Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 16:34

"Les Trois Sœurs"

 

3soeurs.jpg

 

de Anton Tchekhov

Mise en scène de Youri Pogrebnichko  en russe surtitré

 

Samedi 11 décembre à 20h30

 

Théâtre Brétigny Espace Jules Verne rue Henri Douard 91220 Brétigny-sur-Orge

Tél : 01 60 85 20 85 Fax : 01 60 85 20 90

E-mail : info@theatre-bretigny.fr

Site Internet : www.theatre-bretigny.fr

 


 « Macha, Olga et Irina, vivent toutes trois avec leur frère Andrei, dans une demeure dans la campagne russe. Leur vie ennuyeuse n’est rythmée que par les visites des militaires de la garnison voisine. Se marier ? Avoir des enfants ? Travailler ? Tout semble vain et fade. Un rêve les habite : retourner à Moscou, la ville de leur enfance heureuse, pour connaître la vie pour de vrai. Les trois sœurs sont une comédie, affirmait Anton Tchekhov. Il semble que Youri Pogrebnitchko l’ait entendu.
Comme aucun, il sait naviguer entre ces répliques qui sont comme des icebergs, traquant le rire dans des silences qui insistent et le tragique dans les envolées joyeusement lyriques.

C’est que Pogrebnitchko arpente ce texte depuis 1981. Inlassablement, il y revient, il s’y promène, il s’écoute. Le metteur en scène russe, s’il aime et cultive la marge – son théâtre s’appelle Okolo, ou à côté : à côté de l’institutionnel, de ce qui est unanimement reconnu, voire : à côté de Stanislavski, qui vécut dans la rue adjacente - , travaille néanmoins toujours autour des mêmes axes. Un répertoire extrêmement concentré, les mêmes éléments de décor dans un même espace réduit, les mêmes principes de décalage entre le texte et l’action, et bien souvent, les mêmes acteurs.
Youri Pogrebnichko a rendu aux Trois Sœurs de Tchékhov leur jeunesse en donnant les rôles à trois très jeunes comédiennes qui incarnent à merveille le douloureux passage d’une adolescence prolongée à l’âge adulte, le deuil d’une vie pleine et justifiée. Il désigne ainsi le drame humain : connaître l’amour et cependant en être incapable. Une impuissance qui repousse la vie au devant de soi, éternellement dans le rêve d’autre chose.

 

Assister à un spectacle de Pogrebnichko est une expérience fascinante […]
Ils sont une quinzaine sur scène. Jeunes acteurs formés par la maison et comédiens plus aguerris. Ils jouent la comédie, dansent, chantent, jouent de la musique et ils sont formidables. »

 Jacques Corot, La Provence

 

« Cette fois-ci, cependant, la distribution surprend : les trois sœurs sont jouées par de jeunes comédiennes diplômées de l’Ecole Supérieure de Théâtre de Schoukine. Elles redonnent à la pièce sa jeunesse et ses accents de fraîcheur, ses envols enthousiastes et son désœuvrement. Elles incarnent le douloureux passage d’une adolescence très prolongée à l’âge adulte, la nécessaire émancipation des rêves enfantins, le deuil d’une vie pleine et justifiée... Youri Pogrebnitchko désigne ainsi le drame humain : connaître l’amour, et cependant en être incapable. Une impuissance qui repousse la vie au-devant de soi, éternellement. »

 

http://www.saintgervais.ch/millesimes/09/image/pogreb/dp3soeurs.pdf

  

 

Tchekov.jpg

 

Tchékov

 

"Hamlet", mis en scène par Nicolaï Kolyana venu d'Ekatyrinbourg

 

"Le Révizor", pièce de Nicolaï Gogol, se joue au théâtre de Brétigny-sur-Orge (91) le 9 février à 20h30

"Un tramway nommé désir" de Tennessee Williams, mis en scène par le Russe Nicolaï Kolyada se joue à Brétigny-sur-Orge (91)

 

23449 1574

Repost 0
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 10:48

Le film

 

« Nostalgie de la Lumière »

 

 

NostalgieLumiere.jpg

 

 

Date de sortie cinéma : 27 octobre 2010

 

Réalisé par Patricio Guzmán

 

Avec Patricio Guzmán

 

Titre original : Nostalgia De La Luz


Long-métrage espagnol , allemand , français , chilien . Genre : Documentaire

Durée : 01h30min Année de production : 2010

Distributeur : Pyramide Distribution

 

Atacama3-jpg

 

Synopsis :

 

« Au Chili, à trois mille mètres d'altitude, les astronomes venus du monde entier se rassemblent dans le désert d'Atacama pour observer les étoiles. Car la transparence du ciel est telle qu'elle permet de regarder jusqu'aux confins de l'univers. C'est aussi un lieu où la sécheresse du sol conserve intacts les restes humains : ceux des momies, des explorateurs et des mineurs. Mais aussi, les ossements des prisonniers politiques de la dictature. Tandis que les astronomes scrutent les galaxies les plus éloignées en quête d'une probable vie extraterrestre, au pied des observatoires, des femmes remuent les pierres, à la recherche de leurs parents disparus … »

(http://www.photos-films.com/film/32250/photos/Nostalgie-de-la-lumiere.html)

 

 

Atacama1.jpg 

 

 

Une extraordinaire mise en parallèle du ciel vu par les meilleurs observatoires astronomiques du monde situés en très haute altitude dans le désert chilien de l’Atacama et ce désert lui-même. Qu’est donc ce corps qui retourne inévitablement à la poussière ?  Alors que l’Esprit retourne à l’Esprit…

 

Atacama2.jpg

 

 

« - Ne pas faire du corps de chair l’ultime véhiculation à travers les espaces de votre vie.

 

- Ne pas faire de la forme qui s’y rattache la relativité de votre vie, autrement dit, ne pas donner forme à votre vie telle qu’elle est ressentie à l’instant, mais laisser à chaque instant donner la Vie à l’Infini, donner Vie à l’Infini. »

(Platon le Karuna, L’Originel Printemps Éternel, Les Éditions de la Promesse, 2005, p. 37)

 

 

23449 1574

Repost 0
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 10:16

 

  TsiganesBret.JPG

Une marche pour la commémoration

de l'internement des tsiganes

et des Gens du Voyage en Essonne

dans le camp de Linas-Montlhéry de 1940-1942 :

départ le samedi 27 novembre 2010

à 14 h de la gare de Brétigny, arrivée au lieu du camp vers 16h30

Evry, Brétigny sur Orge et Linas
Du 25 au 28 nov. 2010
Commémoration de l'internement des Tsiganes en Essonne

 



 



 

 

Le collectif pour la commémoration de l'internement des Tsiganes et Gens du voyage au camp de Linas-Montlhéry (40-42) propose une série de manifestations :
- film et débats : Des Français sans histoire et Liberté
- journée de réflexion et d'études : L'internement, la mémoire et la répétition
- marche : de la gare de Brétigny au camp d'internement à l'entrée de l'autodrome de Linas
- pose d'une stèle : en hommage aux familles internées au camp de Linas-Montlhéry
Lieu : voir programme (en dessous)
Plus d'informations et programme : programme

  

  

Le projet est parrainé par le cinéaste Tony Gatlif
Il est encadré par un comité scientifique composé d’historiens : Henriette Asséo, Emmanuel Filhol, Marie Christine Hubert, Alain Reyniers, Jacques Sigot
Il est porté par un comité d’organisation composé des associations suivantes : ANGVC (Association Nationale des Gens du Voyage Catholiques) / ASNIT (Association Sociale Nationale Internationale Tzigane) /FNASAT-Gens du voyage (Fédération Nationale des Associations Solidaires d'Action avec les Tsiganes et les Gens du voyage) / LDH (Ligue des Droits de l'Homme) / MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples) / Romani Art / UFAT (Union Française des Associations Tsiganes)
- Nous contacter

http://www.memoires-tsiganes1939-1946.fr/programmation.html

 

 

TsiganesLinas 

Exposition photos et textes
On s’est déjà vu quelque part  Asso° Vent d’ici et d’ailleurs.
Photos Jean-Michel RILLON accompagnées des témoignages de Gens du voyage.
du 23 au 27 novembre 2010

 

TsiganesMed2.JPG

 

TsiganesMed1.JPG

 

 

  Cliquez sur :

"Liberté", film de Tony Gatlif sur la déportation et l'extermination des Roms par les nazis, sous Vichy

Ederlezi, la fête des Rroms pour la Saint-Georges, annonçant les vacances du printemps, le 6 mai

 

 

23449 1574

Repost 0
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 09:21

  Dans la cathédrale de Saint-Bertrand-de-Comminges

 

  des stalles sculptées représentent l'Homme Sauvage,

 

ainsi que la Femme Sauvage tenant son enfant :

 

 

HommeSauvageSaintBertrand.JPG

 

 

 

FemmeSauvageSaintBertrand.JPG

  Photos Régor.

 

Michèle Aquaron (http://michele-aquaron.com/)

 

nous transmet les images suivantes :

 

 

"Les bas-reliefs des jouées Nord : Ambierle,
   Eglise prieurale du XVe siècle (classée M.H.).
 Loire en Rhône–Alpes, France, stalles en chêne."
 
HVS-amberle.JPG
 
Amberle.JPG
 
 "et, encore plus étonnant  : 
Fig. Homme sauvage.
Joué du nord-est des stalles du cœur
de la cathédrale  de St-Tugdual
à Tréguier, Bretagne, France."
 
HVS-Tregier.JPG
 
 
A la question :
"C'est extraordinaire ! Exactement les mêmes qu'à Saint-Bertrand-de Comminges !
Le même artiste a dû voyager ?"
 
Michèle Aquaron de répondre :
"Je suppose même qu'il avait un modèle dans ses cartons."
 
 
&&&
 
L'Homme Sauvage tenant l'écu vierge  :
 
Eglise de Chabris, Indre :

 

HommeSauvageChabrisJPG.jpg

 

L'Homme et la Femme "Sauvages" de la Tradition illustrent  l'état de Nature

"L'Homme Sauvage des montagnes italiennes", par Anne Allegrini

Les "anguanes", femmes sauvages des contes italiens

Un "Homme Sauvage", le Chevalier Vert, mis en scène dans le roman "Sire Gauvain"

 

23449 1574

Repost 0
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 10:42

 

Dominant le petit lac d'Orta, en Italie du  Nord,

 

 

220px-Isola Orta Isola San Giulio

 

 

sur les pentes du Mont Sacré d'Orta,

 

700px-LagoOrtaMadonnaSasso.jpg

 

les villageois ont construit 20 chapelles

 

dédiées à saint François d'Assise,

 

OrtaChapelle3.jpg

 

Chapelle 3.

 

décorées de peintures murales représentant la vie du saint.

 

Orta1Naissance.jpg

 

Chapelle 1 : la naissance de François.

 

Elles sont décorées de dessins de Michel-Ange,

 

de peintures et de sculptures. 

 

 

Orta4-5.jpg

 

Chapelles 3 et 4.

 

"La réalisation fut confiée au père capucin Cleto da Castelletto Ticino, qui planifia tout de suite avec soin l'intégration de l'élément architectural au paysage naturel.

 La construction des chapelles, qui se suivent le long d'un itinéraire en spirale, dura plus d'un siècle et transforma ce parcours en une occasion de lecture de styles architecturaux différents : de la partie finale de la Renaissance au baroque de la moitié du XVIIe siècle, au rococo des édifices réalisés entre le XVIIe et le XVIIIe siècles. La décoration interne, riche en statues et en fresques qui illustrent la vie de saint François, se distingue par le réalisme des figures. Le chantier a vu passer de grand s artistes comme Cristoforo Prestinari, Dionigi Bussola, les Fiammenghini, les frères Righi et bien d'autres encore.
Le parcours dévotionnel se termine par l'église de San Nicolao, un édifice proto-roman complètement remodelé au XVIIe siècle sur le modèle de la Basilique Inférieure d'Assise."

 

http://www.sacrimonti.net/User/index.php?PAGE=Sito_fr/sacro_monte_orta&argo_id=6  

 

 

Orta4-5-copie-1.jpg        

 

Orta8-10.jpg

 

Chapelles 4-5 puis 8-10.

 

Orta11.jpg

 

Chapelle 11.

  

  

  Orta12.jpg  

 

Chapelle 12.

 

  Photos par Franco Andreone http://www.sacrimonti.net/User/index.php?PAGE=Sito_fr/foto&argo_id=5&n=5&order=5

 

 

 Sur

Orhttp://orta-initiatic-monte.pagesperso-orange.fr/index.htmlta

 Les chapelles du Sacro Monte d'Orta :

 

"La Vie de saint François"

 

Conférence improvisée in situ,

 

d'Emmanuel-Yves Monin

 

(Photographies de Kerilia Duverger)

 

sur l'Inspiration qui a guidé la construction de ces chapelles,

 la visite se doublant "d'un 'cheminement' anagogique,

c'est-à-dire d'une lecture 'transcendantale'

nullement due au 'hasard'..."

 

Saint François d'Assise nous parle de l'alouette...

Au musée franciscain de Split, l'omniprésence du Dragon

La Vierge Noire du musée franciscain de Split, en Croatie

  http://www.youtube.com/watch?v=IH4NucF7IsA&feature=related

 

 

&&&

 

 

Dans ce lieu, saint Roch est présent :

 

 



 



 
Repost 0
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 15:38

  

Sainte Marguerite,

 

patronne des sages-femmes

 

et des accouchées

 

 

Sainte Marguerite issue du Dragon

  

  

 

Sainte Marguerite issourd du Dragon.

Manuscrit de la Bibliothèque Nationale.

En couverture du livre

La Vouivre, un symbole universel,

Editions EDIRU.  

 

 

"Sainte Marguerite d’Antioche, qui est dans un premier temps représentée éventrant le dragon pour surgir de ses entrailles, est devenue par analogie patronne des sages-femmes et des accouchées. La tradition voulait qu'on lise la vie de sainte Marguerite lors de l'accouchement (tradition qui est rapportée dans le récit de la naissance du Gargantua de Rabelais "Au plus Hault Sens" de Claude Gaignebet).

Plus tard, l'iconographie de sainte Marguerite évolue ; elle est représentée simplement en train de fouler le dragon du pied et parfois le tenant en laisse. Ce lien qu'on retrouve dans la vie  d'autres saints saurochtones (tueurs ou dompteurs de dragons) fait penser aux liens qu'il était d'usage de défaire lors de l'accouchement (ceinture, cheveux), usage très répandu en France mais aussi dans tout le bassin méditerranéen. On appliquait sur le ventre de l'accouchée la "ceinture de sainte Marguerite". Le thème de l'enchevêtrement des liens se retrouve chez les Parques, qui président elles aussi les accouchements.

 

marthe3.jpg

 

Semblable à sainte Marguerite,

Marthe a passé sa ceinture au cou du Dragon.

 

SAINTE MARGUERITE ET LA MAITRISE DU DRAGON

 

 

            Des fontaines consacrées à sainte Marguerite étaient le lieu de rituels liés à l’enfantement. Les femmes venaient suspendre à leurs abords des vêtements d’enfant, pour placer leur fertilité, leurs accouchements et leurs enfants sous la protection de la Sainte*. On peut y voir une résurgence lointaine du culte à Artémis, qui a laissé des traces archéologiques à Brauron en Grèce. Les filles pré-pubères entraient comme « ourses » dans le sanctuaire situé près d’une grotte et en bordure de rivière, au service de la déesse Artémis. Elles revêtaient un vêtement appelé « krokotos ». Ce vêtement, de couleur dorée tel le pelage de l’ours, symbolisait le sauvage féminin, la vie sexuelle** et procréatrice des femmes en devenir.  Après différents rituels initiatiques composés notamment de danses (voir liens), « appren-tissage » de l’art du tissage, les jeunes filles posaient leur krokotos sous la protection d’Artémis et participaient à des courses à pied entièrement nues.

 

*Par exemple la fontaine Sainte-Marguerite d’Antioche à Dosfraires, dans les Alpes-Maritimes. « Si cette interdiction a bien été promulguée, elle montre que les femmes se mettent toujours sous la protection de sainte Marguerite au moment d’enfanter » (Paul Canestrier qui en témoigne dans le courant du XXème siècle).  Fontaine Sainte-Marguerite à Javerlhac en Dordogne (J. Maudet).

**La différence avec le culte de sainte Marguerite est que la fonction sexuelle n’est pas ici étouffée  par la valorisation de la fonction maternelle. Le jaune doré de la tunique est revêtu également à l’époque par les prostituées ; il semble symboliser simplement le sauvage féminin de façon globale (sexualité comme fécondité)."

Anne Allegrini

 

Liens:

 

A propos de la danse de l’ours, représentée également à travers les traditions populaires :

http://marcheurdubois.over-blog.fr/article-l-ours-ravisseur-60776682.html

 

A propos du tissage :

Robert-Regor Mougeot

http://sens-des-entrelacs.wifeo.com/

  

A propos de sainte Marguerite : Martine Creusy-Chopard
L’image de sainte Marguerite d’Antioche : un imaginaire remis en question :

http://www.imageson.org/document511.html

 

A propos de l’Arkteia, culte d’Artémis à Brauron en Grèce :

Sourvinou-Inwood, Christiane (1988), Studies in Girls' Transitions: Aspects of the Arkteia and Age representation in Attic Iconography, Athens, Karadmitsa

Kahil Lilly
1997. « L’Artémis de Brauron : rites et mystères », Antike Kunst 20 : 86-98.

 

 

  Diane_de_Versailles_Leochares_2.jpg

 

Diane, château de Versailles.

 

"On a proposé plus récemment d'attribuer l'œuvre à Praxitèle,

sur la base du chiton court porté par la déesse :

 il ne s'agit pas d'un vêtement approprié à la chasse.

Ce serait plutôt le κροκωτός / krokôtós,

c'est-à-dire la robe couleur safran portée par les « ourses »

(desservantes du culte) d'Artémis à Brauron. " (Wikipedia)

 

Art-Brauron.jpg

         

  Ruine du temple d'Artémis à Brauron, Grèce.

 

Sur les murs d'un oratoire en ruine, 

à Maira, dans le Piémont (Italie):

 

Vallee-de-la-Maira--aout-2010-043.jpg

  Photo Kathy Dauthuille.

 

 

 

 Sainte Marguerite,

vitrail de l'église de Saint-Emilion, Bordelais.

 
 

IMAccouchement.jpg

 

    Accouchement.

Sculpture d'Ivan Mëstrovic. 

Quelques oeuvres d'Ivan Mëstrović, le plus grand sculpteur croate contemporain

 

 23449 1574

 

  

  
Repost 0
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 11:56

  Dans la chapelle de la Sainte-Croix,

 

à Kastelet (banlieue de Split, en Croatie),

 

le chef-d'oeuvre d'Ivan Mëstrović,

 

180px-Ivan_Me-C5-A1trovic.jpg

 

des panneaux de bois sculptés inspirés du Nouveau Testament.


En voici quelques-uns :
  

 

  

IMMarie.jpg   

  Marie présentant Jésus.

 

 

IMFuite-copie-1.jpg

 

  La fuite en Egypte.

 

 

IVLavPieds.jpg

 

  Marie de Magdala parfume les pieds de Jésus.

  http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/miriam-de-magdala-la-compagne-de-ieshoua.php

 

  IMScene.jpg

  

La Cène. 

 

 

IMResurrection.jpg

 

  La Résurrection.

 

Toutes ces images sont devenues archétypales.

 

 

Ivan Meštrović  est né dans la province croate de la Slovénie, à Vrpolie.

Il est mort en 1962, et il avait fait construire une maison à Split,

devenue un véritable musée,

avec des sculptures remarquables disséminées dans le jardin.

 

IMNue.jpg

 

 

 

IMAccouchement.jpg

 

    Accouchement.

 

 

IMMaternite.jpg

 

 Maternité.

 

 

IMJoseph.jpg

 

Paternité.

 

IMJob.jpg

 

Job, au fond de sa misère.

 

A Split, dans l'ancien palais de Dioclétien, les symboles nombreux : Dragons, Lions ailés, Sphinx

 

Au musée franciscain de Split, l'omniprésence du Dragon

 

 

23449 1574

Repost 0
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 11:46

 

 

CarmenCitoyenne1.JPG

 

 

CarmenCitoyenne2.JPG

 

 

CarmenCitoyenne3.JPG

 

   Elle sera donc à L'UNESCO

 

le mardi 23 novembre 2010 à 20h30,

 

salle 1, 125 avenue de Suffren Métro : Ségur et Cambronne.

 

Tarifs : 10 € - 5 €, gratuit pour - 12 ans,

 

accès Handicapés.

 

 

 

CarmenCitoyenne4.JPG

 

http://www.malikabellaribi.com/site.html

 

23449 1574

Repost 0
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 15:19

LA GNOSE ET L’ARBRE DE LA CONNAISSANCE

 

DU BIEN ET DU MAL

 

 

par Kinthia Appavou

  L-arbre.jpg

 

Le Dragon, gardien de l'Arbre de la Connaissance ?

 Jardin de Bagatelle, Boulogne.

 

 

 

L’illusion de la séparation avec le Divin de nous, en nous, a été maintenue par la notion de « péché » liée à la chute du fait qu’Adam et Eve avaient goûté au fruit de l’Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal selon la Genèse. Or qu’en est-il exactement ?

 

Pour André Deghaye, auteur de Le Nombre du Fils qui utilise la science des nombres associés aux lettres hébraïques pour nous donner des clés de compréhension de passages restés obscurs dans l’Ancien Testament et le Nouveau Testament, la question se pose : « Mais y a-t-il vraiment deux arbres ou Un seul arbre unissant les qualités et fonctions de l’un et l’autre ?[1] » car numériquement, « c’est toute la science de Dieu qui se trouve dans ces deux arbres et l’on comprend qu’il soit interdit de les approcher, d’y toucher.[2] »

 

Et pourquoi ces deux arbres ne pourraient en former qu’un ? Tout simplement parce que c’est une question de point de vue.

Si l’on s’en réfère à la Genèse, il est dit qu’après avoir mangé du fruit de l’arbre de la Connaissance du Bien et du Mal, Adam et Eve eurent les yeux « dessillés » et prirent conscience de leur nudité[3].

Dès lors, Adam et Eve ont une conscience séparative, une « conscience de » qui leur permet de se voir extérieurement, alors qu’ils étaient « Un » dans deux corps. Ils se voient dans leur différenciation sexuelle et ils se couvrent. Mais dans le même temps qu’ils prennent conscience l’un de l’autre et savent qu’ils sont différents dans leur apparence physique, ils perdent leur conscience intérieure qui les reliait à Tout et donc à Dieu, et c’est à partir de ce moment -là que leur point de vue change, et leur positionnement ayant changé au regard de Dieu, celui-ci leur pose la question : « Où es-tu ?[4] »

Cette question à elle seule indique la perte du Lien qui s’est effectuée par l’intermédiaire du Serpent tentateur. Mais ce serpent en tant que Lucifer « donnait à l’homme la possibilité de devenir conscient intérieurement et extérieurement, donc dans la totalité de son pouvoir extérieur et d’assumer cette Force Divine[5] ». (SER, 143).

 

La conscience séparative nous projette hors du Tout à travers l’individualisation. Dans le monde manifesté, l’homme se voit et se pense séparé de la Création lorsqu’il devient conscient de sa nudité comme il est dit dans la Genèse, et de ce fait, cette « conscience de » le place dans un point extérieur à la Création. Il se voit séparé de son double féminin « Eve », et dans cette individualisation de l’âme incarnée dans la matière la plus dense, l’Adam primordial « chute » en oubliant son Origine, et se prend au jeu de la dualité qu’il a engendrée. C’est cet oubli de sa Transcendance qui a engendré « l’ombre », dont les manifestations constituent un monde anti-créationnel. Et dans cette « conscience de », la conscience individualisée se sépare de la conscience universelle, et chacun d’eux (Adam et Eve) se trouve enfermé dans son « moi » en s’identifiant à cette conscience qui est limitée du fait même de l’état de densité de la matière qui les véhicule.

Leur « moi » s’est substitué au Soi Divin Unique et inconditionnel et l’homme se trouve enfermé dans son « ego », « ennuagé », « enténébré », ayant créé sa limite.

 

Chez les gnostiques apparaît la notion d’un démiurge qui apparaît comme le faux créateur, c’est-à-dire le créateur d’un monde illusoire, et c’est cette illusion qui enchaîne l’homme dans l’état de la dualité et de la séparativité. De fait, le démiurge n’est autre que la représentation imagée du mental humain faisant obstacle au Divin et qui a engendré le monde de la contre-nature. Le langage emprunté à l’époque est rempli d’images que nous devons transposer dans la mentalité actuelle. L’homme ayant créé la contre-nature en subit les conséquences fâcheuses, notamment toutes les formes-pensées émanant de « l’esprit contrefait » : le monde illusoire est la contrefaçon du monde réel. Pour les gnostiques, l’homme doit retrouver son esprit « virginal » afin d’être parfait.

 

Mais l’histoire de la « chute » d’Adam et Eve, c’est la nôtre à chaque instant de notre existence, car la « chute » ne se situe pas dans un temps donné de l’histoire humaine. Il n’y a pas de fatalité et cet état de fait n’est pas irrémédiable.

 

L’homme a engendré la Mort par sa limite et il doit s’en libérer afin de réintégrer son état originel. Et seule la connaissance de son Origine peut le libérer de sa dualité, ici et maintenant. Ce qui est aussi affirmé dans L’Evangile de Philippe : « L’ignorance est la mère du mal, l’ignorance entraîne la mort ; ce que produit l’ignorance n’a jamais existé, n’existe pas et n’existera pas. Tandis que ceux qui sont dans la vérité seront parfaits quand toute la vérité se révélera.[6] ». Et cette connaissance ne peut procéder que par révélation intérieure, celle-ci étant un dévoilement de la lumière originelle contenue dans la matière elle-même. C’est une auto-conscience, lorsque toutes les fibres et toutes les cellules du corps humain sont totalement conscientes parce que la part de vie originelle dont elles sont issues les habite entièrement, de sorte qu’aucune partie n’est laissée dans l’ombre. La véritable connaissance n’est pas que spéculative, elle doit être totalement incarnée dans l’homme pour que l’homme devienne l’habitacle du Connaissant Suprême. Si cette connaissance n’est pas incarnée, nous serons tôt ou tard repris par la lourdeur de la matière. Cela implique un processus de transformation de la matière elle-même, une alchimie qui lui est propre, qui permet l’illumination au sens de fusion de toutes les cellules du corps humain avec celles du cosmos, et cette fusion totale qui ne sépare pas l’individu du Tout est l’unité à réaliser en soi.

 

L’incarnation donne à chaque être humain la possibilité d’atteindre à cette toute Connaissance contenue en son noyau d’être.

 

L-oeil.JPG

 


[1] André Deghaye, Le Nombre du Fils, Dervy, 2007, p. 143.

[2] Ibidem, p. 144.

[3] Bible, Genèse, 3, 6. Traduction André Chouraqui, Desclée de Brouwer, 1989.

[4] Ibidem, 3, 9.

[5] Platon, Le Karuna, Le Secret de la Roche aux 9 marches, Les éditions de la Promesse, 2008, p. 143.

 

[6] L’Evangile de Philippe, p.113, site : www.infologisme.com/art/EvangilePhilippe.html.

 

 

 

"Il n'y a ni Bien ni Mal si l'Energie Première suit son cours Naturel.

Déviée de ce cours, le Mal se crée de cette déviation,

et à lui (au Mal), s'oppose son contraire, l'Energie dite "de Bien",

comme une grâce Divine."

Platon le Karuna, Le Mal, l'Innocence, la Connaissance, Editions de la Promesse, p. 77.

 

 

  Le serpent de la Genèse représente symboliquement le système cérébro-spinal, d'après le Yogi Srî Yukteswar

"L'Oiseau du Haut et l'Oiseau du Bas", conte traditionnel 

LE SERPENT PREMIER A L'ORIGINE DE LA CREATION 

A l'église de Gallardon (28), deux chapiteaux représentent Adam et Eve : des serpents enseignent à Adam la "Langue des Oiseaux", alors que d'autres viennent tout contre le ventre rebondi d'Eve !

 

23449_1574.jpg

Repost 0
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 17:43

Les anguanes,

 

les « femmes sauvages » des contes italiens

 

Article de Anne Allegrini

 

   

La version féminine de l’homme sauvage existe sous le nom de « anguane », elle apparaît sous les traits d’une créature dotée de sabots de chèvre, parfois sous la forme de femme-serpent. Souvent au bord de l’eau, elle est lavandière ou fileuse ou les femmes qu’elle rencontre le sont. Pour peu qu’on lui soit bienveillant, elle peut se montrer généreuse :  

 

 l-anguane-et-la-fileuse-copie.JPG

 

Illustration de l’auteure.

 

 

Dans les Dolomites, une histoire raconte que de temps en temps des anguanes descendaient de la montagne. L’une d’elles tomba sur une jeune fileuse, et lui demanda de danser avec elle, ce que fit la jeune femme. Elles dansèrent trois jours durant à l’issue desquels l’anguane offrit trois feuilles de bouleau à la jeune femme qui se retint de rire mais qui accepta le cadeau. Elle les mit dans sa poche et n’y pensa plus. Le lendemain elle eut la surprise d’y trouver à la place trois pépites d’or.

 

D’une grande beauté, les femmes sauvages séduisent les hommes qui parfois les prennent comme épouses, mais de ce fait elles attisent aussi la jalousie des femmes, donnant lieu à des histoires aux issues dramatiques. L’époux d’une anguane ne doit pas nommer la belle par son véritable nom, ni lui effleurer le visage du dos de la main, sous peine de la voir disparaître à tout jamais.

 

 

Traduction, annotations et synthèse par Amèl de l’article paru sur le site http://monacozen.splinder.com/tag/uomo+selvatico  (p.4)

 

 

Anne Allegrini a « trouvé d'autres histoires d'anguane : dans la plupart des cas on y trouve une fileuse : qu'elle soit l'anguane elle-même ou la jeune fille. Il y a une histoire qui parle d'une jeune fileuse qui aide une anguane à accoucher.

La sainte patronne des fileuses est  sainte Marguerite, elle est aussi sainte patronne des femmes enceintes et des sages-femmes. Je pense que le rapprochement est inévitable. » (correspondance)

 

 

L'Homme et la Femme "Sauvages" de la Tradition illustrent l'état de Nature

 

"L'Homme Sauvage des montagnes italiennes", par Anne Allegrini

 

Un "Homme Sauvage", le Chevalier Vert, mis en scène dans le roman "Sire Gauvain"

 

 

 

23449 1574

Repost 0

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens