Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 10:00

Le Marché médiéval du Moyen Âge à Pontoise

le dimanche 22 novembre 2009

 fut un succès extraordinaire !

Une foule nombreuse !



De belles échoppes, des costumes remarquables

et de nombreuses animations...







et le lancement du CD des Derniers Trouvères,

"Vers l'Etoile"



par Marie Milliflore, François Bourcheix,

Nicolas de Fleury, Roland Deniaud...

et tous ceux qui les accompagnent dans l'Aventure !



© Photos Wolfgang

 aussi !

"VERS L'ETOILE", LE DERNIER CD DES "DERNIERS TROUVERES" SERA LANCE A PONTOISE LES 20, 21 ET 22 NOVEMBRE AU "GRAND MARCHE" DE L'HISTOIRE, A PONTOISE

http://www.lesdernierstrouveres.com/

http://www.myspace.com/lesdernierstrouveres



Repost 0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 10:28

Mandalas

Représentations de l'univers :

"Tout est Nombre"
et les nombres sous-tendent les formes
qui se déploient à partir
du Point Central Originel.

&&&

Tournoiement d’arcs-en-ciel

 

 


Mandala construit sur le neuf
à partir de l’ennéagone central ;
 

il se déploie un tournoiement
de chemins multicolores
enserrant de petites ocelles
qui conduisent ensuite à de plus grandes ocelles
dansant en tourbillon
autour d’un centre immobile.


&&&

Le Joyau dans le Lotus

 

 

OM MANI PADME HUM

 

"Le Joyau dans le Lotus"

porte en son Cœur en effet un dynamisme

qui éclate dans les mille feux des pétales.

 

Il joue sur les vibrations des couleurs

et sur les rythmes des ennéagones et des dodécagones

qu'enserrent les vingt-quatre pétales de feu.



&&&

Mandala arabo-berbère


 


Inspiré des entrelacs des mosquées,
 

ce mandala est cependant construit sur le neuf
et non sur le huit.


Régor, gouache sur papier. 

http://regorm.free.fr/mandala/mandalasetpeintures.html

http://nombres-premiers-et-symphonie.wifeo.com/trace-dun-enneagone.php


 

 
Repost 0
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 14:33

Le Monte Gargano est, en Europe,
le plus ancien lieu d'apparition
de l'Archange saint Michel

"Le Liber de apparitione sancti Michaelis in monte Gargano",
rédigé au milieu du VIIIe siècle,
raconte comment dans la seconde moitié du Ve siècle,
l’Archange apparut à l’évêque de Siponto
et consacra lui-même ce sanctuaire rupestre
du promontoire rocheux dominant l’Adriatique."
http://www.lescheminsdumontsaintmichel.com/spip/spip.php?article12



La grotte où saint Michel apparut
est un ancien lieu de culte païen.
L'énergie tellurique y est très forte
et le christianisme a succédé, là comme ailleurs,
aux religions précédentes.




Avec son visge séraphique,
saint Michel n'a ici rien d'un guerrier.
Il lève simplement et paisiblement
la paume de la main droite.
Ses deux pieds reposent sur le dragon-vouivre.
L'ombre de saint Michel, dans cette caverne,
est impressionnante.
Nous avons là une magnifique représentation
de l'Unité Duelle
de l'Energie cosmique et de l'Energie tellurique.
 Elles sont inséparables et n'existent que l'une par l'autre,
comme le recto et le verso d'une feuille de papier.
Chacune se doit de rester à sa juste place,
le haut et le bas ne marquant
aucune supériorité de l'un sur l'autre.

La Table d'Emeraude d'Hermès Trismégiste*
en porte témoignage :

"Voici, le plus haut vient du plus bas,
et le plus bas du plus haut ;
une oeuvre des miracles par une chose unique"
(Version arabe extraite du Livre du secret de la création
)

"Ce qui est en bas, est comme ce qui est en haut :
 & ce qui est en haut, est comme ce qui est en bas,
pour faire les miracles d'une seule chose."
(Traduction de la "vulgate" latine)

* Hermès Trismégiste. La Table d'Emeraude et sa tradition alchimique,
Les Belles Lettres, 2006. 



MichelMichael_MichelXI.jpg
 


Sanctuaire du Monte Gargano.
Statue du XIVe siècle.

 

 
MichelMichael_MichelXV.jpg
Sanctuaire du Monte Gargano.
Statue du XIVe siècle.
 
Voir :

L'ARCHANGE SAINT MICHEL AU MONTE GARGANO

L'IMAGE DE SAINT MICHEL, SYMBOLE DE L'UNITE DUELLE DES ENERGIES TELLURIQUES ET COSMIQUES

 



Repost 0
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 09:52

L'exposition actuelle des oeuvres
de MICHAEL HERMES
a lieu dans le "Nachbarschaftsheim",
un centre socioculturel à Berlin-Schöneberg.


Les peintures sont présentées jusqu'au début de l'année 2010.
Pendant le "Südwestpassage",
un week-end de portes ouvertes des artistes du quartier, l'exposition va être enrichie
par des figures mobiles dans la grande salle.


        MICHAEL HERMES, ARTISTE PEINTRE A BERLIN : DES VIBRATIONS DE COULEURS !


Le samedi, 28 novembre à 19 heures,
un concert avec LUDGER SINGER,
musicien berlinois très créatif, va compléter l'événement.

&&&

Articles sur des artistes peintres :

"LE CHEMIN EN L'OISEAU", TABLEAU D'ALBERTO VON FACH

"LA FEMME DE BLE" DE KAROM THOMASSON IMAGE LA MERE UNIVERSELLE

LES ENFANTS DE "LA FEMME DE BLE", LA SCULPTURE VEGETALE DE KAROM THOMASSON



Repost 0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 15:00

Vous savez certes que les arbres, tout comme l’eau,

tout comme le monde minéral,

tout comme chaque atome de l'univers
portent la mémoire de tout ce qu’ils ont vécu !

Mais l’avez-vous expérimenté ?

Il y a des arbres centenaires, des arbres millénaires,

et parmi eux,

les cèdres du pays de Khalil Gibran…

 

  Témoignages  de Christy :
 

Première rencontre avec les cèdres du Liban

 

 

       « Lors de mon premier séjour au Liban, je décide, avec un ami, de partir à la découverte des célèbres cèdres de ce pays. Nous commençons le voyage en nous reposant quelques instants sur la terre de Khalil Gibran juste au-dessus de sa maison natale.

 


Maison natale de  Khalil Gibran
transformée en musée, Bcharré, Liban.
© Photo Mnémosyne

 

      Le paysage est très sec, un peu montagneux, et l’énergie très puissante. Nous en remplissons nos êtres et nos âmes. Nous reprenons la route vers la montagne où sont installées des remontées mécaniques car l’hiver, les Libanais un peu aisés y pratiquent le ski de piste. Aucune végétation ne pousse, seulement de la terre et de très rares bosquets esseulés. Après quelques lacets, nous apercevons la cime de quelques arbres, ce sont eux, les fameux cèdres dont on parle tant !

      Quelle surprise de les découvrir si peu nombreux comme parqués dans une réserve, tels les Indiens en Amérique : c’est le bois de Bcharré…

 

 


© Photo Mnémosyne

 

      Alors que nous sommes au plus haut des montagnes du Liban, nous trouvons sur le bord de la route qui longe tout ce bois un nombre incalculable de petits artisans commerçants vendant des souvenirs sur les cèdres et interpellant les touristes, de petits et de grands restaurants sur l’autre côté de la route, beaucoup de bruit, beaucoup de monde. Nous sommes en pleine semaine mais les touristes libanais et étrangers sont nombreux. Pourtant, pour l’aventure incroyable qui va suivre, nous serons seuls.

     Pour visiter cette réserve il faut payer un droit d’entrée et surtout suivre le chemin prévu et ne pas en sortir nous précise-t-on. Je ne sais plus pourquoi, mon ami est parti seul devant, sans m’attendre. Je me retrouve comme abandonnée à l’entrée de ce bois.

     Je commence donc à marcher doucement, à regarder ces arbres gigantesques quand subitement une émotion d’une extrême violence m’envahit : comme une vague immense qui s’abat sur le rivage, une tristesse sans fin monte en moi. Je me mets à pleurer, à sangloter en hoquetant de plus en plus fort sans pouvoir ni me retenir ni m’arrêter. Je me mets à me frapper la poitrine et à dire entre les sanglots  “pardon, pardon pour tout ce que les hommes ont fait sur cette terre. Je sais que vous êtes les derniers gardiens de la sagesse universelle.” Mes yeux sont voilés, je distingue à peine mon ami un peu plus loin sur le chemin, à genoux. Lui aussi est entré en contact avec ces êtres merveilleux, a vomi et pleuré… Notre douleur est si vive que nous nous prenons dans les bras pour essayer de nous réconforter. C’est alors que je sens dans une de mes mains des picotements légers, agréables qui gagnent tout mon bras.  Lorsque j’ouvre les yeux, je suis à côté d’un cèdre et son énergie me remplit petit à petit avec une telle douceur que les larmes reviennent. Je passe la barrière et presse tout mon corps contre le tronc de cet arbre bienveillant. Je l’enlace, le respire, le remercie.

 

 © Photo Mnémosyne

 

     Quelque temps après nous reprenons le chemin et avec stupéfaction c’est tantôt le bras droit tantôt le bras gauche qui se remplit de fourmillements. Je suis appelée, attirée par presque chacun des cèdres de la forêt. Ils sont tous d’une grande majesté, d’une élégance rare, avec une force incommensurable. Je suis dans le recueillement et je les remercie tous un par un. Ce n’est pas un bois : c’est un royaume, un trésor caché sublime.

     Brusquement, j’entends des clameurs au loin, nous sommes proches de la sortie et je distingue un groupe important de touristes français. C’est alors que nous franchissons le seuil d’une porte invisible qui protège cet écrin merveilleux où l’énergie si puissante est dispensée, distillée à ceux qui écoutent avec le cœur et qui ouvrent leur conscience. D’ailleurs notre troisième œil s’est activé tout le long du parcours. Nous revenons brusquement dans le monde commun.

     Nous décidons de grignoter quelque chose dans un petit restaurant face à ce bois. Et là je comprends pourquoi ces êtres exceptionnels au centre du bois ont tout gardé intact de la mémoire du monde : une rangée de cèdres le bordant sert de barrière énergétique le séparant du monde bruyant et mercantile. Ceux-là se sont sacrifiés pour les autres : en effet ils sont dans un état maladif, perdant leurs couleurs avec leurs branches pendantes mais toujours protecteurs des autres.

     Nous repartons avec joie et tristesse mêlées. Un dernier regard sur le petit bois lorsque nous arrivons sur le sommet de la montagne pour nous diriger ensuite vers la cité de Balbeck. Mais c’est une autre histoire… »

 


Cèdre de Balbeck 

 

Deuxième rencontre avec les cèdres


                                                            © Photo Mnémosyne

 

       «  Après ce court séjour, je décide de revenir dans ce pays où je suis accueillie merveilleusement. Il y a une autre forêt de cèdres plus au nord, plus importante aussi, celle de Barouk.
      Avec un autre ami libanais, nous partons à sa découverte. Nous sommes en fin d’après-midi et traversons des villages un peu arides, la route fait des lacets. À moins d’un  kilomètre je signale à mon ami que je ressens un début d’engourdissement dans le bras gauche qui s’intensifie petit à petit. Ma première réaction est la peur : je veux voir les cèdres, je ne peux pas être malade !

     Et soudain je comprends ; j’aperçois quelques ramures vertes, la douleur me prend dans tout le bras qui fourmille et cela gagne l’autre bras. Je demande alors à mon ami d’accélérer car je ne sais pas ce qui peut se produire. Cela devient intenable de rester assise dans cette voiture.

      Je sors précipitamment du véhicule, je marche mais tout mon corps entier cette fois ressent des fourmillements. L’entrée est payante mais les gardiens nous laissent entrer car il est tard et le bois va bientôt fermer. J’aperçois quelques personnes qui se dirigent vers la sortie. Mais je ne peux pas me retenir : cette fois ce sont des tremblements qui me gagnent rapidement. Les gens passent devant moi, j’accélère le pas pour éviter qu’ils voient ce qui va se passer. Et puis je ne peux plus marcher. Mon corps est secoué des pieds à la tête, une énergie incroyable part des pieds et gagne toutes les cellules de mon corps. J’ai l’impression que je vais décoller comme une fusée. Je pousse un cri libérateur, je ne vois plus rien autour de moi, je m’effondre dans les bras de mon ami qui me rattrape pour m’empêcher de tomber comme une pierre sur le sol rocailleux.

     Au bout d’un moment je reprends conscience et  j’ouvre les yeux. À quelques pas devant nous, se dresse majestueusement le cèdre le plus vieux de la planète, plus de cinq mille ans…

 

      Quand j’étais petite fille, mon père était parti au Liban. Il nous avait raconté son voyage et parlé des cèdres. Je m’étais dit :  “quand je serai grande, j’irai voir les cèdres ! ” »    

 

                                                                Christy

 

 

Khalil Gibran

 

  

 

      Dans sa ville natale de Bcharré, dans le nord du Liban, sa maison a été transformée en musée. Savez-vous qu’il n’était pas seulement poète et écrivain, mais aussi peintre ? Voici le poster de l’une de ses œuvres acheté là-bas :

                 Le Christ en croix adombre le couple d’humains enlacés. Cet amour qui est le le Passage obligé vers l’Amour véritable… 

 

    
     Certes le livre essentiel de Khalil Gibran, Le Prophète, fut le livre culte de toute une génération hippie à partir de 1960, et un succès mondial qui ne se dément pas, comme Le Petit Prince de Saint-Exupéry.

      Mais qui se souvient que ce livre, paru en 1923, écrit en arabe, fut brûlé sur la place publique à Beyrouth, comme blasphématoire, par les autorités religieuses !

 

 

 



 

 

Repost 0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 20:10

Avant la guerre de 14-18,
Touiavii, chef de la tribu de Tiavéa
dans les îles Samoa,



visite l'Europe et note ses observations,
publiées en 1920 par Erich Scheurmann
en Allemagne :


Quel être étrange que le Papalagui,
le Blanc,
littéralement "le pourfendeur du ciel" !



Quelques titres de chapitres
pour vous mettre l'eau à la bouche :

1. Les couvre-chair du Palapagui,
ses nombreux pagnes et nattes...

4. Le Palapagui devient pauvre
à cause du grand nombre de choses.

5. Le Palapagui n'a pas le temps.

6. Le Palapagui appauvrit Dieu...

10. La maladie de penser sans cesse....


PIERRE DUMAYE, GRAND CHEF DE L'ILE DE MOULI, EN NOUVELLE-CALEDONIE ET LA DEMOCRATIE

"TISSERAND DU SOLEIL", UN CONTE KOGI PUBLIE PAR KATHY DAUTHUILLE



Repost 0
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 18:27

Saint Patrick, évangélisateur de l'Irlande

et la conversion des druides.


Patrick est né à la fin du IVe siècle dans une famille chrétienne du Pays de Galles.
Son père est diacre, mais peu religieux, s'enrichissant de la collecte des taxes.
Il a un grand-père prêtre à une époque
où il n'était nullement question de célibat pour les prêtres.
A 16 ans, il est enlevé par des pirates et vendu comme esclave en Irlande ;
il passe six ans en esclavage, puis s'enfuit et retrouve ses parents.
Après un séjour en France, aux îles de Lérins, il est consacré évêque
et il se sent appelé à revenir dans l'Irlande de sa servitude pour l'évangéliser.
Il y débarque en 432 et multiplie prédications et conversions
dans une population dont, par force, il connaît bien les coutumes et la langue.



Statue de saint Patrick sur la colline de Tara dans le comté de Meath.

Au Rock de Cashel, lors d'un sermon demeuré célèbre,
il montra une feuille de trèfle :
"Voilà la figure de la Sainte Trinité".


Les triades étaient familières à la religion celtique :
le trèfle deviendra la symbole de l'Irlande.

Dans la religion chrétienne,  il n'y a qu'un seul Dieu
qui se manifeste comme le Père qui a un Fils,
avec lequel il est en relation dans l'unité d'un même Esprit,
et chaque lobe de la feuille représente l'une des personnes de ce trinaire.
Non pas trois dieux, mais un seul Dien en trois personnes,
auxquelles l'Ecriture donne trois noms divins,
en les distinguant avec précision : Père, Fils et Saint-Esprit,
qui accomplissent, dans cette communion divine,
un même salut pour les hommes.
 



Selon la mythologie celtique, Tailtiu,
la mère nourricière du dieu suprême Lugh,
défricha la forêt de Breg et, une fois les arbres abattus,
il y poussa une belle prairie de trèfles.
Ce symbole figure sur les croix celtiques,
dans le célèbre
Book of Kells,
l'Evangéliaire de saint Colomban,
où le trèfle représente la triplicité et l’unité,
selon un précepte celtique.
Le trèfle était aussi le nom d’une constellation du firmament celtique.
Dans l'ancienne religion, les triades sont nombreuses :
le triskell tout d'abord, pourtant d'origine grecque.




Beaucoup de druides se convertirent, devinrent moines,
adoptant une religion  présentée avec tant d'intelligence 
parce qu'elle correspondait pour beaucoup aux traditions antérieures.
De là naquit une nouvelle triade fêtée en Irlande :
les saints patrons Patrick, Colomban et Brigitte.

LA QUENOUILLE DE SAINTE BRIGITTE

Saint Patrick est fêté le 17 mars non seulement en Irlande
mais dans le monde entier par les descendants des immigrés irlandais : USA, Australie...
C
es célébrations font beaucoup appel à la couleur verte,
celle de l'Homme Vert, du Frère Feuillu, 
et aux coutumes irlandaises.

L'HOMME VERT, LORS DE LA FETE DE SAMAIN, A EDINBOURG, ECOSSE

QUE SONT LES "FRERES FEUILLUS" TANT REPRESENTES DANS NOS EGLISES ET CATHEDRALES ?
.


Les participants à ces fêtes, qu’ils soient chrétiens ou pas,
portent au moins un vêtement avec du vert,
assistent à des « parades », consomment des plats et des boissons irlandaises,
en particulier des boissons alcoolisées.

On vend encore actuellement en Irlande des médaillons
comme celui-ci, appelés médaillons de saint Patrick
et qui représentent un entrelacs celte traditionnel de deux serpents-vouivres.

   ©   Photo  Lysiane C.
que nous remercions de nous l'avoir fait parvenir.

http://sens-des-entrelacs.wifeo.com/les-entrelacs-de-fils.php



Enluminure du Book of Kells,
l'Evangéliaire de saint Colomban.




 

Repost 0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 20:20

Les derniers Trouvères seront au Salon "Fous d'Histoire"
 
les 20, 21 et 22 Novembre à Pontoise (95).
 
Ils lanceront à cette occasion leur dernier CD :

"Vers l'Etoile"




Que dire de l'Etoile ?

   "La contemplation de la voûte céleste a, de tout temps,
porté les hommes à méditer sur le scintillement des astres nocturnes,
sur leurs courses et sur leurs significations.


Le nombre des étoiles, même à l'œil nu, est fascinant. La Bible conte que Yahwé interpella Abraham :

« Regarde donc les ciels.

   Compte les étoiles, si tu peux les compter !

   Il lui dit : “Telle sera ta semence.1 »

 

Les étoiles sont tout naturellement associées aux destinées humaines ; elles sont symbole de santé2. Un conte lithuanien ne dit-il pas qu'à la naissance d'un enfant une fée file dans le ciel une étoile nouvelle qui disparaît à sa mort ?

« Et souviens-toi qu'à chaque naissance d'un enfant sur la Terre, une étoile apparaît dans le firmament de la Terre.

Tu as ton étoile parmi toutes celles-ci, à cinq branches et brillante. N'oublie pas, chaque soir et chaque nuit, de regarder les étoiles.3 »

Est-ce pour cela que nous aimons tant contempler le ciel nocturne ?

« Chacun est né sous une bonne étoile, mais peu s'en souviennent.3 ». Il en est de la sorte pour la moindre chose : « Et le plus petit des brins d'herbe sur la terre a lui aussi une étoile qui lui est tout spécialement préposée dans le ciel.4 »"



 1 - Genèse - XV, 5.  
 2 - Voir Hun-ley, H. E. - La Divine Proportion- Ed. Navarin, 1986, p. 146.  
- Emmanuel (Yves Monin) - Le Son du Désert - Le Point d'Eau, 1983, p. 51.   
4] - Le Zohar : le Livre des Splendeurs - Seuil, 1980, p. 91.

 

Robert Régor Mougeot, La Métaphysique des Chiffres,
auto-édition, 1998, chap. "Le Propre de l'Estoile à Suivre", p. 158.

&&&

Au même lieu se tiendra les 21 et 22 Novembre
un "Grand Marché de l'Histoire",
avec 150 artisans venus de toute l'Europe.

&&&

Il n'y a rien d'autre à faire
que de suivre son Etoile...



Comme les Rois Mages...

&&&

   Dans le Jeu de Tarot :



"L'Etoile, en relation avec Le Pape (V) et La Papesse (II) est notre guide intérieur :
suivre son étoile, c'est déjà avoir fait taire toutes les conceptions erronées
et les justifications du mental qui sont nos obstructions (XVI).
C'est prendre contact avec notre âme intermédiaire
afin de pouvoir dissoudre les éléments de notre nature impure
et c'est un travail d'épuration qui va donner la
  condition adéquate pour l'opération de transmutation qui va suivre."

Kinthia Appavou, La Spirale évolutive du Tarot Essentiel, M.C.O.R. éditions, 2007, p.81.

&&&

Dans  la domestication de la vache sauvage,
 ou du buffle dans le Zen,  la septième image marque
l'entrée dans la Voie des Luminaires
notée ici par le soleil et les étoiles. 

 

 
 7e image de la Domestication de la vache
dans Zenn, Amours Mystiques
de L. Adams Beck.
 
&&&

LES DERNIERS TROUVERES CHANTENT LA VOUIVRE

LES DERNIERS TROUVERES CHANTENT "CLUNY VILLE ETERNELLE"


http://www.lesdernierstrouveres.com/
http://www.myspace.com/lesdernierstrouveres




Repost 0
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 14:13

Voilà l'Arche de Noé reconstruite en Hollande,

à Schagen,

une commune de la Frise occidentale !

Elle a été inaugurée en 2005,
construite, disent les charpentiers,
selon la description de la Bible !




Elle contient toutes sortes d'animaux :
éléphants, girafes, lions, crocodiles, zèbres...,
bref, en fait un zoo flottant !




Mais qui est Noé, et que fut le Déluge ?

JONAS, LE DELUGE SELON NOE ET LES DELUGES DANS LES AUTRES TRADITIONS

LA VOUIVRE A MAJORQUE


Mais aussi sur

http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/le-signe-de-jonas.php





Repost 0
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 16:51

Dans l'église Saint-Germain,


à Paris (St Germain-des-Prés),




les armoiries de ce seigneur  sont encadrées
par un homme sauvage armé de sa massue
et par un cerf dressé sur ses pattes arrière :




Voici les détails :





L'Homme Sauvage vient heurter nos notions de beauté
conditionnées par l'art, la publicité, la mode...
"Reconnaître et accepter son animalité,
c'est reconnaître sa propre nature
comme issue de LA NATURE et être ainsi bien dans sa peau."

Le cerf dressé sur ses pattes de derrière nous rappelle que  :
"Le passage de l'animal à l'homme se fait par un changement de plan,
de l'horizontale à la verticale,
et marque ainsi l'apparition de la conscience."

Kintia Appavou et R. R. Mougeot, La Vouivre un symbole universel,
EDIRU 2006 (3e édition), p. 239 et 236.

Assumer son animalité a permis à ce seigneur
d'atteindre à l'état d'être illustré par le blason au centre de l'écu :
le Coeur couronné surmonté de trois étoiles à cinq branches !


&

Le cerf  et son symbolisme ont été évoqués dans

LE BRAME DU CERF A LA SAISON DES AMOURS ET LE SENS DES DIX CORS EN VENERIE

DIANE CHASSERESSE ET ACTEON LA DECOUVRANT SE BAIGNANT NUE


&

Un remarquable site sur l'Homme Sauvage peut être consulté :

http://racines.traditions.free.fr/homsauva/index.htm


Repost 0

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens