sens faut-il donner à cette décapitation ? 
 
 

     "L'homme ou la femme a symboliquement la tête tranchée, mais la tient bien en main au niveau du coeur, car son mental est purifié.

     La décapitation n'est pas un acte violent et n'implique aucune souffrance puisqu'il n'y a plus identification avec le mental.

    Dans de nombreuses "légendes" toujours symboliques, le Connaissant décapité marche en tenant dans ses mains sa tête coupée. Le mental est tenu à sa juste place, c'est-à-dire celle de serviteur et non de maître ; il s'agit de « perdre la tête ratiocinante, mais de la garder en main pour formuler ce qui est à formuler » (Emmanuel-Yves Monin, De la Chevalerie à la Libération, Point d'Eau, 1990, p. 90).

    L'amour divin peut alors rayonner ; c'est pourquoi, par exemple, sainte Valérie est représentée, sur un vitrail de la cathédrale de Limoges, tenant, dans un linge, sa tête tranchée sur sa poitrine alors qu'un soleil rouge la remplace.  

    De même, saint Denis est représenté sur un vitrail de l'église Saint-François-Xavier à Paris (sacristie), tenant sa tête coupée dans ses mains, à l'endroit de son cœur, tandis que les Anges mettent à la place de sa tête un Soleil Radiant."

 

Voir La Vouivre, un symbole universel, 4e édition à paraître aux Editions du Cosmogone, chap. "La Tête tranchée".

   

       

glycon.jpg

 

 

 

 

Repost 0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 06:39

Le beffroi d'Arras, la nuit,

 

et la Grande Place.

 

 

DSC00113.JPG

 

ArrasPlace.jpg

 

  Sur la façade d'un bâtiment à droite,

 

que de symboles magnifiques !

 

 

 La sirène

 

ArrasPlace2.jpg

 

 LE PAGANISME DANS LES CATHEDRALES

 

 

La salamandre

  ArrasPlace3.jpg

 

 

 

 La licorne  

 

ArrasPlace4.jpg

 

LA DIANE A LA LICORNE DE LA PORTE ROUGE DU CHATEAU DE RARAY

 

 

Le navigateur scrutant les étoiles

 

ArrasPlace1.jpg

 

"VERS L'ETOILE", LE DERNIER CD DES "DERNIERS TROUVERES" SERA LANCE A PONTOISE LES 20, 21 ET 22 NOVEMBRE AU "GRAND MARCHE" DE L'HISTOIRE, A PONTOISE

 

 

 

Le Frère Feuillu aux grandes oreilles

   ArrasPlace5.jpg

 

 

ArrasPlace7.jpg

 

 

ArrasPlace6.jpg

 

Photos Merilla.


 QUE SONT LES "FRERES FEUILLUS" TANT REPRESENTES DANS NOS EGLISES ET CATHEDRALES ?

 

 

   

logo.jpg

 

 

 

 

Repost 0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 20:48

Aubagne, la ville de Marcel Pagnol,

 

vouée actuellement à l'art naïf

 

Pagno9

 

 Pagnol8

 

Pagnol10 

 Pagnol6

 

 

Ah ! L'art naïf  ! Naïveté de l'enfant ?

 

Simplicité...

 

Chaleur des couleurs vives...

 

Mais aussi imagination fantasmatique...

 

 

Pagnol4

 

 Pagnol3

 

Pagnol2

 

Pagnol1

 

 

 

Et la nudité de l'humain aux prises avec la matière,

 

escaladant le temps

 

symbolisé par les multiples roues

 

pour accéder au ciel...

 

Pagnol7

 

 Pagno5

 

NAÏF : l'Energie (N) manifestant (A) le Principe (tréma) selon l'axe (I) est FEU.

 

NUDIT : Nue-Déité.


http://langue.des.oiseaux.free.fr/

 

 Au musée d'Art naïf de Nice, les oeuvres hautes en couleur de Frédéric Lanovsky  

 

MARTINIQUE : DIAMANT, MAISON DU BAGNARD, MONUMENT AUX ESCLAVES

 

 

 glycon.jpg

 

 

Repost 0
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 18:33

Le VENDREDI 25 MARS à 20h30, 

 à la Salle des Fêtes

de St-LAURENT-BLANGY, près d'Arras, 

 

 le spectacle consacré aux GITANS a été un grand moment.

 

Tous les spectateurs ont été séduits par le très beau récit poétique

 

de KATHY DAUTHUILLE :

 

« Les voyageurs au sang d’or », monté par la troupe LA COLOMBINE

 

avec la participation de nombreux invités, danseurs et musiciens.  

Voir "Arras au coeur d'or, l'hommage aux Roms" sur

http://annagaloreleblog.blogs-de-voyage.fr/archive/2011/03/29/arras-au-coeur-d-or-l-hommage-aux-roms.html#comments

  ArrasGitans

 

 

Le SAMEDI 26 MARS à 15h, la « Table ronde » a réuni

un nombreux public très concerné à l’Office culturel d'Arras,

autour de l’écrivaine Kathy Dauthuille et du philosophe Pierre Dacheux 

sur la culture particulière, les traditions,

la vie des Gitans et du peuple du voyage.

Ce fut un très beau et grand moment d'échange et d'émotions.

 

ArrasTableRonde.jpg

  

Voir http://annagaloreleblog.blogs-de-voyage.fr/archive/2011/03/30/le-peuple-du-voyage.html#comments

 

 

 Le site de Jean-Pierre Dacheux vaut d'être consulté :

  http://jeanpierredacheux.blogspot.com/

 


"Le Rom n'est pas un nomade.

C'est un homme qui, étant chez lui partout,

veut pouvoir se déplacer au gré de sa liberté."   

  Lors de la Table ronde, Merilla Lavenant a chanté

 

"Ederlezi"

tiré du film "Le temps des Gitans" d'Emir Kusturica,

 

et "Nora Luca",

tiré du film "Gadjo Dilo" de Tony Gatlif.

  

Ederlezi, la fête des Rroms pour la Saint-Georges, annonçant les vacances du printemps, le 6 mai  

 

 

La lecture par Régor de "Am Ketenes",

le chant de l'holocauste oublié, fut particulièrement émouvante. 

 

"Am Ketenes" chante l'holocauste oublié des gitans déportés à Auschwitz et Treblinka

 

 

 

glycon.jpg

 

 

Repost 0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 10:05

 

PetitesSurLinas2.JPG

 

ATELIER DES MUSES
Médiathèque et Conservatoire de Linas

101, rue de la Division Leclerc
91310 Linas
Tel (Médiathèque): 01 69 63 75 62
Tel (Inscriptions conservatoire): 06 83 53 14 02

Horaires d'ouverture de la Médiathèque :
Mardi : 16h00 - 18h30
Mercredi : 10h00 - 12h30
puis 14h00 - 18h30
Jeudi : 16h00 - 18h30
Vendredi : 16h00 - 18h30
Samedi : 10h00 - 12h30
puis 14h00 - 18h00

 

 PetitesSurLinas3.JPG

 

Quelques oeuvres exposées

 

produites par l'Atelier d'Arts plastiques du canton de Brétigny :

 

http://aapcm.over-blog.com/article-36723314.html

 

PSLinas5.jpg

 

  PSLinas2.jpg

 

PSLinas1.jpg

 

 

PSLinas4.jpg

 

 

PSLinas3 

 

 

PSLinas6 

 

Les "Contes des Ors-Donnés", le samedi 9 avril,

 

 seront accompagnés à la harpe par Merilla Lavenant.

  SAM 2084

 

 

glycon.jpg

Repost 0

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens