Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 14:36

En l'église Saint-Martin de Monaco,

"Le Christ" peint par Michel de Paradès

est à la fois charnel et céleste



MonacoMartin6JPG.jpg
"...l'on voit nettement le corps-chair, obscur par sa densité,
celui qui se restitue à la Matière,
et la Lumière attenante qui "épouse le corps",
 prend sa forme, mais n'en est pas relative
et ne meurt jamais."
(Platon le Karuna, Les Chevaliers d'Aujourd'hui. Les Chevaliers de Demain,
Editions de la Promesse, 2000, p.63)

       Ce Christ peint traduit à la perfection l’ultime alchimie de la Résurrection. La lumière du corps crucifié épouse l’ “obscur-Ténèbres”
et les deux  apparaissent sur un fond où  l’obscur se mêle à la clarté
qui vient le recouvrir.
Il faut prendre le temps de s’imprégner de ses émanations,
de cette force qui jaillit par grâce
d’une fusion nécessaire, vraie, réelle, palpable.

          Que dit lui-même l’auteur qui, au dire de Karuna, "fit là œuvre d’Apôtre" et non pas seulement de peintre ?

          Michel de Paradès cite la phrase de saint Paul qui l’inspira :

          «  Le Christ-Jésus, c’est l’Image invisible de Dieu ».

          Et il ajoute :

          « Jésus, c’est l’Homme Céleste,

          son corps, c’est le Corps Spirituel.

          Le vrai Christ n’est pas un Christ de chair, corporel.

      Deux êtres se détachent de Jésus. Il n’est donc pas question de chercher à peindre le Christ au complet… puisqu’une moitié de son être, indissociable de l’autre, nous échappe totalement. Ce jeu complexe de l’Ombre et de la Lumière ne signifie rien moins que les rapports du Créateur avec l’Homme Créé. »
(Idem  p.67)

"L'image de ce Christ en Croix exprime bien la Valeur Nécessaire
d'un corps habité de sa Forme Lumière.
La partie dense, "l'Obscur", cloué sur la Croix,
la Lumière qui épouse ce corps cependant Libre et Résurrectionnel."
(Idem  p.67)

Voici qu'approche la fête de Pâques...

Une copie de ce tableau a été tentée :
http://regorm.free.fr/mandala/mandalasetpeintures2.html

Voir aussi
Dans l'église Saint-Martin de Monaco, les vitraux mettent en valeur la Chevalerie




logo.jpg

Repost 0
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 07:27


Nous retrouvons partout, à toutes les époques,

la représentation du monstre dévorant l'humain


oubliette[1]

Les catastrophes naturelles,
inondations, éruptions volcaniques, raz-de-marée, etc.
qui causent de nombreux morts étaient jadis représentés
 par des monstres dévorant les humains.
Ces monstres, dragons dévorants, tarasques...
représentaient les forces incompréhensibles
de la nature destructrice. 
Les grands saints fondèrent des monastères ;
les moines asséchèrent les marais.
Les légendes alors présentèrent ces saints
 comme ayant dompté le Dragon, le Monstre, la Bête...

 


 
La Tarasque en pierre de Novès
(Bouches-du-Rhône)
Musée Calvet, Avignon. III-IIe siècles.


Voir :

ETRE DEVORE PAR L'ENERGIE !


http://regorm.free.fr/articles/projet.html



Mais les hommes eurent longtemps la sagesse
de comprendre que, comme le dit l'adage,
on ne commande à la nature qu'en lui obéissant,
c'est-à-dire en reconnaissant ses lois et en les respectant.

 

 
  Statue de saint Pol de Léon terrassant le dragon
pour l’amener à l’île de Batz.
 Eglise de Saint-Pol-de-Léon. 


Il en va de même pour l'humain 
en tant que personne dévorée par ses passions.
Il apprend à les dompter
et il est représenté alors comme chevauchant l'animal. 

DionysosD-los.JPG


Dionysos chevauchant la panthère.
Mosaïque de Délos, Grèce, 100 av. J.-C.


L'ENERGIE DOMPTEE PAR DIONYSOS




undefined

Repost 0
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 07:27

Nadia Fontenaille,

une vie consacrée à la protection des oiseaux des villes,

et tout particulièrement des pigeons

NadiaF.jpg
"Au matin du 14 octobre, son âme s'est faite plus légère encore.
Nadia Fontenaille a quitté le monde matériel et son esprit,
à présent libre de toute entrave,
nous entoure, nous accompagne, nous porte."
Le Lien n° 63 - Automne 2009

NadiaFontenaille4.jpg

Vidéo "Madame Nadia Fontenaille" de Ricard Bruno_ob (Actualité ...



"La dame aux oiseaux, fée des pigeons, des merles et des grives a, à son tour, pris son envol. Nadia Fontenaille, présidente et fondatrice de la "Société de Protection des Oiseaux des villes" (SPOV) est décédée mercredi 14 octobre 2009. La Fondation 30 Millions d'Amis, qui a toujours été à ses côtés, salue la mémoire et le travail d'une femme qui a dédié sa vie aux oiseaux et se joint à la peine de ses proches.

Douceur, persévérance, courage, sagesse et passion… Nadia Fontenaille restera éternellement la dame aux oiseaux ; femme d'une ténacité à toute épreuve à laquelle on pouvait téléphoner nuit et jour, sept jours sur sept, d'un bout à l'autre de la France, pour trouver un refuge à un oiseau blessé."

http://www.protection-des-animaux.org/actualites/archives-1471.html

"Epouse du grandiose philosophe humaniste Guy-Félix Fontenaille, Nadia n'est pas seulement une peintre aux toiles bouleversantes, son talent embrasse également l'écriture. Elle a rédigé de nombreux poèmes très sensibles et quelques contes fantastiques inspirés de son passé incroyable...

NadiaFontenaille3jpg.jpg

 

Afin que ces textes ne tombent pas dans l'oubli, notre association les a tapés, illustrés, mis en page et édités avec grand bonheur ! Ce recueil est vendu au profit de l'assocation de protection des oiseaux de ville dont Nadia s'occupe depuis des années... Des milliers d'oiseaux blessés ont retrouvé la liberté du ciel grâce aux soins de Nadia.

Contes Fantastiques : Nadia Fontenaille. Illustrés par les peintures de Nadia et édités bénévolement par Minute Papillon Prod."

15 euros à l'ordre de la SPOV :  66 rue Gabriel Péri - 92320 Châtillon

http://blogs.myspace.com/index.cfm?fuseaction=blog.view&friendId=263940585&blogId=402674844


pigeons_1257237856.jpg



"Moins de pigeons dans nos villes, et plus heureux : c'est l'étoile à laquelle s'accroche depuis dix-sept ans Nadia Fontenaille, artiste-peintre. Prélever leurs œufs en pigeonnier contraceptif, il suffisait d'y penser. « Devant leur misère, leur souffrance, l'indifférence de tous, les stupidités dont on les accable, j'admirais leur courage. J'étais révoltée par l'attitude des hommes envers eux... J'avais quelque chose à réparer. L'oiseau est un être supérieur, et c'est pour cela qu'on le méconnaît, j'en suis sûre aujourd'hui » ;  point de vue partagé par Hubert Reeves : « Seuls sur cette planète, les pigeons peuvent entendre des sons provenant de milliers de kilomètres ».Mme Nadia Fontenaille, présidente de la Société Protectrice des Oiseaux de Ville (SPOV), a développé cette idée en 1990 avec Christian Gendry dont l'entreprise (SREP service de régulation et d'entretien des pigeonniers) est spécialisée dans la construction et la maintenance des pigeonniers. Le premier pigeonnier a été installé à Châtillon (29 000 habitants, Hauts-de-Seine) en 1995 qui après maints tâtonnements, répond maintenant complètement à son objectif de contrôle efficace des naissances."



pigeonnier.jpg
http://www.ambassadedespigeons.com/LAmbassade_des_Pigeons/film.html


Pigeonierb.jpg
http://cousin.pascal1.free.fr/histoire_pigeonnier_rp.html



Nadia Fontenaille a publié "Une Vie" aux Editions F. Lanore

"Pourquoi dévoiler sa vie, parler de soi, de son art, raconter ses histoires ?
Quelle importance cela peut-il avoir ? Qui s'intéresse à la vie d'une inconnue ?
Simplement pour qu'on comprenne qu'un être normalement équilibré,
artiste, sans complexe, peut changer de vie, délaisser ses habitudes,
son confort, sacrifier ce pour quoi il a lutté toute sa vie ;
accepter les contraintes parfois lourdes
pour se vouer à la cause de la défense animale.
Aimer les animaux,
prendre conscience de leur sort en tant que vie d'être,
de la place qu'ils occupent dans la Création
et intervenir n'est pas un passe-temps,
l'occasion de fuir la solitude
ou un manque de communication avec les humains,
un dégoût de la société, la compensation d'une vie ratée,
d'un amour déçu, d'un besoin d'affection reporté sur eux, non!"

NF.jpg

Tous ceux qui l'ont connue et qui l'ont rencontrée
dans son appartement de Châtillon transformé en refuge,
qui l'ont aidée aussi un tant soit peu,
gardent un souvenir ému de sa noblesse, de son courage,
de sa générosité et de sa simplicité.
Quel dévouement à la cause qu'elle avait faite sienne
et quel amour pour les oiseaux des villes
souvent blessés, estropiés, malades
qu'elle recueillait et soignait.

Et quel talent d'artiste aussi   !

R.-R. M.

Pigeonierc.jpg




 

glycon.jpg

Repost 0
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 07:45

Plantes sauvages

 

Pour les découvrir et leur rendre hommage, nous irons à leur rencontre dans leur habitat naturel au fil des saisons.

Afin d'enrichir et prolonger ce cadre, le land art * offrira à celles et ceux qui le souhaitent un espace de liberté pour exprimer leur sensibilité artistique.

   

* Land art : mouvement artistique américain (années 70) qui crée dans la nature des décors à partir de matériaux naturels, destinés à se déliter au fil du temps. Un des artistes les plus représentatifs de cette mouvance est Andy Goldsworthy, dont les oeuvres ont été immortalisées par la photographie.


Elles nous ont nourris, soignés, parfois servi à des fins occultes... Elles ont escorté les mages et les sorcières, composé les remèdes « de bonne fame » (du latin fama, réputation) x

des herboristes, inspiré les poètes et les artistes qui leur prêtent forme féerique... Filles de Mère Nature, ce sont les : 

  Plantes sauvages

 

ATELIER « SENTIERS D’HIVER »

27 et 28 février 2010 

 

Sentierdhiver1
Photo Kinthia Appavou

 

   Ah ! Qu’il était bon de se promener dans les bois pour y découvrir ce que la nature nous offre à voir en cette saison d’hiver !

 

Avec nos paniers sous le bras, des bottes et un bon manteau, nous sommes partis tranquillement le long des sentiers des bois d’Auxy qui font partie de la forêt de Fontainebleau… Notre hôtesse, Merilla, nous apprend à regarder autour de nous et incite notre curiosité : « oh la jolie petite pousse verte ! ». Connaît-on cette plante ? Non ? Eh bien, cueillons-en une feuille pour notre herbier.

 

Elle nous distribue des sacs en plastique pour y déposer nos trésors, mais attention, un sac par « biotope ».

Bien sûr, elle nous explique ce qu’est un biotope : le milieu naturel qui favorise le développement des végétaux que nous cueillons. Nous commençons donc par le biotope des bois, et ensuite nous découvrirons celui des marais.

 

Evidemment, lorsque nos yeux se posent sur les arbres, on a l’impression qu’il n’y a pas grand-chose à voir, et pour cause : à cette saison, la plupart des arbres n’ont pas encore de feuilles, ils sont nus, mais laissent filtrer une belle lumière qui traverse les branches jusqu’au sous-bois.

Et justement, c’est en bas qu’on doit regarder, vers la terre…

 

« Regardez, venez voir, ici, c’est un orpin ». Personne ne connaît.

« Ah, voici les fraises des bois, plutôt leurs feuilles, ici c’est le coin des fraises »…


On découvre que chaque plante a aussi son coin privilégié, elles poussent là où elles se plaisent…. Ah, si les humains pouvaient être pareils… Pourquoi donc restent-ils là où ils ne se plaisent pas ?

 

C’est la nature qui est un livre de Vie. On redécouvre ce qui doit être évident : ce contact avec elle, cette connexion qui fait qu’on se sent proche d’elle, à l’écoute, près de notre terre-mère.

Merilla a l’œil, et si on est un peu dissipé, elle sait attirer notre attention sur les plantes qui lui font un petit clin d’œil : « là, vous voyez, c’est ce qu’on appelle un bouillon-blanc, prenez en une feuille si vous ne connaissez pas. Surtout, faites bien attention à ne jamais arracher la racine ». Et même si l’on connaît, c’est pour notre herbier…. 

  

SN852378-1-.JPG
Photo Kinthia Appavou

 

  En se promenant, on a trouvé un endroit qui nous a incités à nous arrêter pour laisser aller notre imagination. Il y avait  la souche d’un arbre qui avait été coupé, d’où partaient des branches dans toutes les directions et nous évoquaient la forme d’un soleil. Chacun voyait ce soleil et avait envie de décorer cette souche. On a tous mis la main à la pâte, qui de trouver des cailloux, qui de la mousse, une branche dont la forme ressemblait à une tête d’animal…. Et voilà, la souche d’arbre était transformée…en quoi ? Peu importe. Cela pourrait ressembler à un gigantesque nid où se trouvaient empilés des œufs d’oiseaux… Allez savoir ce que cela évoque pour chacun. Une œuvre éphémère en tout cas pour rendre hommage à la nature et la remercier de ses bienfaits, faite en conscience. Voilà, c’est tout. 

 

SN852367-1--copie-1.JPG

Photo Kinthia Appavou

 

 Nous avons continué de cueillir les feuilles, et nous avons trouvé beaucoup de plantes : du géranium à feuilles molles, de la bruyère callune, de l’hellébore fétide, de la chélidoine, du géranium Herbe-à-Robert, du lamier pourpre, de la fougère aigle, de la ronce bleue et même du genévrier commun…

 

On ne pensait pas trouver autant de choses … Et il reste encore le marais à faire… ! Mais, le long du sentier qui traverse le marais, il y avait beaucoup moins de végétation, des roseaux, des iris d’eau…

 

Quelle promenade ! Au moins deux heures…Il faut prendre le temps de regarder, de cueillir. Et une autre halte au bord de la rivière Essonne pour le land art : avec des branches mortes qu’on a ramassées, on suit son inspiration : un soleil apparaît sur le sol près de l’arbre majestueux, une belle mandorle posée contre le tronc forme comme un autel… C’est rien, un jeu d’enfant… Oui, c’est cela, nous redevenons des enfants…

 

Nous avions perdu cette simplicité, et la nature produit cet effet sur nous : on rit, on est de bonne humeur, on partage des joies simples, et quelques rencontres au détour d’un chemin. Car on éveille parfois la curiosité des passants, qui nous voient avec notre panier, et se demandent bien ce que l’on fait avec en cette saison : il n’y a rien à cueillir ! Aurait-on loupé quelque chose ? Ce n’est plus la saison des marrons, ni celle des champignons pourtant…

  

Sentierdhiver4.jpg
Photo Kinthia Appavou

 

Justement, sait-on encore ce qui pousse et en quelle saison ? A l’époque où nous vivons, nous trouvons de tout dans les supermarchés, des produits hors saison tels que des tomates en hiver pour ne donner qu’un exemple. Comment ne pas être coupé des cycles naturels avec lesquels pourtant notre organisme fonctionne ?

 

Parcourir les sentiers qu’offrent nos belles forêts, et ce aux alentours de ces temps marqués par les équinoxes et les solstices, nous donnera sans aucun doute un bel aperçu de tout ce que la nature nous concocte pour nous émerveiller.

 

Mais c’est aussi un bon moyen de se reconnecter intérieurement à ces plantes lorsque nous aurons regagné nos habitats citadins, et qu’on pourra se dire : « tiens, en cette saison, il doit y avoir des jonquilles dans les bois… ». Et puis notre herbier nous sert à mémoriser le nom des plantes qu’on apprend peu à peu à reconnaître, c’est chouette !

 

J’ai été enthousiasmée par ces moments agréables, le temps s’étirait et devenait élastique, ou plutôt, nous avions réussi à stopper le temps linéaire, pour vivre dans le temps de la nature, un temps cyclique qui nous donne la sensation d’avoir tout notre temps pour vivre la vraie vie.

   

Kinthia Appavou

 

  Et comme le dit la chanson des Derniers Trouvères intitulée Chant de Printemps (CD « Un fabuleux héritage ! ») :

« La terre était blanche, sans vie, sans fleur.

Elle semblait morte mais je n’avais pas peur,

Elle se préparait, car c’est la loi,

A nous étonner encore une fois ! » (couplet de Florian Lacour)

www.lesdernierstrouveres.com

   

Si le cœur vous en dit et que vous désirez participer à cet atelier Nature que propose Merilla, n’hésitez pas à la contacter pour connaître les programmes et conditions des stages et vous y inscrire éventuellement : merilla.lavenant@yahoo.fr .


PROCHAINS ATELIERS EN 2012 :


Printemps : 17-18 mars et 28-29 avril

  Eté : 20-21 juin et 4-5 août

Automne : 22-23 septembre et 3-4 novembre

Hiver : 15-16 décembre.

Quelques-uns des articles de Merilla sur ce blog :

A l'écoute de la chanson "Fils de Mère Nature", et du dieu Pan

CONNAISSEZ-VOUS SAINT-MICHEL-CHEF-CHEF ET SES GALETTES BRETONNES ?


Remède de bonne "fame" contre les aoûtats, pour le prochain mois d'août ...




glycon.jpg

Repost 0
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 15:36

SpiraleTarot.JPG
SpiraleTarot2.JPG

Les Editions M.C.O.R. ayant fermé, ce livre n'est plus disponible que chez l'auteure et se trouve soldé : 
Repost 0
Kinthia Appavou - dans Alchimie
commenter cet article
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 11:13

Que nous dit François d’Assise de l’alouette ?


 

         « Notre sœur l’alouette porte un capuchon comme les religieux. C’est un oiseau humble. Son vêtement est couleur de terre. Dans son vol, elle loue le Seigneur comme les bons religieux dont la vie est déjà dans le ciel »


 
(Inscription trouvée au musée franciscain de Cimiez, Nice)


 

AlouetteChamps.jpgAlouette des champs.

Extrait de « L’alphabet des Oiseaux » 

http://langue.des.oiseaux.free.fr/Langue%20des%20Oiseaux/essai-alphabet-oiseaux.pdf :

 

ALOUETTE    

 

Petit passereau robuste et ventru, au plumage banal tacheté de brun-noir dont les plumes de la calotte peuvent se relever, se hérisser.

Son chant de virtuose est un chant de joie et, pour les mystiques, sa prière claire et joyeuse monte jusqu’au trône de Dieu. En vol, son trille mélodieux enchaîne de nombreux motifs. Dans la plaine, sa ritournelle ne s’interrompt pas.

 

Alouette : De l’ancien français aloe (AL-O-E : dieu manifestant le tout de l’humain). Ou encore aloete qui ajoute à cela le terrestre.

Dieu dans sa manifestation physique (Al) du Tout (O) où (U) vous êtes (Ette).

 

Dans la claire lumière de l’aube, sa petite taille la protège de la vue, tout comme sa rapidité, et son cri semble désincarné. Elle semble transparente, « couleur d’ascension …, un jet de sublimation …, une verticale du chant…, une onde de joie. Seule la partie vibrante de notre être peut connaître l’alouette », nous dit Gaston Bachelard (L’air et les songes, 1948, p. 100-106). Son chant est « la joie d’un invisible esprit qui voudrait consoler la terre » dit Michelet ; et le poète Adolphe Rossi d’affirmer : « c’est l’oiseau couleur d’infini »

Son comportement est d’une subtilité déroutante pour tout observateur attentif. Est-elle sédentaire, migratrice, hivernante ? Elle est toujours de bon augure, elle qui conjugue tant de comportements !

 

Elle est : D’Ieu dans sa manifestation physique (Al) du Tout (O), ou bien (U) ce qui EST Terrestre (Est Te).

N’est-ce pas merveilleux, cette lecture, lorsqu’on voit comment l’alouette s’élève rapidement dans l’air pour se laisser tomber brusquement à terre ! « Involution, évolution », disent certains ! Elle unit le ciel et la terre, vole haut, pleine d’ardeur juvénile pour faire ensuite son nid d’herbes sèches à ras de terre. Passereau chanteur, elle nidifie au sol dans les champs et les steppes.

Au dire de Léonard de Vinci, lorsque l’alouette est mise en présence d’un malade, elle détourne la tête et tente de fuir si celui-ci doit mourir, ou le regarde fixement si la guérison doit survenir.

N’était-t-elle pas sacrée pour les Gaulois qui savaient observer cet oiseau si particulier ?

Ce n’est plus le cas lorsqu’elle est convoitée pour sa chair. Ne chante-t-on pas en chœur « Alouette, je te plumerai…* » !

Et elle se laisse prendre au miroir … aux alouettes que les massacreurs d’oiseaux utilisent comme leurre !

La création est vue traditionnellement comme le miroir aux alouettes qui attire l’âme dans ce monde d’illusion. Aussi est-il juste de décrypter également : A privatif de la manifestation terrestre (L) du Tout (O) ou bien êtreté (êtes).

L’humain n’est-il pas rivé à la terre comme le serpent ? Que dit l’alouette au serpent rampant dans les entrailles de la terre ?

« Si tu veux, tu peux devenir immortel comme les dieux - quel dommage que tu ne puisses chanter. (…)

En vérité, si tu le désires, tu peux encercler avec ton corps flexible tout le savoir du temps et de l’espace - quel dommage que tu ne puisses voler. » (Khalil Gibran, Le Précurseur, Mille et Une Nuits, 2000, p. 39)

 

Il fut un temps, il y a des millions d’années, où les serpents choisirent de se transformer en oiseaux… 

 

 Alouette2

 

©Dessin de François Mougeot.

* Comptine

 

 

Refrain :
Alouette, gentille alouette
Alouette, je te plumerai (bis)

 

Je te plumerai le bec (bis)
Et le bec, et le bec
Alouette, alouette, ah ah ah ah !

 

R.

 

Je te plumerai la tête (bis)
Et la tête, et la tête
Et le bec, et le bec
Alouette, alouette, ah ah ah ah !

 

R.

 

Je te plumerai le cou (bis)
Et le cou, et le cou
Et la tête, et la tête
Et le bec, et le bec
Alouette, alouette, ah ah ah ah !

 

R.

 

Je te plumerai le dos (bis)
Et le dos, et le dos
Et le cou, et le cou
Et la tête, et la tête
Et le bec, et le bec
Alouette, alouette, ah ah ah ah !

 

R.

 

Je te plumerai les fesses (bis)
Et les fesses, et les fesses
Et le dos, et le dos
Et le cou, et le cou
Et la tête, et la tête
Et le bec, et le bec
Alouette, alouette, ah ah ah ah !

 

R.

 

glycon.jpg

Repost 0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 10:28

Musée international d'Art naïf

Anatole Jakovsky

à Nice


Musee-d-Art-Naif_image_associee.jpg

Lanovsky small"Ce musée a été installé dans l’ancienne résidence du parfumeur François COTY, le Château Sainte-Hélène, entouré d’un grand parc aux essences les plus rares. Un cadre intime et familier pour accueillir un art peu connu, qualifié de « naïf » car spontané, individuel privilégiant la vision intérieure du peintre, qui invite chaque visiteur à un voyage imaginaire.
Peintures, sculptures, dessins, affiches, retracent l’évolution de cet art à travers les œuvres des peintres les plus célèbres : Bauchant, Bombois, Vivin, Séraphine, Rimbert, Lefranc, Rabuzin, Ivan et Josip Généralic, Lackovic, Grandma Moses, O’Brady, Haddelsey, Ligabue, Vivancos, le Douanier Rousseau.... "

http://www.nice.fr/Culture/Musees-et-expositions/Musee-d-Art-Naif


NiceArtNaif.jpg


L'une des sculptures de Frédéric Lanovsky
située dans le parc tropical du musée

NiceArtNaif2.jpg

Ce sculpteur contemporain, né à Cannes en 1965,
réalise des sculptures géantes et à taille humaine
dont les dernières pièces ornent les jardins du musée.

L'art naïf a été révélé par Anatole Jakovsky.

NAÏF : l'Energie (N) manifestant (A) le Principe (tréma) selon l'axe (I) est FEU.
http://langue.des.oiseaux.free.fr/

glycon.jpg

Repost 0
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 08:27

Quel traitement réservait-on aux Roms,
aux Gitans, aux Nomades comme aux Juifs
lors de la Seconde Guerre mondiale,
en France, sous Vichy,
 et dans toute l'Europe occupée par les nazis ?

Tony Gatlif 200px-Tony_Gatlif.jpgsigne un nouveau chef-d'oeuvre
en faisant oeuvre de mémoire.

Liberte fichefilm imagesfilm

"Théodore est vétérinaire et maire d'un village situé en zone occupée pendant la Seconde Guerre mondiale. Avec l'institutrice Lise Lundi, il fait la connaissance du clan de Puri Dai, des Tsiganes venus au village pour y faire les vendanges. Humaniste et républicaine, la jeune femme convainc, non sans mal, les nouveaux arrivants de scolariser leurs enfants. Une tâche qui se révèle délicate et souvent épique pour ce peuple attaché à ses traditions orales et à sa liberté.
Mais la joie et l'insouciance sont de courte durée : la pression de la police de Vichy puis de la Gestapo sur les nomades s'intensifie et le danger se fait chaque jour plus menaçant sur la petite communauté. Comme ils l'ont toujours fait depuis des siècles, les Tsiganes veulent reprendre la route..."
http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/radio-libre2/fiche.php?diffusion_id=81369&print=yes

Qui sont les Rroms ?
    


 « 
Les Rroms sont un peuple d'origine indienne, dont les ancêtres sont venus de la moyenne vallée du Gange, en Inde du Nord, il y a environ 800 ans.

Ils sont aujourd'hui dispersés dans le monde entier, surtout sur notre continent. Parvenus en Europe par l'Asie Mineure et le Bosphore, ils se sont installés d'abord dans les Balkans, puis dans les Carpates et petit à petit dans tous pays européens, de la Grèce à la Finlande et de la Russie à l'Europe occidentale (Espagne, Portugal, France, Allemagne et Royaume Uni). On compte environ 12 millions de Rroms en Europe, les deux pays qui en abritent le plus étant la Roumanie et la Bulgarie.

Les Rroms au sens large se subdivisent principalement en Rroms dits "orientaux" (85% du total), en Sintés (souvent appelés Manouches en France ~ 4%) et en Kalés (ou Gitans ~10%), en Gypsies (ou Romanichals en Grande-Bretagne ~ 0,5%) - sans compter divers groupes de moindre importance numérique mais tout aussi Rroms que les autres Rroms. Au niveau européen, ils sont aujourd'hui sédentaires à 96%.

Les Rroms sont un peuple sans territoire compact, qui n'a jamais eu de revendications territoriales, mais qui est lié par une conscience identitaire, une origine, une culture et une langue communes. Ils sont environ un demi-million en France.



Etre Rrom est une valeur positive indiscutable, tout comme être Chinois, Argentin ou Français.

 

Le rromani - qu'est-ce que c'est au juste?


C'est la langue des Rroms ! Elle est indiscutablement indienne et proche du hindi, langue de l'Inde. Son vocabulaire et sa grammaire de base sont indiens aux trois quarts. Le reste est constitué de vocabulaire emprunté principalement au persan, au grec et ensuite aux langues européennes de contact. Malgré sa prétendue diversité dialectale, le rromani est une seule et même langue et les Rroms de Russie, d'Albanie, de Grèce etc. peuvent très facilement communiquer entre eux en rromani - à la seule condition de ne pas l'avoir oublié... »

 

http://www.blogg.org/blog-44189-billet-1085369.html

 

5-24129-M33251

Mais comment traite-t-on encore aujourd'hui les Roms
en France tout particulièrement
et dans le reste de l'Europe ?

Le gouvernement slovaque voudrait
retirer les enfants roms à leurs parents
pour les scolariser en internat !
Comme on l'a fait jadis pour les enfants aborigènes australiens,
pour les Amérindiens d'Amérique du Nord etc...

http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/03/08/la-slovaquie-envisage-de-placer-les-enfants-roms-en-internat_1316313_3214.html#ens_id=1278906

http://www.romeurope.org/

http://www.romeurope.org/Decembre-2009.html

Pour que ce film puisse se maintenir à l’affiche le plus longtemps possible
et atteindre le grand public
(notamment tous ceux qui ignorent l’histoire tragique des Tsiganes
 pendant la Seconde Guerre mondiale),
il est nécessaire que cet élan se poursuive.
Si vous avez aimé le film dites-le à vos amis, et encouragez-les à le voir au plus vite
 (car c’est le nombre de spectateurs qui encourage les distributeurs à maintenir le film en salle).
N’hésitez pas à diffuser ce mail dans vos réseaux
Lien pour connaître les salles qui diffusent le film
 
http://www.ugcdistribution.fr/film/liberte_150#salle-diffusion
Evelyne Pommerat

http://www.memoires-tsiganes1939-1946.fr/
 
Centre de ressources Fnasat-gens du voyage
revue Etudes Tsiganes
59 rue de l'Ourcq
75019 Paris
tel.01 40 35 12 17
documentation@fnasat.asso.fr
www.fnasat.asso.fr
www.etudestsiganes.asso.fr 


glycon.jpg

Repost 0
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 07:13

En yoga, la kundalini
montant depuis la base de la colonne vertébrale
 ouvre les chakras
jusqu'à celui des mille pétales au sommet de la tête,


LE SERPENT KUNDALINI

en passant par celui du coeur.

LA VOIE DU COEUR DANS LES DIVERSES TRADITIONS : LE BOUDDHISME, LE CHRISTIANISME, LA CHEVALERIE MEDIEVALE, LE CHAMANISME 
 



Le Joyau, le Diamant :


Diamant.jpg
Mandala construit
alternativement sur le neuf et sur le douze
selon la symbolique des nombres
et la construction de l'ennéagone :
http://nombres-premiers-et-symphonie.wifeo.com/trace-dun-enneagone.php



Le Joyau, le Diamant dans le Lotus:


DiamantLotus.jpg
Le lotus est construit sur le 12 et le 24.

&&&

Ou bien encore

LotusDiamant0001
©Régor, gouaches sur papier.

"Lorsque les fontanelles se ferment, l'enfant se coupe des anges",
énonce un dicton picard.
Leur réouverture permet la réception de l'Inspiration...


glycon.jpg

Repost 0
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 09:18

La Revue Graphè publie dans son n° 19 les Actes du

COLLOQUE  "LE LIVRE DE JONAS", UNIVERSITE ARTOIS LES 2 ET 3 AVRIL
2009

C o l l o q u e

 

"Le livre de Jonas"

  

2 et 3 avril 2009

pôle d’Arras - amphithéâtre ‘Jacques Sys’

organisé par Jean-Marc VERCRUYSSE

avec le soutien financier du Conseil Général du Pas-de-Calais,

de la Banque Populaire et d’Arras Université.

Bible Porta, vers 1275 : Livre de Jonas, f. 351 (détail).

Bibliothèque cantonale et universitaire, Lausanne.

&&&

Sommaire des Actes :

GraphèJonas
GrapheJonas2.JPGVoir
http://www.univ-artois.fr/graphe
Courriel : revuegraphe@univ-artois.fr


En tapant "Jonas" sur le moteur de recherche de ce blog,
vous trouverez les 10 articles publiés sur
Le Livre de Jonas : "Si Jonas m'était conté"

 

ou sur http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/


glycon.jpg

Repost 0

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens