Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 09:30

QSECTexte.jpg

 

Suite du jeu "La vie à tout prix ?", pour comprendre les lois sur la bioéthique

 

 

 

 Cette année : "La mémoire"

 


1 thème / 80 groupes d’habitants / 8 mois de réflexion


"La mémoire en débat

La mémoire fascine car nous sommes ce que nous nous rappelons. Notre mémoire est notre bien, notre identité et notre histoire. Individuelle bien sûr, liée au stockage, au tri, à l’organisation et à l’utilisation d’informations par notre cerveau, elle est également collective, engageant alors l’existence et le déploiement d’identités partagées à des échelles variées, depuis la mémoire des habitants attachée à leur lieu de vie jusqu’aux essais de définition d’une mémoire nationale ou plus large encore. Plus généralement, la mémoire questionne notre rapport au temps, au passé mais aussi à l’avenir, à travers des notions telles que la mémoire génétique, l’hérédité, le déterminisme.

De novembre 2012 à juin 2013, quatre-vingts groupes d’habitants de la Région Île-de-France débattront des enjeux de société propres au thème de la mémoire..."

(http://exploradome.fr/partenaires/partenaires-et-mecenes/164.html?b74d88c6e7c4b1118a56e11eec203521=7e387dc299bbbb1106a4d1a497bd3da5)

 

Le lundi 25 mars 2013,

 au Conseil régional de l'Île-de-France à Paris,

a eu lieu une présentation du travail accompli

lorsque "politiques", "scientifiques",

 "auteurs, acteurs et comédiens"

 convient les citoyens lambda à réfléchir avec eux !

 

Ce fut la présentation, puis le spectacle magnifique

 

"Swan Song. La jeune fille, la Machine et la Mort",

 

 suivi d'une table ronde et d'un dialogue avec le public

d'une très haute tenue.

 

 

Swan Song ou la Jeune Fille, la Machine et la Mort

de Sabryna Pierre

mise en espace Thibault Rossigneux


Swan Song ou la Jeune Fille, la Machine et la Mort a été écrite dans le cadre de Binôme 3, suite à la rencontre de Sabryna Pierre, auteure, avec Karim Jerbi, neuroscientifique.

La soirée Binôme se déroule à partir de projections vidéo, de lectures-spectacles et de rencontres avec le public, selon le processus suivant :
- La diffusion d’extraits de la rencontre filmée entre l’auteur et le scientifique,

- La mise en lecture de la pièce par les artistes de la compagnie Les sens des mots,

- La réaction filmée du scientifique à la découverte de...


 

Voir les images sur http://www.lessensdesmots.eu/?page_id=954  et la vidéo sur http://vimeo.com/55080344

 

  Les différentes mémoires répertoriées actuellement :


File:Pyramide des memoires.png

 

Mais sont-elles les seules ?

 

Qui dit mémoire pense à ses troubles

et au fonctionnement du cerveau.

Les neurosciences cognitives

remportent actuellement des succès appréciés.

L'imagerie cérébrale progresse

et ouvre beaucoup de perspectives.

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Neurosciences_cognitives

 

L'Humanité est en marche,

et chacun contribue à sa Destinée :

 

"La Réalité de Fait est qu'il ne faut jamais oublier, ne jamais laisser tomber dans l'oubli que toute destinée individuelle fait en même temps partie de l'ensemble de la Destinée de l'Humanité et de l'ensemble Universel qui l'entoure...

 

Seul ainsi un individuel peut dire

qu'il Accomplit son Destin."

 

(Platon le Karuna, L'Originel Printemps Eternel, p. 51)

 

 

La mémoire est-elle un privilège de l'humain ? Et les animaux ? Sur lesquels d'ailleurs on expérimente ! Les végétaux même :

 

Le docteur Jacques Benveniste a voulu, en 1988, prouver expérimentalement "la mémoire de l'eau" ; ses expériences n'ont pas toujours pu être reproductibles, mais la recherche sur cette hypothèse continue, en particulier par le biologiste Luc Montagnier.


 (http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9moire_de_l'eau)

 

La question peut être d'ailleurs élargie, et sans doute le sera-t-elle dans les décennies à venir: toute matière, aussi infime soit-elle, n'est-elle pas porteuse d'une mémoire  ?

 

 

La mémoire de nos origines est inscrite dans la matière de notre corps physique ; beaucoup l'ont vérifié de multiples façons. Les vies passées de réincarnation en réincarnation, qui sont en fait une Unité de Vie, nous concernent au Présent. A nous d'en découvrir les traces... Pour Accomplir son Destin, l'humain en devenir d'Homme doit essentiellement retrouver en Lui la Mémoire de l'Originel, la Mémoire de l'Origine des origines. (Voir Lettre ouverte à l'Ami sur le Chemin de la Vérité, Platon le Karuna, Editions de la Promesse)

 

 

adamvouivre0001.jpg

 

Repost 0
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 09:20

 "Le Pain symbolique est la Matière travaillée

 

par le Divin de votre être...

Cela a été indiqué
par la Cène...

Vous êtes Une seule et Même Substance

  

en des formes multiples, et lorsque cette Substance

  

 a atteint le degré adéquat au Divin,

  

alors elle se rompt et se partage,

  

car

 

c'est une seule et même chose

 

qui retourne au sein de la Fleur Première."

"Devenez... le Pain qui se rompt au Nom de Dieu,

 

afin qu'à chaque instant de la vie

 

 

un être connaisse la Communion Divine..."

 

Karuna Platon, L'Instruction du Verseur d'Eau, p. 39-40.

   

 &&&

 

 

  

Marie Madeleine, Myriam de Magdala,

 

apôtre, ne pouvait être absente de la Cène !

 

 

"Miriâm de Magdala n’a pas de retenue lorsque l’Energie la traverse, et elle fait, scandalisant ces bien-pensants d’apôtres ! L’Evangile de Philippe est formel. Parlant des femmes, il dit : « Il y en avait trois qui marchaient toujours avec le Seigneur : Marie sa mère et sa sœur et Madeleine appelée sa compagne. Sa sœur, sa mère et sa compagne étaient chacune Marie. » (v. 26)

Il précise sans fausse pudeur aucune, car cela n’est-il pas naturel ? : « Et la compagne du fils est Marie Madeleine. Le Seigneur l’aimait plus que tous les disciples et il l’embrassait souvent sur la bouche. Les disciples le voyaient et ils lui dirent : “Pourquoi l’aimes-tu plus que nous tous ?” Le Sauveur leur répondit et leur dit : “Comment se fait-il que je ne vous aime pas autant qu’elle ? Un aveugle et quelqu’un qui voit, quand ils sont tous deux dans l’obscurité ne se distinguent pas l’un de l’autre. Si la lumière vient, alors celui qui voit verra la lumière alors que celui qui est aveugle demeurera dans l’obscurité.” » (Philippe v. 44b-45)

Quel scandale ! Il traite ses disciples d’aveugles pour ne pas voir la Lumière ! Elle est sa compagne, mais aussi son disciple et l’un ne pourrait aller sans l’autre. Elle n’est pas aveugle, elle ! C’est avec elle seule qu’il pouvait être en totale comm(e)-union. Il ne peut y avoir incarnation sans que la condition humaine ne soit vécue dans toutes ses facettes. En faisant de Jésus un homme désincarné, les Eglises ont fait un contre-sens absolument dommageable pour toute l’humanité. Tout l’être humain est sexué, et l’androgyne vit dans un corps dont il assume toutes les fonctions, qu’il vive dans un véhicule masculin ou féminin.

« Marie signifie mer amère, ou illuminatrice, ou illuminée. Ces trois significations font comprendre les trois excellentes parts qu'elle a choisies, savoir : la part de la pénitence, de la contemplation intérieure et de la gloire céleste. (…) Madeleine veut dire restant coupable (manens rea) ou bien encore munie, invaincue, magnifique, qualités qui indiquent ce qu'elle fut avant, pendant, et après sa conversion », écrit Jacques de Voragine... "

 

http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/miriam-de-magdala-la-compagne-de-ieshoua.php

 

 

 

 

  

Chapelle du Val d'Amour, Bélestat, Ariège.

 

 

Beaucoup de peintres et de maîtres verriers

  

ont représenté le Christ et Marie Madeleine

  

dans une proximité révélatrice de leur conviction !

  

 

 

Peinture de l'église de Marly-le-Roi,

détail du centre de la Cène.

 

 

 

chateauroux.jpg

Repost 0
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 17:29

  Histoire locale des Gens du voyage 

 

à Linas-Montlhéry (91)

 

 

et "Itinéraires manouches"

 

 

 

" Ce sera, à ma connaissance, la première occasion sur Montlhéry de s’intéresser de près aux gens du voyage et à leur culture. Ces gens du voyage qui vivent si près de nous et que nous connaissons si mal. J’ai eu la chance de rencontrer Raymond Gurême, et c’est lui qui a fait sauter tous les verrous dans ma tête, qui m’a donné l’énergie de surmonter les obstacles.

 





La marche du 27 novembre de la gare de Brétigny-sur-Orge au camp de Linas, où furent internés les…

 

 

Raymond, c’est le personnage central de ce projet. C’est lui qui, après vingt ans de lutte pour se faire entendre, a raconté l’histoire avec un grand H du camp d’internement des voyageurs de Linas-Montlhéry. Et c’est cette histoire, qui explique tant de choses sur leur situation actuelle, qui vous sera expliquée, par Marie-Christine Hubert, historienne spécialisée dans ce domaine.

 

C’est lui qui a connu une enfance où les voyageurs étaient attendus dans les villages pour une représentation de cirque, pour une projection de cinéma ; qui a connu ce temps où la cohabitation se faisait sans heurts et qui n’a qu’un rêve : que sa grande famille continue à vivre sereinement, dans le respect mutuel. Alors, il multiplie, sans relâche, les actions : écrire un livre sur toute cette vie bien chaotique, aller vers les autres, sans cesser de revendiquer ses droits et sa culture.


 R Gurême

  "Interdit aux nomades", le témoignage de Raymond Gurême, interné en 1940 à Linas (91)

 

 

Son histoire, et celle de tous les voyageurs, bien différente selon qu’on soit manouche, sinti, yennish, gitan, sera racontée cette fois-ci par un conteur, Bernard Cheze, qui s’est passionné pour ce travail de recherches, de rencontres, et qui réalise ici une création unique pour l’occasion, en compagnie de musiciens hors-norme, Tino swing (quatre musiciens voyageurs, dignes héritiers de Django Reinhardt), Villa Hobo (deux guitaristes à l’énergie contagieuse) et Philippe Dourneau (clarinettiste, fagottiste, flûtiste, manouche dans l’âme).

 

Ce projet a débuté il y a déjà plusieurs mois, dans une école, où les petits voyageurs de la classe n’osaient pas lever le doigt pour dire qui ils étaient, et après un long travail sur les préjugés, sur le livre de Raymond, ont finalement levé le doigt bien fièrement.

Alors, ce festival, c’est le point de rencontre de tous ces petits projets mis bout à bout, c’est une rencontre, à laquelle vous êtes conviés. Y être, tout simplement, me fera chaud au cœur. "

 

 

Vendredi 29 mars, à 20h30 : Conférence sur l’histoire locale des gens du voyage, par Marie-Christine Hubert (co-auteure de "Les tsiganes en France: Un sort à part. 1939-1946")

  Au foyer Georges Brassens à Montlhéry (91). Entrée gratuite. 

 

http://www.memoires-tsiganes1939-1946.fr/genocide.html

 

Samedi 30 mars, à 20 h : "Itinéraires manouches", contes et musiques du voyage.  

Création de contes et musique par Bernard Cheze, le duo de guitaristes Villa Hobo, Philippe Dourneau (clarinette, taragot, kaval) et le quatuor de jazz manouche Tino Swing.

Au Centre culturel, rue des Archers à Montlhéry (91). Plein tarif : 8 € ; tarif réduit : 5 €.

 

Renseignements et réservations au 06 71 58 38 97 ou par mail lesaphirapattes@neuf.fr  

  


 

C'est le 30 Mars à Montlhéry

 

http://www.bernard-cheze.com/

 

Rona hartner, l'héroïne de "gadjo dilo", film de tony gatlif, en concert à brétigny-sur-orge,…

Rona Hartner, l'héroïne de "Gadjo dilo", film de Tony Gatlif, en concert à Brétigny-sur-Orge,…

Ederlezi, la fête des rroms pour la saint-georges, annonçant les vacances du printemps, le 6 mai

Ederlezi, la fête des Rroms pour la Saint-Georges, annonçant les vacances du printemps, le 6 mai

"liberté", film de tony gatlif sur la déportation et l'extermination des roms par les nazis, sous…

"Liberté", film de Tony Gatlif sur la déportation et l'extermination des Roms par les nazis, sous…

 

  o-huppe.jpg

Repost 0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 10:28

 

DerlonMedecineGitans-001.jpg

 

Paques2.jpg

 

"La Résurrection, Qu'est-ce ?"

"C'est la fin de la mortalité,

car c'est l'Etat Originel

où l'Esprit prend Corps

Eternellement Vivant".

(p. 41)

http://www.leseditionsdelapromesse.com/

http://www.leseditionsdelapromesse.com/Documents/Bulletin%20commande.pdf

Pâques, le mystère de la Résurrection... et le Christ peint par Michel de Paradès

creuseles_9_gradins1.jpg

Repost 0
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 09:19

Exposant  comme invitée d'honneur au Salon des Artistes

 

de Plessis-Pâté du 20 au 24 mars, 

 

la céramiste Séverine Cadier 

 

y a animé des ateliers pour les jeunes enfants.

 

 

SAM_8002.JPG

 

 

Les tout-petits ont pu faire chacun

 

la céramique de la graine qu'ils sont :

 

 

 

SAM_8000.JPG

 

   De grosses graines rectangulaires qui se doivent de grandir

 

comme tout dans la Nature...

  

 SAM_8004.JPG

 

 

SAM_8009-copie-1.JPG

Un simple grain de blé... géant !

 La main de l'homme qui sème le blé... 

Et dans le jardin d'enfants le haricot ! 

 SAM_8005.JPG

 

  Pour les plus grands, chaque enfant a écrit sur un papier

 

 ce que lui, petite graine, désirait devenir

 

et l'a enfoui dans sa sculpture.

 

A la cuisson de la céramique, le papier a été consumé

 

 et l'enfant est le seul à savoir ce qu'il a écrit...

 

Toutes les graines sont uniques et différentes !

  SAM_7997.JPG

 

 

SAM_7998.JPG

 

 SAM_7999.JPG

    SAM_7996.JPG

Culture : nous sommes les "graines" de la vie, mais nous sommes à la fois la terre, la graine et le…

 

Culture : nous sommes les "graines" de la vie, mais nous sommes à la fois la terre, la graine et le…


 

"D’où provient la Graine que nous sommes ?

 

Notre être essentiel a choisi de s’incarner une nouvelle fois dans ce monde pour continuer à expérimenter la matière lourde et à tirer les fruits des leçons de choses qu'est chacune de nos expériences.

Nous avons donc choisi, avec le niveau de conscience qui est celui que nous avons acquis au cours des maintes incarnations...."


 

SAM 8009-copie-1

 

Repost 0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 16:28

Exposante invitée d'honneur du "Salon des Artistes"

 

du Plessis-Pâté (Essonne), du 20 au 24 mars 2013,

 

la céramiste Séverine Cadier

 

capsule de mahogany

 

Graine et fruit du mahogany, arbre d'Amérique centrale et d'Amazonie. 


 

montre les structures géométriques 

 

de nombre de capsules et de fruits

 

reproduits en céramiques géantes.

 

  

SAM_8007.JPG

 

Graine de saule. 


 

"Réalisées entre 1999 et aujourd'hui, ces sculptures en terre cuite patinée, plus rarement en grès ou en porcelaine, nous invitent à un voyage dans le monde étonnant des graines. Entre naturalisme et poésie, elles nous font découvrir les formes insoupçonnées des semences des plantes que nous croisons sur les chemins, ou que nous rapportons dans nos bagages. Chacune contient un organisme en devenir, et codée, l'histoire de ses parents..."

 http://www.artgraine.net/sculptures.php 

 

 

 

SAM_8008.JPG

 

Graine de théier.  


 

 

SAM_8011.JPG

 

Graine d'eucalyptus (il en existe  aussi à 5 branches). 

 


 

SAM_8013.JPG

 

 

Graine et fruit du mahogany, noyer d'Amérique centrale et d'Amazonie. 


 



SAM_8014.JPG



Capsule de  nigelle. 


 

 

Description de cette image, également commentée ci-après

Nigella damascena




SAM_8016.JPG

 

Fruit du ru odorant (Europe de l'est). 


 

 

SAM_8018.JPG

 

Graine de caféier.

 


 

SAM_8027.JPG

 

Graine de badiane ou anis étoilé. 


 

 

SAM_8012.JPG

 

Fruit contenant les graines. 


 

 

Chaque plante, chaque arbre, chaque fruit, chaque graine

 

est marqué par l'énergie de la Vouivre du lieu... 

 

Et que dire de la finesse et de l'élégance des graines suspendues ?


 

 

SAM 8032

 

Graine de pissenlit. 

 

 SAM_8030.JPG

 

Graine de tilleul. 

 

 http://www.artgraine.net/

 

Mandala ou rosace, le symbole ancien de la fleur de vie, très à l'honneur dans les milieux du… 

Mandala ou rosace, le symbole ancien de la fleur de vie, très à l'honneur dans les milieux du…

Culture : nous sommes les "graines" de la vie, mais nous sommes à la fois la terre, la graine et le…

Culture : nous sommes les "graines" de la vie, mais nous sommes à la fois la terre, la graine et le…

 

 

  SAM 8009-copie-1

Repost 0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 14:10

La Vierge Marie-Maryam-Mirîam,

 

vénérée par les chrétiens et les musulmans

 

lors de nombreux pèlerinages,

 

l’une des représentations de la Mère Universelle

 

 

La signification du nom de la Vierge


Par le jeu des traductions, Miriâm (Mariam) est devenue, en latin, Maria, le pluriel de mare, la mer !

Mariam (Marie), comme ‘Iéshoua‘, sont des prénoms très répandus en Israël à cette époque. Dans le Nouveau Testament sont citées Mariam, la sœur de Moïse et d’Aaron, Mirîam de Magdala, Mirîam femme de Clôpas (Jean, 19, 25), Mariam de Beit-Anya la sœur de Marthe, Mariam mère de Jacques (Mat. 27, 56),

La racine égyptienne m.r.i signifierait aimer et Mariam la fille aînée. « Mais selon les racines sémitiques, Mariam signifierait (…) la rebelle, la belle, la voyante, la pieuse (…) la dame, la princesse, l’aimée de Dieu, la fidèle, la dévote, la véridique (siddika)…[1] »

Miriam serait, dans l’Islam, « celle qui élève », la pieuse, l’adoratrice purifiée par Lui et pour Lui, la servante.

Les musulmans l’appellent en arabe « Notre Dame Mariâm »

Tierno Bokar, musulman, le saint François d’Assise de Bandiagara dont Hamadou Hampâté Bâ fut l’élève[2], appelait Marie, « en langue peule : Rannga nyaayre Allaah, soit : “Matrice du bijou divin”.[3] »

 

Le culte, les lieux de pèlerinage et d’apparitions


En astrologie, la constellation de la Vierge paraît à l’est en mars ; elle s’élève au sud d’avril à juin pour redescendre vers l’ouest de juillet à septembre. Le soleil est dans le signe de la Vierge du 23 août au 23 septembre. « Les fêtes mariales les plus importantes  se situent effectivement dans le parcours de la constellation autour des quatre points cardinaux : le 25 mars, le mois de mai, mois de la Vierge (mois dédié à la nature), le 15 août (Assomption) et le 8 septembre (nativité de la Vierge). Ces fêtes sont également vénérées par les musulmans.[4] »

Le concile d’Ephèse, en 431, lui donne le titre de Theotokos, la « Mère de Dieu ». Si les églises orthodoxes et orientales partagent ce point de vue, il n’en est pas de même des protestants.

Lorsque Mahomet, en 630, détruisit les images des idoles, il étreignît l’icône de « La Vierge intercesseuse », « La dame de l’Apparition », Mariam tenant l’enfant Jésus, en disant « Effacez toutes les peintures, exceptée celle que protègent mes mains[5] ». Nombreuses sont les miniatures mariales dessinées par des musulmans[6].

Jésus est reconnu comme prophète par le Coran. Mais aussi, « Jésus est appelé dans le Coran : El masîh ‘Isa ibn Maryam : “Le Messie, Jésus, fils de Marie”[7] ». Ibn-Hâzm (XIe s.), Ibn’Arabi et Al-Qurtubi (XIIIe s.) considèrent Mariam comme une prophétesse ; d’autres théologiens ne lui accordent que la sainteté et de l’intimité avec Dieu, la dignité de « Waliya »[8].

A la mosquée al-Aqsa de Jérusalem, il y aura une pierre appelée « le lit de ‘Issa » ; Mariam aurait déposé là son fils lorsqu’elle vint le présenter au Temple. La tombe de Miriam se trouverait dans une église sous-terre que les pèlerins musulmans visitent. En Syrie, au cours de sa fuite en Egypte, la sainte famille se serait abritée dans une caverne, aux environs de Dams, à Rabwa. Dans ce pays se trouve le sanctuaire al Walia ( la sainte) dédié à la Vierge[9].

Selon la Tradition, le prophète Mohammed aurait même donné la première place à Maryam : « La Dame (sayyida) des femmes des mondes, c’est Maryam. »

Marie - Maryam -, mère du prophète Jésus - ‘Isâ -, est donc vénérée partout par les musulmans, et spécialement à Éphèse dans ce sanctuaire exceptionnel qu’est La Maison de la Vierge (Meryem Ana Evy), visitée tous les ans par plus de deux cent mille musulmans et cent mille chrétiens. Elle l’est aussi dans des sanctuaires comme Lourdes et Fatima où l’on rencontre effectivement des pèlerins musulmans.[10]

Rûmi parle de « la Vierge Mariam qui a enfanté le cœur personnifié par ‘Issa. Al-Bhaqli (= 1209) écrit : “… la substance de Mariam est la substance même de la sainteté originelle… Son âme conçut par le souffle du mystère caché. Elle devint porteuse de la Parole la plus haute et de la lumière de l’Esprit le plus élevé…” »[11].

Après la prise de Constantinople, en 1453, lorsque les Turcs transformèrent la cathédrale Sainte-Sophie en mosquée Aja Sofia, ils conservèrent la fresque représentant Mariam et son enfant.

Si l’image de la crèche de Noël est due à François d’Assise qui en fit le modèle de la Famille Humaine, le culte de la Vierge Marie prit son expansion grâce à saint Bernard, au XIIe siècle. 

Mariam est très respectée en Iran où elle est donnée en modèle pour l’éducation des jeunes filles. A Saidanaya, Bass et Tartouss, à proximité de Damas, la Vierge est très honorée le jour de la Nativité, chaque 8 septembre, à cause de miracles survenus jadis. De même N-D de Harissa, au Liban où les femmes musulmanes viennent du Golfe et d’Iran. Dans ce pays, elle est la Dame des Druzzes, et dans la Béqaa, elle est honorée également par les chiites.[12]

Fête chrétienne depuis le Moyen Âge, la Conception immaculée de Marie devient un dogme le 8 décembre 1854 lorsque Pie IX le proclame solennellement, dans sa bulle Ineffabilis Deus, en vertu de son autorité apostolique : la bienheureuse Vierge Marie a été exempte du péché originel alors que l’Islam ne reconnaît pas ce péché.

Entre le 11 février et le 16 juillet 1858, Bernadette Soubirous affirmera avoir été témoin, dans la petite grotte de Massabielle à Lourdes, de l’apparition de la Dame déclarant en occitan gascon : « Que sòi era Immaculada concepcion ». »


 

GROTTE-1.JPG

 

Bernadette devant la grotte de Massabielle. Gravure de Charles Mercereau.


 

Les lieux d’apparition de la Vierge en Europe et dans le monde sont très nombreux : 17 apparitions mariales sont reconnues par Rome, dans 9 pays différents. Pour l’une d’elles, en choisissant la petite bourgade de Fâtima au Portugal, nom dû à l’occupation maure, la Vierge a fait un grand pas dans le rapprochement chrétien-musulman. Fâtima est le nom de la fille préférée de Mahomet et les musulmans sont venus nombreux sur le lieu de cette apparition, à la surprise de nombre de chrétiens qui ignorent beaucoup l’Islam dans ses racines.

 

VNO-fatima.png

 

Dans certains lieux se produisent donc des phénomènes qui paraissent extraordinaires comme les apparitions dites de la « Vierge ». Là, en général, des gens simples, paysannes, bergères, enfants surtout, sont les témoins privilégiés, et reçoivent des Enseignements, des Messages à transmettre.

En ces points particuliers de la Terre, la rencontre des courants telluriques et cosmiques se produit avec une force et une intensité telles, à certains moments, ou à certaines heures, qu'elle donne lieu à des phénomènes lumineux intenses qui peuvent être visualisés et photographiés. À partir de cette observation, le mental humain interprète. Ainsi, certains ont vu « la Dame », la « Vierge Marie », le Christ, la « soucoupe volante », l'OVNI... Dans d'autres temps et en d'autres lieux, les interprétations seraient encore différentes.

Par exemple, à San Damiano, en Italie, en 1962, ont eu lieu des « apparitions ». Certains ont vu des « cercles lumineux » qui montrent, disent-ils, que les âmes du purgatoire pour lesquelles on prie ont été délivrées. D'autres ont vu des « boules d'énergie », d'autres encore la « Vierge Marie ». Beaucoup ne voient rien. Les photographies mettent en évidence des phénomènes lumineux. Mais l'essentiel reste qu'à cet endroit précis, il s’est passé quelque chose. Ces lieux aimantent les foules qui, ainsi attirées, reçoivent l'énergie. Certaines personnes en reviennent guéries ou transformées.

Quel que soit le contenu du message ou l'apparition en elle-même, l'énergie fait son œuvre en se manifestant à l'humain dans des endroits spécifiques.

 

Marie-Maryam, Mère Universelle


Un hâdith du Prophète appelle Maryam : « La Dame au-dessus des femmes de l’univers ».

Cheikh Hani Fahs précise : « Ô Marie, certes Allah t’a élue, t’a purifiée. Il t’a élue au-dessus de toutes les Femmes de l’univers…[13] »

Préservée d’Iblis, elle est pour les musulmans «  la dame des femmes du paradis », avant même Fâtima, la fille préférée du Prophète, au dire d’un hâdith.

La maison de Marie, Meryemana, où aurait eu lieu son Assomption, a été découverte par les archéologues à Ephèse en Turquie. Et Marie prend la suite de la déesse antique Artémis-Cybèle[14]… 

La Mère Universelle a été adorée sous les noms d'Atoum, Astarté, Nammu, Maat, Isthar, Tanit, Cybèle, Dana, Koridwen, Brigitt, Belisama,... et tant d'autres noms chez tous les peuples de la Terre, lui donnant le plus souvent l'apparence féminine. Marie est actuellement celle dont le culte est très répandu.

La virginité qui lui est attribuée est nouvelle ; celle-ci était déjà honorée dans l’Antiquité grecque.

« Mais dans la Grèce païenne, les vierges étaient vénérées, telle Athéna, la déesse du Parthénon, mot signifiant “vierge” et choisi par Luc pour désigner Marie. Le culte chrétien des vierges, souvent martyrisées, eut pour double origine les vierges protectrices des cités (Arhéna, Diane, Artémis, etc.) et la vierge protectrice des chrétiens.[15] »

La légende veut que les druides de Longpont-sur-Orge (Essonne), ancien lieu de culte à Isis, se soient convertis à la prédication de saint Denis et de ses disciples car ils attendaient "la vierge qui doit enfanter".

Il est à remarquer que les humains ont longtemps cru que la femme n’était que le réceptacle de la semence de l’homme. Or l’ovule fécondé par le spermatozoïde joue pour moitié dans la multiplication des cellules de l’embryon. Mais… tout est possible à la puissance divine.

 

Le Jésus des Evangiles comme la Vierge Marie n’ont jamais existé en tant que tels. Le mythe, construit après coup sur des souvenirs et des impressions, pour aussi extraordinaires qu’ils soient, repose sur des bases fragiles tant la réalité parfois dépasse la fiction :

« Avons-nous assez dit que tout ce qui se produit dans le temps linéaire que l’on appelle l'histoire et dans l'espace que fabriquent nos consciences limitées à trois dimensions n'est que la projection rêvée par nos consciences de phénomènes qui dépassent notre continuum ? Alors, que le personnage Jésus ait existé ou non, est-ce vraiment important ? En vérité, l'Intemporel ne peut avoir aucune durée dans notre durée. Il apparaît tel l'éclair qui n’emprunte que le temps de foudroyer.[16] »

Il n’en est pas moins vrai que nombreux sont les humains qui partagent la croyance en la réalité physique du mythe.

 

Suite des articles :

 

Le mythe de l'Annonciation faite à la Vierge Marie dans le christianisme 

 

Le mythe de la Visitation de la Vierge Marie dans le Coran et la tradition islamique 

 

 

  Voir également : Marie, reine du ciel, l'un des multiples noms de la Mère universelle

 

 



[1] MARIE dans le coran et l’Islam…, op. cit., p. 23.

[2] Voir : Hamadou Hampâté Bâ, Vie et enseignement de Tierno Bokar. Le sage de Bandiagara,  Seuil, 1990.

[3] Jésus vu par un musulman, op. cit., p. 22. Voir, dans ce livre, l’arithmologie développée par l’auteur à propos  de ce nom.

[4] MARIE dans le Coran et l’Islam…, op. cit., p. 58.

[5] Frère Jean Portal (Maison des frères maristes), Marie et l’Islam, Varennes-sur-Allier, p. 11.

[6] MARIE dans le Coran et l’Islam, op. cit., p. 70.

[7] Ibidem., p. 47.

[8] MARIE dans le Coran et l’Islam…, op. cit.,, p. 54.

[9] Id., p. 59.

[11] Id., p. 52.

[12] Id, p. 66-67.

[13] Ibidem, p. 15.

[15] Odon Vallet, L’Evangile des païens, Albin Michel, 2006, p. 20.

[16] Carlo Suarès, Mémoire sur le retour du Rabbi qu’on appelle Jésus, R. Laffont, p. 51.



 

Ascension_of_the_virgin_Michel_Sittow.jpg

 
L'Assomption de la Vierge peinte par Michel Sittow, vers 1500.

 

 

Repost 0
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 17:57

 

L’Annonciation dans le Coran

 

 

C’est entre 610 et 632 que le prophète Mahomet transmet à ses premiers compagnons les sourates du Coran, et l’une des plus belles, la sourate 19, Marie-Maryam, de 98 versets, qui aurait été donnée à la Mecque selon la tradition. Elle évoque la conception miraculeuse de son fils ‘Issa, survenue sans l’intervention d’un homme et annoncée par l’ange Gabriel. Maryam est le seul nom propre féminin utilisé dans le Coran.


16 Commémore Maryam

     dans l’Ecrit,

     quand elle se retire dans sa tente,

     en lieu de Orient.

 

17 Elle prend à l’écart d’eux, un voile.

     Nous lui envoyons un souffle.

     Celui-ci devient un être charnel accompli, harmonieux.

 

18 Elle dit : « Je me réfugie dans le Matriciant,

     contre toi, si tu frémis. »

 

19 Il dit : «  Je ne suis que l’Envoyé de ton Rabb

     venu t’offrir un garçon, un pur. »

 

20 Elle dit : « Comment un garçon naîtrait de moi ?

     Jamais être charnel ne m’a touchée,

     et je ne suis pas impudique. »

 

21 Il dit : « C’est ainsi. »

Ton Rabb dit : « C’est pour moi facile.

     Nous en faisons un Signe, pour moi

     et pour les humains, par grâce de Nous.

     L’ordre est donné. »

 

22 Elle le conçoit et se retire

     avec lui en un lieu éloigné.[1]

 

Sa famille est scandalisée par cette naissance, mais un miracle intervient :


27 Elle vient avec ‘Issa,

     devant son peuple en le portant.

     Ils disent : “Ô Maryam,

     Tu viens avec une affaire surprenante.”

 

29 Elle lui fait signe. Ils disent :

“Comment parlerions-nous à un bébé au berceau !

Je suis un serviteur d’Allah !

Il m’a donné l’Écrit :

Il fait de moi un inspiré !…”

 

 

30 ‘Issa dit alors : Me voici,

 

Dans le Coran, le père de Maryam est appelé ‘Imrân et non Joachim comme dans les Evangiles. Cependant l’historien Ibn Khaldon (+ 1406) le nomme Youakime[2].

 

Dans la sourate 3, La gent de ‘Imrân -Al ‘Imrân, de 200 versets, qui aurait été révélée à Médine, Maryam est dite la fille de ‘Imrân qui est ‘Amrân, le petit fils de Lévi, le père de Moïse et de Aaron. (Ex. 6, 18). La sourate souligne l’homonymie entre Myriam, leur sœur et de Maryam, mère de ‘Issa. ‘Imrân est ainsi désigné comme l’ancêtre de David et de Jésus. Le nom de sa mère n’est pas mentionné mais certains auteurs musulmans la nomment Hannah, signifiant « la tendresse » en arabe.

A sa naissance Maryam est consacrée par sa mère au Seigneur :


33 Quand la femme de ‘Imrân dit :

     « Rabb, je te voue

     celui qui est en mon ventre, à Toi consacré.

     Accepte-le de moi.

     Te voici, toi, l’entendeur, le savant ! »

 

La tradition musulmane précise que le père de Yahyâ, Zacharie, prit en charge Maryam à la mort de son père ‘Imran[3].

A sa naissance, selon la tradition musulmane, Maryam ne fut pas touchée par Ibliss-Satan, au contraire de tous les autres humains descendant d’Adam. Elle fut préservée de toute souillure[4]. Elle est ainsi préservé du " péché originel " commis par Adam et Eve selon la Bible.

Les privilèges de Maryam et de son fils ‘Issa ont toujours été maintenus par l’orthodoxie musulmane lorsqu’ils ont fait l’objet d’attaques. Par contre, le Coran ne cite jamais Joseph ; seuls les commentaires parlent de lui et de sa proximité avec elle.

 



[1] - Les traductions des sourates du Coran citées proviennent de la traduction d’André Chouraqui dans Le Coran. L’Appel, Robert Laffont, 1990.

[2] - Jean Sadaka, MARIE dans le Coran et l’Islam – Maryam Dame du palmier et du désert, ABM éditions, 2010, p. 18.

[3] - Al-Tabari, Tafsir, III, 14 et Al-Alouçi, III, 118, cité par Jean Sadaka, MARIE dans le Coran et l’Islam – Maryam Dame du palmier et du désert, ABM éditions, 2010, p. 19.

[4] - Selon un hadith rapporté par Boukhari et Coran, 3, 36.

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=oUGiRn6meFM

 

Sourate

 

 

Repost 0
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 19:36

Le mythe de l'Annonciation

 

faite à la Vierge Marie (Mariam),

 

Mère de Jésus (Iéshoua‘)

  

 

                                                                       
                                                                         L'Annonciation. Boticelli

  

 

Le fait même de la naissance de Jésus (‘Issa pour les musulmans) n’est pas historiquement établi. Le pape Benoît XVI, dans son troisième livre consacré à la vie de Jésus, estime que le moine Dionysius Exiguus, aussi connu sous le nom de Denys le Petit (environ 470 - environ 540) chargé de concevoir une méthode pour déterminer la date de Pâques « s'est à l'évidence trompé de quelques années dans ses calculs » en estimant au VIème siècle le début de l'ère chrétienne. D'après un calcul lié à l'astronome Kepler, le Christ serait né 6 ou 7 années plus tôt. À en croire les « tables chronologiques chinoises », la différence ne serait que de 4 années selon le pape.

La virginité de Marie est reconnue à la fois par le Christianisme et par l’Islam. Nous sommes donc justifié de parler d’un mythe, d’autant que nombre de mythes véhiculent des énergies plus puissantes que beaucoup de faits historiques. Ceux-ci s’inscrivent dans la linéarité du temps et sont ainsi limités, alors qu’un mythe transcende le temps et l’espace géographique où il a pris naissance pour devenir universel.

 

 

L’Annonciation dans les Evangiles canoniques

 

La visite de l’ange Gabriel à Marie eut lieu à Nazareth qui est une petite bourgade de Galilée selon Luc I, le seul Evangéliste à rapporter l’événement :

26 « Au sixième mois, le messager Gabriel est envoyé par Elohîm

dans une ville de Galil nommée Nasèrèt,

vers une nubile fiancée à un homme.

Son nom : Iosseph, de la maison de David. Nom de la nubile : Miriâm (…)

 

30 Le messager entre près d’elle et lui dit :

Oui, tu as trouvé chérissement auprès d’Elohîm.

Voici, tu concevras dans ta matrice et enfanteras un fils.

32 Tu crieras son nom : Iéshoua (...)

 

34 Miriâm dit au messager : “Comment cela peut-il être,

puisque aucun homme ne m’a pénétrée ?”

 

35 Le messager répond et lui dit :

“Le souffle sacré viendra sur toi, la puissance du suprême t’adombrera.

Ainsi celui qui naîtra de toi, sacré, sera appelé Bèn Elohîm.”

 

L’ange lui annonce alors la naissance d’un fils chez Ệlishèba’ sa parente.

38 Miriâm dit : “Voici la servante de IHVH.

Qu’il en soit pour moi selon ta parole” (…)

Mariâm se rend alors chez Ệlishèba’ qui attend la naissance de Jean-Baptiste (Yahia dans l’Islam). C’est alors qu’elle chante le Magnificat :

« Mon être exalte IHVH ;

mon souffle exalte pour Elohîm, mon sauveur (…)

51 il fait des prouesses de son bras ;

il disperse les orgueilleux aux préméditations de leur cœur.

Il fait descendre les puissants des trônes, mais relève les humbles.

Il remplit de biens les affamés ; et les riches, il les renvoie, vides. » (Luc 1, 46-53)

Ce chant déploie une énergie si scandaleuse que Charles Maurras parlait de son venin ! Si scandaleuse est cette exultation que « de nombreux dictateurs sud-américains [l’]interdirent dans les églises.[1] »

Matthieu rapporte d’abord la généalogie de Iéshoua, messie, bèn David bèn Abrahâm, qui commence son Evangile. Puis il précise que Mirîam sa mère était fiancée à Iosseph qui reçoit la visite de l’ange :

20 “Dans cette perplexité, voici

un messager de IHVH lui apparaît en rêve et dit :

Iosseph bèn David, ne frémis pas de prendre avec toi Mirîam, ta femme.

Oui, ce qui s’enfante en elle est du souffle sacré (…)”

 

25 Il ne la pénètre pas jusqu’à ce qu’elle ait enfanté un fils (…)

 

Marc débute son Evangile par les paroles de Jean-Baptiste (Iohanân) qui proclame l’arrivée du Messie, mais il ne parle ni de Mirîam, ni de Iosseph, ni de l’enfance du Christ.

Jean (Iohanân) est encore plus concis :

 

1 Entête, lui, le logos et le logos est pour Elohîm,

et le logos est Elohîm, il est entête pour Elohîm (...)


14 Le logos est devenu chair. Il a planté sa tente parmi nous.

 

 

« Les Evangélistes ayant trouvé dans la Bible juive ou dans l'Ancien Testament (Juges XIII, 5-7 ; 1 Samuel I, 11 ; etc. ), la définition du “Nazaréen”, ils imaginèrent une ville qui n'existait pas. Et ils l'appelèrent Nazareth. C'est donc à Nazareth, suivant nos Evangiles, que le mythique Jésus né à Bethléem, a vécu jusqu'à son baptême dans le Jourdain avant sa vie publique. Or Nazaréen signifie “consacré au Seigneur”[2]. »



[1] - Odon Vallet, L’Evangile des païens, Albin Michel, 2003, p. 22.

Repost 0
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 11:39

CURE DE SEVE DE BOULEAU

 

 

 

            Alors puisque c'est la saison, on en parle un peu partout, c'est le temps de la cure de sève de bouleau, j'ai essayé de retranscrire les infos lues un peu partout et plus particulièrement sur le numéro d'avril d'Alternative Santé !
Elle contient des minéraux (calcium, magnésium, potassium, sodium), des oligo-éléments (fer, cuivre, manganèse, zinc) des hormones végétales, du sucre, de la vitamine C.
La sève a une action dépurative, diurétique et reminéralisante.
Elle favorise, en fait, le travail des reins, vessie, intestin, foie, elle diminue la concentration en acide urique.
Elle agirait aussi sur l'élimination des amas graisseux.
Elle aurait une action antiarthritique et sur les terrains allergiques, sur les maladies de peau (eczéma, couperose). En massant le cuir chevelu avec, elle favorise la pousse des cheveux.
Pour choisir la sève, ils préconisent qu'elle soit fraîche, au plus près de la récolte, éviter en congelé, ou pasteurisée, les conservateurs chimiques.
Une cure de 3 semaines est conseillée avec 1 verre chaque matin, elle a un goût peu sucré et un aspect légèrement trouble.
Il faut la conserver au réfrigérateur 1 semaine maxi.
La récolte de la sève s'effectue au printemps, au moment de sa montée (mars début avril, en Belgique plus ou moins vers le 10 mars).
Les nuits sont encore froides et le jour, les premiers rayons chauds du printemps apparaissent.
Ce sont les écarts de température qui favorisent une montée de sève abondante.
La durée de la récolte est de plus ou moins trois semaines et l'écoulement se tarit progressivement. Il est conseillé de ne pas en prélever plus de 10 litres par arbre.
Le Traité de Vinification, pages 188-189, n'interdit pas la récolte de sève descendante, appelée aussi sève élaborée, plus riche en protéines et sucres fabriqués dans les feuilles. Ne pas prélever plus de 2 litres par arbre.

Mise en place du chalumeau
  On choisira un arbre jeune d'une circonférence de 25, 30 cm (idéal).
L'entaille doit se situer au-delà de 30 cm du sol (idéal plus ou moins 1 m).
On entaillera à un endroit différent chaque année, à une distance d'au moins ¼ de tour, sans jamais réutiliser une ancienne entaille.
Pour obtenir une bonne coulée, à l'aide d'un foret ou d'une mèche de 10 mm, forer un trou perpendiculairement et légèrement incliné vers le bas dans l'écorce, jusqu'au bois mou (plus ou moins 4,5 ou 5cm de profondeur).
La sève doit s'écouler après quelques secondes, ce qui confirme sa montée.
Placer la pointe du chalumeau dans l'orifice et l'enfoncer au marteau (en douceur pour ne pas casser le chalumeau) jusqu'à 4,4cm de profondeur. La sève s'écoule dès lors goutte à goutte à travers le chalumeau. Attacher le seau au crochet. Placer le couvercle à travers le chalumeau. Tout est prêt pour la récolte. En pleine saison un bouleau moyen produit de 1 à 3 litres de sève par jour.

Extraction du chalumeau après la récolte
            La récolte terminée, on retire le chalumeau en le frappant légèrement de part et d'autre avec un marteau, juste assez pour le décoincer (pas trop fort pour ne pas le casser). Il est important de boucher le trou définitivement avec un mastic végétal ou par de la terre qui se trouve au pied de l'arbre.

  

La sève de bouleau se récolte comme l'érable, après l'hiver, lorsque l'arbre fait remonter sa sève brute jusque dans les branches pour développer son feuillage.
Il suffit de faire une perforation de 2 à 3 cm maxi dans l'écorce de l'arbre à 1 m du sol environ et d'y insérer un tube genre durite pour laisser écouler la sève. La récolte se fait en général entre mars et avril. Et on peut faire une cure de sève de bouleau jusqu'au mois de juin sans problème (c'est franchement bon et les propriétés sont tout à fait utiles au début de l'été).
En fait, chacun peut faire sa propre récolte, mais il faut le faire au bon moment. D'autre part, j'ai vu faire des récoltants qui rebouchent le trou avec un pansement à l'argile. C'est bien aussi de faire cela dans le respect de l'arbre !
Pour la sève récoltée, attention à la conservation qui est très courte.

Toujours récolter pendant les 2 e et 3 e semaines de mars. Toujours saigner un bouleau pendant la montée de la sève. Plus l’hiver aura été rigoureux et l’arbre haut, meilleure sera la sève.

Récolter la sève de bouleau sur des arbres adultes d’un diamètre de 40 cm et plus. Ne jamais dépasser 4 à 5 litres de sève par arbre. Cette dernière se récolte soit par une saignée de 3 cm de profondeur dans le tronc de l’arbre à 80 cm du sol (figure 1), soit par l’arcure d’une branche taillée en biais (figure 2). Il faut compter au moins 1 litre par arbre par jour pendant une durée d'environ 4 à 5 jours. Refermer les plaies après récolte de la sève avec un produit ad hoc contre les chancres. Conditionner la sève en frigo.

  Bouleau1.jpg

 

Sur le tronc (fig. 1) :

 

  Bouleau2.jpg

ou sur l’arcure d’une branche (fig. 2) :

 

 

Vers le milieu du mois de mars, quand l'arbre entre en sève, on fait une entaille à l'écorce du bouleau, puis on le perce avec une tarière, de bas en haut, jusqu'à une profondeur du quart de son diamètre. A cette ouverture, on adapte un tube, soit un tuyau de plume d'oie et de sureau, qui conduit la sève dans un vase placé en dessous et destiné à la recevoir. Plus l'entaille faite dans l'arbre est haute, plus la sève contient de parties sucrées et mucilagineuses, mais aussi moins elle est abondante. Les Russes assurent que la meilleure est celle qui est fournie par les branches qui n'ont que 6 à 7 centimètres de diamètre.
Dans l'intervalle de 24 heures, un gros bouleau peut donner de 11 à 16 litres de sève, et sans qu'il en souffre, on peut la laisser couler pendant quarante-huit heures. Ensuite, on bouche l'ouverture avec une cheville de bois. La sève coule d'autant plus d'abondance que les jours sont plus chauds et les nuits plus froides. Les arbres qui croissent dans les terrains secs, pierreux et élevés, en donnent moins que ceux qui croissent en plaine dans les sols gras et fertiles.

Faire une incision de +/- 10 cm de long et 0,5 cm de large à environ 1 mètre de hauteur. Placer une petite gouttière en V de 2 cm de largeur (en inox). Placer un récipient de 3 litres sous la gouttière. Prélever matin et soir. Après la récolte, reboucher les trous avec du mastic végétal.

Ou bien : forer un trou de 13 mm de diamètre à 10 cm de profondeur et y placer un bouchon perforé muni d'un tube de verre prolongé par un tuyau en plastique raccordé à un récipient de 3 litres.

 

Le récipient est pourvu d'un bouchon perforé de deux tubes : un tube en verre relié au tuyau de plastique par où s'écoule la sève, un tube en verre pour laisser s'échapper l'air.

La surgélation en sachets de plastique n’est pas recommandable car le froid intense dissocie des principes qui ne se recomposent pas lors du réchauffement.  En quelle quantité peut-on boire l’eau de bouleau ? Il n’existe pas de règles particulières pour sa consommation. Je considère que c’est une cure et comme notre organisme n’aime pas d’être brusqué, j’estime qu’il ne faut pas dépasser le litre par jour durant 5 jours.   Quand percer le tronc pour la récolte ? Comme les paramètres de montée de sève sont très nombreux, il est difficile même pour un même arbre de déterminer le moment où la sève va se présenter. Dès la fin des gelées nocturnes et un radoucissement moyen de la température on peut forer et placer le tuyau. Tous les 3 jours, on peut repasser la mèche car bien que la sève ne soit pas encore montée, un film vient se déposer et colmate le forage. C’est donc un petit travail d’observation et de patience. Si les bourgeons commencent à s’ouvrir ou que les feuilles commencent à se déployer, c’est déjà trop tard, le gros de la sève est déjà monté. D’une année à l’autre la quantité de sève varie. Sur l’arbre de la photo, certaines années j’ai soutiré jusqu’à 8 litres et d’autres années, il ne donnait pratiquement plus après 3 litres.

 

 

 

logo.jpg

Repost 0

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens