Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 10:37

 

  Larchant1.JPG

 

 Vue de la basilique Saint-Mathurin,

construite du XIIe au XVIe siècle.

 

Victime tour à tour d'un grave incendie (la foudre tomba en juin 1490, brûlant toute la couverture et les cloches), puis des guerres de religion : 

 

Larchant9.JPG

 

"En 1568, les troupes protestantes du comte de Montgomery incendièrent l’église de Larchant. Une nouvelle fois les charpentes furent brûlées, la tour et les murs démolis en plusieurs endroits, la plus grande partie des voûtes détruite...

Les travaux à faire étaient si importants que les textes parlent véritablement de reconstruction de l’église. Il fallut attendre 1576 pour faire recouvrir le chœur et la chapelle de la Vierge. Les travaux de charpente furent terminés en 1585. Mais de nouveaux ouragans causèrent de nouveaux dommages, de telle sorte que l’on prit la décision d’abandonner pratiquement toute la nef et de faire construire un mur au niveau de la dernière travée de la nef, pour mettre à l’abri du vent les nouvelles toitures. En octobre 1600 les travaux étaient presque achevés. Une nouvelle tempête, en août 1608, endommagea gravement les toitures et les vitraux. Un rapport de 1642 constate que « le bois est pourri, la tour s’en va tomber par terre de sorte qu’on n’ose sonner les cloches, la pierre est rompue ».

La catastrophe finale arrivait. En 1654, un nouvel ouragan ruina la moitié du toit de l’église et tout le toit de la tour. En septembre 1664, la tour donnait des signes d’inquiétude et les experts venus la voir déclarèrent que cette tour était prête à tomber et qu’il fallait la démolir. Le 1er août 1674, la foudre détruisit le comble de la nef et le 25 septembre 1675, vers quatre heure et quart de l’après-midi, le pilier sud-ouest de la tour s’écroula, achevant la ruine de l’édifice.

A la fin de 1681, le chœur fut recouvert d’ardoises, on répara quelques verrières, mais on boucha un grand nombre de fenêtres."

 D’après Marc Verdier, "L’église Saint-Mathurin de Larchant".

http://www.larchant.com/pages/eglise-pelerinage/description-monument.html

 

Et enfin de la Révolution qui fit disparaître le pèlerinage.

 

On aurait pu croire que cette statue de la Vierge Marie

avait été brûlée lors d'un incendie !

Il n'en est rien :

Le président de l'Association culturelle de Larchant

nous précise :

"Il n'y a aucune preuve que la Vierge située dans la salle du Trésor soit une "Vierge noire". Elle se situait enterrée dans le choché (sans doute après 1730, qui est la date de construction de ce clocher. La teinte "noire" peut provenir du séjour dans cette terre, de même que les dégâts causés peuvent correspondre à une décomposition de la statue par les agents présents dans la terre.

Il n'y a dans les textes, aucune mention qu'elle ait été brûlée lors d'un incendie. Mais la question reste ouverte, je vous l'accorde."

 

Larchan10.JPG

 

Elle est comme sculptée par le feu !

Une petite tête impassible et ce galbe d'un long corps courbé

et marqué par les sillons du bois

qui sut résister à la destruction...

 

 Une véritable alchimie !

 

 

 

Repost 0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 18:38

  A Budapest,

 

en face de l'entrée des Bains Gellért,

une grille s'ouvre sur une grotte

 divisée en plusieurs chapelles

creusées dans la roche elle-même.

L'une d'entre elles abrite l'aigle polonaise

 et une réplique de la célèbre Vierge Noire

du monastère de Jasna Góra (Czestochowa, Pologne).

 

 

VNBudapest.jpg

 

 L'aigle polonaise royalement couronnée, aux serres puissantes, aux ailes déployées dont les rémiges sont de véritables épées repliées à leurs extrémités en spirales est imposante et l'énergie de la Vierge Noire semble mise au service de causes bien terrestres !

  ViergeNoireBud

 

 

La Vierge Noire de Jasna Góra  

à Czestochowa, en Pologne :

 

220px-BlackmadonnaPologne.jpg

Que sont les Vierges Noires ?

Liens

 Clip sur les Vierges Noires : http://fr.youtube.com/watch?v=Cs6E7zQo35s

L'ENERGIE DES VIERGES NOIRES, DES ANCIENNES DEESSES CHRISTIANISEES


La Vierge de Split (Croatie), avec ses mains démesurées, image la Mère universelle

 

 

glycon.jpg

Repost 0
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 06:33

Dans l'abbaye Saint-Victor de Marseille

 

 

 

StVVoute.jpg

 

 

la Vierge Noire est sortie de sa crypte, fermée pour travaux.

 

Elle est exposée au milieu des reliques,

 

MViergeNoire.jpg

 

 

tandis qu'une copie

 

est appelée Notre-Dame-de-la Sagesse.

 

 

StVictorViergej2.jpg

 

 

L'autel de la crypte est décoré d'oiseaux qui entourent le chrisme,

 comme l'est le choeur de Notre-Dame-de-la-Garde.

 

StVOiseaux2.jpg

 Pour la signification du Chrisme, voir Yves Monin (Emmanuel),
Le Traité de Réintégration des Structures de l'Existence, 1993, Y. Monin.


StVOiseaux1.jpg

  

  

La Vierge Noire veille sur le Vieux Port

   StVMarseille.jpg

  

 

  "A quelques jours maintenant de cet équinoxe de printemps cher aux alchimistes,

pourquoi ne pas nous intéresser à une Vierge noire,
dont un surnom traditionnel est curieusement Notre-Dame-la-Verte ?"

  

   

MODELE DE CELLE DE CHARTRES, LA VIERGE NOIRE DE LA BASILIQUE DE LONGPONT-SUR-ORGE, DANS L'ESSONNE

 

LA VIERGE NOIRE SORTIE DE LA CRYPTE PERD SES POUVOIRS

 

logo.jpg

 LA VIERGE NOIRE DE MARSEILLE ET LES CIERGES VERTS

 

Repost 0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 11:52

MelVue2.jpg

 

 

Mellieha, bâtie à flanc de colline,

 

que surplombe la masse imposante de son église.

 

MelVue.jpg

 

 

Sous cette bâtisse, une petite église,

 

lieu de culte à la Vierge Marie.

 

Dans la cour d'entrée, la statue de la Vierge

et la prière en diverses langues, dont le maltais :

 

MelCour3-copie-1.jpg

 

 

 

MelCour1  MelCour2.jpg

 

Dans la chapelle, la Vierge qui,

noircie peut-être par les cierges,

est devenue une Vierge Noire ! 

 

(Clip sur les Vierges Noires. 

http://fr.youtube.com/watch?v=Cs6E7zQo35s)

 

Mellieha4.jpg

 

 La Vierge est montée au ciel par les Anges,

 

suivant le Christ en Gloire dans la mandorle de la seconde naissance.  

 

MelGrotte7.jpg

   

Mellieha1.jpg

 

Mellieha2.jpg          Sur les piliers, Adam et Eve,

     accablés par leur

        "erreur à l'égard de l'Origine",

        supportent l'édifice qui montre     l'aboutissement du "Plan de Rachat"

proposé par le Père.

    

 

 

            La porte de la sacristie

   ouvre sur le sanctuaire troglodyte,

   lieu de pèlerinage impressionnant par les témoignages des ex-votos.

 

 

   MelGrotte1-copie-1.jpg

   MelGrotte4.jpg

 MelGrotte3.jpg  

 

  

  

  

  

  

  

  

  

  

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   MelGrotte2.jpg

 

 La Vierge, avec son attribut lunaire :

 

MelGrotte6.jpg

 

La Sainte Famille en la grotte :

 

MelGrotte5

 

Conte : "La Grotte du Lait" à Bethléem

  VIERGE BLANCHE ET VIERGE NOIRE

 

 

 

logo.jpg 

 

 

 

Repost 0
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 10:32

A Split, le musée franciscain s'ouvre devant la mer

 

SplitFrancois.jpg

 

 

SplitFranc15.jpg

 SplitFranc6.jpg

 

Le jardin franciscain, avec vue sur les îles dalmates.

 

Et cette évocation de la mort :

 

SplitFranc5.jpg

 

 A l'intérieur du musée, cette Vierge Noire :

 

 SplirViergeNoire.jpg

 

 

LA VIERGE NOIRE SORTIE DE LA CRYPTE PERD SES POUVOIRS 

 QUELLE ENERGIE REPRESENTENT LES VIERGES NOIRES ?

Clip sur les Vierges Noires.

 

logo.jpg

 

 

 

 

 

 

Repost 0
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 11:16

La Vierge Noire, Notre-Dame de Lumières,  

dans le Vaucluse

 

par Kathy Dauthuille

 

 

Le hameau du nom de Lumières se situe dans le Vaucluse, à côté du village de Goult, près de la chaîne du Lubéron. Son nom vient de la rivière qui passe sur les terres : l'Imergue (mot provenant du latin "Limes" signifiant chemin.

 

Notredamedelumieres1.JPG

 

 

  Il est étonnant de voir l'évolution de ce nom et comment il a pris une telle ampleur au fil des siècles jusqu'à être maintenant lieu de pèlerinage avec une église ayant l'appellation de "Notre-Dame", un sanctuaire, un couvent où résident les oblats, plusieurs chapelles et un parcours nommé "Le chemin des Sœurs" .

  Tout part à l'origine d'une petite Vierge noire située dans la crypte de l'église actuelle ; elle mesure quarante-six centimètres et est sculptée dans de la racine de poirier. 

 

  Notredamedelumieres2.JPG

 

Les versions concernant l'origine de cette Vierge sont multiples mais la plus courante est celle d'un berger qui au Moyen Age vit des flammes jaillir d'un buisson où se trouvait la statue ; et là un autel fut construit.

 

     Puis en 1660, des personnes virent des lumières apparaître (de nombreux ex-voto sous forme de peintures témoignent de ces faits extraordinaires). Une église fut alors construite sur la chapelle primitive devenue crypte. Les pères carmes ont occupé les lieux qui furent rachetés par les trappistes et repris actuellement par les oblats ; des constructions claustrales ayant été rajoutées.

 

Notredamedelumieres3.JPG

    

Une autre Vierge en bois doré du XVIIème fut placée dans un imposant caisson de verre et ornée d'anges pour rappeler les apparitions et les miracles qui avaient eu lieu.

 

Notredamedelumieres4.JPG

 

Mais les fidèles continuent de vénérer la Vierge noire car l'on peut voir un cahier d'intentions à son pied.

Sous le fronton à l'entrée de l'église et aussi à l'entrée de la crypte, on trouve cette dédicace :

"AETERNI LUMINIS MATRI"

"A LA MERE DE L'ETERNELLE LUMIERE"

 

Notredamedelumieres5.JPG

 

A côté de l'édifice se trouve un magnifique espace fleuri et arboré ; le lieu, particulièrement calme et serein, invite à la promenade et à la méditation. Différentes statues agrémentent le cheminement vers les hauteurs.


Notredamedelumieres6.JPG 

Ce qui est particulièrement intéressant dans ce contexte c'est que l'on sort la Vierge noire de sa crypte deux fois par an (août et septembre) pour la monter à la chapelle Saint-Michel située sur la colline devant une baume (grotte) et que cette chapelle fut élevée sur un ancien oratoire antérieur au sanctuaire de Lumières.

 Pour y accéder, on emprunte un chemin très agréable qui débute par l'accueil d'une fine cascade dont l'eau est retenue dans un bassin entouré d'arbres aux formes étonnantes.  

 

Notredamedelumieres7.JPG

 

 Le chemin continue son ascension ; il est parfois bordé de petites niches creusées dans la roche, plus ou moins fermées par des murets et qui servaient aux religieux ermites à s'isoler pour méditer. Puis l'on arrive à une vaste terrasse qui offre une vue magnifique sur la vallée. 


Notredamedelumieres8.JPG
 
        A la fin de la montée nous découvrons la chapelle Saint-Michel, toute simple, devant la baume et encadrée de cèdres somptueux. Là le lieu est énergiquement fort et l'on peut sentir la poussée de la Vouivre.

 

2010_0530Notredamedelumieres0069.JPG

 

Notredamedelumieres9.JPG

 

Il existe cependant une autre chapelle ravissante à quelques kilomètres de là ; c'est la chapelle romane de Saint-Véran* qui comporte une nef plus basse que l'abside. Elle est située sur une extrémité de rochers, entourée d'arbres. Le lieu est également plein de charme.

IMG297-01.JPG


     Toujours dans cette périphérie,  un dolmen est apparu lors d'une crue du Cavalon en 1995. Mais ce dolmen d'Ubac fut démonté lors des recherches archéologiques et il ne reste rien.

 

     Lumières avec ses lieux sacrés et ses paysages lumineux et sereins est un hameau énigmatique. Son histoire est très particulière et les pèlerins comme jadis continuent de venir se recueillir.

     L'endroit reste sauvage et dès que l'on quitte l'hôtellerie (Hôtellerie Notre-Dame) les chemins nous conduisent en des lieux perdus en nous invitant à une communion avec les arbres, l'eau, les rochers, les grottes, les oiseaux, la clarté, les parfums et le silence.

 

* (Saint Véran a subjugué

LA COULOBRE DE LA SORGUE ET CELLE DE LA LINDE )

 

L'ENERGIE DES VIERGES NOIRES, DES ANCIENNES DEESSES CHRISTIANISEES

 

MODELE DE CELLE DE CHARTRES, LA VIERGE NOIRE DE LA BASILIQUE DE LONGPONT-SUR-ORGE, DANS L'ESSONNE

 

Clip sur les Vierges noires: http://fr.youtube.com/watch?v=Cs6E7zQo35s

 

logo.jpg

Repost 0
Kathy Dauthuille - dans Vierge Noire
commenter cet article
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 18:21


Souvent les Vierges Noires ont des mains géantes

par rapport au reste du corps !


Vierge Noire de Tournus
(Saône-et-Loire).



  

Vierge noire de Nogent-le-Rotrou ( Eure-et-Loir).

 


 
 

 
 Vierge Noire d'Orcival, Auvergne.


 
Vierge Noire de Tournemire, Château d'Anjony,


 

   
Notre-Dame de Vauclair, Chapelle de Vauclair,
Molompize, Cantal.
 


 Vierge Noire de Moulins, Allier.

Pourquoi ces mains géantes ?

Grasset d'Orcet, dans son article "Un saint national en Auvergne" (mars 1877)
parle des géants, comme Gargantua et Sornéan.  
Il signale que la ville de Gannat a un nom qui, en vieux français,
signifie à la fois "gant" et "géant".
Dans les églises d'Auvergne, les sculpteurs qui attachaient
une idée de grandeur gigantesque à la Vierge Marie lui ont fait des mains géantes :

« Ainsi la Vierge Marie y est représentée avec d’énormes “mains” parce que, en vieux dorique et en étrusque, “mare” veut dire “main”, etc. »
(Articles parus dans la « Revue Britannique » de 1825 à 1901 et repris dans :Grasset d’Orcet, Matériaux cryptographiques, tome I, 1957, édition réalisée par B. Allieu et A. Barthélemy, p. 21)
Le toscan, dialecte italien, se parle à Florence.


Dorique se dit du plus simple des trois ordres d'architecture grecque antique.
Terme d'architecture. Ordre dorique, le second des cinq ordres, dans lequel le rapport de la hauteur de la colonne à son diamètre est de 8 modules ; on le place entre le toscan et l'ionique, parce qu'il a plus de modules que le toscan et moins que l'ionique ; il se distingue par sa simplicité.

Terme de grammaire. Qui est propre aux Doriens. Dialecte dorique. Génitif dorique. Les choeurs des tragédies et des comédies du théâtre athénien offrent beaucoup de formes doriques. [Burnouf, Gramm. grecque, § 391]

Substantivement. Le dorique. Le dorique a été premièrement en usage parmi les Lacédémoniens et ceux d'Argos ; ensuite il passa dans l'Épire, dans la Libye, la Sicile, Rhodes et Crète ; c'est celui qu'ont suivi Archimède et Théocrite, tous deux de Syracuse, et Pindare. [Rollin, Histoire ancienne]

L'ENERGIE DES VIERGES NOIRES, DES ANCIENNES DEESSES CHRISTIANISEES

Repost 0
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 18:24


L'église Saint-Pierre a été bâtie au XIIIe siècle
et remaniée plusieurs fois.

La Vierge Noire y est vénérée :


V.N.Dreux.JPG 

Quelle Énergie représentent les Vierges Noires ?

"L’Energie que dégagent les Vierges Noires
à la fois fascine et inquiète.
Sous les mêmes apparences frontales, elles sont austères,
hiératiques et mystérieuses.
 Quels enseignements peuvent-elles encore nous donner ? ..."

(http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/aux-vierges-noires.php)

&&&

LA VIERGE NOIRE SORTIE DE LA CRYPTE PERD SES POUVOIRS  

 

  
Repost 0
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 17:39

Sur les chemins de la Vouivre en pays cathare...



A Belesta, au coeur du pays cathare,



Belesta est dans un "bèl estat", et sans nul doute,
 un ancien lieu de culte au dieu solaire gaulois Bélénos...



La Vierge Noire
de la chapelle de Notre-Dame du Val-d'Amour !


Un nom pareil !

De retour de la croix de Morenci
(
EN PAYS CATHARE, A LAVELANET, LA CROIX DE MORENCI ET SON MYSTERE)

et de la Roche Fougasse,


nous ne pouvions que nous y rendre...



Crypte de la Vierge Noire.



©Photo Magdala

La source guérisseuse, incluse actuellement dans la chapelle

existait déjà vers la fin du XVème siècle,
où se désaltéraient bergers et cultivateurs.
Un berger y aurait lavé ses jambes couvertes d’ulcères,
sur les recommandations de Marie, et aurait été guéri.
La légende dit que la chapelle fut  construite par une princesse
dont la fille aveugle a été guérie par l’eau de la source
qui se trouve dans la crypte, sous le maître autel.

©Photo Magdala

Source guérisseuse dans la crypte.

La chapelle, construite au XIV ème siècle sous la dénomination de
« Ecclesia beatate Mariae Vallis Amoris cum cemeterio justa caput ipsius ecclesiae » , 
devint un lieu de pèlerinage très fréquenté.

Le sanctuaire qui attirait beaucoup de monde, a subi un incendie en 1822,
puis fut reconstruit en 1826, grâce aux pèlerins.


Vierge Noire de Notre-Dame du Val d'Amour à Bélesta.

"Ce n’est pas une apparition… la statue est bien réelle
(une belle statue de bois plein d’une cinquantaine de centimètres)…
C’est la providence qui a guidé les pas de Michel Attias,
propriétaire du magasin « Cheminées la Romaine »
quand il s’est attaqué aux travaux de cet immeuble acheté il y a deux ans
au cœur du village de Bélesta.
En cassant les murs dans le grenier, la statue était protégée,
enveloppée dans des tissus et c’est au milieu des gravats
qu’elle est apparue au propriétaire
qui nous confie avoir été attiré dans cette pièce:
« Ce n’est pas sans raison que nous avons acheté cet immeuble,
ici il y a de bonnes vibrations
»

Aujourd’hui, la statue est visible
dans la chapelle du château qui en est dépositaire
car M. Attias a souhaité que les habitants du village puissent la voir à loisir.
Pour les érudits locaux, il n’y a pas de doute,
il s’agit bien de la Vierge de l’église du Val d’Amour
qui avait disparu à la Révolution car, dans la légende qui lui est associée,
elle n’aurait pas quitté le village, « elle n’a pas franchi le pont »
et aurait été cachée chez un boulanger.
En effet, l’immeuble où elle a été découverte abritait il y quelques années un boulanger."
http://www.ariegenews.com/news/news_9921_retour-de-la-vierge-du-val-d-amour-a-belesta.html

©Photo Magdala

Copie de la Vierge Noire dans la crypte.


Les fresques qui ornent ses murs sont du Montalbanais Gaillard Lala.  


Dans la chapelle, à notre entrée, le soleil était au rendez-vous...

©Photo Aurore Gauer

et les cloches se mirent à sonner à toute volée à 10 heures,
affolant les paroissiennes car elles n'étaient pas programmées pour cela !
C'était le jour de la Fête de la Transfiguration...

Sur la colline, non loin de la chapelle,
cette tour dominée par la statue de Marie,
la Vierge blanche, qui domine ainsi la région.

VIERGE BLANCHE ET VIERGE NOIRE



©Photo Magdala


La croix du Val d'Amour


A la croisée des chemins,

©Photo Magdala

cette croix porte en son centre le Chrisme :

©Photo Magdala

L'axe du P, la Paix, voit le S de l'Energie s'enrouler à sa base.
Dans le X marquant le mouvement intérieur (ouverture en haut)
et le mouvement extérieur (ouverture en bas),
se trouvent l'Alpha et l'Oméga , le début et la fin.

Pour la signification du Chrisme, voir Yves Monin (Emmanuel),
Le Traité de Réintégration des Structures de l'Existence, 1993, Y. Monin.


LAVELANET ET LES CHEMINS DE LA VOUIVRE QUI SENTENT BON LA NOISETTE...

EN PAYS CATHARE, A LAVELANET, LA CROIX DE MORENCI ET SON MYSTERE


Repost 0
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 08:12

                    LA VIERGE NOIRE

     DE LA BASILIQUE DE LONGPONT- SUR-ORGE,

              dans le Hurepoix,

    plus ancienne que celle de Chartres

           à qui elle servit de modèle

                     ***  


       Article paru dans La Lettre d'Ile-de-France - Mythologie en Parisis et en France n°55 et dans la revue Voies païennes 2005.           


     Le Hurepoix ? C’est une région de collines boisées au sud de Paris, entre la Beauce, la Brie et le Gâtinais. Ses capitales sont Montlhéry, Dourdan et Etampes, ancienne capitale du Royaume de France du temps où les rois étaient encore des errants. « Les rois restèrent des errants jusqu’à la fin du Moyen Âge et même au-delà…
[1] » Ici comme ailleurs, aller sur les chemins peut permettre de retrouver tous les enseignements de la Tradition qui sont à la portée de ceux qui ont des yeux pour voir ! Etonnant ! Qui veut se ressourcer véritablement – faire retour à la Source s’entend - vit, chaque fois que cela lui est possible, l’errance sur les chemins de la Vouivre.       
    Qu’est cette Vouivre dont parle si bien Le Pape des Escargots 
[2]? C’est le symbole des énergies telluriques qui innervent la terre, c’est le Serpent-Dragon tant représenté sur les chapiteaux des églises romanes et les gargouilles des cathédrales[3]. La Vouivre donne leurs colorations aux particularismes locaux qu’elle nourrit de son énergie et, sur les points d’acupuncture de la terre, elle rejoint les énergies cosmiques, ce qui donne les Hauts Lieux que sont Orcival, Rocamadour, Longpont-sur-Orge, Sainte-Foix de Conques, Chartres, et tant d’autres, innombrables en fait. Là se sont succédés, au cours des siècles, les pierres levées plus anciennes encore que le celtisme, les lieux de cultes celtes, puis gaulois, les temples dédiés aux dieux des romains. La Vouivre nourrit de son énergie les sources guérisseuses, réputées pour les « miracles » qu’elles opèrent. Par exemple, tant de lieux sont encore marqués par la figure archétypale de saint Roch, pèlerin entre tous et guérisseur de la peste[4].
     Munissez-vous, pour vos pérégrinations, du Bréviaire du Chevalier. Que nous dit-il à ce sujet ? « Vous vous rechargez à la Source du Flux chaque fois que vos pas vous conduisent le long du Flux. Ainsi tout pèlerinage suivant les lignes de force telluriques de la Terre est une possibilité de recharge à la Source. Point n’est besoin pour cela de visiter des villes. Le simple cheminement suffit. Mais sur chacun de ces cheminements, les Points névralgiques vous permettent une parfaite intériorité de ces forces…
[5] » Vos pas vous mèneront peut-être à Longpont-sur-Orge. C’est un plaisir rare que de découvrir sa basilique !    

 



©Photo Alexandrine Vayssac.

  Basilique de Longpont-sur-Orge.




       « Orge » est la déformation de l’ancien mot « orc », signifiant « ogre » ! Quelle déperdition de sens ! Dans les temps anciens, il y avait en ce lieu une initiation dans l’antre de la Vouivre, sous terre ; et l’initiable, dévoré par l’ogre (dans les contes du Graal on parle du royaume de Logres !) faisait son alchimie et ressortait transformé, né à lui-même, à l’exemple de Jonas englouti pendant trois jours et trois nuits dans le ventre d’une baleine et recraché sur le rivage de Ninive, ou de sainte Marguerite « issue du dragon ». Sur la couverture de notre livre, écrit en collaboration avec Kinthia Appavou, La Vouivre, un symbole universel[6], cette sainte sort du ventre du dragon et l’on peut voir encore dans la gueule de l’animal, l’extrémité de la robe bleue de la sainte[7].      
        A la basilique Notre-Dame de Cléry, dans l’Orléanais, on peut voir, sur un vitrail, un blason où est représenté un homme recraché par un serpent, avec la couronne royale : ceci ne peut être que le blason d’un seigneur ayant vécu une telle initiation dans « l’antre de la vuipre » ; il a acquis la véritable royauté qui est celle du corps, du cœur et de l’esprit.      Tout à côté de Longpont-sur-Orge, se trouve Sainte-Geneviève-des-Bois. Les bois ont disparu, mais, dans un quartier totalement urbanisé, il est surprenant de découvrir la source sacrée où est encore maintenu un culte, par certains égards très païens, à sainte Geneviève. Des gens simples viennent boire à cette source, lavent leurs pieds, passent de l’eau sur leurs plaies ou sur celles de leur chien. Celui qui reste là quelque temps peut aisément l’observer. La dévotion est très populaire : beaucoup de fleurs, de bougies, d’images saintes. C’est à la fois chrétien et païen, émouvant par la simplicité et la confiance des gens qui viennent là pour être guéris.  
 
 

 

 


©Photo Alexandrine Vayssac.

Grotte de sainte Geneviève à Sainte-Geneviève-des-Bois.

  
     Depuis les marais de l’Orc,
Geneviève faisait ravitailler Paris par les barques
lorsque la ville était assiégée par les troupes de Mérovée,
évitant ainsi la famine.
Geneviève ! Voilà bien encore une ancienne druidesse !
Genova veut dire, en langue celtique, « fille du Ciel » ;
 elle est née à Nanterre.
« Nanterre était, en gaulois, Nemeto-durum
(németon = bois sacré, enceinte sacrée, sanctuaire,
 puis ensemble de constructions sacrées formant le temple ;
- durum = lieu empli de mana, lieu fort, forteresse.
[8] » 
   

 

 

                                                                            ©Photo Alexandrine Vayssac.

     Sainte Geneviève.
Basilique de Longpont-sur-Orge.
  

     A Longpont, le culte d’Isis remonte à des temps immémoriaux. Les druides se seraient convertis au christianisme en écoutant les prédications de saint Yon, ou Yvon, et de saint Sulpice, tous deux disciples de saint Denis ; ils attendaient eux aussi « la Vierge qui devait enfanter ». Avaient-ils perdu le sens de ce qu’est, en vérité, la virginité ou bien les premiers chrétiens en maintenaient-ils encore le sens ? Au début du christianisme, on ne sait trop d’ailleurs si ce sont les druides qui se sont convertis au christianisme ou l’inverse ! Il y eut une symbiose telle que l’unité des deux est tangible lorsqu’on voit comment se comportaient les premiers saints irlandais, bretons et autres qui étaient thaumaturges, chamans, druides et chrétiens. D’ailleurs nombre d’églises et d’abbayes, comme celle de Bénévent
[9] dans la Creuse, furent construites sur la divine proportion par tracé du rectangle d’or et de la croix celtique jusqu’à ce qu’un pape interdise solennellement ce genre de pratique !     

 

                                                                      ©Photo Alexandrine Vayssac.

                                                Saint Denis ne serait jamais venu à Longpont,

                          mais ses disciples, saint Sulpice et saint Yon, ou Yvon.


       Dans les environs de Longpont-sur-Orge,les Romains édifièrent un temple à Mercure. Il reste, à l’intérieur de la basilique, une colonne surmontée d’une croix en fer forgé. La légende veut qu’Audierne de Montlhéry, épouse du seigneur de ce lieu, ait saisi à pleine main cette croix portée au rouge sans se brûler. Elle a de fait épousé la cause chrétienne avec une telle foi ardente que les habitants se convertirent. C’est elle qui aurait fait construire la première église ayant subi depuis maintes transformations.    

 

   

©Photo Alexandrine Vayssac.

Colonne de l’ancien temple à Mercure,

christianisée et replacée à l’intérieur de la basilique.



       De l’ancienne abbaye de Longpont, il ne reste rien. Pourtant, tout le territoire est particulièrement sacré.
Ce n’est pas pour rien que, de l’autre côté
de cette petite rivière qu’est l’Orge,
se trouve Saint-Michel-sur-Orge;
saint Michel est le Libérateur
(il a succédé en cela à Mercure) ;
c’est le pôle céleste nécessaire qui maîtrise l’Energie tellurique en maintenant de sa lance le dragon-vouivre à sa juste place
pour que fonctionnent ensemble énergie tellurique
et énergie cosmique – deux aspects d’une même énergie,
le Ciel et la Terre, le yang actif et le yin réceptif.
 Les « courts-circuits » du mental humain viennent interférer
et empêchent la juste manifestation ;
l’énergie est alors déviée,
donnant les guerres dans le corps social,
les maladies dans le corps humain,
par la méconnaissance orgueilleuse
des lois cosmiques connues jadis.       
       Lorsque l’on observe le portail d’entrée de la basilique, on peut voir sur le pilier central la Vierge,
très hiératique, les pieds sur deux vouivres ;
ce qui symbolise la maîtrise des énergies telluriques, la maîtrise du binaire de la manifestation.
 

   

 

                                                                               Vierge du portail,
            avec les pieds sur les deux vouivres.

  

     Il en est de même d’ailleurs pour le Christ du grand portail de la cathédrale Notre-Dame à Paris ; il a lui aussi les deux pieds sur les vouivres. Si l’on entrait par ce portail qui est hélas toujours fermé, on descendrait de nombreuses marches qui montrent bien que l’on descend sous terre. Du haut de ces marches, la vue de l’édifice est grandiose.
     Le culte de la Vierge Noire de Longpont succéda donc à celui d’Isis ou se confondit avec lui pendant de longs siècles. La source sacrée resta longtemps derrière le maître autel ; elle aurait été murée il y a peu, aux alentours de 1950. Un morceau de l’ancienne Vierge Noire serait contenu à l’intérieur de l’actuelle Vierge Blanche dénommée Notre-Dame de Bonne Garde. D’après Pierre Gordon qui l’a vue, « une petite figurine noire (0,30 mètres) en poirier, et datant du XVIIe siècle, lui tient compagnie, sous le nom de Notre-Dame de Bénédiction.
[10] » Celle-ci a depuis disparu !
    La basilique a tendance à s’enfoncer dans un terrain marécageux, ce qui rend impossible les fouilles. Il y aurait tout un réseau de souterrains qui communiquaient avec le château de Montlhéry et jusqu’à Brétigny-sur-Orge. Une légende parle du trésor de Longpont qui aurait été enfoui sous la basilique au moment de la Révolution. Le véritable trésor était l’initiation que l’on recevait en ce lieu ! Souvent les trésors souterrains gardés par la Vouivre ne sont pas ceux qu’on croit ! Ils ont une valeur bien plus inestimable que l’or vulgaire ! Tout comme le trésor de la Vouivre des contes n’est pas la pierre précieuse, l’escarboucle qu’elle porte sur le front, mais le troisième œil qu’elle symbolise.     
     « D’après la tradition, la Vierge Noire de Longpont était primitivement logée dans le creux d’un chêne. Autrement dit, elle se confondait avec le mana transcendant d’un arbre divin. C’est là qu’elle fut découverte par des bûcherons. Cinquante ans avant notre ère, les Carnutes étaient venus en demander copie. Elle passait en conséquence pour plus ancienne que la Mère de Chartres.
[11] »
     Saint Yon, qui évangélisa la région et laissa son nom à un petit village voisin, fit construire là un oratoire et aurait fait connaître le sens chrétien à donner à cette effigie païenne. La Vierge Noire de Longpont est ainsi devenue une Virgo paritura, l’une de ces vierges qui devait mettre au monde ; on a voulu en faire remonter l’origine aux druides. Il est évident que l’inscription des mots latins Virgini paritura n’a pu être que très tardivement associée à la statue trouvée par les bûcherons et suffirait à montrer la supercherie d’une christianisation tardive. Longpont a donc précédé Chartres pour ce qui est de la Mère Noire ! «  A Chartres où le puits sacré et la sainte Mère noire avaient été d’abord, semble-t-il, laissés en dehors du sanctuaire chrétien, ils furent englobés dans la cathédrale nouvelle, construite au XIe siècle par Fulbert
[12]. » Cet ancien puits sacré des Celtes a été baptisé « puits des Saints-Forts ». Personne ne sait pourquoi ! La Langue des Oiseaux[13], maintenue par les alchimistes, les trouvères, les fidèles d’amour, décrypte : F (Feu), O (eau), R (air), T (terre). Les saints sont vraiment forts qui ont la maîtrise des quatre éléments ! De plus S est le symbole de l’Energie du Serpent !      
      Dans le chœur de la basilique, sur la voûte une fresque grandiose du XIXe siècle vient d’être entièrement restaurée. Elle représente la Vierge Marie sortant du chêne druidique, tenant dans ses bras l’Enfant Jésus tandis que les anges jouent de la trompette. Cette fresque grandiose évoque la continuité du druidisme et du christianisme. De chaque côté sont peints des évangélisateurs conversant ou prêchant à des druides, ainsi que des saints : Anne, Louis, la reine, Audierne de Montlhéry, et jusqu’à saint Jean Vianney !
   

 

 


Fresque du chœur, Vierge à l’Enfant sortant du chêne druidique.
Réalisée par F. Zbinden en 1901-1902 et restaurée en 2002.
  ©Photo Alexandrine Vayssac.


     Jusqu’à l’époque de saint Denis, Longpont-sur-Orge a donc été un lieu de culte à Isis, tenu par les druides. 
     Cela peut surprendre, mais bien avant ce qu’on a appelé le celtisme, des liens étroits existaient avec l’ancienne Egypte et les habitants de nos contrées ; les anciens lieux de culte à Isis sont fort nombreux en France. Ce n’est pas pour rien que notre capitale actuelle s’appelle « Paris
[14] » et que la région Ile-de-France s’appelait jadis « Parisis » - entendez par Isis ! La monnaie frappée par Hugues Capet s’appelait le parisis. Isis est l’ancêtre de nos Vierges Noires, tout comme la grande déesse Annis de la tribu des Tua-Té-Danna, nommée « Black Annis[15] ».
      En Inde, la figure de la Mère Noire est Kali, ce qui signifie « la noire ». La Mère de Sous-Terre est noire, comme l’obscurité des anciennes grottes d’initiation. « Cette noirceur est-elle la Lumière du Non-Manifesté, la Lumière Noire que la Vierge Noire, l’Isis Noire, le Serpent Primordial symbolisent dans leur essence, “la Lumière d’avant la séparation de la lumière et des ténèbres”
[16] »
      La véritable Vierge Noire qui succède à l’ancienne Mère Noire, étant la Nature Naturante, est représentée normalement sans enfant, ou avec un enfant adulte portant le globe terrestre dans sa main et représentant la manifestation. Bien voir que le but de l’initiation, le retour au point initial, c’est de retrouver l’état de virginité, mais au sens que donnait Maître Eckhart à ce mot : « Vierge, c’est-à-dire un être humain qui soit dégagé de toutes images étrangères, aussi dégagé qu’il l’était alors qu’il n’était pas
[17] », Vierge de toute notion « y compris de la notion de virginité[18] » ! De ce point de vue, dans sa conception, la Manifestation est immaculée ; dès qu’elle est manifestée, il y a maculation, passage de l’unité au dualisme.       
     Certes l’énergie est perceptible à l’intérieur de l’édifice, mais également dans toute la vallée de l’Orge (entendez « Ogre » !). Jadis un long pont de bois traversait cette zone marécageuse. Mais le Long Pont est aussi celui de l’initiation qui fait passer d’une rive à l’autre. Inutile de venir mesurer l’intensité des courants telluriques avec des instruments ! Ils changent de place selon les saisons et leur intensité varie avec des flux importants aux solstices. Tous les Hauts Lieux sont porteurs d’un message cosmique qui « n’est en fait que la démonstration d’une science fort ancienne qui libère l’énergie magnétique d’un lieu de telle manière que celle-ci soit capable d’amener l’homme à une haute spiritualité.
[19] »
     Lorsqu’on se trouve sur un tel lieu, ce qui importe est l’unique énergie de la vie qui se colore en énergie tellurique et en énergie cosmique dans le binaire de la manifestation, et non point les colorations mentales que les hommes y ont projetées ! Druidisme, paganisme, cultes romains, christianisme primitif ou actuel importent peu à celui qui sait aller à l’essentiel, la Tradition primordiale dont ils sont issus. Dans de tels lieux, l’énergie redonne santé
[20] au corps si l’on sait abandonner ses croyances pour vivre tout simplement… Pour cela « atteindre à l’Unique Fin qui est la RENCONTRE avec ta SOURCE DE VIE.[21] »     
     Les pérégrinations sur le chemin de la vouivre en sont un moyen !    

 

    

La croix celtique dominant la basilique.

©Photo Alexandrine Vayssac.

   

 

 

[1] - Georges et Régine Pernoud, Le Tour de France Médiéval, Ed. Stock, 1982, p.73.
[2] - Roman d’Henri Vincenot. [
[3]
- Voir : Kinthia Appavou et Régor R. Mougeot, La Vouivre, un symbole universel, Ed. EDIRU, 2006.
[4] - Voir : Régor, Du Cheminement Initiatique imagé par saint Roch et sa Vie Exemplaire d’après les Enseignements d’Emmanuel, Ed. Les Amis du Désert, 1988.  

[5] Emmanuel, Le Bréviaire du Chevalier, Tome 1, Ed. Le Point d’eau, 1983, p.181.

[6] - Ed. EDIRU, 2006.
[7] - De nombreuses représentations semblables existent, dont par exemple, la statue de cette sainte dans l’église de Saint-Marcel (Berry). Marguerite est la christianisation de Morgane. La sonorité MRG se retrouve dans les deux mots, mais aussi dans MoRGue, MaRGot, Mère-Grand, MèRe-Guérisseuse.
[8] - Pierre Gordon, Les racines sacrées de Paris et les traditions de l’Ile-de-France, Arma Artis, 1981, p. 34.
[9] - Voir : L’abbatiale celto-chrétienne Bénévent-l’Abbaye (Creuse), Guide du visiteur de Jean Conquet, auteur de l’ouvrage : Des Druides aux Compagnons, entre autres.
[10] - Pierre Gordon, Essais : les Vierges Noires, Mélusine, l’origine des contes de fées, Arma Artis, 1983, p. 12.
[11] - Idem, p. 13.
[12] - Id., p. 2.
[13] - Voir : Emmanuel-Yves Monin, Hiéroglyphes Français et Langue des Oiseaux, Ed. Le Point d’Eau, 1994.
[14] - Le vocable celtique Par ou Bar, signifie « bateau ». Ainsi Paris porte toujours un bateau dans ses armoiries. La « barque d’Isis », « qui flotte mais ne coule pas », est aussi la nef blanche, le vaisseau du salut. Voir : Pierre Gordon : Les racines sacrées de Paris…, Op. cit.
[15] - Pierre Gordon, Essais : les Vierges Noires, Mélusine, l’origine des contes de fées, Arma Artis, 1983, p.1. Notons que la déesse Annis fut christianisée en sainte Anne, si chère au cœur des Bretons, et dont on ne dit rien dans les Evangiles ! [16] - Notre livre, Le Miroir symbole des symboles, Ed. Dervy, 1995, p.16

[17] - Sermons, Seuil, note 59.

[18] - Emmanuel-Yves Monin, Conférence inédite.

[19] - Jacques Bonvin, Vierges Noires. La réponse vient de la terre, Ed. Dervy-Livres, 1988, p. 127.

[20] - Etre « sain(t) » sans T, c’est faire retour au sein de l’Unité du multiple, révèle la Langue des Oiseaux.

[21] - Emmanuel (Yves Monin), Le Manuscrit des Paroles du Druide sans nom et sans visage, Ed.du Point d’Eau, 1990, p. 351.        Clip sur les Vierges Noires : http://fr.youtube.com/watch?v=Cs6E7zQo35s      

 


 

LA VIERGE NOIRE SORTIE DE LA CRYPTE PERD SES POUVOIRS

LA VIERGE NOIRE DE CADAQUES, EN ESPAGNE

L'ENERGIE DES VIERGES NOIRES, DES ANCIENNES DEESSES CHRISTIANISEES

Repost 0

Présentation

  • : le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  •   le blog vivrevouivre par : Robert Regor
  • : Ce qu'est le Serpent-Dragon-Vouivre, symbole des énergies telluriques liées aux énergies cosmiques.
  • Contact

Texte Libre

 

 

Le lien http://r-r-y-mougeot.wifeo.com/ permet de trouver les articles de ce blog depuis sa création en 2006, classés par thèmes de A à Z aux pages 4 à 13 - Thèmes des articles du blog vivrevouivre :

- Alchimie - Animaux fabuleux : ;- Arts ; - Bouddhisme, Chamanisme, Chevalerie et Moyen Age ; - Christianisme : ; - Druidisme, Education, Erotisme, Géobiologie ; - Gitans, Hindouisme, Islam, Jeux,  Kabbale, Langue des Oiseaux  ; - Articles de Manichéisme à Paix ; - Pays ; - Thèmes de Préhistoire à Voeux ; Vouivre

 

 

 

Recherche

Liens